Auteur : Drustan

[Crash Test] Super Mario Maker 2 : Un quasi sans faute

Il est enfin arrivé ! Super Mario Maker 2 vient assurer la suite sur Nintendo Switch, après un premier opus déjà immensément riche en contenu et possibilités. Après de trop nombreuses heures de jeu et quelques crises de nerfs, voici notre Crash Test !

Super Mario Maker c’est quoi ?

Pour ceux qui l’ignorent encore, Super Mario Maker 2 est avant tout un jeu de plate-forme qui bénéficie des moteurs de Super Mario Bros 1 & 3, Super Mario World, New Super Mario Bros et Super Mario 3D World. Nous retrouvons donc une incroyable richesse et variété de gameplay, le tout avec des éléments familiers qui ont fait déjà leur preuve dans les précédents jeux sortis.

Une histoire pour apprendre à jouer

Super Mario Maker 2

Avant d’aller au charbon, nous nous sommes laisser séduire par le mode histoire. Pas très complexe, vous devez (re)construire le château de la princesse Peach. Pour cela, il vous faudra des pièces d’or, que vous trouverez en accomplissant les missions confiées par les Toads. Ainsi, nous aurons droit à de nombreuses petits niveaux s’étalant sur environ 5 heures de jeu.

La variété de niveaux nous permettent de découvrir les nombreuses possibilités de level & game design, d’ennemis, d’accessoires ou de encore pièges offerts dans ce Super Mario Maker 2. En passant, on apprécie l’imagination des développeurs, qui étaient d’ailleurs dirigés par le grand Takashi Tezuka, l’homme derrière les Super Mario Bros 1 ou encore Legend of Zelda.

Plus concrètement, le solo n’est pas essentiel mais fait office d’un très bon entrainement avant de se lancer dans le coeur du jeu, qui est quant à lui infini.

Au boulot

Super Mario Maker 2

Passons maintenant au coeur de ce nouvel opus, la construction. L’éditeur de niveau, toujours aussi complet, permettant de modeler les niveaux de votre choix sous différents type de Super Mario : Super Mario Bros 1 & 3, Super Mario World, New Super Mario Bros et Super Mario 3D World.

Pour cela vous avez accès à tout un panel de décors, objets, ennemis pour matérialiser votre niveau et créer un challenge plus ou moins ardu. Pour les adeptes d’extrême difficulté, n’ayez pas trop les yeux plus gros que le ventre car, pour être valide, votre niveau devra être faisable… par vous. Sans cela, impossible de le partager à la communauté de joueurs en ligne.

Super Mario Maker 2

Nous avons pu remarquer quelques nouveautés intéressantes par rapport au premier opus, déjà très complet : la possibilité de créer des pentes, la gestion du scrolling, qui permet de générer des niveaux verticaux encore plus challengeant, ou encore les conditions pour accomplir le niveau. Cette dernière permet de varier les conditions dans l’accomplissement des niveaux en demandant par exemple aux joueurs : de ne pas sauter, de ramasser un certain nombre de pièces ou de tuer certains ennemis.

Notez que si les quatre premiers style de Super Mario disposent d’une structure similaire permettant de passer de l’un à l’autre sans tout refaire, passer sur le thème New Super Mario 3D world vous obligera à tout refaire. La raison est simple, la structure des niveaux réalisables, les objets ainsi que les ennemis disponibles n’ont pas d’équivalent direct sur les précédents jeux de la licence (tel que notre petit favoris Bowser Chat).

Super Mario Maker 2

Côté multijoueur, nous sommes également comblés. Vous pourrez concevoir des niveaux à deux et jouer ensuite ensemble à ces derniers depuis la même console ou sur plusieurs Nintendo Switch en local.

Bien que plaisantes, les phases de construction nous renvoient aux limitations des manettes/Joy-con qui seront beaucoup moins ergonomiques que nos doigts (ou un stylet) sur l’écran tactile de la console 

Super Mario Maker 2

Mais ce n’est pas tout, vous allez pouvoir publier vos créations pour les rendre jouables par d’autres joueurs avides de challenge. Et bien sûr vous allez pouvoir également trouver votre bonheur parmi le grand nombre de niveaux disponibles en ligne. Pour cela, on appréciera la présence de classements de niveaux selon leur succès mais également des tags pour trouver plus précisément son bonheur.
Chose très intéressante (et drôle) que nous avons pu noter : lorsque vous mourez dans ces niveaux en ligne, vous pouvez voir les marques des précédentes morts, ainsi que les commentaires « rageux » d’autres joueurs. On regrettera cependant, le temps de chargement des niveaux en ligne qui peut parfois être long, voire ne jamais aboutir.

En conclusion Super Mario Maker 2 est un véritable petit bijoux vidéoludique. Il offre une excellente expérience aux joueurs ainsi qu’aux créateurs en offrant un contenu, un challenge, une inventivité quasi infinie. Quelques défauts inhérents au support se font cependant sentir, tel que l’utilisation des manettes (Joy-Con en solo ou pire, en multi) pour la construction qui ne sont pas du tout adaptées ou encore les quelques latences de chargement en ligne.

Malgré cela, le jeu plaira aux amoureux de Super Mario, de jeux de plateforme, de challenge, de construction, de casse-tête et surtout de jeu vidéo ! Un véritable must have du genre !

Scénario
Scénario-tuto 40%
Gameplay
Parfait en jeu ! Tactile obligatoire en construction 70%
Graphismes
Classiques et variés 80%
Durée de vie
Complet et aux possibilités infinies 110%
Bande Son
Classique et efficace ! Tout y est ! 90%
Crash test
54.99
Prix conseillé, après le Crash Test.

Uplay+ : Découvrez tous les jeux inclus dans l’offre d’Ubisoft

Annoncée lors de sa conférence E3 2019, l’offre d’abonnement Uplay+ dévoile enfin la liste complète de ses jeux proposés.

Suivant la mode des abonnements illimités, Ubisoft proposera dès le 3 septembre prochain l’Uplay+. Pour ceux qui l’ignorent encore, il s’agit d’une offre d’abonnement mensuel donnant accès à plus de 100 jeux provenant exclusivement du catalogue de l’éditeur français. Celui-ci sera disponible uniquement pour les joueurs PC et Google Stadia pour la belle somme de 14,99€ par mois.

Alors que la date de sortie approche, Ubisoft lâche des informations sur le nombre de jeux ainsi que les licences qu’inclura l’Uplay+.

Comme vous pouvez le voir sur la vidéo et sur le site de l’éditeur, nous retrouvons avec plaisir de belles licences tels que les Splinter Cell, Rainbow Six, Assassin’s Creed, Prince of Persia, Far Cry, Rayman et bien d’autres. À cela, nous aurons droit à la version Gold de la plupart des titres avec les contenus additionnels, bonus et autres DLC, pour notre plus grand plaisir.

Uplay+ débarque le 3 septembre 2019 sur PC et dès la sortie de la Google Stadia (novembre 2019 pour les premiers ndlr)

Nintendo Switch Lite se dévoile : Tout ce qu’il faut savoir

Après plusieurs mois d’intenses rumeurs, Nintendo vient de dévoiler sa nouvelle déclinaisons de la Switch : La Nintendo Switch Lite. Cette nouvelle console sera plus petite, disponible en plusieurs couleurs et elle sera vendue 100 euros de moins que sa grande soeur. 

Mais ce n’est pas tout car elle ne permet plus de détacher les Joy-con et ainsi de pouvoir se mettre en mode TV.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo de présentation ci-dessus, d’autres petites différences avec le modèle original sont à noter. La durée de jeu sur batterie est légèrement plus importante grâce à une architecture interne plus optimisée. Les couleurs disponibles à la sortie seront le jaune, gris et turquoise; sans oublier un modèle de gris spécial pour la sortie des deux jeux Pokémon Épée et Pokémon Bouclier en fin d’année. 

Sans que cela semble gênant, l’écran est légèrement plus petit (5,5 pouces au lieu de 6,2 ndlr) mais profite toujours d’un affichage en 720p. 

Vous pourrez jouer à tous les jeux Nintendo Switch classiques compatibles avec le mode portable. Pour cela il suffit de vous référer aux informations sur le dos des emballages des jeux. Egalement, vous vous en doutez mais, vous pourrez jouer entre joueurs possédant la version classique et portable de la Switch. À noter également qu’il n’y a aucune différence de performances entre ces dernières. Ainsi la version Lite supporte les Joy-Con, la manette Switch Pro ou encore la Poké Ball Plus. Elle dispose également toujours du Wi-Fi, Bluetooth, NFC et d’un Gyroscope pour les mouvements.

Nintendo Switch Lite sortira le 20 septembre pour 199€ et la version Pokémon sera disponible le 8 novembre pour le même prix.

[JAPAN EXPO] Voici la liste des jeux Nintendo qui seront jouables

A quelques jours du coup d’envoi de cette nouvelle édition de la JAPAN EXPO, Nintendo fait grimper l’attente en dévoilant la liste de tous ses jeux jouables sur le salon.

  • A Hat in Time
  • Sayonara Wild Hearts
  • Disney TSUM TSUM Festival
  • A.O.T. 2 Final Battle
  • Resident Evil 5

La bonne nouvelle est qu’hormis certains titres déjà sortis, les visiteurs de la Japan Expo pourront aussi jouer aux très attendus Pokémon Épée, Pokémon Bouclier, Luigi’s Mansion 3 ou encore The Legend of Zelda: Link’s Awakening.

Rendez-vous à la Japan Expo du 04 au 07 juillet au Parc des Expositions de Paris-Nord Villepinte.

[Crash Test] Resident Evil 4 sur Nintendo Switch : un portage paresseux ?

A sa sortie, en 2005, Resident Evil 4 apporta un vent de fraicheur au genre survival-horror. Que ce soit par ses graphismes que par son gameplay novateur, le jeu marqua toute une génération. Depuis, nous avons eu droit à plusieurs rééditions HD en 2011 avec notamment une version Wii plutôt originale avec l’utilisation du Wii Motion. 

Que vaut cet ultime portage sur Nintendo Switch plus de 14 ans plus tard ? 

Côté histoire, vous incarnez le héro de Resident Evil 2, Leon S. Kennedy, qui est envoyé en Espagne pour retrouver la fille du Président des États-Unis, qui a été kidnappée. Très simple, l’objectif du jeu sera de secourir la jeune demoiselle en détresse et de l’escorter saine et sauve. Si nous retirons le fait que le scénario est plus simple que celui d’un film de Luc Besson, le jeu profite toujours d’un rythme soutenu. De plus les phases de jeu avec Ashley, la fille du président, apporte une dose de stress supplémentaire. Cette dernière se faisant kidnapper à la moindre seconde d’inattention.    

Resident Evil 4

Loin d’être son premier portage, Resident Evil 4 s’affiche ici en HD – 16/9 ème dans un rendu plutôt propre sur la console hybride de Nintendo. On notera plus d’aliasing que sur les version HD PS4, Xbox One sans que cela soit gênant au cours des parties.  

Resident Evil 4

C’est surtout au niveau du gameplay que le coup de vieux se fait sentir. Nous ne pouvons que déplorer la rigidité omniprésente et le sentiment d’extrême lourdeur dans les mouvements de notres personnage. Pour vous remettre un petit peu de contexte, vous déplacez votre personnage et vous faites pivoter la caméra avec le MÊME STICK GAUCHE. Une tannée lors des déplacements rapides pendant les attaques. Dommage que nous n’ayons pas eu droit à une petite mise à jour de la maniabilité du jeu, même en option.
Depuis 2005 beaucoup de progrès ont été faits et il est très difficile de ne pas admettre que l’épisode n’a pas pris un sérieux coup de vieux. Et cerise pourrie sur ce gâteau qui commence sérieusement à sentir mauvais : cette version Switch ne bénéficie ni du motion control (présent sur Wii ndlr) ni de la compatibilité avec le tactile de la console. 

Resident Evil 4

En conclusion, Resident Evil 4 reste fidèle à la version originale pour le meilleur mais malheureusement aussi pour le pire. Cette version Nintendo Switch se résume à un bon et lointain souvenir plein de nostalgie. Nous ne pouvons que déplorer qu’aucune nouveauté n’est venue enrichir l’expérience de base qui a maintenant plus de 14 ans. Pas de tactile, pas de motion control, tout est d’époque ou presque. Oui, le prix a, quant à lui, augmenté. Vendu à 20€ en 2011 dans ses premières rééditions HD, Capcom le propose ici à 29,99€.

Scénario
10%
Gameplay
20%
Graphismes
Honorable pour le support 60%
Durée de vie
20h de jeu 70%
Crash test
29.99
Prix conseillé, après le Crash Test.

[Crash Test] Assassin’s Creed 3 fait un (très) beau retour sur Nintendo Switch

Plus de 7 ans après la sortie de l’épisode original sur les consoles de salon de l’époque, Assassin’s Creed III revient dans une version remasterisée sur PS4, XBOX One, PC et Nintendo Switch. Vous l’aurez compris ce Crash Test se concentrera uniquement sur la version destinée à la console hybride de Nintendo, disponible depuis le 21 mai 2019. 

Pour replacer le jeu dans la chronologie des Assassin’s Creed, il s’agit du troisième épisode de la fameuse saga. Bien qu’il soit littéralement le 5ème jeu sorti si l’on compte les deux épisodes Brotherhood et Révélation

Vous y incarnez Desmond dans le présent qui, à l’approche du 21 décembre 2012 et de la fin du monde qui en découle, tente de sauver l’humanité. Rien que ça ! Pour cela, notre héros rejoint le temple tenu par la première civilisation, à l’aide de la pomme d’Eden et se retrouve immédiatement transporté dans le passé de son ancêtre. L’histoire démarre ainsi sur les chapeaux de roues et nous sommes très rapidement envoyés dans le passé pour trouver des réponses.

S’en suit des phases de jeu très intéressantes, tout d’abord aux commandes d’un premier personnage Haytham, pendant les premières heures de jeu. Puis nous prenons le contrôle du véritable héros du titre, Connor. Sans rien vous spoiler de l’histoire et avec le recul des années, l’évolution et la narration autour de ce(s) personnage(s) reste parmi les plus intéressantes de la saga. À cela nous pouvons ajouter une histoire non manichéenne et une époque marquante qui raviront les fans de la première heure et les profanes. 

Pour revenir à la version Nintendo Switch, nous retrouvons bien sur tous les éléments qui ont fait le succès de cet opus : un parkour amélioré avec des mouvements plus fluides et réalistes, une intelligence artificielle plus développée (pour l’époque), un monde ouvert … plus ouvert et sauvage avec de la chasse et bien d’autres activités. La grosse bonne nouvelle est que, malgré le nombre d’années au compteur, l’ensemble tient encore bien la route.
Malheureusement ce « Remastered » n’en porte que le nom, nous n’avons dénombré que trop peu d’améliorations sur cette version Nintendo Switch. Nous avons pu noter tout de même l’arrivée de la visée libre (apparue sur l’épisode suivant Black Flag ndlr), des corrections de bug et quelques améliorations d’interface.

Pour ce qui est des améliorations graphiques, la version Switch ne profitera pas des évolutions visibles sur Ps4, Xbox One et PC. On aura donc droit à un rendu HD, adapté aux écrans 720P et 1080P sur TV, mais avec des textures simples, du clipping et de l’aliasing à foison. La fluidité dans le jeu est globalement constante à 30 FPS (images par seconde ndlr) autant en mode TV qu’en portable. Même si on note une baisse significative lors de la présence de beaucoup de personnages à l’écran, des explosions et en intérieur des bâtiments.

Nous retrouvons avec plaisir un le système de combat de l’époque, très arcade et qui offre toujours autant de plaisir. Les Joy-con (ainsi que la manette de Switch Pro) répondent au doigt et à l’oeil et restent très pratique, autant dans l’action que dans la gestion des menus/ interfaces du jeu.

Assassin's creed 3

Côté durée de vie, cet Assassin’s Creed 3 Remastered est très costaud, avec l’histoire principale, les quêtes secondaires, batailles navales, le crafting et la gestion de son domaine. Pour ces deux derniers, lorsque que vous posséderez votre domaine dans le jeu, vous pourrez y confectionner, utiliser ou vendre de nouveaux vêtements et autres produits issus de la chasse.

N’oublions pas, pour finir, l’excellent DLC la Tyranie du roi Washington, qui nous plonge dans une dystopie où George Washington, aveuglé par le pouvoir, devient fou et se lance dans un règne tyrannique.

Vous l’aurez compris ce ne sont pas les heures de jeu qui manqueront à cet opus Nintendo Switch. On regrettera les missions secondaires qui restent en majorité très répétitives (repérage, espionnage, infiltration, assassinat …). Enfin, nous ne l’avons pas détaillé dans ce Crash Test, Assassin’s Creed Libération est également inclus dans l’achat du jeu.  Il s’agit de l’excellent titre PS Vita sorti en 2012, puis en 2014 en HD sur consoles de salon. 

Assassin's creed 3

Assassin’s Creed 3 sur Nintendo Switch n’est pas véritablement un « Remastered » mais plus un portage amélioré. Cette version profite de quelques correctifs mais reste privée des évolutions graphiques présentes sur PS4, Xbox One et PC. Bien que 7 ans nous séparent de la sortie initiale du jeu, le tout reste toujours aussi agréable et complet. Sans oublier que le contenu présent avec le jeu est plus que généreux : Jeu complet + DLC + Assassin’s Creed Libération HD. 

Scénario
Intéressant & immersif 90%
Gameplay
Agréable mais un peu répétitif 80%
Graphismes
Honorables mais commencent à dater 75%
Durée de vie
Très complet 95%
Bande Son
Agréable, discrète mais ... buggée 60%
Crash test
39.99
Prix conseillé, après le Crash Test.

[E3 2019] Nintendo Direct : Une avalanche d’annonces avec une (très) belle conclusion

Diffusé ce soir, le Nintendo Direct de cette année a tout simplement été un sans faute pour la firme japonaise. Des beaux jeux à venir, une Switch qui n’en finit pas de mettre tout le monde d’accord et un final tout simplement divin pour les joueurs.

Retrouvez ici notre (très large) sélection d’annonces marquantes :

Super Smash Bros. Ultimate

La bête de course de Nintendo en a encore beaucoup en réserve, comme nous le montre l’arrivée de nouveaux combattants. Dès cet été, vous y retrouverez les personnages du RPG Dragon Quest XI et Banjo Kazooie arriveront également plus tard, cet automne.

Luigi’s Mansion 3 – Fin 2019

Le frère de Mario va encore se trouver en galère dans un dans un grand hôtel peuplé de fantômes. Au programme, nouvelles possibilités de vous débarrasser de ces nuisibles, nouveau personnage jouable – Gluigi – et mode coopération à huit. Toujours prévu pour cette fin d’année.

DOOM, Spyro, Alien, les éditeurs tiers sont au rendez-vous

Voici les quelques dates à retenir pour les jeux d’éditeurs tiers :

  • Dead by Daylight – automne
  • Stranger Things 3: The Game (Netflix) – 4 juillet 2019
  • Spyro Reignited Trilogy 3 septembre 2019
  • Alien: Isolation 2019
  • Wolfenstein: Youngblood – 26 juillet 2019
  • DOOM Eternal – Bientôt disponible
  • The Elder Scrolls: Blades – Automne

Dragon Quest XI S – 27 septembre 2019

The Legend of Zelda: Link’s Awakening – 20 septembre 2019

TRIALS of MANA – Début 2020

Collection of Mana – Dès aujourd’hui

Résident Evil 5 & 6 – Automne 2019

The Witcher 3: Wild Hunt – 2019

Fire Emblem Three Houses – 26 juillet 2019

No More Heroes III – 2020

Contra Rogue Cops – 26 septembre 2019

Une belle annonce qui s’accompagne d’une autre bonne nouvelle, avec Contra Anniversary Collection qui est disponible dès maintenant.

Deamon X Machina – 13 septembre 2019

Panzer Dragoon – Fin 2019

Pokémon Épée / Bouclier – 15 novembre 2019

Astral Chain – 30 août 2019

Empire of Sin – 2020

Animal Crossing : New Horizons  – 20 mars 2020

Marvel Ultimate Alliance 3 – 19 juillet 2019

Cadence of Hyrule – 13 juin 2019

Mario & Sonic aux Jeux Olympiques – Novembre 2019

The Legend of Zelda: Breath of the Wild « 2 » – En développement

Rien de tel que le grand Zelda pour conclure ce Nintendo Direct très bien rempli. Et pas n’importe lequel, on parle ici de la suite d’un des plus grand jeu vidéo de ces dernières années : la suite de The Legend of Zelda: Breath of the Wild.

Vous l’aurez remarqué, ce Nintendo Direct n’était pas avare en annonces de jeux. Il nous rappelle que Nintendo est en pleine forme et qu’avec sa Switch qui fait l’unanimité, plus rien ne peut l’arrêter. On leur pardonnerait presque le retard d’Animal Crossing et la « disparition » de Metroid Prime 4…. les petits saligauds.

[E3 2019] Ubisoft : Une belle conférence … sans surprise

Voici notre sélection des annonces & trailers qu’il ne fallait pas louper :

Watchdogs Legion

Comme cela avait fuité il y a quelques jours, le nouveau Watchdogs se passera à Londres et vous permettra de jouer quasi tous les personnages présents dans le jeu. Ainsi, certaines personnes que l’on croise au hasard dans la rue font partie de la « résistance » et sont donc potentiellement jouables. Même si le principe est plutôt séduisant, nous attendons d’en (sa)voir plus pour nous prononcer. Watchdogs Legion sera disponible le 6 mars 2020 sur PS4, Xbox One, PC et … Stadia (nouvelle console de Google)

Uplay+

Ubisoft dévoile sa nouvelle nouvelle plateforme de jeu permettant aux joueurs PC d’avoir d’accès à l’ensemble du catalogue de l’éditeur (100 jeux + toutes les sorties). Le tout, pour la somme de 14,99€/ mois. Pour ceux qui s’inscrivent entre le 10 juin et le 15 août bénéficieront d’un accès gratuit à Uplay + du 3 au 30 septembre.
Uplay + sera disponible en septembre 2019 sur PC et Stadia

Rainbow Six SIEGE fait le plein de mises à jour

Nouvelle mise à jour de Rainbow 6 Siege : Phantom Sight, débarque demain pour le plus grand bonheur des joueurs. Elle apportera notamment les nouveaux personnages : Warden et Nokk.

En plus de cela nous découvrons un nouveau chapitre avec un mode coop, nommé Quarantine. Nous devrons collaborer pour lutter contre un parasite extra-terrestre qui contamine les êtres humains et l’environnement. Disponible en 2020 sur PS4, Xbox One, PC et Uplay+.

Roller Champions

Enfin, nous retrouvons avec plaisir une nouvelle licence « sportive », présentée comme un jeu de sport PVP compétitif mais amical. Et, comme vous pouvez le voir sur la vidéo, tous les coups sont permis pour la beauté du spectacle.
L’ensemble a l’air sympathique, reste à voir les sensations une fois la manette en main.
La démo E3 gratuite de Roller Champions sera disponible 4 jours en téléchargement du 10 au 14 Juin 15h. Pour les autres il faudra attendre 2020.

GhostRecon Breakpoint

Tom Clancy’s Elite Squad

Présentation d’un jeu mobile permettant de s’affronter à l’aide des personnages issus des jeux de la licence Tom Clancy’s. On retrouve notamment Sam Fisher ou encore les attaquants et défenseurs de Rainbow 6 Siege.

Gods & Monsters

[E3 2019] Devolver : Une « Conférence » totalement barrée

Bon autant vous le dire tout de suite, il ne s’agit pas d’une conférence de presse à proprement parler. Pas de public présent mais un enchainement de présentations de jeux entrecoupées de sketchs tous aussi drôles que … gores. On aura d’ailleurs noté des références à Robocop, Alien et bien d’autres. Sans oublier l’originalité des jeux présentés qui, comme d’habitude, apportent un petit vent de fraicheur au marché vidéoludique.

Un ton décalé, une équipe aussi folle que créative, n’attendez plus et regardez par vous-même la « conférence » ici :

En résumé (et pour ceux qui ont la flemme de regarder la vidéo), voici les annonces faites par Devolver Digital :

  • Fall Guys prévu pour début 2020 sur PlayStation 4 et PC.
  • Carrion qui sortira le 1er juin 2020.
  • Enter the Gungeon: House of the Gundead qui débarquera prochainement, sur bornes d’arcade.
  • The Messenger: Picnic Panic une extension gratuite sera disponible le 11 juillet prochain.
  • My Friend Pedro qui dévoile sa dernière bande annonce avant sa sortie sur PC et Nintendo Switch, le 20 juin prochain.

[E3 2019] Conférence Xbox : Les annonces qu’il faut retenir

Plus de 60 jeux furent présentés et sans compter les services, guests et autres surprises. Voici tout ce qu’il ne fallait pas manquer lors de cette conférence.

Cyberpunk 2077

Cyberpunk 2077 s’est dévoilé à travers un trailer décoiffant et avec une grosse surprise en conclusion. Cette surprise n’est autre que Keanu Reeves qui sera présent dans le jeu et qui a pu faire le show sur la scène lors de la conférence. Grand moment pour les fans (que nous sommes).

Xbox Games Pass Ultimate et PC

Xbox Games Pass recevra de nouveaux jeux dont les excellents Batman Arkham Knight, Metro Exodus et Borderlands Handsome Collection. En plus de cela, Microsoft dévoile enfin le Xbox Games Pass sur PC dont la Beta démarre aujourd’hui.
Enfin, l’offre Xbox Games Pass Ultimate se dévoile, elle contiendra l’abonnement au Xbox Games Pass et au Xbox Live pour 12,99€ par mois. Et, E3 oblige, une promotion est disponible dès aujourd’hui pour y accéder à 1 euros.

Welcome Double Fine

Officialisation de l’achat du studio indépendant Double Fine. Bonne nouvelle pour les joueurs Xbox qui pourront jouer aux excellents Grim Fandango et Psychonauts.
Tim Schafer, créateur du studio, a d’ailleurs pu faire son entrée sur scène pour présenter le prochain Psychonauts 2.

Dragon Ball Z Kakarot

The Outer Worlds

Flight Simulator

12 minutes

Le curieux jeu « 12 minutes » se dévoile à travers un trailer très intéressant. On y retrouve un appartement vu du haut, où se joue plusieurs fois la même scène mais de façon différente. Véritable thriller temporel, il nous tarde d’en savoir plus sur ce jeu original.

Gears 5

Bien qu’attendu, Gears 5 se montre dans un magnifique trailer d’intro. Il sera disponible le 10 septembre prochain et un test technique multijoueur sera ouvert le 17 juillet.
Cerise sur le gâteau, il sera inclus dans le Xbox Games Pass Ultimate.
Le show était aux rendez-vous puisque nous avons pu voir la scène s’ouvrir , dévoilant une salle sous l’emprise du parasite. Ensuite, nous avons pu découvrir un des nouveaux modes du jeu, Escape.

Le principe ne semble pas révolutionnaire : vous devez survivre aux vagues d’assauts ennemis pour avancer dans le niveau.

La manette Elite fait peau neuve

Voici la nouvelle manette Elite « Serie 2 », avec une batterie intégrée d’au moins 40 heures de jeu et équipée des nouvelles technologies Bluetooth. Disponible en précommande dès maintenant.

Blair Witch

Dying Light 2

State of Decay 2 Heartland

Elden Ring

Crossfire

Tales of Arise

Borderlands 3

Gearbox est venu en remettre une couche avec son très attendu Borderlands 3.
Rendez-vous le 13 septembre pour mettre enfin la main dessus.

Elden Ring

Project xCloud

Le Project xCloud est enfin présenté et sera disponible dès octobre prochain. Il vous permettra de streamer vos jeux depuis votre console Xbox One ou votre bibliothèque de jeu directement depuis les serveurs Microsoft pour jouer partout. Phil Spencer, Directeur de la division Xbox, met bien l’accent sur le fait que ce choix sera donné au joueur.

Project Scarlett & Halo Infinite

Présentation du « Project Scarlett » avec la précision de Phil Spencer, Directeur de la division Xbox, qu’ils avaient « entendu » les joueurs. Performance et puissance sont les maitres mots qui définissent Scarlett. Ainsi elle promet d’être 4 fois plus puissante que la Xbox One X, permettant ainsi d’afficher des graphismes 8K en 120fps.

Cerise sur le gâteau, Project Scarlett sera lancé avec Halo Infinite comme premier jeu. Tout un symbole, pour ce qui se présente comme une renaissance pour la Xbox. Tout cela arrivera l’année prochaine avec pour simple précision de date : « Holiday 2020 ».

C’est sur cette belle (mais frustrante) annonce que se termine la conférence Xbox E3 2019. Beaucoup de jeux ont été présentés, même si au final très peu de gros titres exclusifs Xbox. Microsoft tente ici de briller par l’accessibilité poussée aux gros titres du moment et son catalogue de jeux indépendants. Quoi qu’il en soit, nous attendons d’en savoir plus sur le Projet Scarlett avec beaucoup impatience.

E3 2019 : Dates et heures des conférences

À l’approche de cette 24 ème édition de l’Electronic Entertainment Expo (E3 2019), revenons sur les conférences qu’il ne faut pas louper.

Bien que les dates de l’événement soient du 11 au 14 juin à Los Angeles, les conférences & annonces de jeu débutent dès aujourd’hui.

EA PLAY

L’événement d’Electronic Arts se cantonnera à la diffusion simple de vidéos lives de jeux. Rendez-vous ce samedi 8 juin, à partir de 18h15 pour voir :

  • Star Wars Jedi: Fallen Order
  • Apex Legends
  • Battlefield V
  • Fifa
  • EA Sports Madden NFL
  • Les Sims 4

Microsoft – Xbox

Véritable conférence d’ouverture de cet E3 2019 que vous pourrez découvrir dès dimanche 9 juin à 22h. Nous n’avons pas encore de certitude sur ce qui va être présenté mais voici les possibles annonces :

  • Nouvelle Xbox Scarlet
  • Service xCloud
  • Gears 5
  • Halo Infinite
  • Forza
  • Et d’autres

Ubisoft

La conférence de l’éditeur français se tiendra le 10 juin à 21h. Voici les quelques fuites et rumeurs qui pourraient y être présentées :

  • Watch Dogs Legion
  • Splinter Cell
  • Rainbow Six
  • Roller Champions
  • Beyond Good & Evil 2
  • Ghost Recon Breakpoint
  • Pass Premium Ubisoft
  • Et d’autres

Nintendo

Nintendo clôturera l’E3 2019 avec une conférence qui aura lieu le 11 juin à 18h. Comme la firme japonaise l’a précisé, beaucoup de jeux seront présentés :

  • Pokémon Épée et Bouclier
  • Luigi’s Mansion 3
  • Link’s Awakening
  • Marvel Ultimate Alliance 3: The Black Order
  • Et bien d’autres

Pour finir voici les horaires des autres conférences de l’E3 2019 :

  • Bethesda – le lundi 10 juin à 2h30 (heure française)
  • Devolver – le lundi 10 juin à 4h (heure française)
  • PC Gaming Show – le lundi 10 juin à 18h (heure française)
  • Square Enix – le mardi 11 juin à 3h (heure française)

Google Stadia : Révolution dans le Game … ou pas ?

Ce soir avait lieu une la présentation de la console ou plus exactement de l’offre Google Stadia. Pour ceux qui n’en ont encore jamais entendu parlé, il s’agit d’une offre permettant de jouer à un panel de jeux vidéo jusqu’en 4K /60 images par seconde et cela sur toutes les plateformes de votre choix (TV, PC/MAC, Smartphone).

Alors que la première conférence, il y a deux mois, nous avait laissé sur notre faim, ici Google lâche toutes les infos (ou presque) de son offre STADIA.

Payer pour attendre novembre ou attendre simplement 2020

Deux offres ont été dévoilées aujourd’hui : Tout d’abord la Founder’s Edition ou encore Stadia Pro qui fait office, à date, de version premium limitée dans le temps (et en quantité).

Cette version « Pro » comprend également la manette officielle ainsi qu’un Chromecast Ultra (4K) et permettra d’avoir accès à la plateforme dès novembre 2019. Pour cela, il vous faudra débourser 129€, puis un abonnement de 9,99€ par mois (dont 3 mois offerts).

Puis, nous retrouvons une version classique, appelée Stadia Base. Ici pas de chichi c’est gratuit ! Par contre, pas de manette, pas de Chromecast et donc un accès à la plateforme en 2020.

Notez que quoi qu’il arrive et mis à part Destiny qui est inclus dans l’offre Pro, les jeux seront à acheter séparément, très certainement sur une marketplace dédiée comme Steam ou d’autres. Aussi, les jeux achetés en Pro fonctionneront également si votre compte devient Base et inversement.

Google Stadia : Une console virtuelle à la carte ?

Comme vous pouvez le voir sur les descriptions des deux offres, Stadia vise large avec deux offres adaptées aux différents types de joueurs. Les plus équipés qui désirent une expérience optimale partiront sur l’offre Pro avec ses graphismes en 4K, un son Surround 5.1, alors que les autres pourront jouer sur la version Base, bridée à 1080p en stéréo.

Bien qu’il soit encore trop tôt pour juger de cela, nous ne comprenons pas encore ce qui peut justifier un abonnement de 9,99€ par mois sur la version Pro. Hormis Destiny 2 (et les « réductions » promises) les jeux seront vendus au prix fort, au même titre que sur l’offre gratuite de Base. Alors oui, Google justifie cette différence par le confort de jeu qu’offrira Stadia Pro. Mais cela signifie qu’un joueur ayant déboursé la même somme dans un même jeu, n’aura pas droit à la même qualité d’expérience. Ou encore, dans le cas d’un passage de l’offre Pro vers Base, que celle-ci sera dégradée sur un jeu qui lui appartient s’il ne s’affranchit pas de ses 10€ par mois.
Pire encore, ceux qui disposent d’une connexion internet irrégulière selon leur support de jeu (avec un réseau câblé très haut débit dans le salon mais Wi-Fi plus lent dans la chambre, par exemple) payeront un abonnement premium pour au final n’en profiter qu’en partie.

Nous ne connaissons pas encore les prix auxquels seront vendus la trentaine de jeux disponibles au lancement de Stadia. Même si nous retrouvons d’excellents titres, nous nous attendions à plus de grosses licences et à des exclus. Mais il reste du temps avant novembre. Notez qu’une connexion permanente sera obligatoire pour jouer, autant en solo qu’en multi.

Comment savoir si vous pouvez profiter de l’offre Stadia ? Faites le test !

Avant de précommander ou/et vous abonner à Stadia, n’hésitez pas à tester votre connexion. Car c’est de celle-ci que dépendra votre qualité de jeu.

En conclusion, Google Stadia ouvre (petit à petit) la porte au futur du jeu vidéo. Se voulant universelle et économiquement viable, nous déplorons une politique tarifaire qui peine encore à se justifier.
Cependant, par son accessibilité très prometteuse, Google ne nous offre pas un Netflix du jeu vidéo mais une véritable nouvelle façon de consommer ce média.
Même s’il est encore trop tôt pour appeler ça une révolution, un véritable bouleversement du marché est enclenché.

Rendez-vous en novembre 2019…. 2020 pour connaitre la réponse !

Apple TV désormais compatible avec les Manettes de PS4 et XBOX ONE S

Pour ceux qui l’ignore encore, OUI il est possible de jouer sur son Apple TV. Pour cela vous avez juste besoin de la télécommande fournie de base (mais pas très adaptée au gaming) ou vous pouvez aussi utiliser les onéreuses manettes MFi (Made for iOS).

Désormais, l’Apple tvOS s’enrichie d’une compatibilité qui va faire plaisir à tous les gamers qui liront ces lignes. Vous pourrez, très bientôt, utiliser votre manette de PS4, ainsi que votre manette d’Xbox ONE S pour jouer à vos jeux sur Apple TV. Notez que la précision du type de manette Xbox (ONE S vs ONE) a son importance. En effet, le Bluetooth présent sur les premières manettes de la console de Microsoft n’assure pas une aussi bonne compatibilité que sur les derniers modèles.

Pour finir voici une petite liste de jeux qui vous permettront de redécouvrir votre Apple TV avec vos manettes préférées :

Riptide
oceanhorn-1.jpg
real-racing-ios.jpg
AG DRIVE

[Crash Test] Beat Cop : Les flics des années 80 s’invitent sur Nintendo Switch

Dès les premières minutes, Beat Cop annonce la couleur, nous sommes clairement dans un jeu rétro faisant référence aux productions musclées des années 80-90.

Nous y incarnons un inspecteur, nommé Jack Kelly, accusé à tort d’avoir volé les bijoux du gouverneur lors d’une intervention dans le domicile de ce dernier. Rétrogradé au  poste de simple agent, vous allez être affecté aux pires quartiers de New York où règne violence et corruption. 

Vos objectifs seront multiples, vous devrez aider les habitants et les commerçants du quartier en cas de vol ou violence.

Malgré une certaine redondance dans les missions, Beat Cop séduit énormément  par ses dialogues. Drôles, vulgaires, badass et nanaresque, quasi toutes les répliques du jeu nous renvoie aux bon vieux stéréotypes des productions de l’époque.

L’ambiance graphique rétro colle parfaitement avec le style 80’s pixel-art coloré de Beat Cop. Le jeu assure une lecture claire et une fluidité à toute épreuve sur la console de Nintendo. On regrettera juste une bande son très générique et trop en retrait durant le jeu. Très classique lors des cuts scenes, elle est quasi inaudible pendant le jeu.

Egalement le gameplay est plutôt réactif, bien pensé et complet. Outre le déplacement de notre personnage classique à l’aide du stick, on retrouve les principales actions directement accessibles via les boutons. Ainsi, vous pouvez voir vos objectifs en sortant votre calepin, le temps restant avec votre montre, arrêter un criminel avec vos menottes juste en pressant les boutons dédiés.

Beat Cop est un petit jeu très plaisant qui vous rappellera de beaux souvenirs si vous étiez fans des films/séries policières des années 80. On pardonnera rapidement au titre son côté répétitif des missions quotidiennes grâce à l’ambiance et aux dialogues ultra réussis, le tout en français s’il vous plait. 

Scénario
70%
Graphismes
90%
Bande Son
20%
Durée de vie
60%
Gameplay
90%
Crash test
14.99
Prix conseillé, après le Crash Test.
Conditions de test : Code de jeu envoyé gracieusement par l'éditeur/studio 11 BIT STUDIOS. Le test a été effectué exclusivement en mode portable sur la Nintendo Switch.
popcorn game team
Drustan
Testeur

[Crash TEST] Saint Row : The Third sur Nintendo Switch

Plus que les reboots, les portages n’arrêtent pas de fleurir ces derniers mois et la Nintendo Switch n’en est pas exempt. C’est donc au tour de la licence Saint Row de faire son entrée sur la fameuse console japonaise, avec Saint Row : The Third Full Package. Ce nouveau portage n’arrive d’ailleurs pas seul car, comme son nom l’indique, cette version contiendra l’ensemble des DLC sortis sur les plateformes d’origines. 

Saint Row c’est quoi ? 

 

Pour ceux qui ne connaissent pas cette licence, Saint Row est un GTA-like sorti à l’origine en 2006 au début de la 7ème génération de consoles. Développé par Volition (créateur notamment de Red Faction II), les premiers opus ont rencontré un certain succès, au départ grâce à l’absence de concurrence (GTA IV est sorti en 2007), puis en prenant une direction beaucoup plus fantaisiste, loufoque et … disons impertinente. Ainsi, les épisodes III et IV sortis respectivement en 2011 et 2013 ont totalement pris ce virage nanaresque pour notre plus grand plaisir.

Comme en 2006 avec la 7ème génération de consoles, Cette licence tire la première en nous proposant un premier GTA-Like sur la console hybride de Nintendo. Vous l’aurez compris, la VRAI question à laquelle ce test va répondre est : Saint Row The Third ouvre t-il la voie au GTA(-like) sur Switch ?

Saint Row the third

Saint Row : The Third vous met dans la peau du leader d’un gang de renommée internationale « Les Saints ». Vous croyant intouchable, vous vous faites capturer et voler par un gang adverse, « Le Syndicat ». Ruiné, vous êtes contraint de repartir de zéro dans la ville de Steelport. Il est intéressant de signaler que cette introduction vous est offerte à travers deux missions aussi explosives que jouissives.

Le reste du jeu nous renvoie au cycle de missions classiques des open-world du genre : Attaquer des gangs, défendre ses alliés, reprendre le contrôle de la ville et on en passe. Vous pourrez cependant améliorer votre personnage, vos armes et vos véhicules avec l’argent récolté au fur et à mesure du jeu. Un aspect convenu aujourd’hui mais qui reste toujours appréciable.

Humour gras bonjour !

Saint Row the third

N’y allons pas par quatre chemins, ce qui sauve le jeu du naufrage, même 8 ans après sa sortie, c’est bien l’humour omniprésent. Tout dans le jeu est poussé pour être un délire grossier et caricatural. Nous retrouvons cet aspect dès la personnalisation de son personnage qui est toujours aussi complète et hilarante. Pour vous donner un exemple clair : nous pouvons créer un homme musclé, au visage horrible, élégant mais au sexe à l’air, avec une voix de zombie, le tout, armé d’une matraque en forme de pénis. 

Cette version inclut d’ailleurs gratuitement l’intégralité des DLC, soit plus d’une trentaine d’objets, costumes, véhicules et d’armes bonus. Sans oublier des missions supplémentaires et surtout l’arrivée d’un mode coop online et local via deux consoles, histoire de tout casser avec ses amis.

Saint Row the third

Graphiquement, le portage de Saint Row : The Third est plutôt très correct. Attention, le jeu n’était pas une flèche en 2011 et ça reste le cas aujourd’hui avec le l’aliasing à foison, des bugs de collision, et des textures très « simples ». Cependant nous n’avons déploré que très peu de ralentissements durant nos nombreuses heures de jeu. Cela surtout en solo, car le mode horde à tendance à faire souffrir la console. Globalement, nous restons sur du 30 images par seconde à la fois en mode portable (720p) ou en mode TV en 1080p, même si ce dernier pique les yeux. Cela reste très appréciable et surtout extrêmement encourageant pour les futurs portages du genre sur la console de Nintendo. 

Saint Row the third

Saint Row : The Third est un portage plus que respectable. On y retrouve un contenu riche avec la présence de la totalité des DLC ainsi qu’un rendu graphique très correct, impressionnant en mode portable, moins en version TV.  Quoi qu’il en soit, la stabilité que nous avons pu constater ouvre une voie royale aux GTA-like sur Nintendo Switch.  Et pourquoi pas bientôt l’arrivée d’un GTA IV ou un Red dead Redemption 1 ?

Scénario
Nanar 30%
Graphismes
Corrects, notamment en version portable 80%
Multijoueur
A le mérite de défouler 60%
Bande Son
Musiques variées avec quelques classiques 80%
Durée de vie
Honorable en solo + Coop + Mode Horde 90%
Gameplay
Maniabilité joy-con et Switch Pro au poil 95%
Crash test
39.99
Prix conseillé, après le Crash Test.
Conditions de test : Jeu acheté par nos propres moyens le jour de la sortie et testé essentiellement en mode portable.
popcorn game team
Drustan
Testeur

Modern Combat Blackout : Portage réussi sur Nintendo Switch ?

Alors que le store Nintendo attire de plus en plus d’éditeurs indépendants, Gameloft décide d’y sortir une de ses plus grosses licences mobiles, Modern Combat Blackout. Sorti à l’origine en 2014 sur smartphones et tablettes iOS et Android, le jeu prend la forme d’un FPS disposant d’un solo et d’un multijoueur bourré de testostérones.

Modern Combat Blackout

Pour ceux qui ne la connaissent pas, la franchise Modern Combat fut, durant les années 2010, les FPS (first person shooter ou jeu de tir en vue à la première personne ndlr) de référence sur mobile. Il s’agissait également d’un clone totalement assumé de la licence d’Activision Call of Duty Modern Warfare. Techniquement très propre à l’époque, Blackout passa en moins de deux ans du modèle économique premium au free to play. Entendez par là, un jeu gratuit disposant d’une monnaie virtuelle nécessaire pour équiper/faire évoluer son personnage. Et bien sûr vous pouvez y utiliser votre CB pour avoir plus d’argent virtuel et ainsi évoluer plus facilement dans le jeu.

Pour ce portage sur Nintendo Switch, l’éditeur a abandonné le free to play pour revenir à un modèle économique beaucoup plus classique. Ainsi vous devrez débourser la belle somme de 19,99€ pour vous procurer Modern Combat Blackout. Alors le jeu en vaut-il le « coût » ? Réponse à la fin de ce Crash Test !

Aussi explosif que scripté

Plus

Action et explosions seront au rendez-vous tout au long des missions du jeu et cela dès les premières minutes. Au delà des scènes scriptées et des QTE, Modern Combat est assez intense. Les différentes missions qui composent le jeu se retrouvent scindées en plusieurs sessions variées auxquelles se rajoutent les Opérations spéciales.

Modern Combat Blackout

Côté contenu, Gameloft est resté fidèle à la version mobile. Nous retrouvons donc un multi plutôt mature ainsi qu’un solo composé de nombreuses petites missions. Cela a pour avantage de conserver un rythme très soutenu dans la campagne solo tout en offrant des objectifs variés. Le scénario est quant à lui très (trop ?) classique et n’aura pour but que de vous entraîner dans des scènes toujours plus épiques. Vous incarnez Caydan Phoenix, un soldat qui découvre lors d’une mission qu’il est manipulé par une organisation terroriste visant à renverser la paix dans le monde. Vous allez donc devoir vous battre dans les quatre coins du monde, de Venise à Tokyo, face à des terroristes armés jusqu’aux dents.

Modern Combat Blackout

Détail intéressant, vous pouvez choisir la classe de votre personnage (Commando, Grenadier, Sniper, Éclaireur, Soutien, Chasseur de primes, Sapeur, Morph X1 ou Commandant) et la customiser tout au long de l’aventure. Ainsi vous débloquerez de nouvelles armes et expériences que vous conserverez en mode … multijoueur.

Un solo très riche

Plus

Comme nous l’avons abordé plus haut, le mode solo de Modern Combat 5 Blackout se compose de plusieurs petites missions. De nombreuses zones dans les missions seront accessibles en fonction de la classe choisie. Un sniper n’aura pas la même approche qu’un grenadier. De nombreux modes viendront enrichir votre expérience solo. On pense notamment au Bullet Control qui vous permet de diriger une balle tirée au sniper dans la tête de l’ennemi. En plus du mode histoire classique, un mode Opération Spéciale vous permettra d’effectuer des missions courtes dans différentes zones. Ces dernières s’articulent comme des petits challenges variés, (missions de couvertures, sauvetages etc..) ce qui accroît la rejouabilité du jeu.

Modern Combat Blackout

Bête à en mourir

Les ennemis ne sont pas franchement débrouillards, on en vient à douter qu’il y ait un véritable « cerveau » des opérations derrière tout cela. Parfois aveugles, parfois sourds et souvent à côté de la plaque, nous nous attendions à beaucoup mieux de ce côté là.

Un multijoueur musclé… mais encore vide de joueurs

Dans Modern Combat 5 Blackout, vous conservez le même personnage entre le solo et le multi, ainsi que toutes les compétences, customisations d’armes acquises au cours de l’aventure. Côté matchmaking, nous n’avons pas eu beaucoup de mal à trouver une partie même si celle-ci est souvent pauvre en nombre de joueurs. Certes le jeu vient à peine de sortir mais nous n’avons pas pu constater une véritable augmentation en deux semaines de test. Cela viendra surement avec le temps.

Que ce soit en multijoueur ou en solo, le moteur graphique du jeu, qui impressionnait en 2014 sur mobile, a pris un sérieux coup de vieux. Que ce soit les textures, les effets de lumière ou encore l’animation, nous sommes malheureusement bien sur un simple portage d’un jeu mobile. Notons cependant que nous n’avons rencontré que très peu de ralentissement, ce qui reste appréciable.

Plus

Côté gameplay, nous retrouvons rapidement nos repères, même avec des Joy-Con pas vraiment taillés pour le FPS. Rien d’extraordinaire de ce côté, même si le titre tente de surprendre en nous invitant à toucher l’écran pour exécuter les QTE(s). Notez enfin que de nombreuses options sont disponibles pour personnaliser les commandes.

Modern Combat Blackout
Modèle économique premium totalement assumé par Gameloft, va falloir jouer pour gagner.

Modern Combat 5 Blackout est un portage mobile sur Nintendo Switch simple mais efficace. Nous tenions d’ailleurs à saluer le passage assumé au modèle économique premium avec une évolution et des récompenses basées sur l’expérience de jeu et non la taille du portefeuille.
Le scénario assez banal est largement rattrapé par un mode solo très dynamique composé de petites missions variées et un multijoueur très complet. Les seules ombres au tableau seront l’I.A. des ennemis très moyenne, les graphismes & l’animation qui ont sérieusement pris un coup de vieux. Pour finir, nous sommes certes sur un jeu de qualité mais le peu d’évolution par rapport à sa copie de base ne peuvent justifier un prix aussi premium en 2019. Et ce malgré ce retour à un modèle économique classique. Nous nous demandons d’ailleurs si rester sur un modèle Free to Play, comme un Fortnite, n’aurait pas été une meilleure option. Cela aurait été sans doute plus cohérent avec la direction qu’a pris le jeu sur mobile depuis quelques années.

Crash test

La note du Crash Test de Modern Combat BlackOut est de 5,99€.

Mais qu’est ce qu’un Crash Test ? Contrairement aux nombreux tests que l’on peut trouver, la note finale est donnée à travers un prix d’achat conseillé. Partant du prix de vente neuf constaté (19,99€ pour Modern Combat Blackout), Crash Test tacle là où ça fait mal et vous donne la véritable valeur d’un jeu. Pourquoi payer trop cher ses jeux vidéo ?

Nintendo Switch : Nos dernières infos sur les nouvelles consoles

Alors que la rumeur courait depuis quelques mois, le Wall Street Journal vient de confirmer que Nintendo lancerait bien deux nouvelles déclinaisons de sa console hybride d’ici l’été 2019. Nous pouvons donc nous attendre à une annonce lors de l’E3 2019 pour une sortie en fin d’année. A noter que le WSJ, s’appuie sur l’ensemble des informations qu’ils ont pu recueillir depuis différentes personnes travaillant pour la marque et ayant eu accès aux prototypes des consoles.

Une Switch pour tous !

Nous aurions donc droit à deux nouvelles consoles légèrement différentes, une petite, plus orientée portable, dont les joysticks ne seraient pas amovibles et ne disposeraient pas des fonctionnalités de vibrations HD. Nous sommes d’ailleurs en droit de penser qu’il s’agirait également d’une remplaçante de la 3DS, sortie il y a plus de 8 ans.
Cette Switch Lite serait proposée aux alentours des 200€.

Nintendo Switch

L’autre modèle serait une version améliorée de la Nintendo Switch actuelle, avec un meilleur écran, un processeur beaucoup plus musclé et donc un prix plus élevé.

Il nous reste plus qu’à prendre notre mal en patience jusqu’à l’E3 2019 pour découvrir ces deux nouvelles consoles Nintendo dont, selon le Wall Street Journal, le design va « nous surprendre« . On a hâte !

[Crash Test] CRACKDOWN 3 : Le jeu qui n’aurait pas dû sortir ?

Il est enfin là où plutôt déjà là. C’est un peu un sentiment spécial qui nous a touché lorsque nous avons reçu notre exemplaire du dernier jeu de Microsoft Studio & Sumo Digital.

Annoncé en grande pompe en 2014 comme une révolution technique et visuelle, Crackdown 3 s’est longtemps fait attendre. Sortir un jeu après plusieurs années de développement, c’est comme ouvrir une bouteille de vin que l’on garde depuis plusieurs années à la cave. On peut tomber sur un grand cru parfait qui se savourera jusqu’à la dernière goute tel un Red Dead Redemption, qui s’est fait attendre pour mieux ravir les joueurs. Ou malheureusement, on a le risque de se retrouver avec un breuvage ayant perdu toute sa saveur. Vous l’aurez compris le jeu dont nous allons parler se classe dans la seconde catégorie.

Pour comprendre ce Crash Test, faisons un retour dans le temps. 

Nous sommes en 2014 et Microsoft dévoile le retour de la licence Crackdown ayant fait les beaux jours de la Xbox 360 plusieurs années auparavant. Outre son univers fun & futuriste, le jeu est présenté comme techniquement révolutionnaire, avec l’utilisation en temps réel des serveurs Cloudgine pour permettre un gameplay et des graphismes incroyables. Cantonnée au multijoueur, cette technologie devait permettre rendre notamment tous les décors destructibles tout en assurant une fluidité sans faille. Au fur et à mesure des années, Crackdown 3 fut teasé, repoussé, un peu oublié. Derrière tout ça, de gros bouleversements internes se cachaient. En 2018, suite au rachat de Cloudgine par Epic Games, le directeur créatif derrière la licence, Dave Jones, quitta la production du jeu

En parallèle Reagent Games, autre studio (également de Dave Jones ndlr) en charge du jeu disparait, le laissant ainsi au studio Sumo Digital. Un cafouillage qui, malgré la bonne volonté de ce dernier, finit par clairement entacher le résultat final. 

Maintenant que vous en savez plus sur l’histoire derrière la création de ce troisième opus de Crackdown, passons au coeur du sujet : LE JEU.

Crackdown 3 vous place aux commandes d’un Agent qui, suite à une attaque « mortelle », va devoir libérer la ville de New Providence de la dictature d’une terrible entreprise : TerraNova. Vous l’aurez compris, vous allez devoir capturer des zones, détruire les centres de formation des soldats, les libérer ces dernières en y tuant d’autres soldats & lieutenants et reproduire ce schéma jusqu’à atteindre le boss final : la patronne de TerraNova. Autant vous dire que nous aurions espéré mieux d’un jeu sorti en 2019. Et malheureusement aucune grosse surprise scénaristique ne viendra relever le niveau.

crackdown 3

Côté gameplay, Crackdown 3 joue la carte du dynamisme avec un personnage qui répond au doigt et à l’oeil. Egalement, la montée en puissance de celui-ci ajoutera du fun, avec un sentiment de grande force dans les combats. A noter également que votre arsenal, de prime abord assez classique, proposera aussi des armes originales telles que le Gravitochaîne, la Grenade de Singularité ou encore le Générateur de masse. Ces derniers vous permettent d’atomiser vos ennemis de façon originale (et assez drôle), en les faisant imploser ou s’écraser contre un éléments du décor. Une utilisation de la physique du jeu bien sympathique mais qui met en avant ses limites. Petit bémol, nous avons pu ressentir un manque d’inertie lors des déplacements de notre personnages, dans les combats au corps à corps et même dans les phases de conduite. Cette impression énervante de flottement dans les interactions, de raideur, qui au final casse complètement l’immersion dans le jeu.

Plus grave, nous avons clairement un sentiment d’inachevé quand nous nous déplaçons dans les rues, pauvres en textures, de New Providence
En effet, aux problèmes de physique du jeu s’ajoute les problèmes techniques. Hormis les quelques plantages, c’est surtout l’éclairage à l’écran qui était le plus pesant. Ne jouant pas sur une TV gérant le HDR, l’image passe de la sur-exposition à la sous-exposition en permanence. Cela rendait certaines phases de jeu tellement peu lisibles que nous croyions que notre écran avait un problème. Les civils ont quant à eux le mérite d’exister, même si on ne saluera pas leur intérêt dans le jeu, ne faisant que tourner en rond et balancer des demi-phrases en anglais même si le jeu est paramétré en VF.

Parlons d’ailleurs de la bande son (bruitages & musiques) globale du jeu qui est respectable. Pour les voix, la version française aura juste le mérite d’exister mais ne fait clairement pas honneur aux personnages. Cela se voit notamment sur l’acteur Terry Crew dont les mimiques et la synchronisation labiale sont complètement à coté de la plaque, en VF. Petite mention pour les musiques des menus qui deviennent très (très, très) énervantes une fois les 5 minutes d’attente de matchmaking en ligne passées.

Le multijoueur a également le mérite d’être présent. La révolution graphique promise avec le cloud est malheureusement absente. Nous avons droit à (seulement) deux modes de jeux sur trois cartes différentes où vous pourrez affronter d’autres joueurs. Bonne nouvelle, la destruction totale promise des niveaux est belle est bien présente. Elle n’est malheureusement pas si jouissive et impressionnante que ça tant les décors sont simplistes. On a limpression parfois de se retrouver sur une démo alfa d’un jeu jamais terminé.

En conclusion, Crackdown 3 a beau être sympathique, il montre rapidement ses limites. Sa casquette triple A et son long teasing ne font qu’enfoncer le clou. Nous retrouvons un titre moyen qui malgré ses bonnes idées, souffre de nombreux défauts du genre. Que vous soyez fan de la première heure ou curieux, le jeu ne vaut clairement pas ses 60€. Après, Microsoft a eu la bonne idée de l’ajouter à son offre Xbox Game Pass disponible à 9,99€ par mois. Dans ces conditions, passer quelques heures sur le titre peut valoir le coup et encore …

Crackdown 3 sort à une époque où un jeu de cette envergure ne peut pas se permettre d’être aussi moyen. Surtout lorsqu’on a en face du Fortnite, APEX Legends en gratuit et des monstres triple A tels que Red Dead Redemption II, God Of War ou encore Last of Us II, qui arrive dans les prochains mois.

Scénario
20%
Graphismes
Beau mais vide ! 69%
Multijoueur
25%
Bande Son
Sympathique mais répétitive 75%
Durée de vie
Quête principale et multi sans saveur 69%
Gameplay
Dynamique mais un peu brouillon 85%
Crash test
69.99
Prix conseillé, après le Crash Test.

Suivez en direct le FIA Gran Turismo Championship 2019

Paris accueillera l’ouverture des Series du FIA Gran Turismo Championship 2019

Paris accueille cette année l’ouverture des Series du FIA Gran Turismo Championship 2019. Vous pourrez dès ce soir suivre en direct les premières courses depuis le Pavillon Gabriel à Paris.

Rendez-vous ce soir à partir de 18h pour suivre en direct les MANUFACTURER SERIES 

Suivez ici en direct la NATIONS CUP, le dimanche 17 mars à 14h00 :

Et si Sony sonnait la fin de l’E3 ?

Après avoir annoncé, il y a plusieurs mois, son absence à l’E3 2019, Sony justifie sa décision symbolique. Comme un grand nombre de joueurs, nous pensions que la firme japonaise n’avait pas suffisamment d’éléments pour faire une présentation digne de ce nom. Où encore plus excitant, que nous aurons droit en parallèle à une présentation « surprise » de la PS5, made in Sony.

Nous découvrons alors, une raison beaucoup plus profonde et mûrie que nous pensions. C’est lors d’une interview pour CNET que le président de Sony Interactive Entertainment Worldwide Studios, Shawn Layden, s’est exprimé sur l’absence de la firme à l’E3. En voici l’extrait :

Quand nous avons décidé de sortir les jeux du CES en 1995 à l’époque de la PlayStation, l’E3 était utile pour deux groupes de personnes : les revendeurs et les journalistes.
Les revendeurs arrivaient et vous rencontriez des gens qui vous disaient « je travaille pour Sears (une chaîne de magasins américaine, ndlr) et je m’occupe de Hot Wheels, Barbie, les VHS et les jeux vidéo. Que proposez-vous ? » La partie éducative (au sens éduquer les revendeurs sur l’offre de PlayStation, ndlr) était énorme. Et en plus de ça vous aviez les journalistes qui avaient des magazines avec des délais de parution spécifiques et des batailles pour obtenir des places sur la couverture. Et Internet n’existait pas encore vraiment (au sens médiatique, ndlr). Un salon professionnel à cette époque de l’année pour cette industrie naissante était exactement ce que nous avions besoin de créer.

Nous disposons désormais d’un événement en février appelé Destination PlayStation. Nous y faisons venir tous les revendeurs et nos partenaires tiers afin de leur expliquer notre stratégie pour l’année. Ils prennent leurs décisions d’achat en février. Le mois de juin est désormais trop tard dans l’année pour avoir des discussions au sujet de Noël avec les revendeurs.

Donc la partie rencontre avec les revendeurs de l’E3 a vraiment diminué. Et Internet et le fait qu’il y ait des news 24h sur 24h et 7 jours sur 7 font que l’E3 a perdu de son impact pour les journalistes également.
Le salon professionnel est donc devenu un salon professionnel avec peu d’activité professionnelles. Le monde a changé et l’E3 n’a pas nécessairement changé en même temps que lui.

De plus, notre décision de proposer moins de jeux, mais de plus gros jeux, sur des périodes de temps plus longues, fait que nous en sommes arrivés à un point qui faisait que juin 2019 n’est pas le moment pour nous d’avoir de nouvelles choses à dire. Et nous pensons que si nous sonnons la cloche et que nous faisons venir les gens en force ici, les gens vont se dire « oh ils vont nous montrer quelque chose (de nouveau). »

Source traduction

L’E3 juste un salon comme les autres ?

Cette intervention met en avant une décision qui irait beaucoup plus loin que l’édition 2019. Sony ne semble plus trouver l’intérêt de mettre toutes ses billes dans la messe annuelle du jeu vidéo qu’est l’E3. Plus inquiétant encore, la firme en a conclu que celle-ci n’est désormais plus adaptée à la réalité du marché et de ses objectifs.

C’est vrai qu’entre 1995 et 2019, les façons dont les entreprises du secteur communiquent ont radicalement changé. On pense notamment à l’avalanche d’informations permanente et le « tribunal public » qu’offrent les réseaux sociaux aux joueurs après chaque annonce. Aujourd’hui une annonce faite trop tôt ou d’une mauvaise façon peut avoir des effets extrêmement négatifs sur l’avenir du produit associé. Et cela encore plus sur un événement aussi important (et attendu) qu’est l’E3.

La fin de l’intervention du président de Sony confirme d’ailleurs ce parti-pris. En effet, Layden rappelle que l’année 2019 sera trop pauvre en (véritables) nouveautés et que faire un événement avec trop peu de nouvelles choses à présenter risque de décevoir la majorité. Une mauvaise pub dont la marque se passerait bien, alors que sa PS5 commence à se faire attendre.

Quel avenir pour ce salon emblématique ? Simple année d’absence ou abandon total de l’E3 pour SONY ?
Nous attendons avec impatience le cru 2019 de cet E3 pour nous prononcer, en espérant qu’il ne sera pas avare en bonnes surprises et nouveautés. Rendez-vous le 11, 12, 13 juin prochain pour en avoir le coeur net.

Apex Legends : Le jeu qui fait trembler FORTNITE

Vous ne le connaissez surement pas encore, Apex Legends est un nouveau jeu Battle Royale proposé par Electronic Arts. Et il ne laisse pas indifférent les joueurs de Fortnite.

Sorti le 5 février, Apex Legends est devenu, en moins de 48 heures, un petit phénomène faisant même de l’ombre à l’indétrônable Fortnite. Le jeu a déjà séduit plus de 2 millions de joueurs, dont 1 million les 8 premières heures.

Derrière ce jeu gratuit nous trouvons, l’équipe de Respawn Entertainment qui nous ont déjà servi les excellents Titanfall (1 & 2) et les (techniquement impeccables) Star Wars.

Cela explique pourquoi Apex Legends prend la forme d’un FPS (jeu de tir à la première personne ndlr) plutôt qu’un TPS (jeu de tir à la troisième personne ndlr) comme son concurrent, Fortnite. L’expérience du studio nous garantie également un gameplay vif avec une exploitation dynamique des environnements et une verticalité de jeu poussée.

Apex legends

Pour revenir au coeur du jeu, vous devrez choisir entre 8 personnages ou « légendes » disposant aptitudes bien spécifiques (protections, armes, etc) et prendre place dans une escouade 3 personnes. Ensuite vous êtes catapultés sur une île pouvant accueillir 60 joueurs maximum.

Avant tout, un combat médiatique

Les streamers professionnels semblent aussi avoir été séduits par cette nouvelle licence EA. Plus intéressant encore, de nombreux streamers Fortnite ont basculé de nombreuses heures sur Apex Legends. Selon la plateforme de streaming Twitch, après les 24 premières heures de sa sortie, le jeu regroupait plus de 130 000 spectateurs contre « seulement » 51 000 pour le titre d’Epic Games.

Il est bien sûr beaucoup trop tôt pour dire si Apex Legends détrônera Fortnite, mais le titre d’EA dispose d’excellents arguments. D’ailleurs Epic Games prend l’arrivée de ce nouveau concurrent très au sérieux et a même acheté les mots clés « Apex Legends » sur Google. Une manoeuvre claire pour contrer la viralité potentielle de son rival.

GOOGLE APEX LEGENDS
Pour EPIC, la meilleure défense c’est l’attaque !

Seul l’avenir nous dira si Apex Legends sera le phénomène vidéo-ludique 2019 ou juste un simple challenger de plus à entrer dans la course des Battle$ Royale$. En attendant, vous pouvez le retrouvez gratuitement sur PC, PS4 et Xbox One. Nous on y retourne …

[GameStop] La fin des magasins de jeux vidéo serait-elle proche ?

Véritable QG des gamers des années 90-2000, les magasins de jeux sont sur le point de perdre une de leurs (dernières) plus grandes franchises du monde, GameStop.

Si le nom de GameStop ne vous dit rien, vous connaissez peut-être une de ses marques en France, Micromania (& Zing). Ce géant de la vente de jeux vidéo mondial connait aujourd’hui une de ses pires crises. Il vient notamment d’annoncer qu’après huit mois de recherche d’un repreneur, aucun accord viable n’a pu être conclu. Ce communiqué, datant du 29 janvier dernier, a eu un effet boule de neige sur son action à la bourse de New York, faisant perdre le quart de sa valeur en une journée. Le titre GameStop ne vaut aujourd’hui que 11 dollars, soit sa plus basse valeur depuis 14 ans.

Quand le destin s’acharne

Cette situation n’est pas arrivée de nulle part, GameStop fait face à de gros problèmes depuis quelques temps.
Tout d’abord, ses boutiques de jeux vidéo & merchandising souffrent de la concurrence des (e)mastodontes que sont Amazon et même la Fnac (dans l’hexagone). A cela s’ajoutent les ventes de jeux dématérialisés qui ne cessent de s’étendre.
Egalement, le groupe souffre d’une instabilité en interne avec, depuis la mort de son dernier PDG Julian Paul Raines, l’absence totale d’un leader.

GameStop c’est plus de 7000 boutiques dans le monde, c’est aussi le réseau Micromania (+ ex boutiques DockGames & Games) en France et c’est l’un des derniers gros distributeurs spécialisés dans les jeux vidéo. Certains diront que c’est qu’un coup dur et que rien n’est encore joué. D’autres que, comme les vidéo-clubs, nos bons vieux magasins de jeux ont fait leur temps et qu’il faut tourner la page vers un nouveau modèle de consommation.
En attendant, nous pouvons toujours aller nous consoler rue Voltaire dans le 11ème arrondissement de Paris, où se trouvent les derniers vestiges de l’âge d’or des magasins de jeux vidéo parisiens.

[C’est la guerre] EPIC GAMES vole Metro Exodus à STEAM

Suite à l’annonce surprise du retrait de la version PC de Metro Exodus de Steam, la marketplace donne plus de détails aux joueurs.

Pour ceux qui sont passés à coté de cette information étonnante, l’un des FPS les plus attendus de l’année, Metro Exodus, ne sortira pas sur Steam avant 2020. Son éditeur Deep Silver a préféré donner l’exclusivité à la nouvelle marketplace des créateurs de Fortnite, l’Epic Games Store.


Voici la communication de Valve à ce sujet :

Les ventes de Metro Exodus ont été arrêtées sur Steam en raison de la décision de l’éditeur de rendre le jeu exclusif à une autre boutique PC.
Le développeur et l’éditeur nous ont assuré que toutes les ventes antérieures réalisées sur Steam seront honorées et les utilisateurs de Steam seront en mesure d’accéder au jeu et à ses mises à jour ou DLC sur Steam.
Nous pensons que la décision de retirer le jeu est injuste envers les clients de Steam, surtout après une aussi longue période de pré-vente. Nous nous excusons auprès des utilisateurs de Steam qui espéraient qu’il soit à la vente à la date de sortie, le 15 février prochain, mais nous n’avons été informés que tout récemment de cette décision et n’avons eu que peu de temps pour informer tout le monde.


Deep Silver n’est pas le premier à se tourner vers l’Epic Games Store. De plus en plus d’éditeurs décident de lâcher le géant Steam pour se tourner vers ce nouveau venu, beaucoup moins cher. Pour rappel, la marketplace de Valve ponctionne 33% du prix de vente du jeu, contre seulement 12% chez ce fameux concurrent.
Ubisoft a également pris la décision de sortir son futur The Division 2 exclusivement sur le store d’Epic. Un coup encore plus dur lorsqu’on sait que les autres titres de l’éditeur figurent parmi le TOP 12 des jeux ayant rapporté le plus de revenus sur Steam en 2018.

Malgré cette déconvenue plutôt gênante, Steam ne semble pas trembler et aucune décision stratégique n’a pour l’instant été annoncée.
Que se passera t-il si d’autres éditeurs emboitent le pas ? Est-ce le début de la fin de la domination Steam ? L’année 2019 nous le dira !

Metro Exodus sera disponible sur PC, du coup exclusivement sur l’Epic Games Store, PS4 et Xbox One le 15 février prochain.

91,6 millions de Playstation 4 vendues dans le monde

Nouvelle année et nouveau record de ventes pour Sony Interactive Entertainment (SIE) qui annonce aujourd’hui des résultats pharaoniques.

Au 31 décembre 2018, la PlayStation 4 a dépassé les 91,6 millions de consoles vendues dans le monde. A noter que la bagatelle de 5,6 millions de ces ventes n’ont été réalisées QUE pendant les fêtes de fin d’année 2018.

Des chiffres étonnants, notamment lorsque l’on sait que la console est sortie il y a plus de 5 ans et que les ventes se tassent tout, tout … tout doucement. Mais ne nous voilons pas la face, la (lourde) campagne de promotions enclenchée par Sony n’est pas étrangère à ces excellents chiffres de fin d’année. Pour rappel, les packs Playstation 4 Slim 500 go étaient disponibles pour seulement 199€, soit une réduction de 100€ et donc une bonne raison de la mettre sous le sapin.
Enfin, malgré qu’elle soit ouvertement en fin de vie, la PS4 garde encore sous le coude de grosses exclusivités dont l’extrêmement attendu The Last of Us Part 2. Vous l’aurez compris, Sony compte bien conclure cette huitième génération, la tête haute … très haute.

Autres chiffres marquants partagés par Sony Interactive Entertainment (SIE) :

  • 876 millions de jeux PS4 vendus au 31 décembre 2018 dont 50,7 millions uniquement sur la période des fêtes de fin d’année 2018
  • Marvel’s Spider-Man s’est vendu à plus de 9 millions d’unités au 25 novembre 2018 ( alors qu’il n’est sorti que le 7 septembre 2018)
  • Le PlayStation Network compte plus de 90 millions d’utilisateurs actifs par mois

[Jackpot] Le mobile a rapporté 348 millions de dollars à Nintendo en 2018

Il n’y a pas que la Switch qui cartonne chez Nintendo, la firme nippone peut se réjouir d’avoir (également) touché le jackpot en 2018 sur mobile.

Selon les chiffres issus du site SensorTower, Nintendo a généré exactement 348 millions de dollars, en 2018, via ses jeux mobiles iOS et Android. Un résultat en hausse de 15% par rapport à l’année précédente.

sensor tower nintendo

Big N peut remercier son jeu Fire Emblem Heroes, véritable carton depuis son lancement en février 2017. Ce fameux free to play a généré 230 millions en 2018, soit 66% des revenus mobiles de cette année. Ce qui fait au total 487 millions de dollars depuis son lancement.

On peut noter également le succès de Dragalia Lost, lancé en septembre 2018 et qui a pu rapporter près de 54,2 millions de dollars en microtransactions, rien que sur la fin d’année.

Et c’est pas fini….

… puisque Nintendo prévoit de sortir Mario Kart Tour sur nos mobiles en 2019. Préparez-vous, le top départ serait prévu pour le 31 mars selon nos dernières informations.

Mario-Kart-Tour-

Pourquoi la Playstation Classic est un véritable flop

Annoncée en grande pompe il y a quelques mois, la Playstation Classic appelée aussi Playstation Mini est loin de faire l’unanimité. Proposant une technique et une sélection de jeux plus que discutable, Sony s’est offert un beau flop pour Noël 2018.

Pourquoi la version mini de la célèbre Playstation n’a pas trouvé son public et a surtout déçu les fans ? En quelques mots et sans langue de bois.

playstation-classic-liste01

Parce que … une sélection de jeux trop pauvre

Mis à part un Syphon Filter et un Tekken 3 très agréables à retrouver, on déplore l’absence d’incontournables de la première Playstation. Les raisons de cela ? L’expiration des licences des voitures pour Gran Turismo et le prix élevé des licences (et les remastered/reboot) pour les autres outsiders tels que Crash Bandicoot (1,2,3), Crash Team Racing, Spyro, Medievil, Tomb Raider (etc).

 

Parce que … techniquement c’est pas ça

Alors oui la machine est très belle avec son esthétique fidèle à l’originale, le tout avec une taille 45% plus réduite, cependant une fois allumée c’est la désillusion. Nous y retrouvons ainsi une interface (fonctionnelle mais) pauvre et des jeux qui tournent pour la plupart en PAL et donc en 50Hz. Ce petit détail a notamment une incidence sur la fluidité de certains titres, tel que Tekken 3 qui tourne au ralenti et donne l’impression de se battre sur la lune. Aussi, l’affichage des différents jeux ne bénéficie d’aucun filtre rappelant les télévisions « à tube » de l’époque, ce qui pique franchement les yeux sur nos écrans HD.

Parce que … pas de VF

Et oui, c’est tout bête mais notre nostalgie en prend un coup lorsqu’on s’aperçoit que la plupart des jeux ne disposent plus de leur VF originale. Si vous souhaitiez retrouver les voix nanaresques du premier Metal Gear Solid, vous pouvez oublier. Seul Rainbow Six et Grand Theft Auto sont en français, ce qui peut être également un frein pour ceux qui voulait faire découvrir la console aux plus jeunes.

Parce que … le prix

Alors que nous pouvons trouver les NES mini et SNES Classic mini aux alentours des 60€, la Playstation Classic est vendu la somme de 99€. Un prix très élevé lorsque l’on sait ce qu’elle a dans le ventre.

Résultat … Sony a du mal à écouler les stocks de sa Playstation Classic

Tous ces petits défauts mis bout à bout ont eu des conséquences sur les ventes de la fameuse console. Ainsi, comme le remonte le site Cublic, de grosses enseignes telles qu’Amazon et Target l’ont mise en dessous des 60$, aux US fin décembre/début janvier. Même chose au Royaume-Uni où elle est passée en dessous des 50£ pour une durée limitée, il y a quelques jours. A l’heure où nous écrivons ces lignes, vous pouvez encore l’acheter à 59,99€ sur Amazon.es et à 49,99€ dans certains E.Leclerc. Très certainement, la console sera bientôt définitivement à un prix réduit.

 

La Playstation Classic, véritable madeleine de Proust des gamers de notre génération, avait tous les atouts pour trouver son public. Malheureusement, elle déçoit très rapidement par ses choix techniques, la pauvreté de sa bibliothèque de jeux et surtout son prix exorbitant. Les nostalgiques auront vite fait de la troquer contre une originale ou encore une version émulée sur Recalbox par exemple. Ces dernières alternatives ont le mérite de vous offrir une véritable expérience nostalgique tout en préservant votre portefeuille.

[CRASH TEST] Pokémon Let’s Go : Vulgaire copie ou vraie remastérisation ?

Pokémon Let’s Go n’est-il qu’une vulgaire copie de Pokémon Jaune ? Retrouve t-on la magie d’en-temps ? Et surtout, vaut-il ses 59 euros ? Réponse dans ce Crash Test !

Que de nostalgie ici, nous retrouvons avec plaisir exactement la même map des premières versions Bleue, Rouge et Jaune sorties en 1999/2000 (en France ndlr). 
Enfin, pas tout à fait les mêmes, Nintendo Switch oblige, l’ensemble a eu droit à un coup de lifting digne de ce nom. Ainsi, nous redécouvrons l’univers maintes et maintes fois exploré en 8bits, dans une 3D globalement très agréable. De quoi nous faire couler une petite larmichette de nostalgie.

 

Pokémon Lets Go

Le jeu nous place donc aux commandes d’un(e) jeune dresseur(se) qui part à l’aventure dans la région de Kanto, chasser & découvrir de nouveaux Pokémon, affronter les différents champions qui s’y trouvent pour obtenir les 8 badges et pour finir, battre la ligue Pokémon.

Côté personnalisation de notre héros, celle-ci se cantonne au strict minimum. Comme dans les anciens opus, nous pouvons donner un nom à notre personnage ainsi qu’à notre rival et… c’est quasi tout. Le reste concerneront le sexe, la couleur de peau et des cheveux. Dommage pour un jeu de 2018 et surtout au vu des capacités de la machine.

Dès les premières minutes de jeu, nous arborons avec beaucoup de plaisir les villes de Bourg Palette, Jadielle, Argenta, le tout en passant par les chemins, lieux d’anthologie tels que le Mont Sélénite ou encore la forêt de JADE.

Cette dernière nous amène d’ailleurs à notre premier point négatif du jeu. En effet, malgré des graphismes très propres qui en font le plus beau jeu Pokémon à ce jour (si, si), la Nintendo Switch montre rapidement ses limites. Et dans cette fameuse forêt, nous avons pu constater à certains endroits des ralentissements suffisamment importants pour être soulignés. Cela est certainement dû à la gestion des ombres et le nombre d’éléments à l’écran. Un problème que nous retrouvions dans le (magnifique) village Korogu de Zelda Breath of the Wild.

Pokémon Lets Go

Pour notre plus grand plaisir, les répliques qui précèdent les combats sont toujours aussi à côté de la plaque.

Tout au long de notre aventure, nous serons accompagnés par Pikachu (ou Évolie selon votre version) hors de sa Pokéball et qui se posera la plupart du temps sur votre épaule. 
Mais ce n’est pas tout car vous avez la possibilité de vous faire suivre par un autre Pokémon. Chose qui, en plus d’être très sympathique (et de rappeler la série TV), vous donne accès à de nombreuses capacités supplémentaires dédiées. Par exemple, si vous êtes accompagné de votre Bulbizarre, il pourra de temps en temps vous aider à trouver des bonus cachés dans les buissons sur votre chemin. Encore mieux : si vous sortez votre Dracaufeu ou Dracolosse, vous pourrez carrément vous déplacer en volant au dessus des maisons et autres obstacles. Ce qui est, en plus d’être classe, très pratique !

Pokémon Let's Go

Comme dans les versions originales, les combats s’effectuent toujours au tour par tour et profitent de belles animations.

La Capture revisité … pour le meilleur ou le pire ?

Grande nouveauté que certains trouveront plus ou moins plaisante, le système de capture fait peau neuve.
Tout d’abord, nous ne tombons plus au hasard sur des Pokémon en marchant dans les hautes herbes, grottes et autres lieux. Nous pouvons voir les Pokémon qui s’y trouvent, les éviter et en conséquence les sélectionner. D’un point de vue totalement subjectif, je trouve qu’il s’agit d’une bonne chose. Tomber perpétuellement sur les mêmes Pokémon, à faire les mêmes attaques pour les affaiblir/neutraliser, pouvait être à la longue très rébarbatif (et pas très écolo). Cependant, cela permettait de faire monter l’XP de ses Pokémon entre deux combats.

Pokémon Lets Go

Désormais lorsque vous décidez de capturer un Pokémon, il vous faudra effectuer un lancé de Pokéball en faisant attention à la précision de celui-ci. Le système de capture provient clairement de Pokémon Go et prend tout son sens une fois les Joy-con détachés. En effet, vous pourrez faire le geste pour lancer du mieux possible votre Pokéball, ce qui est plaisant et diversifie le gameplay du jeu.
Pour réussir votre capture, pas question de tabasser le Pokémon sauvage (à l’ancienne), vous pouvez le calmer en lui donnant des baies et utiliser des Pokéballs adaptées (Super Balls, Hyper Balls ou carrément les Master Balls).

Attention, cette « simplicité » ne rend pas ces phases de captures totalement inutiles et rébarbatives. Plus nous avançons dans le jeu plus elles se montrent un peu plus complexes, avec des Pokémon plus récalcitrants et/ou qui bougent dans tous les sens. Aussi, elles apportent à chaque fois leurs lots d’XP à tous nos Pokémon. Une très bonne chose, qui nous fait oublier sans regret l’ancien système de capture.

Nous avons pas pu la tester, mais vous pouvez utiliser une Pokéball en guise de manette. Elle offre des contrôles intéressants et permet, comme le Joy-con de capturer des Pokémon en faisant le geste. Cerise sur le gâteau, elle vous permet d’avoir le légendaire Pokémon « Mew ».

 

Pokémon Lets GoComment je fais si j’ai Pokémon Go ?

Pour tous ceux qui ont chassé à foison sur Pokémon Go depuis l’été 2016, il est très facile de retrouver vos petits monstres dans Let’s Go. Vous devez aller au « Pokémon Go Parc » (accessible à partir d’un certain niveau), qui remplace le parc Safari de l’époque, transférer vos Pokémon dans un des parcs et vous y téléreporter. Une fois dans le parc, vous pourrez capturer dans le jeu, vos Pokémon acquis IRL (In Real Life – dans la vraie vie ndlr).

pokemon-lets-go-transfert-pokemon-go
Un multijoueur local fantomatique

Vous pouvez jouer à deux sur la même console et évoluer ensemble dans l’aventure. Seul bémol, votre partenaire ne peut pas interagir avec les personnages/monde du jeu. L’avantage reste au niveau des captures et des combats qui s’y retrouvent plus facilités et bonifiés. Vous l’aurez compris, mis à part pour laisser le second Joy-Con à votre petit frère, pas vraiment d’intérêt pour le joueur 2. Pour ce qui est du multi en ligne (et entre deux consoles en local), cela reste classique mais efficace. Combats solo, duo et échanges de Pokémon seront au programme.

Côté durée de vie soyez tranquille, il vous faudra plus de 15-20 heures de jeu pour venir à bout de l’aventure. Bien sûr, nous pouvons ajouter une bonne dizaine d’heures pour ceux qui voudront vraiment les attraper tous ou encore trouver tous les Mega Gemmes du jeu.

Pokémon Let's Go

Ils nous avaient manqué !

Finissons ce Crash Test sur une bonne note avec la bande originale qui est de toute beauté. Il s’agit bien sûr des musiques 8bits des opus originaux totalement remasterisées. Même si la nostalgie rend ces mélodies parfaites à mes oreilles, elles restent globalement appréciables et nullement rébarbatives tout au long du jeu.

 

En conclusion, Pokémon Let’s Go prend le pari fou de vouloir regrouper plusieurs générations et types de joueurs autour d’une licence vieille de vingt ans. Nous retrouvons ici les bases d’un jeu culte pour toute une génération de joueurs, mêlées à un nouveau système de jeu et une facilité beaucoup plus contemporaine.

Malgré nos craintes de ne pas retrouver l’essence de base des titres originaux, nous ne pouvons que constater l’excellente réalisation des studios Game Freak. Il s’agit là d’une véritable remasterisation qui ne s’arrête pas simplement à la refonte graphique et met à jour l’ensemble du système de jeu. C’était absolument nécessaire mais comme tout gros changement, cela ne plaira pas à tous, notamment aux ultra fans des opus originaux.

Crash test

LA NOTE DU CRASH TEST DE
POKÉMON LET’S GO SUR NINTENDO SWITCH EST DE 44,90€

Mais qu’est ce qu’un Crash Test ? Contrairement aux nombreux tests que l’on peut trouver, la note finale est donnée à travers un prix d’achat conseillé. Partant du prix de vente neuf constaté (environ 59,90€ pour Pokémon Let’s Go), Crash Test tacle là où ça fait mal et vous donne la véritable valeur d’un jeu. Pourquoi payer trop cher ses jeux vidéo ?

[Preview] Man of Medan : Until Dawn sur un bateau qui prend l’eau ?

Nous avons pu jouer au futur jeu frisson de Supermassive Games, Man of Medan. Voici nos première impressions.

Dévoilé en août dernier à la Gamescom, Man of Medan sera le premier volet d’une saga horrifique, appelée The Dark Pictures. Celle-ci, développée par Supermassive Games, se composera d’un cocktail d’horreur et de choix scénarisés constants, le tout avec une mise en scène cinématographique.

man of medan

Pour ceux qui ne connaissent pas le genre, le type de jeu nous place aux commandes d’un ou plusieurs personnages dont le destin est directement influencé par nos actions et nos choix. Ainsi, chaque décisions, QTE (actions contextuelles ndlr) qui composeront le jeu auront des conséquences notables sur le scénario.

C’est sur cette base de gameplay et auréolé du succès d’Until Dawn que le studio a annoncé Man of Medan comme étant premier jeu d’une longue série. Cela d’ailleurs peut justifier une durée de vie annoncée de seulement 4h (pour les plus rapides).

The-dark-pictures-man-of-medan

Passons maintenant à nos premières impressions sur les quelques minutes de jeu que nous avons pu faire. Le passage étant court, sans son et avec des issues possibles nombreuses, le risque de spoil est très limité.
Globalement et comme son prédécesseur (Until Dawn ndlr), Man of Medan flatte la rétine. Les graphismes de qualité, combinés à la mise en scène hollywoodienne, renforce l’immersion dans le jeu. Malheureusement, les angles de caméra sont parfois pénibles et donnent l’impression de ne plus trop savoir vers quelle direction aller. Aussi, bien que cela soit propre au genre, nous déplorons la mollesse du gameplay. Cela conviendra sans doute au plus profane d’entre nous mais qu’est-ce que c’est mou.
Comme le sera le jeu, la démo fut très courte. L’impression de choix reste omniprésente et semble avoir des effets radicaux sur l’avancée dans le jeu, comme nous pouvons le voir en fin de démo. Espérons que Supermassive Games nous concoctera quelques surprises de gameplay pour sortir des classiques choix moraux et autres QTE du genre. Réponse en 2019.

Voici la vidéo gameplay de The Dark Pictures Man of Medan : Comme vous pourrez le voir (ou plutôt l’entendre), le salon Paris Games Week étant tellement bruyant que nous avons fait le choix de vous mettre une musique à la place du son ambiant. 

 

Suite aux difficultés de tournage dans le petit (et très sombre) stand de Supermassive Games, nous vous mettons également le gameplay d’IGN en bonne qualité ci-dessous :

The Dark Pictures – Man of Medan sortira en 2019 sur PS4, Xbox One et PC et disposera d’un doublage en anglais, français, italien, allemand, espagnol et russe.

 

[Preview] Days Gone : Le jeu de zombies de trop ?

Nous avons pu jouer à Days Gone, voici nos premières impressions.

Alors qu’il venait à peine d’être repoussé à avril 2019, Days Gone s’est dévoilé au grand public sur le stand Playstation à la Paris Games Week 2018. Il est développé par Bend Studio, connu notamment pour s’être occupé des excellents (et inégaux) Syphon Filter et d’Uncharted sur PS Vita.
Pour être honnête avec vous, nous sommes dubitatifs quant à cet énième jeu de zombies, notamment sur ce qu’il peut apporter de nouveau au genre. Surtout qu’il est très difficile de passer après les mastodontes que sont Left 4 dead, Dead Rising, The Walking Dead (Telltale Games), Dying Light ou encore l’énorme Last of Us. Vous l’aurez compris, se faire une place parmi tous ces excellents titres ne sera pas une mince affaire pour Days Gone.

Days GOne

Passons maintenant à la démo que vous pouvez retrouver en vidéo, à la fin de l’article. Celle-ci nous place aux commandes de Deacon St. John, un ancien membre d’un gang de motards, devenu chasseur de primes dans l’univers post-apocalyptique du jeu.
L’objectif de cette mission est de récupérer une moto dans un garage, tout en se frayant un chemin dans un environnement grouillant de zombies. Ce dernier d’ailleurs, composé de paysages urbains détruits et de nature qui reprend ses droits, nous rappelle ceux de Last of Us. Pour avancer sans trop de heurts, vous pouvez vous cacher et attirer l’attention des infectés et ainsi les contourner. Il est également possible d’y aller plus frontalement, cependant vous risquez d’être rapidement à court de munitions et surtout submergé par des hordes d’ennemis. Nous avons d’ailleurs constaté un détail intéressant, durant l’exploration, certains petits zombies sont partis se réfugier sur les toits. Un semblant d’intelligence (ou plutôt un instinct de survie) qui est suffisamment appréciable pour être souligné.

Days GOne

Les déplacements du personnage sont plutôt agréables et réactifs. La lourdeur des coups portés au corps à corps est très bien retranscrite à l’écran et n’est pas sans rappeler la violence des combats d’un Last of Us.

Le reste de la démo met en avant l’importance de la recherche d’équipements, de munitions, ainsi que le crafting (fabrication ndlr) d’objets/armes en tout genre. Notez d’ailleurs la plupart de vos armes auront une durée de vie limitée. Rien de bien original pour ce type de jeu.

Days GOne

Bien qu’il soit encore trop tôt pour ce faire un avis tranché sur Days Gone, nous trouvons que l’ensemble de ce qui est présenté par le jeu est correct. Cependant, malgré une réalisation qui semble être soignée, les éléments de gameplay et l’univers sont vus et revus depuis plusieurs années. Déjà que lors de sa première présentation, à l’E3 2016 (!), la licence arrivait bien tard par rapport aux autres titres du genre.
Après trois ans d’attente et face au monstrueux Last of Us II, Days Gone a intérêt à s’accrocher au guidon pour ne pas se faire bouffer tout cru et finir aux oubliettes.

 

Retrouvez notre vidéo gameplay ci-dessous. Nous avons remplacé le bruit ambiant du salon par plusieurs musiques musique issues des trailers de Days Gones … mais aussi d’un autre jeu culte du genre. On vous laisse deviner lequel 😉

Days Gone sortira, s’il n’est pas encore repoussé, le 26 avril 2018 sur Playstation 4.

[Gameplay Preview] Hitman 2 : Nos premières impressions … mortelles

L’agent 47 reprend du service pour notre plus grand plaisir dans Hitman 2. Nous avons pu tester le jeu à la Paris Games Week 2018, voici nos impressions.

Développé par I/O interactive et édité par Warner Bros Games, Hitman 2 reste dans la continuité du premier opus. Si le moteur graphique et le gameplay restent globalement les mêmes, c’est le modèle économique du jeu qui connait (encore) un grand revirement. Terminée la possibilité d’acheter les épisodes un par un, avec une sortie épisodique de ces derniers. Hitman 2 sera disponible directement en version complète avec toutes ses missions dès la sortie, le 14 novembre prochain. Cela n’empêchera pas de profiter d’événements spéciaux, avec régulièrement de nouvelles cibles à tuer dans les différents niveaux.

Hitman-2Enfin, les missions se dérouleront dans 6 niveaux (très variés), tous aussi immenses que riches en possibilités de meurtre. Voici d’ailleurs la liste complète de ces derniers : Hawke’s Bay (Nouvelle Zélande), Miami (USA), Santa Fortuna (Colombie), Bombay (Inde), Vermont (USA) et l’Ile de Sgàil (Atlantique nord).

Nous avons donc pu mettre la main sur ce dernier Hitman, plus précisément sur la version PC. Dans cette session de hands-on, nous sommes envoyé sur la mission de Miami où nous devons éliminer deux cibles, rien que ça.

hitman 2Autant vous le dire tout de suite, il a été très difficile de faire dans la dentelle. Pour exécuter parfaitement vos missions, l’observation et l’analyse de l’environnement sera primordiale. Et foncer dans le tas vous conduira à une mort rapide et un score médiocre.
Premier constat, le niveau fourmille de détails et de monde, sans le moindre ralentissement. Comme sur le premier opus, vous aurez le choix avec une multitude de façon d’atteindre votre cible, appelées « Opportunités ». Libre à vous de les suivre ou d’y aller, comme nous, à la bourrin.  Le gameplay est vraiment quasi similaire au premier, même si nous ressentons une meilleure réactivité dans l’exécution des actions.

hitman 2
Enfin, malgré les annonces d’amélioration, l’IA (l’intelligence artificielle ndlr) est toujours aussi limitée. Certes, les nouveautés, telles que la possibilité de se faire détecter à cause d’un miroir et par les caméras de surveillance, sont bien là. Mais elles n’enlèvent pas le fait qu’il est toujours aussi facile de faire tourner l’ensemble de vos adversaires en bourrique.
Aussi, comme vous pourrez le voir dans notre vidéo (18mins), nous n’échapperons pas à certains scripts parfois « incohérents ».

Voici notre vidéo gameplay prise lors de la Paris Games Week 2018. Veuillez d’ailleurs nous excuser pour la prise de son moyenne due au bruit global du salon. 

Bon ou mauvais ? Est-ce que ce nouvel Hitman vaudra ses 60€ aujourd’hui bien au chaud dans votre portefeuille ?
C’est ce que nous verrons dans le Cra$h Test du jeu, à venir sur PopCornGame.fr.

Hitman 2 sortira le 14  novembre 2018 sur Xbox One, PS4 et PC. 

Scroll to top