Étiquette : electronic arts

Un an après son annonce à l’E3 2017, A Way Out montre le bout de son nez sur PS4 et Xbox One. Le titre d’EA était surtout attendu pour son système de jeu exclusivement orienté mulijoueur. Que … ou plutôt combien vaut-il exactement ? 

A Way Out vous met aux commandes de Vincent et Léo, deux criminels qui vont s’associer pour s’évader de prison. Au début du jeu, vous pourrez sélectionner votre personnage selon vos affinités avec leur passé et leur caractère respectif. Ce n’est d’ailleurs pas un simple choix, celui-ci influera directement l’orientation des actions que vous devrez effectuer tout au long de l’histoire. Par exemple, Léo est plus impulsif et violent, il aura donc tendance à foncer dans le tas alors que Vincent plus calme et calculateur sera plus enclin à se diriger vers de la négociation et de l’infiltration. Vous l’aurez compris, nos deux héros useront de leurs compétences respectives au cours des différentes phases de jeu et il sera important de bien se synchroniser pour avancer.

A Way Out

A deux sinon rien

Trop peu de jeux sortent aujourd’hui avec cette particularité pour ne pas la souligner : A Way Out se joue uniquement en multijoueur en écran scindé (local ou online). Comprenez ici que vous devrez absolument être deux pour avancer dans l’histoire. Cerise sur le gâteau, le jeu en ligne est possible sans que deux copies du jeu soient nécessaires.

Un enchainement de mini-jeux

Le titre d’Hazelight se compose de nombreux mini-jeux de toutes sortes. On y retrouve ainsi les classiques QTE (action contextuelle ndlr) mais aussi des phases d’infiltration, de gunfight et de pilotage (en mode savonnette). Le tout devra se jouer obligatoirement à deux de façon synchrone ou asynchrone selon les scènes. Nous ressentons clairement l’influence des productions de Telltales Games (The Walking Dead : The Game, The Wolf Among Us…) ou encore des classiques du genre de Quantic Dreams (Heavy Rain, Beyond Two Souls…) au coeur du gameplay du jeu.

A Way Out

Bien que variés, ces différents passages sont d’un classique et d’une platitude déconcertante. L’infiltration nous renvoie notamment aux basiques du genre datant d’une dizaine d’années. Sans oublier les gunfights et les passages de conduite qui se contentent du minimum syndical.

Heureusement, l’ensemble des mini-jeux variés mettent au coeur la collaboration entre les joueurs, c’est d’ailleurs l’un des gros points forts de A Way Out. L’intérêt limité d’une action que vous auriez dû réaliser en solo devient tout de suite plus intéressante et divertissante à deux. Ce système vous permettra d’ailleurs de vivre les scènes de plusieurs points de vue et d’en apprendre plus sur le caractères de vos personnages respectifs.

A Way Out

Ce dernier point nous amène à une autre force du jeu : ses héros. Léo et Vincent sont aussi différents qu’attachants et au fur et à mesure que les heures passent, nous ne pouvions qu’apprécier l’alchimie entre les deux compères et surtout avec les joueurs. Dommage que le scénario ne soit pas à la hauteur et bourré de clichés nanardesques. Si A Way Out était un film, il ne vaudrait guère plus qu’une énième production de Steven Seagal, ce qui n’est pas totalement négatif pour les connaisseurs.

Pour finir, la réalisation est très hétéroclite. Nous avons d’un côté une animation et des graphismes datés et d’un autre, une mise en scène très agréable. Nous avons beaucoup apprécié la patte cinématographique présente tout au long du jeu, avec une très bonne surprise dans son dernier tiers.

A Way Out

En conclusion nous pouvons dire que A Way Out est très inégal. Nous avons d’un côté, un jeu centré autour du multijoueur sur écran scindé, ce qui est une excellente chose par les temps qui courent. Malheureusement, nous avons d’un autre côté un enchainement de mini-jeux aussi variés que limités, le tout agrémenté de lacunes techniques.
Autant d’un point de vue divertissement qu’au niveau marketing, A Way Out évite le naufrage par l’utilisation ostentatoire du multi local en écran scindé. Un mode très délaissé ces dernières années au grand dam de certains joueurs. Si le succès est au rendez-vous, nous pourrions espérer un retour en force du genre dans un futur proche.

Si vous êtes un joueur occasionnel et que vous cherchez un petit jeu « sympa » à faire avec un ami sur place ou à distance, foncez. Pour tous les autres, sortez du placard vos anciens Halo (1,2,3), Goldeneye 64 ou encore TimeSplitters en attendant qu’un nouveau jeu avec un multi local digne de ce nom débarque.

Crash test

La note du Crash Test de A Way Out sur Xbox One, PS4 & PC est de 14,99€

Mais qu’est ce qu’un Crash Test ? Contrairement aux nombreux tests que l’on peut trouver, la note finale est donnée à travers un prix d’achat conseillé. Partant du prix de vente neuf constaté (29,99€ dans le cas de A Way Out), Crash Test tacle là où ça fait mal et vous donne la véritable valeur d’un jeu. Pourquoi payer trop cher ses jeux vidéo ?

Il n’y aura plus de microtransactions dans Star Wars Battlefront 2 jusqu’à nouvel ordre

Face à l’énorme levée de bouclier des joueurs à travers le monde, Electronic Arts a décidé d’enlever les microtransactions de Star Wars Battlefront 2 ! C’est un grand retournement de situation face à une grogne des joueurs qui ne cessait de s’élever sur les internets. Le point d’orgue a été atteint sur ce post Reddit, plus grand forum du monde où EA a tenté maladroitement de s’expliquer sur sa politique commerciale.
Résultat : C’est le post de Reddit le plus « dislikes » de son histoire, avec pas moins de 680 000 points de dislikes, contre 24 000 pour le précédent. Ca vous donne une idée du plus grand « shitstorm » vidéoludique sur ce forum, sans parler du Metascore plus que moyen de Star Wars Battlefront 2

Star Wars Battlefront 2 microtransactionsOn ne peut que cautionner cette gronde historique car ce système de lootboxes honteux semble s’introduire de plus en plus dans notre industrie vidéoludique, malheureusement même dans les jeux solo (coucou La Terre du Milieu : L’Ombre de la Guerre). Cependant, le problème de Star Wars Battlefront 2 est qu’il est un jeu principalement multijoueur et que ses lootboxes n’étaient pas que cosmétiques comme c’est le cas dans Overwatch par exemple. En effet, Star Wars Battlefront 2 se transformait en pay-to-win car les joueurs pouvaient payer pour obtenir des équipements ou boosts qui changeaient l’équilibre du jeu. En guise d’illustration, il fallait environ 4 500 heures de jeu ou une dépense d’environ 2000€ pour débloquer tout le contenu du jeu !

Star Wars Battlefront 2Electronic Arts a finalement vite réagi en prenant la décision d’enlever purement et simplement, les microtransactions de Star Wars Battlefront 2. C’est une décision, à priori temporaire, qui concerne les cristaux en jeu, la monnaie utilisée pour acheter les contenus en jeu tels que les cartes d’améliorations, les emotes ou les autres ressources.

Jusqu’à un énième revirement de situation, toute la progression multijoueur ne se fera que par le gameplay. Hallelujah !

Nous vous conseillons de rester informé via le site officiel car EA risque d’être très actif sur les jours et semaines à venir pour communiquer autour de Star Wars Battlefront 2 qui n’en finit pas de faire couler de l’encre (et du sang).

Electronic Arts et Motive Studios teasent un prochain jeu vidéo d’action-aventure dirigé par Jade Raymond

Ce fameux projet a pris forme en 2015 quand EA a lancé Motive Studios au Canada. A la tête de ce studio, on retrouve Jade Raymond, productrice Canadienne très connue de l’industrie vidéoludique car elle a notamment été la productrice de la saga Assassin’s Creed chez Ubisoft, jusqu’à AC Unity.

motive studiosOn ne sait pas grand chose de ce projet qui sera un jeu du type action-aventure qu’on pense s’orienter vers du monde ouvert, comme la plupart des gros titres du moment. Logiquement, on peut penser que ce projet de Motive Studios pourrait lorgner sur les plates-bandes d’Assassin’s Creed Origins, The Witcher 3 mais surtout Zelda Breath of the Wild pour sa vision de l’open world. L’avenir nous le dira.

C’est au cours de l’événement UBS Global Technology Conference que Blake Jorgensen, directeur financier d’Electronic Arts, a déclaré qu’il y aura des mécaniques de gameplay uniques dans cette prochaine production :

« Nous avons une équipe à Montreal qui est en train de produire une nouvelle franchise d’action, probablement pour l’année fiscale de 2021, il semble fantastique et très enthousiasmant (…) Un nouveau jeu, avec beaucoup de nouvelles idées de gameplay que je pense, personne n’a jamais vu jusqu’à présent »

Le genre de déclaration qu’on connait bien dans l’industrie du jeu vidéo, faisant du teasing sensationnaliste. On attend d’en savoir plus sur ce titre ambitieux mais les joueurs se souviendront de cette déclaration pour juger de la nouveauté annoncée à travers cette prochaine production attendue pour 2021.

Enfin, sachez que Jorgensen a précisé qu’Electronic Arts s’intéresse maintenant au genre action-aventure qu’ils avaient mis de côté depuis Dragon Age à la fin des années 2000, il y a presque 10 ans.

« C’est le plus grand secteur dans le gaming. Nous n’y avons pas consacré beaucoup de temps car nous étions concentrés sur les sports et les FPS. On sent qu’il y a maintenant une énorme opportunité » a-t-il rajouté.

C’est ce que EA tentera de prouver avec leur prochaine superproduction « AAA » qui se nomme Anthem, réalisée par Bioware. On vous laisse d’ailleurs avec le trailer d’Anthem dévoilé lors de l’E3 2017, une superbe vidéo qui fait baver mais qui nous laisse dubitatif tant les trailers « bullshit » ont été légions dans la secteur vidéoludique depuis certains temps.

BioWare en dévoile un peu plus sur sa nouvelle licence prévue courant 2018

C’est au cours de la conférence financière d’Electronic Arts qu’Andrew Wilson, PDG du premier éditeur mondial de jeux vidéo devant Activision, que la prochaine IP du studio Bioware s’est un peu plus dévoilée. Comme à l’accoutumée, on nous annonce un jeu qui va redéfinir les frontières du jeu d’action pour faire fantasmer les investisseurs, plutôt que les joueurs prudents face à ce genre d’annonce.

Dans un billet de blog BioWare, on peut voir que cette nouvelle licence sera « un jeu d’action-aventure et pas un RPG » et proposera de la narration, de la personnalisation de personnages comme les précédents jeux BioWare mais « avec un nouvel univers rempli de nouveaux personnages, histoires et gameplay« . En outre, Aaryn Flynn, manager général de BioWare, précise que cette nouvelle licence est une « IP unique qui rassemblera les joueurs ensemble grâce à de nouvelles possibilités excitantes« . De plus, il rajoute (des fois qu’on aurait pas bien compris) que cette nouvelle IP « créera quelque chose de fun et nouveau pour nous afin de s’amuser avec nos amis« .

Fun Chris Pratt

Peut-on vraiment s’enthousiasmer à ce niveau là, surtout que l’on retrouve le discours habituel de la nouvelle licence qui va révolutionner l’open world à la manière de Destiny ou The Division par exemple.

On sait que ce projet a été annoncé lors de l’E3 2014 (en même temps que Mass Effect Andromeda ndlr) en grande partie développé par BioWare Montreal depuis 2012.

Au final, cette nouvelle cuvée BioWare devrait débarquer en mars 2018 selon les prévisions financières d’EA donc on peut s’attendre à plus d’infos durant l’E3 2017 qui aura lieu en juin de cette année. Cependant, ne nous emballons pas trop, surtout lorsque l’on voit la communication au compte-gouttes de la part des américains concernant Mass Effect Andromeda prévu le 21 mars 2017 sur PS4, Xbox One et PC.

mass effect andromeda

On vous laisse nous partager vos fantasmes sur ce que pourrait être cette nouvelle IP qui veut révolutionner le jeu vidéo après la saga Mass Effect qui a eu beaucoup de succès ou encore d’autres licences qui valent le détour (Dragon Age ou Star Wars The Old Republic en tête par exemple).

bioware games

Source : lotsofgames

Scroll to top