Étiquette : disney

Après des semaines de rumeurs, le rachat de la 21st Century Fox par Disney est officialisé

Disney a finalement réussi un nouveau gros coup en rachetant la plupart des actifs financiers du groupe 21st Century Fox. Cela fait quelques semaines que ce rachat se faisait sentir, maintenant officialisé pour environ 52 milliards de dollars (44 milliards d’euros).

Pour faire un parallèle, c’est en 2012 que Disney a acquis les droits de la licence Star Wars pour « seulement » 4 milliards de dollars.

star wars disneyDisney possède donc maintenant les chaînes Fox News et Fox Sports, deux relais médiatiques majeurs aux Etats-Unis. En outre, la compagnie aux grandes oreilles souhaite également acquérir les parts de la chaîne britannique Sky afin de compléter sa mainmise médiatique. Au niveau cinéma, on remarque surtout que cette transaction comprend également des prestigieuses licences cinématographiques de la Fox et ses studios TV, telles que X-Men, Avatar, Alien ou encore les Simpsons !

x menDisney souhaite maintenant s’atteler à la SVoD (ndlr: vidéo à la demande) d’ici 2019, en proposant notamment un prix d’abonnement inférieur à celui de Netflix qui domine le marché. On se rappellera que l’été dernier, Disney prenait la décision de retirer ses films de la plateforme Netflix, un premier signe qui dessinait la future stratégie du géant américain.

Pour séduire ses futurs abonnés, Disney planche d’ores et déjà sur une nouvelle série Star Wars qui risque de faire couler beaucoup d’encre à sa sortie.

Pour finir, on salue (encore une fois) les scénaristes visionnaires des Simpsons qui avaient prédit ce rachat dans un épisode !

disney 20st century fox simpsons

Alors que Netflix dépasse le palier des 100 millions d’abonnés, Disney décide d’y retirer toutes ses productions.

Disney vient d’annoncer officiellement, dans un communiqué datant du 8 août, son intention de retirer l’ensemble de ses films et dessins animés de la célèbre plateforme de streaming, Netflix.

Films disney

La raison de cette décision est simple, la firme souhaite se lancer officiellement dans le streaming en créant sa propre plateforme. Les relations entre Disney et Netflix restent d’ailleurs très courtoises et nous devrions pouvoir profiter des productions Disney jusqu’en 2018. Notez que les films Marvel (studio Disney ndlr) resteront bien sur Netflix.

De son côté, Disney prévoit de lancer son offre de streaming en 2019 aux Etats-Unis et plus tard dans le reste du monde.

Une stratégie logique ?

Comment reprocher à Disney sa décision. Notamment lorsque l’on déplore les ventes de DVD et Blu-ray qui, selon le Centre national du cinéma, ont chuté de 15,8 % en 2016 en France. Le studio souhaite donc compenser la perte de vitesse de ses ventes « physiques » vers le streaming, tout en gardant son autonomie.

Source

Walt Disney et Lucasfilm ont annoncé les dates de sortie pour Star Wars 9 et le prochain Indiana Jones 5

Ne tournons pas autour du pot, Star Wars 9 sortira le 24 mai 2019 et le cinquième film de la série Indiana Jones arrivera le 10 juin 2020. A titre informatif, Indiana Jones 5 était initialement prévu pour sortir le 19 juin 2019, ce qui représente un délai d’un an.

star wars 9 indiana jones 5« Steven Spielberg, réalisateur des films Indiana Jones et Harrison Ford font tout les deux leur retour » pour le prochain Indiana Jones, annoncent Lucasfilm et Disney

Si on met en parallèle la sortie de Star Wars The Last Jedi prévu pour le 15 décembre 2017 et Star Wars 9 (qui n’a pas de titre annoncé, sûrement pour ne pas spoiler), cela veut dire que les fans ne devront pas attendre trop longtemps pour avoir la conclusion de la dernière trilogie Star Wars.

Le prochain film Indiana Jones a été confirmé en mai 2015, sachant que Disney a acquis les droits de la franchise en 2012 quand ils ont racheté Lucasfilm pour plus de 4 milliards de dollars. Enfin, sachez que l’acteur Chris Pratt (Les Gardiens de la Galaxie, Jurassic World) a été mentionné pour jouer dans le reboot de la franchise Indiana Jones.

chris pratt

Est-ce que cela veut dire qu’il cohabitera au côté d’Harrison Ford dans Indiana Jones 5 ? Nul doute qu’on en saura plus dans les prochains mois.

Fermé en 2016 par Disney, le studio Avalanche Software qui était derrière la licence de jeux-jouets vidéo Disney Infinity renait de ses cendres grâce à Cars 3.

Malheureusement, la fermeture de studios est devenue monnaie courante dans l’industrie du jeu vidéo notamment à cause des conjonctures économiques très fluctuantes dans ce secteur. Heureusement, les employés les plus talentueux sont souvent recrutés dans d’autres structures, ils montent de nouvelles boîtes ou parfois, le studio arrive finalement à refaire surface. C’est le cas d’Avalanche Software qui avait fait les frais d’une nouvelle stratégie vidéoludique de la part de Disney en 2016, fermant tous ses studios de développement en interne. Aujourd’hui, on apprend qu’Avalanche Software est racheté par Warner Bros avec John Blackburn en tant que directeur exécutif, comme c’était le cas sous le girond de Disney avant sa fermeture.

Bien entendu, Warner Bros a une idée derrière de la tête : développer un jeu vidéo autour de Cars 3 !

Ce n’est pas un rachat anodin car Warner profitera de l’expérience des équipes de production d’Avalanche Software sur Disney Infinity mais aussi, l’acquisition du moteur du jeu appelé « Octane » qui sera utilisé pour le jeu vidéo Cars 3.

disney infinity

C’est assez ironique quand au final, on sait que Cars 3 est une commande de Disney Interactive. Pourquoi alors, avoir fermé Avalanche Software dans un premier temps ? On n’en sait pas beaucoup plus sur les dessous de cette affaire mais à priori, vous pouvez aussi oublier le retour de la franchise Disney Infinity.

Espérons juste que Disney/Warner Bros n’ont pas confondu le studio Avalanche Software avec Avalanche Studios qui est derrière la licence Just Cause !

just cause

 

Revenons ensemble sur les fameux reshoots de Rogue One qui ont fait tant de bruit l’année dernière, à la fin de l’été.

Souvenez-vous l’été dernier, il y avait eu des remous dans l’univers Star Wars. Ce qui avait causé un émoi parmi les fans de la saga. En effet, Disney avait appelé Tony Gilroy en juin pour retourner, soi-disant, des scènes de dialogues. D’ailleurs, il avait empoché la coquette somme de 5 millions de dollars. Malgré tout un joli pactole pour une si courte période (à peu près deux mois de travail) ! Alors, qu’ont réellement apporté ces séquences additionnelles ? Tony Gilroy est il l’homme de l’ombre qui a porté à l’écran le Rogue One que nous avons vu ?

Une technique d’édition particulière.

Dans une interview avec Yahoo! Movies, l’un des trois monteurs Colin Goudie, révèle son travail préparatoire. Ainsi, on apprend qu’ils ont utilisé une version basique de l’histoire pour monter et plus particulièrement structurer le film. Mais le plus intéressant, d’après le monteur, est le fait qu’ils aient cannibalisé des centaines d’œuvres tels qu’Aliens, War Games ou encore Star Wars pour la création de cette première mouture. De plus, quelques mois après cette « première version », les prévisualisations pour les plus grosses séquences ont commencé. Ce qui a été un énorme travail sur un film tel que celui ci où les effets spéciaux ont une place centrale.

Leia CGI

Quand Disney s’en mêle…

Puis, après un premier montage, Disney a mis les pieds dans le plat. Effectivement, selon Page Six cette première version ne plaisait pas aux exécutifs. Ils ont donc décidé de retourner certaines scènes.

C’est à ce moment qu’ils ont fait appel à Tony Gilroy. Son frère John Gilroy (Suicide Squad) qui est monteur, a lui aussi apporté sa contribution à la restructuration de l’histoire. De là, découle des scènes comme l’introduction de Cassian Andor (Diego Luna) ou bien l’évasion de Jyn du transporteur Impérial sur Wobani. De plus, les personnages de Cassian et Bodhi Rook (Riz Ahmed) ont été étoffés pour donner plus d’amplitude aux personnages tout au long de l’histoire.

Pour Gilroy c’est ce genre de détails qui font toute la différence et ont des répercutions au cours du film. Par exemple, certaines scènes du trailer comme celle où l’on voit Dark Vador sur le pont de l’étoile noir ont été remplacées par celle où Vador est sur Mustafar.

De surcroit, on peut voir ici Alan Tudyk (K-2SO) en train de mourir près du bunker. Une mort bien différente de ce à quoi nous avons pu assister dans la version finale. De même, certaines scènes où Cassian et Jyn accompagnés de rebelles courent avec les plans à la main ont disparu. C’est pourquoi on peut imaginer que Gareth Edwards avait créé une fin différente de celle à laquelle nous avons assisté.

alan tudyk

En d’autres termes, le film a subi une cure de jouvence.  Dans une interview donnée à Collider l’acteur Ben Medelsohn, qui joue Orson Krennic, nous dit qu’il y a eu entre 20 et 30 scènes modifiées. Il y a donc potentiellement différentes versions du même film.

Le côté sombre de la force.

D’après Edwards, les personnages principaux ne devaient pas tous mourir. Car il pensait que Disney n’autoriserait pas une fin trop sombre. Mais à l’encontre de toute attente Disney en a décidé autrement et a choisi le côté sombre de la force. Tout ceci a été décidé en amont, bien avant le premier jour de tournage.

dark vador scène rogue one

En revanche, la séquence mythique de fin avec Dark Vador, a été rajoutée bien après dans le processus de création. A tel point qu’ils ont dû amener un nouvel acteur, Daniel Naprous, pour jouer ce méchant iconique à la place de Spencer Wilding, selon Tony Gilroy. Alors que la scène impliquant la princesse Leia était depuis longtemps écrite. Par conséquent, ces scènes ont amené un ton plus sombre.

Mais où est passé Charlie ?!

jyn cours sur la plage

Malgré les séquences qui ont été ajoutées, on se demande où sont passées certaines autres. En effet, dans le trailer on a pu apercevoir de magnifiques scènes qui n’ont pas atterri dans le produit final. Ainsi, dans le podcast The Director’s Cut Gareth Edward se laisse aller à quelques confidences :

« Ne me demandez pas, je ne peux pas l’expliquer. C’était juste des choses où je me disais ‘c’est une excellente idée’ et beaucoup de séquences ont fini dans le trailer à travers ce processus. « 

Une leçon pour Disney ?

Disney a donc mené ses expérimentations au travers de ce spin-off. Gareth Edward et la maison mère de Mickey ont construit ce film à l’image du docteur Frankenstein créant son monstre mythique. In fine, l’accouchement a été difficile mais est sans aucun doute porteur de nombreuses leçons pour Disney.

En somme, il faut s’attendre à des spin-off qui seront pour Disney des terrains de jeux pour expérimenter, même si rien de novateur n’est réellement sorti de ce premier produit dérivé. Quoi qu’il arrive, on peut se laisser aller à rêver qu’un jour Disney casse les codes routiniers de ses blockbusters au travers d’expérimentations plus poussées. Nous verrons l’année prochaine dans le futur spin-off. En revanche, il est à douter que dans le prochain Star Wars les choses soient bouleversées. Mais qui sait… dans une galaxie lointaine tout peut arriver !

Scroll to top