fbpx

Auteur : Waylander

Le prochain film Predator arrive bientôt et il sera sanglant

Le tournage de Predator vient juste de commencer et il sera sanglant !

The Predator vient juste de commencer son tournage et on apprend qu’il sera R rated aux USA. On s’attend donc à un film violent et badass. En effet, Shane Black vient de poster un tweet :

« Mardi… la chasse est ouverte. »

Et comme si cela ne suffisait pas, il ajoute :

« Et juste pour être clair… Pg-13 c’est pour les peureux. Ça va pisser le sang… beaucoup. »

Le tournage sanglant de ce nouveau Predator va prendre place à Vancouver au Canada. Le casting inclut Boyd Holbrook (Narcos, Logan), Olivia Munn (X-Men: Apocalypse), Trevante Rhodes (Moonlight), Keegan-Michael Key (Keanu, Key & Peele), Thomas Jane (The Punisher), Jacob Tremblay (Room) and Sterling K. Brown (The People vs. O.J. Simpson, This is Us). Vous pouvez les admirer ci-dessous.

casting predator

Malgré tout, la communication autour du film reste nébuleuse. Même si, le producteur John Davis s’exprime :

« L’écriture vient juste de finir, les perspectives sont encore fraiches. Je vous le dis, vous allez avoir quelque chose que vous n’attendez pas et vous allez dire : C’est la façon la plus divertissante de réinventer une franchise ».

Tout cela relève tout de même du discours marketing et ne divulgue pas grand chose sur la teneur du film.

En revanche, l’acteur Holbrook  nous en dit plus :

« Shane Black a fait quelque chose de totalement nouveau, de façon à rester dans l’univers de Predator mais en renouvelant l’histoire et en l’ancrant dans quelque chose de vrai. C’est vraiment frais. Je ne pense pas que l’on verra Arnold Schwarzenegger. Ce serait un gimmick de trop. C’est de l’horreur, de la science-fiction et du western mélangé. »

Voila donc un menu qui est plus qu’appétissant. On nous promet donc monts et merveilles. Quoi qu’il en soit, on espère juste que le film sera à la hauteur des deux premiers.

Shane Black est connu pour son scénario de L’Arme Fatale avec Mel Gibson et Dany Glover. Il joue aussi Rick Hawkins dans le premier Predator réalisé par John McTiernan,  c’est le gars qui fait des blagues graveleuses avec ses grosses lunettes. Mais c’est surtout dernièrement qu’on en a entendu parler, avec des films comme Kiss Kiss Bang Bang et The Nice Guys, ainsi que le blockbuster Iron Man 3.

On est impatient ! Et vous ?

The Predator sortira au cinéma le 9 février, 2018.

 

La suite du film Warcraft en préparation ?

Un tweet et des résultats au box office Chinois nous en apprennent plus sur le possible futur d’un Warcraft 2.

Bien que Warcraft ait emballé le public de par son réalisateur Duncan Jones (Moon) et du nombre impressionnant d’effets spéciaux utilisés dans le film. Celui-ci s’est retrouvé dans la longue liste des jeux vidéo adaptés en films qui ont fait un flop financier, en particulier aux Etats-Unis. En revanche du côté de l’empire du milieu, le film a explosé le box office rapportant 220 millions de dollars. Il est même devenu l’adaptation d’un jeu vidéo la plus rentable de l’histoire, devant Angry Birds ou encore Prince Of Persia. Effectivement, le film a rapporté 433 millions de dollars pour un budget de 160 millions de dollars.

Les chiffres sont-ils suffisants pour envisager une suite ?

En tout cas, Duncan Jones est plus qu’enthousiaste dans sa réponse à un fan qui a vu le premier film 4 fois en IMAX :

« @WellMax81 j’en ai très envie ! En attente de nouvelle de Legendary Pictures« 

Son tweet est explicite et ne laisse aucune place au doute. Il fait donc un appel du pied à Legendary Pictures la société de production du premier Warcraft. Mais rien n’est fait pour le moment. En effet, Legendary n’a pour l’instant pas laissé entendre qu’une suite était d’actualité. En revanche, elle n’a pas non plus ouvertement renoncé à un projet qui potentiellement peut lui rapporter de l’argent.

Dans le cas où une suite se ferait, on peut imaginer, au vu des chiffres au box office et plus particulièrement de son hit en Chine, que le film tournerait son marketing vers cette destination plus accueillante. Il prendrait donc un tournant comme a pu le faire l’adaptation des  Resident Evil en film. Ces dernières ayant des meilleurs résultats en dehors des Etats-Unis, les derniers film ont orienté leurs campagnes promotionnelles vers l’étranger. Cela a plutôt fonctionné puisque la franchise a dépassé le milliard de dollars de recettes.

Warcraft pourrait donc marcher sur les traces de son prédécesseur pour se rentabiliser sur le marché étranger. En revanche, on espère que celui-ci ne descendra pas au même niveau de série B voir Z qu’a pu atteindre Resident Evil.

Pourquoi le dernier film d’Ang Lee est le futur du cinéma ?

Vous ne le savez sûrement pas mais le dernier film d’Ang Lee, Billy Lynn long halftime, est une petite révolution dans le monde du cinéma.

Aujourd’hui, nous allons vous parler d’un film passé inaperçu lors de sa sortie en salle la semaine dernière. En effet, Un jour dans la vie de Billy Lynn est un drame qui raconte le retour au pays d’un soldat marqué par la guerre en Irak. Il se déroule durant la mi-temps d’un match de football américain. Effectivement, c’est à ce moment là que s’organise de très gros événements, à l’instar du show et des pubs que l’on a pu voir pour le dernier superbowl.

Le film est donc une succession de flash backs lors de cette mi-temps où Billy Lynn vient parader au milieu de la foule en tant que héros de guerre. Il en émerge un contraste vif entre le présent festif et le passé violent qui lui revient en mémoire au fur et à mesure que les festivités avancent.

Une prouesse technique !

En outre, le film représente une avancée majeure dans les techniques que sont la 3D, le HFR (high frame rate), et la UHD (ultra-haute définition 4K). Effectivement, ces trois points permettent d’améliorer le confort de vision d’un film en 3D, ainsi que la définition de l’image. Notamment, le HFR qui permet d’enregistrer jusqu’à 120 images par seconde, alors qu’un film « normal » n’en a que 24. Cela permet de rendre le film plus immersif, de réduire les effets de flou lors des mouvements rapides de caméra et d’améliorer la 3D. Ben Gervais le superviseur technique nous explique :

« La plupart des films sont tournés et/ou finis en
2K. Le 4K permet de doubler le nombre de pixels par image, horizontalement et
verticalement, par rapport au 2K – ce qui fait qu’il y a quatre fois plus d’informations.
Si vous ajoutez à cela le fait que le film a été tourné en 3D, alors la quantité
d’information est encore doublée, ce qui signifie qu’on est en tout à huit fois la
quantité d’informations d’une image traditionnelle. En choisissant de filmer à 120
images par seconde au lieu de 24, les spectateurs reçoivent 40 fois plus
d’informations que face à un film en 2D au format 2K à 24 ips. »

Malheureusement, en France il ne vous sera pas possible d’être ébloui par cette cascade d’améliorations technologiques. En cause, un manque d’infrastructure matérielle adéquate à ce nouveau format. Mais le vrai problème est plus profond. Notamment lorsque les distributeurs font le choix de ne pas le sortir en 3D et de même en réduire la qualité en le sortant en 2K alors qu’il a était tourné en 4K. Ce qui fait que vous ne verrez pas la vision du réalisateur mais un ersatz de ce qu’Ang Lee a voulu porter à l’écran.

De toutes les particularités techniques qui faisaient de cette œuvre une percée technologique dans le monde du cinéma, les distributeurs n’en ont retenu aucune. De plus, le film a droit à un nombre de copies plus que limité, ce qui n’arrange en rien sa notoriété auprès du grand public.

Ce n’est pas le premier essai.

Souvenez vous du Hobbit de Peter Jackson. Celui-ci a été tourné à 48 images par seconde. Le prochain film à utiliser la HFR est la suite d’Avatar de James Cameron qui sera tourné à 60 images par seconde. Il faut espérer que ce pionnier des nouvelles techniques qu’est le réalisateur de Terminator et Titanic sera amener au grand public cette nouvelle façon de concevoir un film. Comme ce fut le cas pour la 3D et la performance capture pour le premier Avatar.

Un petit parallèle peut être fait avec le jeu vidéo qui va adopter ce format de 60 images par seconde 4K, comme standard pour ses dernières consoles. Il prend donc une nouvelle longueur d’avance sur son grand frère le cinéma.

On rappelle notamment qu’Ang Lee est un réalisateur acclamé de par le monde. Il a d’ailleurs obtenu l’oscar du meilleur réalisateur pour son précédent film L’Odyssée de Pi sorti en 2012.

On vous laisse avec ses quelques mots du réalisateur qui résument son travail :

« Depuis L’Odyssée de Pi, j’ai compris que pour réaliser un film en 3D, il faut
non seulement apporter une dimension supplémentaire à l’image, mais également
travailler avec une meilleure résolution associée à un nombre d’images par seconde
bien plus élevé que ce à quoi nous sommes habitués. La 3D ne se prête pas
uniquement aux films à grand spectacle ou d’action, elle se prête aussi au drame.
Cela permet de modifier notre approche du sujet et d’amener le public à s’impliquer
dans un film de manière bien plus personnelle. C’est une expérience plus ambitieuse,
véritablement grandiose. Le futur s’annonce passionnant. »

Le casting de Rogue One dans le remake de Scarface ?

Le remake de Scarface vient de trouver son acteur principal, Diego Luna.

Vous l’avez reconnu, Diego Luna, alias Cassian Andor dans l’univers Star Wars, vient de rejoindre le casting du remake de Scarface. Il interprètera Tony Camonte, le personnage principal du film.  Pour rappel, Le premier Scarface est sorti en 1932 réalisé par Howard Hawks. Il est l’un des piliers du film de Gangster et raconte l’histoire d’un immigrant Irlandais qui gravi les échelons du pouvoir dans le milieux mafieux. L’histoire se déroule dans les années 20 à Chicago et s’inspire fortement d’Al Capone. L’acteur Paul Muni y incarne l’anti héros balafré, un personnage qui est aujourd’hui l’archétype de ce genre cinématographique.

scarface 1932

Ce n’est pas le premier remake !

Effectivement, le film le plus connu est bien sûr celui de Brian de Palma. A contrario de son ainé, l’histoire se passe en Floride. De plus, le scénario nous vient d’Oliver Stone et c’est Al Pacino le mafioso. Malgré tout, c’est toujours l’histoire d’un immigrant, cette fois Cubain, qui vient croquer un morceau du rêve américain. Une histoire à la Horatio Alger mais pervertie, comme c’est souvent le cas dans ce genre cinématographique.

scarface al pacino

On notera que Terence Winter (Boardwalk Empire) a écrit la version la plus récente du nouveau scénario de Scarface, précédemment écrit par David Ayer (Suicide Squad, Fury) et Jonathan Herman (Straight Outta Compton, Ghost in the Shell).

On apprend également qu’Antoine Fuqua (Rogue One : A Star Wars Story, Sept Mercenaires ndlr) était pressenti à la réalisation de ce remake. Il est malheureusement dans l’obligation de se retirer du projet. En cause, Sony a besoin de lui pour la suite de son film Equalizer, prévue le 14 septembre 2018 et dans laquelle on retrouvera Denzel Washington.

En bref, la situation de ce remake reste encore flou mais on espère que tous les ingrédients seront réunis pour faire un grand film. On attend vos  réactions sur ce remake de Scarface.

the world is yours

Ben Affleck abandonne la réalisation de Batman

Ben Affleck était en bonne voie pour diriger le prochain film de la franchise Batman dans l’univers DC. Malheureusement, celui-ci vient d’annoncer son retrait du projet en tant que réalisateur.

On se souvient du bras de fer qui opposait Ben Affleck à la Warner, il y a quelques jours. Nous en parlions ici. Eh bien, il semblerait que l’affaire ait trouvé un triste dénouement. En effet, Ben Affleck démissionne de son poste de réalisateur mais reste dans le rôle titre du Batman.  De plus, il est producteur sur les films de Batman en solo.

Dans un billet, il s’explique sur les raisons de son choix :

« Il y a certains personnages qui occupent une place spéciale dans le cœur de millions de personnes », a déclaré Affleck dans un communiqué. «Jouer ce rôle exige de la concentration, de la passion et la meilleure performance que je peux donner. Il est devenu clair que je ne peux pas entrer dans mon personnage et diriger le film. Ensemble avec le studio, j’ai décidé de trouver un partenaire dans le réalisateur qui collaborera avec moi sur ce gigantesque film. Je suis toujours là, et nous le faisons, mais nous cherchons actuellement un directeur. Je reste très engagé dans ce projet, et je me réjouis à l’idée de donner vie à ce projet pour les fans à travers le monde. « 

En outre, Warner Bros Pictures ajoute :

« Warner Bros. soutient pleinement la décision de Ben Affleck et reste engagé à travailler avec lui pour apporter les films Batman à l’écran ! »

Le studio et Affleck vont maintenant commencer la recherche d’un nouveau réalisateur. Variety annonce qu’une shortlist existe et le réalisateur Matt Reeve qui a dirigé War for the Planet of the Apes en fait partie.

Ben Affleck affrontera Joe Manganiello, qui interprétera Slade Wilson alias Deathstroke, dans le film.  Jeremy Irons dans le rôle d’Alfred devrait également faire son retour. On note l’apparition de J.K. Simmons en tant que commissaire Gordon.

Une date de sortie officielle pour The Batman, écrit par Affleck et Geoff Johns, n’a pas encore été fixée. Mais nous retrouverons Ben Affleck dans le costume de Batman dans Justice League, en salles le 17 novembre prochain.

 

Kevin Smith éventre des Zombies dans Call of Duty Infinity Warfare

Le geek le plus connu de la terre se retrouve dans le FPS le plus célèbre du monde. Effectivement, vous pourrez voir Kevin Smith dans le prochain chapitre de Call of Duty.

Activision et Infinity War nous révèlent l’arrivée d’un personnage spécial dans la dernière vidéo du mode zombie de Call of Duty: Infinite Warfare. En effet, le prochain DLCRave in the Redwoods” propose une apparence surprise de Kevin Smith. On le retrouve la casquette à l’envers, tel qu’on l’a connu dans son film Clerks.

Ce nouveau DLC Rave in the Redwoods (Délire dans la forêt de Sequoia) nous transporte dans les années 1990. En outre, Willard Wyler, le personnage de réalisateur de film d’horreur maniaque, fait son retour. On se souvient de lui comme étant le principal antagoniste dans le mode zombie et plus particulièrement dans Zombies in Spaceland. Ainsi, dans l’univers COD, ce personnage a réalisé deux films Disco Devil et Nightmare Summer tous deux sortis un « vendredi 13 ». De plus, Willard Wyler est inspiré de plusieurs réalisateurs et plus particulièrement de William Wyler. Un grand réalisateur du milieu du siècle dernier, notamment connu pour des films comme Ben-Hur, Vacances romaines ou encore Mrs. Miniver. 

Une histoire classique !

Assurément, nous sommes en terrain connu. D’ailleurs, ne dit-on pas que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures ?! Car c’est bien ce qu’Infinity War nous présente ici. En effet, le retour de Willard Wyler nous embarque littéralement dans le grand écran en piégeant les protagonistes de ce nouvel épisode dans un de ses films pervertis. Voici d’ailleurs le pitch : un groupe de jeunes (les quatre personnages jouables) est embarqué dans une machination du réalisateur fou. Après avoir été piégés dans le film, ils se retrouvent au milieu d’une forêt dans un camp de vacances au bord d’un lac. C’est alors que les zombies font leur apparition.
On retrouve ici tous les ingrédients qui ont fait le succès de films d’horreurs tel qu’Evil Dead, La Cabane dans les bois et bien d’autres. En somme, ils nous présentent des canons du genre vus et revus mais qui ont fait leurs preuves.

Voici la vidéo d’introduction de ce mode :

Parlons peu, parlons bien : quel est le prix de cette apparition ?

Le pack de carte Call of Duty: Infinite Warfare Sabotage DLC inclut quatre nouvelles cartes. Il est disponible avec le Season Pass ou dans l’édition Legacy Pro ou Digital Deluxe. Le Season Pass donne accès à une remise sur les quatre DLC de Call of Duty: Infinite Warfare de l’année 2017. Chaque DLC coûtent environ 15 euros. Les possesseurs du Season Pass recevrons aussi 10 largages d’approvisionnement rare, plus 1 000 bonus de crédits de récupération pour fabriquer de nouvelles armes prototypes.

 

 

Comment Rogue One a été sauvé par les « reshoots »

Revenons ensemble sur les fameux reshoots de Rogue One qui ont fait tant de bruit l’année dernière, à la fin de l’été.

Souvenez-vous l’été dernier, il y avait eu des remous dans l’univers Star Wars. Ce qui avait causé un émoi parmi les fans de la saga. En effet, Disney avait appelé Tony Gilroy en juin pour retourner, soi-disant, des scènes de dialogues. D’ailleurs, il avait empoché la coquette somme de 5 millions de dollars. Malgré tout un joli pactole pour une si courte période (à peu près deux mois de travail) ! Alors, qu’ont réellement apporté ces séquences additionnelles ? Tony Gilroy est il l’homme de l’ombre qui a porté à l’écran le Rogue One que nous avons vu ?

Une technique d’édition particulière.

Dans une interview avec Yahoo! Movies, l’un des trois monteurs Colin Goudie, révèle son travail préparatoire. Ainsi, on apprend qu’ils ont utilisé une version basique de l’histoire pour monter et plus particulièrement structurer le film. Mais le plus intéressant, d’après le monteur, est le fait qu’ils aient cannibalisé des centaines d’œuvres tels qu’Aliens, War Games ou encore Star Wars pour la création de cette première mouture. De plus, quelques mois après cette « première version », les prévisualisations pour les plus grosses séquences ont commencé. Ce qui a été un énorme travail sur un film tel que celui ci où les effets spéciaux ont une place centrale.

Leia CGI

Quand Disney s’en mêle…

Puis, après un premier montage, Disney a mis les pieds dans le plat. Effectivement, selon Page Six cette première version ne plaisait pas aux exécutifs. Ils ont donc décidé de retourner certaines scènes.

C’est à ce moment qu’ils ont fait appel à Tony Gilroy. Son frère John Gilroy (Suicide Squad) qui est monteur, a lui aussi apporté sa contribution à la restructuration de l’histoire. De là, découle des scènes comme l’introduction de Cassian Andor (Diego Luna) ou bien l’évasion de Jyn du transporteur Impérial sur Wobani. De plus, les personnages de Cassian et Bodhi Rook (Riz Ahmed) ont été étoffés pour donner plus d’amplitude aux personnages tout au long de l’histoire.

Pour Gilroy c’est ce genre de détails qui font toute la différence et ont des répercutions au cours du film. Par exemple, certaines scènes du trailer comme celle où l’on voit Dark Vador sur le pont de l’étoile noir ont été remplacées par celle où Vador est sur Mustafar.

De surcroit, on peut voir ici Alan Tudyk (K-2SO) en train de mourir près du bunker. Une mort bien différente de ce à quoi nous avons pu assister dans la version finale. De même, certaines scènes où Cassian et Jyn accompagnés de rebelles courent avec les plans à la main ont disparu. C’est pourquoi on peut imaginer que Gareth Edwards avait créé une fin différente de celle à laquelle nous avons assisté.

alan tudyk

En d’autres termes, le film a subi une cure de jouvence.  Dans une interview donnée à Collider l’acteur Ben Medelsohn, qui joue Orson Krennic, nous dit qu’il y a eu entre 20 et 30 scènes modifiées. Il y a donc potentiellement différentes versions du même film.

Le côté sombre de la force.

D’après Edwards, les personnages principaux ne devaient pas tous mourir. Car il pensait que Disney n’autoriserait pas une fin trop sombre. Mais à l’encontre de toute attente Disney en a décidé autrement et a choisi le côté sombre de la force. Tout ceci a été décidé en amont, bien avant le premier jour de tournage.

dark vador scène rogue one

En revanche, la séquence mythique de fin avec Dark Vador, a été rajoutée bien après dans le processus de création. A tel point qu’ils ont dû amener un nouvel acteur, Daniel Naprous, pour jouer ce méchant iconique à la place de Spencer Wilding, selon Tony Gilroy. Alors que la scène impliquant la princesse Leia était depuis longtemps écrite. Par conséquent, ces scènes ont amené un ton plus sombre.

Mais où est passé Charlie ?!

jyn cours sur la plage

Malgré les séquences qui ont été ajoutées, on se demande où sont passées certaines autres. En effet, dans le trailer on a pu apercevoir de magnifiques scènes qui n’ont pas atterri dans le produit final. Ainsi, dans le podcast The Director’s Cut Gareth Edward se laisse aller à quelques confidences :

« Ne me demandez pas, je ne peux pas l’expliquer. C’était juste des choses où je me disais ‘c’est une excellente idée’ et beaucoup de séquences ont fini dans le trailer à travers ce processus. « 

Une leçon pour Disney ?

Disney a donc mené ses expérimentations au travers de ce spin-off. Gareth Edward et la maison mère de Mickey ont construit ce film à l’image du docteur Frankenstein créant son monstre mythique. In fine, l’accouchement a été difficile mais est sans aucun doute porteur de nombreuses leçons pour Disney.

En somme, il faut s’attendre à des spin-off qui seront pour Disney des terrains de jeux pour expérimenter, même si rien de novateur n’est réellement sorti de ce premier produit dérivé. Quoi qu’il arrive, on peut se laisser aller à rêver qu’un jour Disney casse les codes routiniers de ses blockbusters au travers d’expérimentations plus poussées. Nous verrons l’année prochaine dans le futur spin-off. En revanche, il est à douter que dans le prochain Star Wars les choses soient bouleversées. Mais qui sait… dans une galaxie lointaine tout peut arriver !

Tomb Raider : Walton Goggins et Alicia Vikander s’affrontent !

Cette affiche vous plaît ? Eh bien, soyez heureux car ce combat va éclater sur grand écran. En effet, Walton Goggins rejoint Alicia Vikander au casting du reboot de la franchise Tomb Raider au cinéma.

L’acteur au visage de psychopathe Walton Goggins va incarner la Némésis de notre Indiana Jones au féminin préféré dans cette nouvelle adaptation. Alors que l’on aurait pas imaginé ces deux stars pour un tel projet, Goggins a exprimé dans une interview avec Collider son impatience d’y participer.

 

Goggins est connu pour ses rôles d’antagonistes et d’anti-héros à la télévision dans The Shield et Justified. Mais c’est surtout dans le film de Quentin Tarantino The Hateful Eight qu’on a pu le découvrir en cowboy à la personnalité ambiguë. Malgré qu’il y ait eu des ratés dernièrement dans l’adaptation de jeux vidéo, on pense notamment au mitigé Assassin’s Creed, il éprouve un fort désir de participer au reboot de cette franchise.

En effet, il estime que c’est une chance de travailler avec Vikander et Roar Uthaug réalisateur de The Wave, film catastrophe norvégien sorti en 2015. En ce qui concerne son personnage, Goggins le décrit comme à la fois : confus, en colère et désespéré. Tout cela lui a vraiment donné envie de rentrer dans la peau de ce vilain torturé.

 

L’histoire se répète !

Effectivement, Vikander, à l’image d’Angelina Jolie, a eu le rôle juste après l’Oscar du meilleur second rôle féminin pour The Danish Girl. De plus, on notera que le réalisateur et l’actrice sont voisins puisqu’Alicia Vikander est suédoise. Elle est notamment connue pour ses rôles dans les films Royal Affair, Anna Karénine et pour avoir joué dans le dernier Jason Bourne.

Finalement, tout ce que l’on souhaite c’est une adaptation de qualité qui sache s’affranchir de la franchise vidéoludique pour développer son propre univers. Le résultat final est prévu pour Mars 2018.

Batman : Ben Affleck en plein bras de fer avec Warner

Ben Affleck remet en doute sa participation au prochain Batman de DC.

Ben Affleck, qui incarne Batman dans Batman vs Superman : L’Aube de la justice, nous parle de sa possible implication dans les films Batman de l’univers cinématographique DC. En effet, notre homme chauve-souris est censé co-scénariser (avec Geoff Johns) et réaliser les prochaines aventures en solo du chevalier de Gotham. Mais tout ceci est peut être sur le point de changer radicalement, comme le fait remarquer un Ben Affleck plus que dubitatif sur ce projet DC :

« Si le film ne se fait pas de telle façon que je sois emballé par l’idée alors je ne participerais pas au projet »

Mais une déclaration faite 15 jours avant indiquait que le film était en bonne voie, Affleck rayonnait alors d’optimisme :

« Nous sommes sur la bonne voie et tout est en train de prendre forme. Nous sommes toujours en train de finir le script. Je suis très excité. »

De plus, l’acteur Joe Manganiello, qui interprétera le vilain Deathstroke dans le film, était même allé jusqu’à évoquer le 5 décembre dernier, un début de tournage pour fin 2016.

Mais que s’est il passé nom de zeus ?!

Tout cela pourrait s’expliquer par un planning de sortie industrialisé des studios Warner et DC. Effectivement, tel son grand frère Marvel (qui a pour le moment plus de réussite à son actif dans l’adaptation de comics) DC tente de mettre en place une sortie de deux films tirés de son univers par an. Ce qui a pu échauder Ben Affleck, qui pour rappel, a déjà subi un échec critique dans le costume de Daredevil. Depuis, il a regagné une certaine notoriété en tant que réalisateur avec des films comme Gone Baby Gone (2007), The Town (2010) puis Argo, couronné de trois oscars (dont celui du meilleur film) en 2013.  Mais son expérience ratée dans la peau d’un superhéros lui a servi de leçon. Il veut donc prendre son temps pour un possible film dans ce genre :

« Nous devons toujours finaliser un scénario et le faire tenir debout. Je suis un ferme partisan de l’idée de ne pas hâter un projet parce qu’il faut le sortir à une date précise, mais plutôt d’attendre d’avoir la bonne histoire, la bonne idée, pour faire le film. C’est ce que nous faisons et je passe beaucoup de temps à travailler sur cette idée, tout comme sur d’autres projets. »

Quoiqu’il en soit, on espère que le prochain film signé Affleck saura dépasser nos attentes et lui offrira un succès critique et public moins mitigé que son dernier bébé Live By Night.

Découvrez le passage du storyboard à la scène finale du film

Un film en trois étapes : de l’écriture en passant par le storyboard au résultat final.

Glass Distortion nous propose une descente dans le processus créatif d’un film : avec dans les vidéos qui suivent une comparaison entre le script, le storyboard et la version finale. Vous pouvez donc suivre le script tout en ayant le storyboard et la version finale qui défile côte à côte. On peut alors voir quelle importance représente le dessin d’une scène dans la préparation d’une production cinématographique et à quel point le réalisateur lui reste fidèle.

Mais tout le monde ne respecte pas ce processus créatif.

En effet, malgré l’avantage indéniable que représente un storyboard lors de la fabrication d’un film, certains réalisateurs trouvent qu’il amoindrit une partie du processus créatif. Car le jour du tournage plus rien n’est écrit dans le marbre. Effectivement  les aléas du monde réel (conditions météo, lieu de tournage…) donne une direction bien différente de ce qui était prévu dans le script.

En effet, des grands noms du cinéma font fi de cette règle.

On retrouve notamment Clint Eastwood qui est connu pour son peu de prise et sa rapidité d’exécution sur un tournage. Il a notamment l’habitude de filmer les répétitions et même de les garder dans le résultat final. On apprend donc qu’il n’utilise le storyboard que pour les scènes nécessitant des effets spéciaux. Le Directeur de la photographie Tom Stern nous parle du travail de Clint :

« Eastwood utilise les storyboards seulement quand des effets spéciaux entre en jeu, dans des films tels que Firefox, l’arme absolue ou encore Space Cowboys. De plus, il ne prépare pas une liste de plans. Au lieu d’avoir le film sur papier, il le garde dans sa tête. »

A contrario, des réalisateurs comme les frères Cohen sont des partisans extrêmes de cette technique de visualisation et ne se privent pas d’en abuser.

L’empire Contre Attaque (storyboard : Ivor Beddoes)

 

The Dark Knight (storyboard : Gabriel Hardman)

 

No Country for Old Men (storyboard : J. Todd Anderson)

 

Et voici une publicité pour Chanel (storyboard : Maxime Rebière)

Rogue One: A Star Wars Story dévoile un extrait plein de Stormtroopers

La sortie du premier spin-off de la saga Star Wars : Rogue One : A Star Wars Story, approche à grand pas. Pour faire patienter les fans une vidéo vient d’être dévoilée sur la toile.

A environ deux semaines de l’arrivée dans notre galaxie de Rogue One : A Star Wars Story, la campagne marketing se fait plus pressante. Après les différents teasers, bandes annonces et spots TV, voici aujourd’hui un extrait du film.

http://www.dailymotion.com/embed/video/x544e97?api=postMessage&autoplay=0&background=E4E2E5&highlight=F68D2D&id=dmplayer_container_x544e97&info=0&origin=http%3A%2F%2Fwww.gameblog.fr&start=0&syndication=190534

On y découvre une scène de bataille dans les rues d’une ville qui ressemble fortement à Mos Eisley. En effet, Jyn Erso, qui est interprétée par l’actrice Anglaise Felicity Jones, a maille à partir avec une bande de Stormtroopers. Vous remarquerez d’ailleurs que malgré l’action omniprésente, une petite dose d’humour vient contrebalancer le ton très sérieux de la séquence.

Pour finir, on vous rappelle que Rogue One: A Star Wars Story occupera nos salles obscures dès le 14 décembre prochain.

Game of Thrones : Un trailer version Skyrim !

Le trailer de la saison 1 de Game of Thrones a été adapté dans l’univers de Skyrim.

UpIsNotJump a décidé de recréer le trailer de la saison 1 de Game of Thrones à partir du jeu Skyrim.

Créer cette vidéo dans Skyrim a demandé environ 300 mods !

                                            Le Mur de Game of Thrones

Ce ne fut pas facile. En effet, la création de la vidéo a demandé à peu près 300 mods différents dans le jeu Skyrim, qui vont des costumes à la création des personnages. De plus, le Mur a été recréé par un utilisateur du mod Nexus.

Peut-il vraiment être comparé à l’original ?

Cela fait maintenant cinq ans que nous parcourons les terres de Westeros, les yeux parfois ensanglantés et emplis de reflets lubriques. Si votre mémoire flanche, voici de quoi la rafraîchir à l’aide du trailer originel :

Quoi qu’il en soit notre ami UpIsNotJump, malgré le travail nécessaire pour accomplir ce travail, est prêt à se lancer dans la création des bandes annonces pour les saisons suivantes. Voilà ce qu’il en dit :

« Je vais surement faire tous les trailers de Game of Thrones, au fil du temps« 

Vous l’aurez sans doute remarqué, cette bande annonce a été réalisée dans la version originale de Skyrim alors que la version remastérisée est sortie il y a peu. Peut-on espérer obtenir les prochains trailers dans une version plus sexy ? En tout cas on espère fort que UpIsNotJump passera sur la dernière édition des studios Bethesda !

En outre, ce fan trailer nous laisse mélancolique, dans l’attente d’une adaptation en jeu vidéo dans un monde ouvert pour rendre honneur à cette extraordinaire épopée qu’est Game of Thrones . On pourra citer Game of Thrones: A Telltale Games Series qui est un jeu vidéo épisodique d’aventure graphique en point and click. Le jeu est développé par Telltale Games et suit le format épisodique utilisé dans d’autres titres du studio, tels que The Walking Dead, The Wolf Among Us et Retour vers le futur.

Pour être tout à fait complet, on citera aussi le jeu développé par les français de CyanideGame of Thrones : Le Trône de Fer, qui avait de bonnes idées mais n’a malheureusement pas réussi à transformer l’essai de l’adaptation avec un résultat brouillon.

 

Enregistrer

Enregistrer

Monster Hunter : Le film est en développement avec le réalisateur de Resident Evil !

Le jeu Monster Hunter se voit adapté au cinéma par le réalisateur de Resident Evil.

C’est en 2012 que Paul W.S. Anderson avait révélé son intérêt d’amener la série de jeux vidéo Monster Hunter, de l’éditeur Capcom, sur grand écran. Malheureusement, nous n’avions plus de nouvelle sur sa possible implication dans un tel projet (bien qu’un producteur ait confirmé qu’un film soit en développement pendant le Tokyo Game Show). Mais dans une interview menée par Deadline, le réalisateur de Resident Evil et Mortal Kombat s’est exprimé sur le projet et espère qu’il sera son prochain film. La franchise étant aujourd’hui plus importante que celle des Resident Evil pour Capcom.

Pour rappel, la série des jeux de rôle Monster Hunter est extrêmement populaire au Japon, elle est développée et éditée par Capcom. Le fer de lance de cette série est Monster Hunter sorti sur PlayStation 2, où  le joueur incarne un chasseur de monstre dans un univers tourné vers la fantasy. Des quêtes lui sont proposées, dans lesquelles il doit chasser ou capturer des monstres. Il est aussi possible de collecter des minéraux, poissons et petits monstres. La série s’est prolongée sur PlayStation Portable, Wii, Xbox 360, PlayStation 3, Nintendo 3DS, Wii U et a même connu une adaptation pour PC dans un jeu en ligne massivement multijoueur. Le jeu est composé d’une série principale divisée en plusieurs générations ainsi que d’une série dérivée.

Une histoire de monstre !

Anderson nous révèle l’histoire en filigrane :

Pour tous les monstres, il y a un héros. Un homme ordinaire sans avenir, découvre qu’il est en fait le descendant d’un ancien héros. Il doit voyager dans un monde mystique pour s’entraîner et devenir un Monster Hunter (chasseur de monstre), avant qu’une créature mythique de ce monde ne détruise le notre.

De plus, il ajoute :

Il n’y a pas de vrai personnage principal, donc c’est comme lorsqu’on s’est attaqué à Resident Evil et que nous avons imposé notre personnage et l’histoire sur ce monde. Je pense que c’est parfait pour nous pour faire exactement la même chose. Le monde de Monster Hunter inclut ces immenses déserts qui font passer le désert de Gobi pour un bac à sable, et ils ont des navires qui naviguent à travers le sable. Ce sont des galions, mais plutôt que de naviguer sur les vagues de l’océan, ils naviguent sur des vagues de sable… Vous vous battez contre ces créatures gigantesques, aussi grosse que des pâtés de maisons. Ils vivent sous la terre en sortent dans une éruption de sable, c’est comme le meilleur de Dune. Vous avez aussi ces dragons volants, ces araignées géantes, en somme les plus merveilleuses des créatures.

Cette histoire se déroulera dans deux mondes.

Enfin, il nous révèle un gros changement qu’ils vont faire pour le film. En effet, le film prendra place dans le monde réel et celui de Monster Hunter.

L’acte final se déroulera dans notre monde et ce sera une bataille épique autour de LAX (Aéroport international de Los Angeles). Ensuite, vers la fin nous sommes soudainement confronté avec le fait que les créatures mythiques de notre monde sont revenus  se venger. Donc nous avons le second film où ce sera organisé.

 

Anderson a écrit le scénario du film, qu’il va aussi réaliser. De plus, il va produire le film avec son partenaire Impact Pictures et Jeremy Bolt. Son prochain film est Resident Evil: The Final Chapter, son quatrième dans la franchise qui en compte six. Il sortira le 27 janvier 2017.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Monument Valley: le jeu mobile inspire Doctor Strange !

Voilà qui est étrange, un jeu mobile à 4 euros qui inspire une super production de plusieurs millions d’euros.

En effet, Monument Valley est un jeu vidéo de réflexion, développé par Ustwo, sorti sur plateforme mobile iOS le 3 avril 2014 et sur Android le 14 mai. Le film reprend des paysages surréalistes et des formes géométriques impossibles, tout comme le jeu vidéo qui base son gameplay sur une géométrie impossible et des effets de perspectives incroyables.

Voici le trailer de Monument Valley pour vous donner une idée de comment le jeu a pu inspirer ce film de super héros.

De plus, on apprend en compagnie du superviseur des effets spéciaux du film Stephane Ceretti dans un article de Vulture, comment il a été influencé par le jeu. Ils ont notamment repris sa perspective forcée du mouvement, avec les fractales (Une fractale est un objet mathématique, tel une courbe ou une surface, dont la structure est invariante par changement d’échelle) et le travail de MC Escher qui est en parfaite adéquation avec l’esprit du jeu.

Pour finir, on pourra trouver ça vraiment cool qu’un jeu mobile à 4 euros ait une telle influence au vu des milliers d’autres jeux qui n’ont que peu d’intérêt. En outre, Monument Valley a joué un rôle dans la dernière saison de House of Card, ce n’est donc pas la première fois qu’il influence une production audiovisuelle. En effet, Ken Wong, le lead designer du jeu mobile, a reçu un appel de la part de la production lui demandant s’ils pouvaient utiliser le jeu dans la série. On peut donc retrouver le President Frank Underwood en train de jouer au jeu dans son appartement présidentiel et par la suite lire un extrait de la description du jeu.

Enfin une nouvelle qui réchauffe le cœur des joueurs mobile !

Allez on vous laisse avec le trailer de Dr Strange :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Invisible : Doug Liman nous propulse dans la VR

La VR a trouvé son chevalier blanc pour la lancer dans la cour des grands. On vous parle de la mini série : Invisible.

Doug Liman réalisateur de La Mémoire dans la peau (The Bourne Identity), Mr. et Mrs. Smith et Edge of Tomorrow, pour ne citer qu’eux, se lance dans l’expérience de la vidéo 360° au travers de sa mini série, Invisible, dont voici le trailer :

La série suit une riche famille, les Ashlands, dont certains membres ont le pouvoir de se rendre invisible. Lorsque le patriarche de la famille décède dans de mystérieuses conditions, sa petite fille Tatiana (Sofia Black-D’elia qui joue dans The Night Of) enquête sur cette mort mystérieuse et reprend l’entreprise familial en main.

Après avoir vu le premier épisode de cette série, qui en compte cinq, on entrevoit rapidement ce que cette nouvelle technologie peut apporter à la création d’un récit. L’histoire est immersive et dépasse amplement le simple effet « whaou ». En effet, on se retrouve face à une création qui utilise un nouveau langage en partie issu du jeu vidéo et bien entendu du cinéma. D’ailleurs, la 360 est ici parfaitement utilisée au service d’une narration prenante. L’analogie avec le jeu vidéo est encore plus prégnante lors de l’apparition de l’homme invisible, qui nous fait penser à la forme spectrale invisible que l’on arbore grâce au bonus d’invisibilité dans le FPS Halo.

Un langage en cours de formalisation !

En revanche, la comparaison s’arrête là car nous sommes passif face à ce spectacle aux multiples points de vues et qui se permet même « l’outrecuidance » d’enfoncer le clou des différentes perspectives par un split screen au sein de la 360. Outrecuidance, qui, je l’espère, fera partie de notre langage visuel dans un avenir proche, dans ce nouveau monde plein de surprise et de nouvelles techniques à découvrir.

Bien que Doug Liman ait réussi son pari, un certain balbutiement dans le récit se fait sentir, sans doute dû, d’une part à mon manque d’expérience dans cette nouvelle technologie. Il faut l’avouer ce nouveau média manque de contenu de qualité (en effet, l’application nécessaire pour visionner cette série n’est pas encore disponible en France). D’autre part, il y a un manque cruel d’uniformisation d’un langage en devenir, dû là aussi au nombre flagrant de production qui se cantonnent encore à l’effet « whaou » de cette nouvelle technologie.

En ce sens, on fera un parallèle avec le début du cinéma et en particulier avec le premier film projeté par les frères Lumière, qui surprenait, voir effrayait les spectateurs à cause du train qui fonçait droit vers l’écran ! Le langage cinématographique a depuis bien évolué et son spectateur avec lui, nul doute qu’il en sera de même avec la VR.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 

 

 

 

Uwe Boll jette l’éponge : Le cinéma perd un de ses plus mauvais réalisateurs

Le cinéma perd l’un de ses plus grand génie de la série Z à très petit budget. En effet, Uwe Boll l’homme qui est considéré comme l’un des plus mauvais réalisateur à ce jour et créateur de film tel que Blubberella où il incarne Hitler, se retire de la production cinématographique.

Uwe Boll n’est pas connu pour ses grands films mais plutôt pour ses adaptations de jeux vidéo à petits budgets comme House of the Dead, BloodRayne, Dungeon Siege, le très violent Postal ou encore Far Cry. Cette liste non exhaustive de notre réalisateur est tout à fait représentative du bas niveau de ses productions qui sont en plus de véritables tortures pour les fans de jeux vidéo que nous sommes. Mais ce ne sont pas les fans des jeux vidéo qu’il a passé à la moulinette, ou encore les mauvaises critiques qui l’ont fait abandonner le monde du cinéma. En réalité, Uwe Boll pense que le marché pour ses petites productions est mort.

Effectivement, Rampage: President Down sera son « chant du cygne » et voilà ce qu’il dit sur son départ de l’industrie :

« Rampage sera visible sur Netflix, en DVD, ou sur Itunes ou où vous voulez. Ils disent « c’est un film merveilleux ! J’ai aimé blah, blah, blah » et ensuite ils regardent Avengers. Avec le streaming partout il y a des tonnes de films et vous n’avez pas d’impact. Le marché est mort. Vous ne faites plus d’argent sur les films car le marché mondial des DVD et Blu-ray est tombé de 80% ces trois dernières années. C’est la vrai raison; je n’ai plus les moyens de faire des films. Je ne peux pas retourner à la réalisation de film étudiant car j’ai fait tellement de film dans ma vie, et je ne peux pas faire des films de moins en moins cher à mon âge. C’est une honte. Je serais heureux de continuer à faire des films mais ce n’est financièrement pas profitable. »

Raging Boll un homme tout terrain !

On le surnomme Raging Boll  depuis qu’il a mis quatre journalistes KO sur un ring de boxe (un crochet par critique négative). Mais ce champion catégorie Z ne va pas se relever de si tôt au vu du flop de ses deux derniers films. En effet, il auto finance ses films depuis plus de dix ans :

« J’ai utilisé mon argent depuis 2005 et si je n’avais pas fait ces stupides films basés sur des jeux vidéo, je n’aurais jamais fusionné mon capital et donc je pourrais dire : « faisons le film sur le Darfur ». Je n’ai pas besoin d’une Ferrari ou d’un yacht. J’ai investi dans mes films et j’ai perdu de l’argent. »

Boll a donc perdu son argent sur ses deux derniers films réalistes Attack on Darfur et Assault on Wall Street. Malgré tout, il pense sincèrement que son film sur Wall Street est meilleur que la suite d’Oliver Stone : Wall Street 2. Malheureusement, pour lui son problème est qu’il ne peut obtenir de star tel que Michael Douglas pour ses films.

On vous laisse avec la bande annonce de son dernier film Rampage. De quoi vous faire un avis sur la qualité de ses productions, et qui sait, peut être que sa reconversion sera une réussite. On imagine facilement le retrouver sur un ring à l’instar de Mickey Rourke qui était passé d’acteur à boxer dans les années 90. Mais pour le moment il va simplement s’occuper de son restaurant le Bauhaus à Vancouver qui a de très bonne critique culinaire. Comme quoi on peut être mauvais au cinéma et bon en cuisine, ça donne de l’espoir.


 

UNCHARTED : L’Indiana Jones des jeux vidéo a trouvé son réalisateur

Le réalisateur d’Uncharted vient d’être choisi, la production du film s’accélère.

Sony Pictures a enfin trouvé son réalisateur pour Uncharted ! Selon Deadline, le studio a engagé Shawn Levy (Réalisateur de Stranger ThingsNight at the Museum, Real Steel) pour diriger l’adaptation du jeu vidéo. Il sera accompagné de Joe Carnahan (NarcThe Grey) à l’écriture. Ce choix tardif explique sans doute pourquoi le film a récemment été retiré du catalogue des sorties du studio, précédemment prévu pour une sortie le 30 juin 2017. Aucune nouvelle date de sortie n’a, pour l’instant, été communiquée.

Basé sur le jeu vidéo d’action-aventure Uncharted: Drake’s Fortune de Naughty Dog et Sony Interactive, l’histoire suit un descendant de l’explorateur Sir Francis Drake, un chasseur de trésor du nom de Nathan Drake. Celui-ci part en quête de l’emplacement de l’El Dorado, la fameuse cité d’or perdue des Incas. Vous l’aurez deviné, son chemin sera parsemé d’embûches avec l’arrivée de créatures mutantes, de descendants Espagnols et Nazis qui rechercheront également à connaitre l’emplacement de cette cité d’or.

Il y a eu trois suites à Drake’s Fortune, avec la dernière en date, Uncharted 4: A Thief’s End, qui est sorti en mai 2016.

Uncharted est une production Arad/Atlas Entertainment, avec Charles Roven, Avi Arad, Alex Gartner, et Ari Arad à la production.

Rockstar enflamme le web avec Red Dead Redemption 2

Après la publication d’un tweet mystérieux, Rockstar Games lache enfin le morceau sur sa future grosse production : Red Dead Redemption 2.

Cette dernière publication confirmerait-elle le grand retour de la licence Red Dead sur consoles next-gen ? En effet, des rumeurs, dévoilées par nos confrères de IGN France, laissaient entendre qu’une préquelle serait en préparation. L’image mise à part, l’évident hommage fait au film les 7 mercenaires nous rappelle le passé trouble de John Marston qui, avant sa Redemption, faisait parti d’un gang. Ce teasing révèlerait peut être une préquelle à Red Dead Redemption avec John Marston et son gang ?

Notez que Red Dead Redemption est l’épisode qui a le plus marqué les esprits, au point où l’on oublie parfois qu’il s’agit du « second opus » de la saga Red Dead, débutée en 2004 sur PS2 et Xbox avec Red Dead Revolver.

Pour ce qui est du contenu du jeu, l’avenir nous dira ce que l’équipe de Rockstar nous réserve mais nous pouvons d’ores et déjà leur tirer nos chapeaux pour ce qui est du teasing. En conclusion, nous pouvons dire qu’après le remake des 7 mercenaires d’Antoine Fuqua, le western fait bel et bien son retour en force sur nos écrans, petits et grands.

Gears of War : une adaptation en film opportuniste ?

Gears of War se dirige vers Hollywood, la mecque du grand spectacle. Mais le jeu semble sur le chemin de ses pairs (devrais-je dire la voie de garage ?!), tel Resident Evil, qui est devenu une machine à sous, sans grand lien avec l’idée originelle du jeu ! Ce serait donc l’opposé d’un Warcraft qui tentait tant bien que mal d’adapter fidèlement un univers complexe. Est-ce une bonne ou mauvaise chose pour cette énorme franchise ?

Rod Fergusson à la tête du studio de développement The Coalition nous donne son avis :

Je pense que vous devez laisser le film être le film”.  Il continue : “Ce sont deux médiums différents et deux audiences différentes dans certains cas, et je pense que certains jeux vidéo ont échoué dans le passé car ils ont essayé de faire un film pour les joueurs. Si tu as ce matériel avec un univers profond et beaucoup de traditions dont tu peux tirer des histoires intéressantes c’est génial, mais si tu cherches seulement une audience de joueurs alors ce ne sera pas un film à succès.

Ce n’est donc pas clair à ce stade du projet si le film va suivre une strict adaptation du jeu ou va s’inspirer plus largement de son univers.

Tout cela a été annoncé lors d’un streaming en direct pour la sortie de “Gears of War 4”. Le film est développé en coopération avec Universal Pictures sous la direction des producteurs vétérans Scott Stuber (“Ted,” “The Kingdom”) et Dylan Clark (“Rise of the Planet of the Apes”). Un film basé sur la populaire franchise à la troisième personne était depuis longtemps devenu un bruit de couloir mais Rod Fergusson pense que c’est le bon moment pour le grand écran.

Il ajoute d’ailleurs : “c’est une étape logique pour supporter cette franchise qui a déjà été adapté en comics et en livre, qui plus est l’opportunité de travailler avec Universal tombée à point nommé”.

Il n’est pas nécessaire d’attendre la sortie du film pour sauter dans l’univers de “Gears of War” puisque l’opus numéro 4 va sortir le 11 octobre sur Xbox one et Windows.

Alors à vos écrans ! On vous laisse avec ce trailer très cinématique :

Le Western est de retour avec les 7 Mercenaires !

Les 7 Mercenaires est un remake très attendu d’un grand film des années 60 : The Magnificent Seven de John Sturges avec Yul Brynner, Eli Wallach, Steve McQueen, Charles Bronson, Robert Vaughn, James Coburn… des stars de l’âge d’or des studios Hollywoodiens. Qui est lui même inspiré du film les 7 samouraïs d’Akira Kurosawa, le chambara par excellence.

 

On retrouve aux commandes de cette super production de 90 millions de dollars Antoine Fuqua un réalisateur connu pour ses actioners  premier degré comme “Shooter, tireur d’élite” ou plus récemment “La Chute de la Maison Blanche”. Là aussi nous avons droit à une pléthore de stars : Denzel Washington, Chris Pratt, Ethan Hawke, Vincent D’Onofrio…

Ethan Hawk parle du film comme d’un western à la John Ford : “On n’en a toujours parlé, et j’ai fait un western spaghetti dans A Valley Of Violence, et tout d’un coup, Antoine m’a appelé avec cette idée que Denzel et lui voulaient faire Les 7 Mercenaires et est-ce que je voulais me joindre à eux. Et j’ai été totalement emballé ! Le genre du Western est tellement énorme, et celui que j’ai fait avec Antoine est plus proche d’un western Fordien que spaghetti. En fait, il se rapproche plus du genre western épique à la sauce hollywoodienne.

Pour le moment c’est un carton au box-office américain avec 40 millions de dollars pour les quatre premiers jours. Assistons-nous à la renaissance d’un genre qui s’est fait rare ces dernières années ? En tout cas Ethan Hawk le souhaite fortement : “J’aimerais que ce film relance la mode des westerns, admet Ethan Hawke. Ils sont éprouvants physiquement mais fort amusants à tourner. !

Alors à voir, à jouer, ou à jeter ?! On vous en dira plus dans notre prochain podcast 😉

Scroll to top