fbpx

News

Tortues Ninja : une suite aux films des années 90 ?

Nombreux sont les enfants des années 90 à avoir été bercés par les Tortues Ninja. Aujourd’hui, on apprend qu’une suite aux trois films réalisés dans les années 90 pourrait voir le jour.

Enfants des années 90, souvenez-vous : la franchise des Tortues Ninja, inondait littéralement le marché du divertissement mondial : jouets, dessin animé (ahhh ce générique), jeux vidéo, Pogs etc…On ne va pas s’étendre sur le sujet mais vous renvoyez vers une excellente vidéo, de la non moins excellente chaîne Youtube Arkeo Toys.

Aujourd’hui, on va donc se concentrer sur la trilogie de films, sortie au début de cette décennie :

Cette trilogie a pour trait commun, de partager le même scénariste, à savoir Bobby Herbeck (dont cela semble être le seul véritable fait d’arme à vrai dire).
Au cours d’une interview pour le média Comicbook, on lui a demandé s’il souhaiterait retravailler sur un film des Tortues Ninja : « Oui, la réponse est oui », a-t-il répondu.

Toutefois, ce qui nous intéresse, ce sont les détails de sa réponse car elle laisse sous entendre que les Tortues Ninja pourraient revenir sous une forme plus palpable que les récentes versions de Michael Bay en CGI (ndlr : images de synthèse).
A titre personnel, je trouve que les deux films de Michael Bay sont honnêtes en termes de divertissements, respectant plutôt bien l’esprit de la série animée des années 90 qu’on regardait religieusement sur le Club Dorothée. Toutefois, outre le Character Design des tortues version Michael Bay, c’est leur rendu numérique moins tangible que les costumes utilisés à l’époque (voir image comparative ci-dessous)

Before Before
After After

Bobby Herbeck et Steve Barron (réalisateur du premier film) se sont concertés et souhaitent retrouver cet esprit « old school ». Pour ce faire, ils ont contacté leurs anciens comparses d’époque, dont la célèbre compagnie de marionnettes et animatroniques : Jim Henson’s Creature Shop (par le créateur du Muppet Show)

"La vérité est que, trente après, il est établi que cette création est une partie de notre pop culture moderne. Elle ne va pas disparaître. Elle va seulement continuer à croître. J'aimerais qu'on y revienne. Nous avons parlé à Steve Barron à ce sujet, et à Brian Henson (ndlr : fils de Jim Henson et héritier du Jim Henson's Creature Shop). S'il y a une occasion et si un studio est d'accord, je pense que nous pourrions revenir en arrière et tout redémarrer [...] Imaginez si Brian Henson utilisait la technologie moderne pour faire ces costumes et tout cela. Je pense qu'un Reboot en ce sens, serait incroyable. "

On espère donc que ce projet de Reboot puisse voir le jour mais avec la condition qu’il inclut bien du matériel « réel » et bien palpable tels que les costumes et animatroniques qu’on aime tant chez PopcornGame.

L’animatronique semble coûter trop chère de nos jours mais était omniprésente dans les années 80/90 par l’intermédiaire de mastodontes tels que Jurassic Park (les dinosaures, avec un mélange d’effets numériques) ou encore Les Dents de la Mer pour le même Spielberg. Sans oublier les chefs d’œuvre Gremlins bien entendu. 

Toutefois, on remarquera que certaines productions récentes en utilisent, comme les films Harry Potter (le basilic dans la Chambre des Secrets) ou encore, bébé Yoda dans la série Star Wars The Mandalorian.

bebe yoda
harry potter basilic
Et vous, quel est votre rapport à l’animatronique et à l’animation numérique omniprésente dans les productions de nos jours ?

xCloud, Shadow, Stadia, PS Now, GeForce Now et Luna : Quel service de cloud gaming est fait pour vous ?

Plus le temps passe, plus de nouveaux services de cloud gaming voient le jour et plus les pauvres joueurs que nous sommes s’y perdent. Nous avons désormais sur le marché du cloud gaming : Google Stadia, Shadow PC, Xbox Xcloud, PlayStation Now, Amazon Luna, Facebook Gaming Cloud, sans oublier les jeux Nintendo Switch Cloud. C’est pour cela que nous avons décidé de faire un petit bilan de tous ces services, en mettant en avant leurs bons côtés et leurs limites. Êtes-vous plus xCloud, Stadia ou PS Now ? C’est ce que nous allons voir tout de suite.

Le temps est-il venu ? Possible ..

Cloud Gaming

Avant de commencer, pour ceux qui ne connaissent pas son principe, le cloud gaming offre la possibilité de jouer aux jeux vidéo, depuis des serveurs distants, grâce à un simple logiciel et une connexion internet.
Le cloud gaming ne date pas d’hier et de nombreuses sociétés s’y sont déjà risquées sans succès. Nous pensons notamment à Onlive, sorti en 2010 et ayant mis la clef sous la porte en 2015. Pourtant le service disposait de nombreux partenaires et investisseurs de taille (tels que Warner Bros, Take-Two, Ubisoft, Epic Games, Atari, Codemasters, THQ, Warner Bros, 2D Boy, Eidos Interactive). Le service rencontrait quelques problèmes, notamment dus aux connexions limitées encore répandues à l’époque. Au final la société fût achetée et tuée par Sony, sans ménagement, en 2015. L’ironie du sort est que Sony avait également acheté et dissous son concurrent, Gakai quelques temps plus tôt. L’arrivée du Playstation Now ne devait pas y être pour rien.
5 ans après, l’évolution technique et la situation sanitaire semble avoir sonné le top départ de ces nouveaux services avec la promesse d’accéder aux plus gros (beaux) jeux grâce à une connexion internet.

Playstation Now : l’arme secrète de Sony

Cloud Gaming : Playstation now

Lancé en 2014 et arrivé en 2017 en France, le Playstation Now se développe tranquillement pour atteindre cette année plus de 2,2 millions d’utilisateurs dans le monde. Une belle augmentation due à la récente baisse de prix à 9,99€ (au lieu de 15€), ainsi que l’ajout de gros jeux au catalogue (par exemple Spiderman).

Pour jouer aux jeux PS Now vous avez besoin :

  • Un compte PlayStation Network
  • Une PS4/PS5 ou un PC
  • Une manette sans fil DUALSHOCK 4
  • Une connexion haut débit de minimum 5 Mo/s
  • Et bien sûr un abonnement actif au PS Now

Après quelques heures de jeu, le constat est mitigé. Nous avons fortement apprécié de pouvoir retrouver le service sur notre PS4 et sur PC. Également, il est très agréable de pouvoir jouer à de nombreux grands classiques de la PS2, PS3, PS4 ainsi qu’à quelques pépites plus récentes. Vous pourrez, par exemple, retrouver The Last of Us, les Uncharted, Heavy Rain, certains Metal Gear Solid et bien d’autres.
Cependant, très rapidement on se rend compte que le catalogue est assez restreint et que le peu de jeux récents ne seront disponibles que temporairement.

Au niveau de la stabilité, le Playstation Now fonctionne globalement bien, autant sur PS4 que sur PC. Faites attention à être proche de votre box en Wi-Fi ou privilégiez la connexion par câble ethernet. En effet, vous sentirez directement dans le jeu, la moindre instabilité de votre réseau. Nous avons pu constater à plusieurs reprises quelques saccades et surtout de grosses baisses de résolution pour maintenir un framerate acceptable.
Sony a prévu le coup et vous permettra de télécharger le jeu en local, uniquement depuis votre PS4/PS5 (comme pour le Xbox Game Pass).
Enfin, autre petite déception, le fait que les jeux soient streamés depuis de surpuissants serveurs ne vous fera gagner aucun temps de chargement. Nous avions même l’impression, par moment, que c’était plus long.

Voici les points positifs et négatifs du PS Now :

+ Service facilement accessible depuis sa Playstation 4/5 + PC
+ On y retrouve plus d’une centaine de jeux dont de beaux classiques de la PS2/PS3/PS4
+ Possible de télécharger les jeux sur sa console dans le cas où l’on a une connexion instable
+ Prix intéressant si on prend l’abonnement annuel (4,99€/mois)

– Qualité de l’image et confort de jeu moyen dans le cas d’une connexion instable
– Catalogue de jeux assez daté
– On fait vite le tour des jeux intéressants
– Peu de nouveautés
– Utilité vs Remote Play (App permettant de stream sa console PS4/PS5 depuis mobiles et tablettes)

Prenez le PS Now si vous êtes un grand fan de Sony et que vous ne disposez plus de place pour ressortir vos anciennes Playstation. Son petit prix vous permettra de déguster votre madeleine de Proust, depuis votre PS4/PS5 et votre PC. Comme de nombreux abonnements, vous y jouerez quelques minutes par mois pour justifier ce coût supplémentaire dans votre budget. Si vous êtes un joueur « très Playstation », prenez l’essai gratuit 7 jours pour vous faire rapidement un avis, sinon passez votre chemin.

Xbox Xcloud : un pas de plus vers le Netflix du jeu vidéo

Cloud Gaming :  microsoft xcloud

Disponible depuis septembre dernier, Microsoft xCloud est enfin arrivé en France. Ce nouveau service de cloud gaming permet d’accéder à plus de 150 jeux du Xbox Game Pass. D’ailleurs, il est important de noter qu’il faudra souscrire au Xbox Games Pass Ultimate à 12,99€ pour profiter d’xCloud.

Ce service est disponible depuis les tablettes et mobiles Android uniquement, pour l’instant. Une application PWA est actuellement en développement sur iOS. Pour jouer vous aurez besoin d’une manette Bluetooth compatible telles que les manettes Xbox One S ou PS4. Et enfin une bonne connexion internet sera indispensable pour profiter pleinement de service.

Également, il est intéressant de noter que, comme sur PS4, vous pouvez streamer votre Xbox depuis l’application « companion » Xbox, disponible sur iOS et Android. Cela fonctionne très bien, il suffit de synchroniser au préalable votre console Xbox à votre application sous le même compte.

Voici les points positifs et négatifs du xCloud :

+ Enorme bibliothèque de plus de 150 jeux
+ De nombreuses nouveautés et exclues Xbox disponibles Day One
+ Pas de surcoût pour les joueurs disposant déjà du Xbox Game Pass Ultimate
+ Compatible avec de nombreuses manettes
+ Expérience agréable à condition d’avoir une excellente connexion
+ Bientôt les jeux Bethesda inclus (?)

– Réservé surtout aux joueurs Xbox
– Disponible uniquement sur Android pour l’instant
– Obligation de prendre un abonnement à 12,90€ par mois
– Utilité du service si on stream le contenu de sa propre Xbox via l’app companion ?
– Que 150 jeux

En conclusion, le xCloud est un service très exclusif Xbox. Il offre de nouvelles perspectives aux joueurs baignant déjà dans l’environnement de Microsoft. D’autres seront certainement séduits par la promesse de retrouver tous leurs jeux, sauvegardes et amis (en ligne) depuis n’importe quels supports. xCloud est encore jeune mais il arrive en complément d’une offre globale extrêmement prometteuse. En somme, si vous avez une Xbox ou/et que vous aimez Forza & Halo, foncez.

Stadia : Le colosse aux pieds d’argile

Cloud Gaming :  Google Stadia

Alors autant vous le dire tout de suite, lorsqu’on l’a vu venir, on s’est dit que la partie était gagnée. Et pourtant …

Lancé le 19 novembre 2019, Google Stadia fit ce qu’on appelle un petit flop à sa (première) sortie. Une déconvenue qui vient essentiellement de la qualité du service qui n’était pas au rendez-vous (latences, graphismes en deçà des promesses faites), même pour les utilisateurs ayant l’offre premium et une bonne connexion.
Également, les joueurs ont été déçus par le business model du service. Pas question d’un Netflix du jeu vidéo comme certains l’espéraient mais un petit catalogue de (vieux) jeux, vendus au prix fort. Aïe.
Une pauvreté de jeux qui ne risque pas de s’arranger car la structure de Stadia force les développeurs à effectuer un portage dédié de leurs jeux pour les rendre compatibles.

Pour jouer avec Google Stadia vous aurez besoin :

  • D’un PC / Mac avec une version récente de Chrome
  • D’une tablette Chrome OS
  • D’un smartphone Pixel 2, Pixel 3, Pixel 3a et Pixel 4 et d’autres smartphone haut de gamme Android dont la liste est disponible ici.
  • Un Chromecast Ultra pour jouer sur sa TV
  • D’une manette Sadia vendue 69€ seule ou 99€ avec le Chromecast Ultra

Voici les points positifs et négatifs de Google Stadia :

+ Un service désormais disponible gratuitement dans sa version de base
+ La version Pro disponible gratuitement durant 2 mois
+ Des réductions et plus d’une dizaine de jeux gratuits avec l’abonnement pro (Destiny 2, Hitman, Sniper Elite 4 et d’autres)
+ Disponible sur PC via un simple navigateur Google Chrome
+ Possible d’utiliser une manette de Xbox One ou PS4 depuis un navigateur Chrome et certains Android
+ Disponible sur certains smartphones Android 10
+ Globalement stable aujourd’hui
+ [MAJ 23/11] Destiny désormais gratuit pour tous les joueurs
+ [MAJ 23/11] Disponible très bientôt sur iOS 14 et iPadOS 14 via une web app

– Très peu de jeux disponibles encore actuellement (on devrait atteindre les 135 jeux d’ici fin 2020 dont une dizaine d’exclusivités)
– Disponible sur une petite quantité de mobiles Android (Google Pixel et quelques autres modèles) on est bien loin d’un service universel.
– Encore en-dessous de tout ce qu’on peut voir sur le marché en terme de rendu graphique
– Aucune manette tierce compatible encore pour jouer sur sa TV avec un ChromeCast
– Visiblement encore une bêta saupoudrée de promesses marketing qui sonnent faux

En conclusion Google Stadia a été victime de la hype à son lancement et d’une campagne marketing Google un peu trop poussée. Le service aurait vraiment eu besoin d’une vraie bêta, plus discrète, sur plusieurs mois. Surtout que l’on retrouve ici les mêmes problèmes qui étaient présents sur de nombreux services cloud gaming à leur lancement.

Désormais, Google n’est plus tout seul sur le marché et on se demande comment vont-ils faire pour pouvoir rattraper leur retard d’une part et séduire à nouveau tous les joueurs déçus.
Il est très difficile de vous conseiller Stadia aujourd’hui, surtout avec les nombreuses autres offres largement plus intéressantes qui existent. Dans le même genre, il est préférable de vous tourner vers Geforce Now ou encore Shadow PC. Google Stadia est disponible depuis le 8 avril partout dans le monde avec une offre gratuite et une offre Pro gratuite pendant 2 mois.

Shadow PC : Pour réveiller le PC gamer qui sommeille en vous

Cloud Gaming :  Shadow PC

Shadow PC est un service qui vous propose d’accéder à un PC complet en cloud et ce depuis n’importe quels de ces appareils :

  • PC, MAC et Ubuntu
  • Un boitier Shadow.
  • Mobile et tablettes – iOS et Android

La promesse ici est que vous disposerez toujours d’une configuration optimale mise à jour au fil du temps. Idéal pour un joueur PC ne souhaitant pas débourser 500/1000 euros tous les 6 mois pour avoir les derniers composants. Comme vous pouvez le lire plus haut, il s’agit un PC complet est disponible en cloud, ce qui signifie que vous pouvez également l’utiliser pour travailler sur des logiciels gourmands sans pour autant changer votre vieille machine.

Shadow propose depuis plusieurs mois différentes offres adaptées à toutes les bourses (et aux besoins des utilisateurs) :

Offre shadow pc

Celles-ci sont disponibles respectivement de gauche à droite à 12,99€ / 24,99€ / 39,99€ pour la plus musclée.
Par contre, si cela vous intéresse préparez-vous à attendre. En effet Shadow PC est en pleine conquête du territoire américain et a eu des soucis avec son ex partenaire OVH en début d’année. Ajoutez à cela le COVID + un changement de direction et vous avez un délai de livraison du service de plus de 4 mois en France.

Pour plus d’info, nous avons d’ores et déjà dédié plusieurs articles au Shadow PC de Blade, sur sa capacité à offrir une VR premium en cloud et un test de leur application iOS.

Voici les points positifs et négatifs de Shadow PC :

+ On dispose d’un vrai PC sur de nombreuses plateformes (Mobile, tablette et PC)
+ Le service est stable et mature. Après plus de 3 ans de service, Shadow PC maitrise la technologie du cloud et ça se ressent lorsqu’on l’utilise. Très peu de plantages ou dysfonctionnements.
+ Une offre d’entrée à seulement 12,99€ et qui permet déjà de jouer à de nombreux jeux (récents) dans de bonnes conditions.
+ La possibilité de jouer aux jeux PC en cloud gaming sur iOS
+ La possibilité de jouer aux jeux VR sans fil et avec une stabilité impressionnante. Retrouvez notre test d’Half Life Alyx ici.

– Plusieurs mois d’attente pour essayer le service
– Juste une offre de PC en cloud, aucun jeu n’est inclus avec le service (pour le même prix, on a xCloud avec plus de 150 jeux inclus)
– On reste sur un PC, avec les problèmes d’un PC (mises à jour etc)

En conclusion, Shadow PC est une véritable pépite de ce qu’on peut trouver parmi les offres de cloud gaming. Sa grosse différence et peut-être pour certains son gros « défaut » est qu’il s’agit d’un PC complet en cloud. Si vous êtes en recherche d’une offre clef en main ou de jeux directement inclus, passez votre chemin. Si vous avez déjà des jeux PC et que vous souhaitez avoir accès à un PC surpuissant depuis n’importe quelle plateforme (ou presque), foncez.

GeForce Now : un quasi sans faute

Cloud Gaming :  Geforce Now

GeForce propose un véritable hub de vos bibliothèques de jeux PC, en cloud. Le service vous propose d’associer vos différents comptes Steam, Uplay, Epic et de retrouver toutes votre bibliothèque de jeux et d’y jouer depuis de nombreux supports.

L’accès au service est gratuit de base mais vous pouvez prendre l’abonnement « Founder » à 5,49 euros. Ce dernier vous permettra d’avoir un temps de jeu illimité, pas de file d’attente pour accéder à votre jeu et l’accès au RTX.

Gerforce Now prix

Attention, le service a beau utiliser vos bibliothèques de jeux, tous ne seront pas compatibles avec Geforce Now. Vous avez plus de 600 jeux compatibles avec le service, dont voici la liste ici. C’est ici où le bât blesse, vous ne pourrez que jouer à certains jeux… vous appartenant.
Dommage de ne pas avoir droit à une offre plus complète. Selon nous ce n’est pas le service qui vous fera lâcher votre machine physique.

Si GeForce Now fonctionne plutôt bien, une fois les jeux installés et vos comptes synchronisés avec le service, nous avons eu du mal à comprendre au départ pourquoi certains jeux ne passaient pas. Au final nous avons compris, en cherchant, que seule une petite partie de notre bibliothèque était compatible.

A noter que désormais vous pouvez utiliser le service sur vos iPhone et iPad sous iOS/ iPadOS 14 via une web app Safari, dont voici l’adresse https://play.geforcenow.com/.

Le service est dispo depuis :

  • iPhone et iPad : disponible depuis Safari iOS 14 et iPadOS 14 en Beta
  • PC /Mac
  • Chrome OS
  • Android
  • Nvidia Shield

Voici les points positifs et négatifs de Geforce Now :

+ Accessible gratuitement – dans sa version de base
+ Plus de 600 jeux compatibles
+ Accessible depuis de nombreux supports
+ Qualité du streaming avec une bonne connexion
+ Une offre payante cohérente pour les accros au service
+ Réduction sur des jeux

– Bibliothèque de jeux limitée
– Ne pas retrouver l’ensemble de ses bibliothèques Steam etc

En conclusion, Geforce Now est un service plutôt simple et efficace. Le service s’adresse à certains joueurs PC disposant d’une grande bibliothèque de jeux compatibles avec le service. Le gros avantage ici est que vous pouvez le tester gratuitement avant de vous engager dans un abonnement payant. Nous vous conseillons GeForce Now si vous êtes un joueurs PC en complément de votre installation physique, sur certains de vos jeux. Enfin, par rapport à un Shadow PC, on y gagne sur la facilité d’installation et lancement des jeux, mais on y perd sur le nombre de titres compatibles et la présence d’une app iOS.

Amazon Luna : Un futur grand du Cloud Gaming ?

Cloud Gaming : Amazon luna

Annoncé il y a plusieurs semaines Amazon présente à son tour son service de cloud gaming. Encore en bêta fermée, ce nouveau service prend son temps avant de s’étendre au monde entier.
Premiers points très prometteurs : Luna tourne sur des serveurs Windows avec des cartes Nvidia, ce qui permettra de profiter pleinement du Ray Tracing. De plus, cela facilitera la tâche aux développeurs pour rendre leurs jeux compatibles avec la plateforme. Les premiers tests que l’on voit circuler, placent ce service au même niveau de performance qu’un Stadia (actuel), sans plus de détail. Pour le meilleur comme pour le pire ?

Amazon Luna pourra tourner sur :

  • TV (via Amazon Fire Stick)
  • PC
  • Android
  • iOS (PWA)

Sur ce dernier point, Amazon fait un véritable hold up car contrairement à Stadia et xCloud (pour l’instant), leur service sera accessible sur tous les appareils iOS via une Progressive web App, une application web via Safari.
Côté jeux, Amazon promet beaucoup de jeux au lancement en proposant plusieurs bouquets de jeux, avec des prix différents :

offre prix Amazon Luna

En somme, Amazon a analysé intelligemment le marché et a décidé de proposer une offre complète à petit prix. Luna n’est disponible pour l’instant qu’en bêta fermée sur le territoire Américain et il est malheureusement encore trop tôt pour avoir un véritable avis sur ce service.

Les jeux Cloud Gaming sur Nintendo Switch : juste ce qu’il manquait ?

Nintendo switch cloud

Nous arrivons aux deux derniers « outsiders ». Les jeux cloud sur Nintendo Switch ne sont pas nouveaux, il y a plus d’un an, Nintendo proposait déjà, uniquement au Japon, de pouvoir jouer à Assassin’s Creed Odyssey et Resident Evil 7 (voir notre article).
La bonne nouvelle est qu’aujourd’hui, Control est disponible et Hitman 3 arrive début 2021, en cloud gaming Switch en Europe.

Pour jouer le principe est simple (Ici l’exemple pour le jeu Control) :

  • Téléchargez gratuitement le jeu sur le Nintendo Store
  • Essayez-le jeu minimum 5 minutes et maximum 10 minutes
  • Procédez au paiement si vous souhaitez continuer le jeu
control nintendo switch prix

Comme vous pouvez le voir, Nintendo contraint le joueur à essayer plus de 5 min le jeu avant de lui permettre de l’acheter. Cela afin d’éviter une éventuelle déception si le jeu est injouable à cause d’une mauvaise connexion. Également, contrairement au service de cloud gaming exclusif au Japon, les jeux appartiennent définitivement aux joueurs. Pour rappel, sur l’offre japonaise, il s’agissait d’une location de jeu limitée dans le temps.

Comme pour Amazon Luna, difficile de s’exprimer encore sur cette (jeune) offre cloud gaming, surtout que nous n’avons pu essayer qu’un jeu pour l’instant. Mais, ce que nous avons pu voir jusqu’à présent est très prometteur. Vivement Hitman 3 en cloud sur Nintendo Switch.

Facebook Cloud Gaming : la suite logique aux jeux sociaux

Facebook cloud gaming

Pour finir nous avons voulu vous présenter Facebook Cloud Gaming. Ce nouveau service est assez éloigné de la concurrence actuelle sur le marché. Vous y retrouverez un tout petit catalogue de jeux mobiles faciles à prendre en main et dont l’accès est pour l’instant gratuit.

Facebook Cloud Gaming est disponible dans certains états américains sur des jeux tels que Asphalt 9 : Legends, PGA TOUR Golf Shootout, Solitaire : Arthur’s Tale et bien d’autres. Nous n’avons pas plus d’informations à l’heure actuelle, mais nous imaginons que Facebook saura faire évoluer son offre pour la rendre rentable ainsi que de toucher de plus en plus de monde. Et pourquoi pas une offre cloud en VR, via sa filiale Oculus.

Nous espérons que cet article vous a plu, n’hésitez pas à commenter et à nous dire qu’elle est selon vous le meilleur service de cloud gaming ?

Shadow Pc + IPad Pro = Le PC portable ultime ? [Notre avis + tuto]

Après avoir essayé la VR grâce à un abonnement cloud Shadow PC, nous nous sommes posés une question : L’iPad Pro peut-il devenir un PC Gaming ultime ? 


iPad Pro, déjà un grand PC en devenir 

Doté d’une puissance égale à la plupart des PC portables moyen/haut de gamme, l’iPad Pro dernière génération dispose surtout d’un port USB type-C et d’un OS, l’iPadOS, beaucoup plus ouvert que son petit frère iOS. Nous pouvons enfin y connecter sereinement tout un panel d’appareils USB type C (clés USB, disques dur et autres accessoires). Nous-mêmes chez PopCornGame, nous y connectons nos micros via un amplificateur USB pour enregistrer certains de nos petits Podcasts

Également et c’est là le plus important, l’iPad Pro gère désormais les claviers et surtout les souris. Cette dernière, une fois connectée, laisse s’afficher un curseur arrondi permettant d’effectuer des interactions hybrides pour un appareil qui l’est autant. Nous pouvons ainsi sélectionner, scroller, faire les clics droits mais également afficher le dock d’applications, activer le multitâche etc. 

Bref, tout est là pour qu’une fois l’application Shadow iOS installée, nous pouvions utiliser notre PC Cloud comme un véritable PC. 

Shadow PC iOS, un long combat … 

Disponible en Bêta fermée depuis plusieurs années, Shadow PC iOS a gagné le droit d’être distribuée sur l’AppStore. La raison de cette attente est simple, Apple voit d’un très mauvais œil les plateformes proposant des contenus non maîtrisés par celle-ci. C’est d’ailleurs toujours le cas pour les concurrents de Shadow sur le plan du gaming avec Google Stadia et xCloud de Microsoft. Cette dernière a été refusée pour la simple raison qu’Apple ne pouvait pas vérifier le contenu et la qualité des jeux proposés sur la plateforme de streaming de Microsoft. Une faible excuse qui ne trompe personne, sur le contrôle total que souhaite la firme de Cupertino. 

Shadow pc

… encore loin d’être gagné 

Pour revenir à l’application Shadow PC, celle-ci est disponible sur iPhone et iPad et permet d’afficher et d’interagir avec son Shadow PC, via l’écran tactile, ainsi que de nombreux accessoires. 

Ainsi nous avons pu l’essayer avec : 

  • Clavier 
  • Souris 
  • Manette Xbox One (seconde génération) 
  • Manette PS4

Le tout fonctionne correctement excepté un comportement bizarre avec la souris. En effet, il est impossible de jouer à un jeu au clavier souris sur iPad Pro avec les accessoires pourtant compatible. La faute à une gestion de la souris de l’iPad qui ne se mappe pas totalement avec celle du PC cloud. Elle ne réagit qu’au clic et non au déplacement du curseur. Ce qui signifie, par exemple, que pour déplacer votre viseur dans un FPS, vous devez maintenir un clic et déplacer lentement votre souris. Ce qui a pour conséquence de rendre tous les jeux injouables dans ce mode là. MAJ 18/11/20 : une récente mise à jour permet une gestion de la souris Windows sur iPad, ce qui permet de rendre notamment jouable les FPS au clavier souris sur cet appareil. Cependant, lors de nos premiers tests, la précision nous a semblé plutôt moyenne et encore instable. A voir si les prochaines mises à jour amélioreront le comportement et la précision de celle-ci.

Jouer sur grand écran, un rêve pour une demie réalité 

Lorsque nous avons préparer ce test, nous avons tout de suite pensé à l’utilisation ultime d’un iPad + Shadow PC : J’ai accès à mon PC cloud sur l’écran de l’iPad en déplacement MAIS quand je rentre à la maison, je le connecte à mon grand écran 22 pouces. Je profite ainsi d’un vrai PC à la maison avec tout le confort qui va avec. 
La réalité est bien plus triste que ça. Lorsque vous connectez votre iPad à un écran externe (via AirPlay ou par câble), le système de l’appareil détecte qu’un stream a lieu et cela peut avoir des conséquences sur les applications que vous utilisez. C’est malheureusement le cas pour l’application Shadow PC, qui bloquera le stream au moment de la connexion d’un écran externe. 

A cela, nous avons trouver une solution : Lorsque ça arrive, il vous suffit de quitter l’application Shadow PC, tout en laissant votre écran externe connecté. Ensuite vous redémarrez l’application et là, magique, votre session démarre sur votre écran externe. Ne vous réjouissez pas trop vite, car votre couple clavier/souris, sera resté sur l’écran de l’iPad Pro. 

La déception n’est pas totale car cette méthode fonctionne tout de même avec les manettes Xbox et PS4. 

Shadow pc

Comment jouer à un jeu Shadow PC depuis un iPad/iPhone, connecté à un écran externe ? 

Pour cela il vous suffit de suivre ces 13 étapes : 

  1. Avant de connecter l’écran externe, mettez-vous sur votre iPad/iPhone
  2. Connectez-y votre clavier & souris pour interagir avec ce dernier
  3. Connectez également votre manette Xbox ou/et PS4
  4. Démarrez l’application Shadow PC 
  5. Lancez votre shadow en veillant que vos manettes sont bien détectées par l’app
  6. Depuis votre session, lancez le jeu de votre choix 
  7. Une fois le jeu lancé et configuré pour supporter votre manette, branchez votre écran externe 
  8. Vous allez être sorti de votre session Shadow et renvoyé sur la page d’accueil de l’app 
  9. Fermez totalement l’app 
  10. Redémarrez l’app et lancez le shadow 
  11. La session se lancera directement sur l’écran externe 
  12. Vos manettes seront toujours reconnues 
  13. A vous de jouer 🙂 

Hormis cette mauvaise surprise sur la gestion des écrans externes, l’application Shadow PC iOS / iPadOS est une bonne surprise. 
Également, pour tout ce qui est de la navigation, utilisation de logiciels de montage, photo, audio et autres, on profite pleinement de la compatibilité et de la puissance d’un PC, depuis son iPad/iPhone.

Il ne manque que quelques petits détails à l’application Shadow PC pour devenir un incontournable sur iPad et même iPhone. Lorsque la gestion des périphériques sera totale, nous aurons un véritable ordinateur qui nous accompagnera partout via notre mobile/tablette Apple. 

Côté tarifs, l’offre Shadow PC est disponible en précommande pour la somme de 12,99 par mois. À ce prix, vous avez un PC gaming basique et amplement suffisant pour faire tourner la plupart des jeux actuels. La promesse est qu’au fur à mesure du temps votre machine virtuelle sera mise à jour pour vous proposer une expérience de qualité sur les jeux à venir. 

Ceux qui le souhaitent peuvent bien sûr craquer pour des versions plus équipées avec l’offre Ultra (en orange ndlr) et Infinite (en bleu ndlr), tous deux respectivement à 24,99 et 39,99. 

Offre shadow pc

Enfin, si vous l’avez loupé, retrouvez notre test VR du Shadow PC et de l’Oculus Quest.

Tuto : Jouer à Half Life Alyx avec (juste) un Oculus Quest et une connexion internet

Alors que la réalité virtuelle se rend de plus en plus accessible, de nombreux gros jeux triple A sont encore réservés aux possesseurs de gros PC, aux cartes graphiques et casques VR hors de prix. Mais avec le développement du cloud gaming n’allons-nous pas vers une démocratisation totale de la VR ?

C’est en tentant de répondre à cette question que nous avons voulu tester s’il était possible de jouer – dans de bonnes conditions – au gros titre VR du moment, Half Life Alyx et ce, sans avoir un PC de gamer, ni un casque VR à 1000€. 

Nous nous sommes donc procuré un Oculus Quest, le casque VR stand alone de Facebook dont nous vous faisions le test ici. Disponible à 450 euros, le casque peut être utilisé seul ou branché à un PC via son câble link. Cependant pour ce test nous ne disposons ni de câble, ni d’un PC permettant de faire tourner un tel jeu.

Nous avons donc choisi de nous tourner vers une offre de cloud Shadow PC. Celle-ci nous permet d’avoir accès à un PC surpuissant, toujours à jour, depuis n’importe quel PC, MAC, Mobile, tablette disposant d’une bonne connexion internet. 

Voici la liste des appareils compatibles au Shadow PC

  • Window 10 PC 
  • Ubuntu
  • OSX MacBook, Mac Pro ou iMac
  • Un boitier fourni par votre fournisseur Shadow.
  • Un smartphone sous Android.

Pour vous procurer un Shadow vous devez vous abonner à leur offre, à partir de 12,99€/mois, disponible en France à partir de juin prochain. Cet article n’est pas sponsorisé mais nous tenions à remercier Blade (Shadow ndlr) pour nous avoir donné accès à leur plateforme pour faire ce test. 

Pour ce test, nous avons donc : 

  • 1 casque VR premium d’entrée de gamme Oculus Quest 
  • 1 MacBook (ou d’un smartphone android pour le fun)
  • 1 connexion internet de bonne qualité
  • 1 accès à un Shadow PC 
  • 1 compte Steam,
  • Le jeu Half Life Alyx dans notre bibliothèque Steam 

Tout d’abord, installez l’application Shadow sur votre machine tout en vous assurant d’avoir la meilleure connexion internet possible.
Si vous souhaitez rester en Wi-Fi, vérifiez que vous êtes bien sur une connexion 5Ghz, que votre réseau n’est pas saturé d’appareils ou que vous n’avez pas de téléchargement en cours.
De notre côté, nous sommes restés en Wi-Fi pour ce test mais nous avons placé notre Macbook proche de la box et coupé tout téléchargement. Sur le site de Shadow, il est conseillé d’avoir une connexion de 15Mb/s minimum, mais nous vous conseillons de la fibre, pour s’assurer de n’avoir aucune latence, surtout en VR.


Une fois sur votre PC Cloud sous Shadow téléchargez Steam et installez-y Steam VR et Half Life Alyx. 

Téléchargez Virtual Desktop sur votre PC Shadow ainsi que sur votre casque Oculus. 
L’application est payante sur le store Oculus, à 19.99€. Pas d’inquiétude, si l’expérience ne vous convient pas ou si c’était juste « pour le fun d’essayer », Oculus vous rembourse l’application dans le cas où vous ne l’avez utilisé moins de 2 heures et conservée moins de 15 jours. 

Lancez Virtual Desktop sur votre PC Shadow et sur votre Oculus Quest.
Faites attention à ce que votre casque et PC soient sur le même réseau Wi-Fi, ainsi que d’avoir bien entré le même pseudo « Virtual Desktop » entre l’Oculus et le PC. Mettez votre casque et attendez quelques secondes avant de voir apparaitre votre bureau PC. 

Une fois votre casque et PC synchronisés et que tout est installé, lancez Half Life Alyx depuis Steam ou depuis le Launcher Virtual Desktop sur votre casque (Depuis la mise à jour v1.10.1).

 

Notre avis après plusieurs heures de jeu

Plus

Pour tout vous dire le résultat est surprenant, le jeu est fluide et le rendu graphique est satisfaisant. Nous avons préféré laisser les réglages graphiques par défaut (faibles et moyens) afin d’éviter la moindre latence. Les manettes Oculus Touch, fournies de base avec le casque VR, sont parfaitement reconnues et compatibles avec le jeu. 

Plus

Il est surtout agréable de noter que nous jouons sans le moindre fil accroché à notre casque, ce qui renforce l’immersion et la simplicité d’installation du casque. Surtout que l’Oculus Quest est équipé de capteurs intégrés qui permettent de transposer nos gestes dans la VR et de définir/sécuriser un espace de jeu. Celui-ci est délimité par un « guardians » une grille virtuelle qui vous évitera de vous prendre un mur, une TV, un meuble IRL (In Real Life – Dans la vraie vie ndlr)

Nous avons rencontré un problème plutôt embêtant durant notre test : Le Shadow se mettait en veille tout seul au bout d’une demi-heure de jeu à peine car l’utilisation de la VR via Virtual Desktop n’est pas considérée comme une activité pour le Shadow.
En temps normal, les Shadow PC se mettent en veille au bout de 2 heures d’inactivité mais en cette période de Covid19 et afin d’éviter toute charge inutile, la durée fut réduite à 30 minutes. Pour palier à cette situation, il vous suffit de télécharger d’installer « Mouse Jiggler » sur Shadow PC. Une fois cela fait et le logiciel lancé, activez simplement « Enable Jingle » et « Zen Jiggle » et le problème est résolu. Nous avons pu ensuite jouer sans aucune interruption. 

Suite à ce problème, nous avons contacté les équipes de Blade qui nous ont confirmé que le temps de mise en veille a été raccourci à 30 minutes pour éviter toute surcharge inutile du réseau durant la crise de COVID19. Sans oublier que leurs équipes travaillent activement sur la prise en charge officielle de la VR via l’offre Shadow. Une beta est d’ailleurs en cours aux Etats-Unis (et bientôt en Europe). Ces évolutions permettront de faciliter encore plus l’accès aux jeux VR triple A. Et pourquoi pas espérer l’arrivée d’une application Shadow VR directement sur la marketplace Oculus Quest & Go. 

Si l’on résume le prix de cette solution : 

  • Macbook/PC – 0€ (on part du principe que vous disposez d’au moins un vieux PC, Mac, Smartphone Android ou autre) 
  • Abonnement Shadow PC – 12,99/mois (disponible en juillet)
  • Oculus Quest avec ses Oculus Touch – 449,99€
  • Virtual Desktop – 19,99€
  • MouseJiggle – 0€
  • Half Life : ALyx – 49,99€

Soit un total de 519 € en plus de l’abonnement mensuel Shadow PC de 12,99€. Nous sommes bien loin des 1500/2000 euros que vous coûterait une installation avec un PC gamer ainsi qu’un casque premium Valve Index (2400 $) ou encore le HTC Vive Cosmos (1000€). 

N’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de ce test en commentaire. Que pensez-vous du cloud gaming ? Préfèreriez-vous toujours avoir un PC gamer pour jouer en VR ou cette solution vous intéresse t-elle ?

Pour ce qui est du test de Half Life Alyx, nous vous invitons à écouter notre podcast publié prochainement à ce sujet.

L’armée au cinéma, un vivier d’anarchistes ?!

Comment l’anarchisme peut-il naître au sein de l’une des institutions les plus autoritaires qui soient ? Alors que ce concept d’anarchisme semble si éloigné des valeurs qui font l’armée. C’est ce que nous allons essayer de comprendre au travers du genre des films de prisonniers.

Le film de captivité ou en anglais “Prisoner of War (PoW)” a obtenu ses lettres de noblesse au travers d’œuvres telles que La Grande Evasion” ou “Le Pont de la Rivière Kwai”. On se souvient de l’un pour le grand Steve Mcqueen à moto et de l’autre pour son thème musical tout en sifflement.

Tout au long de cet article, nous verrons les concepts qui forment l’Anarchisme et comment ils s’articulent au sein de différents films du genre PoW. Nous suivrons, plus particulièrement, le film “The Hill” de Sidney Lumet avec Sean Connery.

L’anarchisme défini par Chomsky:

Commençons par une première définition de l’anarchisme. Noam Chomsky le décrit comme une tendance de la pensée humaine à découvrir les structures de domination et les hiérarchies. Puis à les challenger, en leur demandant de prouver leur légitimité. Reconnaissant qu’elles ne sont pas capables de se justifier, comme le patriarcat ou l’impérialisme, une pensée créative tente alors de dépasser ce système indéfendable…

Maintenant, voyons comment cette caractérisation se traduit dans l’univers cinématographique du PoW. 

Mais c’est quoi un PoW ? 

Premièrement, reprenons les enjeux du PoW, pour mieux en définir les contours. Nous faisons ici une généralité qui vient résumer les règles du genre. 

Le film commence, la plupart du temps, par l’arrivée au camp des prisonniers. Vient une présentation des personnages et des défis qui les attendent. On nous révèle, alors, que lorsqu’un soldat est fait prisonnier, sa mission principale se transforme:

“Pour moi la question ne se pose pas. A quoi sert un terrain de golf ? A jouer au golf. Un court de tennis, à jouer au tennis. Un camp de prisonnier ça sert à s’évader !”

Pierre Fresnay : capitaine de Boëldieu dans La Grande Illusion de Jean Renoir

L’affect général a donc changé, mais toujours sous l’influence de l’institution militaire qui a défini ces règles… Les corps et les esprits ne se meuvent plus dans la même direction. 

Il doit donc tenter de fuir, dans le but d’occuper l’ennemi loin du front. Puis vient l’évasion. On suit alors les principaux intéressés dans leurs tentatives, plus ou moins fructueuse, d’échapper à leurs anciens geôliers.

Il existe une exception, qui n’en est qu’à moitié une, Le Pont de La Rivière Kwai. En effet, le colonel lutte contre son homologue Japonais au début du film. Après un âpre combat de volonté, l’anglais prend le dessus. Malheureusement, sitôt cette bataille gagnée, Sir Alec Guinness (colonel Nicholson), rentre dans le rang, ce qui le mène à sa perte. C’est l’un des seuls films du genre où le colonel refuse sciemment de s’enfuir et coopère avec l’ennemi.

Alec Guinness dans le pont de la rivière kwaï

L’Anarchisme dans le PoW

L’un des premiers points que l’on peut noter, est le rejet de l’autorité de la part des prisonniers. Tout comme Chomsky le définissait plus haut, l’une des caractéristiques de l’esprit anarchiste est la remise en question de toute forme d’hégémonie. Bien entendu, les instances Nazies et Japonaises ne peuvent être reconnues comme légitimes par les prisonniers. C’est donc une évidence due à la guerre qui oppose les alliés à l’axe.

Cela est vrai pour des films comme la Grande évasion ou bien encore la Grande Illusion mais beaucoup moins avec The Hill de Sidney Lumet. En effet, des soldats anglais, condamnés par une cour martiale, sont envoyés dans un camp de prisonniers en Afrique du Nord pendant la seconde guerre mondiale. C’est donc une autorité légitime, anglaise, qui enferme des soldats anglais ayant commis un crime. 

Affiche du film the hill de Sidney Lumet avec Sean Connery.
Anarchisme films prisonniers armée PoW

Le moment Potemkine 

Mais alors pourquoi cette remise en cause des institutions ? 

Car la violence subie n’est simplement plus tenable. Elle dépasse ce qu’un être humain est en état d’accepter des institutions légitimes. C’est à ce moment que l’institution perd tout son poids. Les prisonniers n’ont plus rien à perdre et sont prêts à franchir le pas de la révolte. La bascule s’opère alors à la mort de leur frère d’arme. Tous Les prisonniers décident en bloc de rejeter cette autorité lors d’une séquence de mutinerie dans la prison. C’est le moment Potemkine comme l’appelle Frédéric Lordon. Concept tiré du film de Sergueï Eisenstein Le Cuirassé Potemkine.

“Le moment Potemkine, c’est celui où, sous un abus de trop, la légitimité est détruite par le sentiment du scandale, et avec elle le consentement et ce qui restait de respect. Alors les matelots jettent les officiers à la mer et prennent collectivement les commandes du bateau.”

Frédéric Lordon.

Malheureusement, dans notre cas, le moment Potemkine n’arrive pas à sa finalité. Le gardien en chef désamorce la situation par un habile mélange de répression et de cadeaux (il offre de la viande au prochain repas). Les prisonniers calment alors leurs ardeurs insurrectionnelles.Toute ressemblance avec des situations existantes ou ayant existé est purement fortuite…

La fuite

Dans la majorité des films du genre, les prisonniers finissent par s’échapper. C’est la forme que prend la pensée créative décrite par Chomsky pour dépasser le système. Comme dans L’Express du Colonel Von Ryan de Mark Robson avec Frank Sinatra, où les prisonniers, après avoir tué leurs geôliers allemands, s’emparent du train qui les menait dans un camp, pour fuir vers la Suisse, même si, dans les canons du genre, une grande partie sont tués ou repris lors de leur tentative d’évasion…

Affiche du film L'Express du Colonel Von Ryan de Mark Robson avec Frank Sinatra.
Anarchisme films prisonniers armée PoW

Dans The Hill, il n’y a pas réellement de fuite. En revanche, le seul prisonnier noir (joué par Ossie Davis) décide tout simplement de démissionner. Il informe sa hiérarchie qu’il ne se sent plus soumis aux règles de l’armée. Dès lors, il ne se comportera plus en soldat mais en excentrique sans limite, se moquant de tout et de tout le monde. Une sorte de pied de nez à ceux qui lui ont imposé des brimades en raison de sa couleur de peau. C’est une sortie des institutions par sécession ! 

Ossie Davis dans le film The Hill.
Anarchisme films prisonniers armée PoW

A l’inverse de Ossie Davis, Sean Connery (le personnage principal) ne dépasse pas les institutions par un esprit anarchiste. En effet, il reste bloqué dans le cadre militaire et espère que sa rédemption viendra de ses supérieurs. Le film garde donc ce côté respectueux de l’appareil militaire, malgré une critique bien présente du camp de prisonnier. Plus particulièrement, c’est la fin qui nous donne à penser que le seul moyen humaniste de s’en sortir se trouve dans la justice militaire et non dans un dépassement de cette institution qui semble viciée de par sa construction même. 

Une deuxième définition de l’Anarchisme.

Pour Bakounine et Kropotkine l’Anarchisme est aussi une forme de société hautement organisée, sur la base de communautés. Ils entendent par là, le lieu de travail, le quartier, et à partir de ces deux unités de base, par le biais d’arrangements fédéraux, une sorte d’organisation sociale très intégrée se forme et peut avoir une portée nationale, voire internationale. Les décisions sont prises sur de nombreux sujets, par des délégués qui font toujours partie de la communauté organique dont ils sont issus, dans laquelle ils retournent et dans laquelle ils vivent.

Affiche du film la grande illusion de Jean Renoir avec Jean Gabin.
Anarchisme films prisonniers armée PoW

Comme nous l’expliquent ces deux grands penseurs de l’anarchisme, la prison va ici former la communauté. Le grade reste la norme à respecter (c’est d’ailleurs le gradé qui, la plupart du temps, joue le délégué de la communauté), mais une organisation plus décentralisée et horizontale voit le jour. Les membres sont mis sur un pied d’égalité. C’est assez frappant dans La Grande Illusion de Jean Renoir, lorsque l’aristocrate met lui aussi la main à la pâte, et de bon coeur qui plus est, pour creuser un tunnel. Ou encore, dans La Grande Évasion, où chacun est libre de s’évader quand et comme il le souhaite. Même si l’affect du nombre joue un rôle important et “oblige” Steve Mcqueen à échafauder une opération des plus délicates pour aider tous ses camarades, alors qu’il est représenté comme un loup solitaire. C’est ici l’affect de la puissance collective qui détermine son passage à l’acte. On peut donc parler d’une institution recréée par les prisonniers et qui influe sur chacun d’eux. 

Steve Mcqueen dans La Grande évasion. 
Anarchisme films prisonniers armée PoW

C’est le déterminisme comme défini par Spinoza:

“Les auteurs qui soutiennent qu’une telle liberté n’existe pas peuvent trouver chez Spinoza un allié puisque l’une de ses grandes thèses est que rien dans la nature n’arrive sans une cause qui l’explique. Et c’est pour ça qu’on pourrait très bien faire un principe sociologique de la formule de Spinoza qui dit que si les hommes se croient libres, c’est simplement « parce qu’ils ignorent les causes qui les déterminent ».”

Une communauté n’est jamais un long fleuve tranquille…

L’apparente harmonie qui règne entre prisonniers, dans des films comme La Grande évasion ou bien La Grande Illusion, laisse aussi place à une discorde plus marquée. Notamment, lorsque des délateurs viennent contrecarrer les envies de liberté de notre communauté de prisonniers. C’est le cas dans Stalag 17, où les tentatives d’évasion se soldent toutes par un échec cuisant. Ou bien encore, dans Le Mouchard avec le sadique Capitaine Benucci qui semble être omniscient. Mais celui qui se rapproche le plus d’une quelconque réalité, reste le film de Sidney Lumet. En effet, les prisonniers qui partagent la même cellule ne sont pas tous d’accord entre eux. Le microcosme de cette société, qu’ils ont recréé, est traversé d’antagonismes, tout comme peut l’être la société française. Il est donc nécessaire, pour toute collectivité, d’avoir une forme de politique pour gérer ce genre de problème, sinon on tombe vite dans… l’anarchisme.

Affiche du film Stalag 17 de Billy Wilder.
Anarchisme films prisonniers armée PoW

Cette antinomie a besoin d’une réponse politique dans son sens noble du terme: 

“La politique en son sens plus large, celui de civilité ou Politikos, désigne ce qui est relatif à l’organisation ou autogestion d’une cité, d’un état et à l’exercice du pouvoir dans une société organisée.En général, la politique d’une communauté, d’une société, d’un groupe social, au sens de Politeia, se conforme à une constitution rédigée par ses fondateurs qui définit sa structure et son fonctionnement (méthodique, théorique et pratique). La politique porte sur les actions, l’équilibre, le développement interne ou externe de cette société, ses rapports internes et ses rapports à d’autres ensembles. La politique est donc principalement ce qui a trait au collectif, à une somme d’individualités et/ou de multiplicités. C’est dans cette optique que les études politiques ou la science politique s’élargissent à tous les domaines d’une société (économie, droit, sociologie, etc.) ;”

Et non dans ce sens:

“Dans une acception plus restrictive, la politique au sens de Politikè ou d’art politique, se réfère à la pratique du pouvoir, soit donc aux luttes de pouvoir et de représentativité entre des hommes et femmes de pouvoir, et aux différents partis politiques auxquels ils peuvent appartenir, tout comme à la gestion de ce même pouvoir ;”

Pour finir nous citerons Lordon, qui, dans son dernier livre “vivre sans ?”, nous rappelle que l’anarchisme ce n’est pas vivre sans institutions mais bien comment on les construit.

“Ici, une vue spinoziste des institutions répond que la puissance du collectif s’exerce nécessairement et que, par « institution », il faut entendre tout effet de cette puissance. Donc que le fait institutionnel est le mode d’être même du collectif. S’il en est ainsi, chercher la formule de « la vie sans institutions » est une impasse. En matière d’institution, la question pertinente n’est pas « avec ou sans ? » – il y en aura. C’est celle de la forme à leur donner. Assurément il y a des institutions que nous pouvons détruire (le travail). D’autres que nous pouvons faire régresser (l’argent). D’autres enfin que nous pouvons métamorphoser. Pour, non pas « vivre sans », mais vivre différemment.”

Frédéric Lordon

Et c’est justement parce que les soldats sont coupés de leur hiérarchie et soumis à des institutions qui ne leur semblent plus légitimes, qu’ils vont alors en créer de nouvelles au sein du camp, pour s’opposer à celles de l’ennemi et s’organiser dans le but de s’échapper, ou de tout simplement survivre. C’est cette idée d’illégitimité et d’indignation qui fait basculer le corps militaire dans l’Anarchisme !

Dino Crisis : le remake à la Resident Evil 2 ?

Le RE Engine : le retour en force de Capcom et du savoir-faire japonais

Capcom a le vent en poupe depuis quelques temps avec les licences Resident Evil, Monster Hunter ou encore Devil May Cry qui cartonnent. Cela s’explique plus au moins simplement par la récente maîtrise des dernières technologies de productions des japonais, plus particulièrement des middleware (ndlr : les moteurs techniques des jeux vidéo).

En effet, depuis environ 5 ans, l’archipel nippone a réussi à suivre la cadence infernale des développeurs occidentaux sur l’aspect technique, afin de maîtriser les dernières consoles que sont la PS4 et la Xbox One, tout en sortant aussi ses nouvelles productions sur le marché PC. Ce qui n’était pas une mince affaire pour certaines grosses licences qui ont toujours été exclues du marché PC pour diverses raisons (techniques et financières).

Grâce à cette mise à niveau, la licence Monster Hunter a tout simplement explosée, cumulant plus de 13 millions de ventes pour Monster Hunter World, devenant la franchise la plus lucrative de Capcom.

Toutefois, on voulait vous parler de ce très bon virage opérer par cette boîte mythique japonaise pour une raison : le retour (espéré) de la licence Dino Crisis pour les 20 ans de la franchise, avec le moteur maison RE Engine.

C’est en décembre 2019 que la toile s’est embrasée, du moins la communauté concernée, car on a appris que Capcom a déposer la marque Dino Crisis auprès des autorités japonaises compétentes.

Tous ces indicateurs (santé de Capcom, dépôt de marque etc…) émoustillent fortement la communauté qui fantasme au retour de la chasse aux dinos !

Source : Aries Flore via Game Art HQ

Dino Crisis : Resident Evil 2 en modèle ?

En effet, le RE Engine comme son nom le suppose, a été développé pour créer le « reboot » de la franchise Resident Evil, avec son septième épisode canonique (voir notre vidéo), le superbe remake de Resident Evil 2 récemment (lire notre test), la récente annonce du remake de Resident Evil 3 et Devil May Cry 5.
Notons qu’au passage, le moteur de Monster Hunter World est également propriétaire à Capcom mais différent du RE Engine, il est dédié à la franchise de la chasse aux monstres.

A travers ces 3 récentes productions saluées par la presse et les joueurs, tout le monde s’accorde à dire que les graphismes sont magnifiques, donc que le moteur est une franche réussite.

Cela fait maintenant plusieurs années que les fans de Dino Crisis militent pour le retour de cette mythique franchise des années 90’s, en parallèle des Resident Evil avec qui Dino Crisis partage le même créateur, le génial Shinji Mikami.

Dino Crisis Shinji Mikami
Shinji Mikami et son CV : Resident Evil, The Evil Within, Dino Crisis, Vanquish…

En 2019, Dino Crisis fêtait ses 20 ans car le premier opus est sorti en 1999 sur PS1, avant de sortir un an plus tard sur PC et Dreamcast. On a donc manquer l’opportunité d’un remake/remastered à l’occasion du vingtième anniversaire, une date symbolique qui aurait fait plaisir aux joueurs désirant le retour de cette licence oubliée.

Toutefois, des bonnes nouvelles sont tout de même arrivées en fin 2019 car la communauté de fans ne reste pas les bras croisés en attendant une annonce de Capcom par l’intermédiaire de 2 projets amateurs :

  • Dino Crisis est un projet mené par la Team Arklay’s composée de 5 personnes, ayant l’ambition de proposer de nouveaux contenus au jeu d’origine. Pour l’instant, le projet semble environ à la moitié de son développement, Capcom n’ayant pas mis fin au projet comme c’est malheureusement le cas dans beaucoup de projets fan-made de la sorte
  • Dino Crisis REbirth se propose de remettre au goût du jour le premier Dino Crisis via l’Unreal Engine 4 ! C’est une initiative très louable sachant qu’elle est opérée par l’intermédiaire de Gemini, un développeur indépendant qui semble s’être lancé tout seul dans ce portage HD. Ce dernier a proposé une récente vidéo montrant son travail pour faire tourner le jeu sous DirectX 9, que l’on espère, disponible courant 2020 par son intermédiaire. A l’instar du projet mentionné plus haut, Capcom n’a pas encore mis son droit de véto sur ce projet, gageons de croire qu’il en restera ainsi.

En attendant, sachez que si vous voulez jouer à Dino Crisis en 2020, il faudra trouver une version originale ou sortir votre PS3 pour y jouer en HD via le PSN.
Bonne chasse !

[Chiffres] Le jeu vidéo en France, c’est 37 millions de joueurs !

Sortons du stéréotype indiquant que la majorité des joueurs sont des geeks de 13 ans passant toutes leurs soirées devant la console. Voici quelques chiffres pour nous remettre les idées en place.

D’après l’Essentiel du jeu vidéo, produit par SELL, 71% des français jouent au moins occasionnellement aux jeux vidéo. Ce chiffre représente quasiment autant de femmes (48%) que d’hommes (52%) dont l’âge moyen ne cesse d’augmenter (40 ans).

Les joueurs d’hier sont également les joueurs d’aujourd’hui et l’arrivée des jeux sur nos mobiles démocratise la pratique aux plus novices. C’est d’ailleurs ce support qui est en tête par la pratique des casual games suivi du PC puis les consoles de salon principalement utilisées pour jouer à des RPG et des jeux de plateforme. 

Les achats se font toujours principalement en magasin par l’acquisition des jeux en support physique qui sera amené à évoluer assez rapidement avec l’augmentation des ventes de jeux dématérialisés. 

Un joueur sur trois pratique le jeu en ligne multi-joueurs et partage un sentiment d’appartenance à une communauté surtout les enfants. 

Youtube suivi de Facebook arrive en tête des réseaux sociaux les plus utilisés par la majorité des joueurs. 

A noter que la plupart des français considèrent le jeu vidéo comme une activité positive. Les parents restent toutefois attentifs à la pratique de leurs enfants et 65% jouent avec eux de manière occasionnelle.

Retrouvez la totalité de l’Essentiel du Jeu Vidéo, produit par SELL ici.

Women in games : L’avenir du jeu vidéo, au féminin.

Plus aucun doute : les femmes sont de vraies accros aux jeux vidéo. Mais qu’en est-il de leur place dans cette industrie ?

Alors qu’en 1999, 90% des joueurs étaient des hommes, aujourd’hui ils cèdent leur place et ne représentent plus que 52% des joueurs. Encore un petit effort mesdames et vous serez à l’égalité absolue.

Que les femmes jouent de plus en plus ça c’est une bonne nouvelle ! Merci aux smartphones qui ont permis de démocratiser et de rendre plus accessibles les jeux vidéo.  

Jouer c’est bien, mais concevoir c’est encore mieux ! Alors qu’en est-il des femmes dans le monde professionnel du jeu vidéo ?

Malheureusement les constats ne sont pas très glorieux… les femmes sont clairement sous représentées dans cette industrie, on constate que seulement 15% de femmes travaillent dans les studios. C’est toujours 1,5 point de gagné par rapport à 2015 mais cela reste une proportion relativement faible.

D’après l’Entertainment Software Association, on observe la même chose au Etats-Unis où les femmes représentent que 22% des postes dans l’industrie du jeu vidéo. Plus inquiétant encore, ce manque de diversité se fait ressentir dès les écoles spécialisées. En effet les jeunes femmes ne représentent que 25% des effectifs. « Il y a clairement un manque d’information sur les métiers possibles au sein de l’industrie et sur les formations liées, et le jeu vidéo à également une image sectorielle encore très masculine » explique Julie Chalmette, Présidente du SELL.

Les jeux vidéo ne sont clairement plus un loisir exclusivement masculin puisque 48% des joueurs sont des joueuses.

Cependant, il est vrai que les formations qui mènent à ces métiers sont encore très méconnues et souvent connotées masculines, confortant certains parents ou enfants que cette filière n’est pas destinée aux femmes.  Une idée qui persiste et qui éloigne les jeunes filles de ce secteur.

Les raisons du manque de diversité dans l’industrie du jeu vidéo ?

Il y en a plein : manque de modèles féminins, des métiers méconnus, des stéréotypes rattachés à l’industrie mais aussi des comportements toxiques en jeu. C’est pour toutes ces raisons que plusieurs femmes issues de cette industrie ont créée l’association professionnelle Women in Games France.

C’est pour faire bouger les choses que ces femmes oeuvrent pour la mixité dans l’industrie du jeu vidéo en France. Leur objectif est de doubler le nombre de femmes et de personnes non-binaires dans l’industrie en 10 ans. L’association mène des actions à travers 4 axes principaux : améliorer la visibilité des femmes et non-binaires de l’industrie, communiquer auprès des jeunes filles sur les métiers du jeu vidéo, faciliter le réseautage et sensibiliser les acteurs du secteur à l’intérêt de la mixité.

A l’occasion de la Paris Games Week 2019, l’association met en lumière les femmes derrière les jeux made in France. Rendez-vous dès ce mercredi 30 octobre dans le Hall 1 du parc des exposition (Porte de Versailles, à Paris) au pavillon « Jeux Made in France ».

WIG sera présente pour mettre en avant les jeux vidéo français et vous aurez la possibilité de découvrir les talents féminins qui ont contribué à leur développement au travers de portraits présenter sur le stand.

Pour les plus engagé(e)s d’entre vous, vous pourrez également échanger avec les membres de l’association pour en apprendre plus sur les opportunités et les métiers du secteur !

Les jeunes filles qui passeront sur le stand auront également l’opportunité d’obtenir un pass pour les ateliers Code-Decode, qui initient les enfants à la programmation et à la culture numérique, organisés par la société Tralalère dans le Hall 2.

Mais ce n’est pas tout, ce mercredi 30 octobre 2020, Women in Games organise également une rencontre networking!
Cette année c’est la journaliste Anita Sarkeesian, spécialisée sur la représentation des femmes dans la culture populaire et notamment dans le jeu vidéo, écrivaine et créatrice de Feminist Frequency, qui ouvrira la rencontre avec une micro conférence sur l’apport de la diversité à l’industrie.

La rencontre est gratuite et accessible à tous sur inscription :
https://wig_pgw2019.eventbrite.fr

Pour tous les plus motivé(e)s pour faire bouger la mixité dans cette industrie, toute l’équipe de PopcornGame vous attend lors de cette édition de la Paris Games Week.

Ceux qui travaillent : Frank un monstre nécessaire ?

Voici un film non partisan qui dissèque les mécaniques d’une société hypocrite.

Olivier Gourmet Antoine Russbach

Ceux qui travaillent est le premier film d’Antoine Russbach et une production franco-belgo-suisse. L’acteur Olivier Gourmet, que l’on a pu voir il y a peu dans Une intime conviction d’Antoine Raimbault, porte le film comme à son habitude et donne à son personnage principal de multiples facettes. Le film est sobre et sans chichi, c’est une volonté de son réalisateur pour laisser aux spectateurs la place de réfléchir sur “Ceux qui travaillent”.

Frank, prénom ô combien signifiant, est cadre dans une entreprise de fret maritime. Il gère les problèmes des différents cargos de sa société. Il nourrit le monde. Il nourrit sa famille aussi, ses cinq enfants et sa femme. Il est le pater familias. Ses convictions sont bien à droite. Il fait, d’ailleurs, un petit clin d’œil au « slogan » travailler plus pour gagner plus, dès le début du film. Son travail est tout pour lui. Il y a consacré sa vie entière. Il ne saurait s’épanouir ailleurs, comme l’indique son bilan de compétence, qu’il fait pour trouver un nouvel emploi. Car malgré son dévouement, son entreprise l’a licencié.

Commence alors une remise en question de ses valeurs et de notre mode de consommation.

Le Bourgeois gentilhomme.

Frankenstein alias Frank nous est présenté comme un monstre. En effet, il fait passer les intérêts de sa société avant tout et les confond même avec les siens. Au point, un jour, de franchir la ligne rouge. Son entreprise décide alors de le licencier. Son monde s’écroule. Il perd pied. Son microcosme bourgeois s’en trouve alors chamboulé. Tout ce qu’il pensait acquis peut à tout moment s’effondrer: sa famille, son statut social, son incarnation de la réussite. Tout cela, est résumé par une scène: lors d’une prise de parole. Un cadre, lui aussi licencié et vrai miroir de Frank, annonce que sa femme l’a quitté juste après son licenciement, au bout de 20 ans de mariage. 

frank

Notre homme, moulé par le capitalisme, n’a pas osé annoncer la nouvelle à sa famille. Sans doute est-il, lui aussi, taraudé par la même peur. Celle de tout perdre.

Il pensait appartenir à cette race de winner indéfectible et chère à notre président. Malheureusement, la dure réalité de son obsolescence programmée est venue mettre un coup d’arrêt à ses ambitions.

Un coupable parfait.

Ce coupable tout choisi, haï de tous et en particulier de nous spectateur, est un rouage de cette mondialisation, dont la trinité peut se résumer ainsi: toujours plus, toujours moins cher, toujours plus vite. Malgré son geste impardonnable, il est le seul à assumer son acte. Face à son employeur d’abord, auquel il demande des remerciements pour ce qu’il a fait. Puis avec sa femme à qui il avouera finalement sa faute, au risque de tout perdre. In fine, c’est le seul à ne pas être hypocrite. 

En effet, il subvient aux besoins de sa famille. Il se lève tôt. Aidé de sa plus jeune fille, il réveille le reste de sa famille. Mais un jour, après un retour impromptu à la maison, il découvre que sitôt dans la voiture toute sa tribu se recouche. 

Première hypocrisie de ceux qu’il “nourrit”.

Sa famille lui reproche sa décision (inhumaine je le rappelle), dans une ultime hypocrisie. Car cette communauté jouit de la vie, le dernier iPhone en poche au bord d’une belle piscine, grâce à des gens comme lui qui accepte de prendre ce genre de décisions.

Le dénuement.

Pour retrouver une vie normale, celle “d’avant”, Il finit par accepter un travail à la finalité illégale. Pour un salaire mirobolant. Et ainsi, permet de préserver le train de vie de sa famille. Comme lui indique son fils “qui a accepté son absence mais n’accepte pas de baisser son niveau de vie”. Il ré-endosse alors ce rôle inhumain mais nécessaire à notre société qui nous permet à tous de vivre confortablement au frais de multiple sacrifices tout au long de cette chaîne mondialisée.

tiers état

Il n’y a pas de rédemption pour notre antihéros, mais une parfaite continuité dans une société toujours plus compétitive. Un anti happy end où tout a changé (pour la petite fille peut être et nous ?) mais où tout reste pareil.

Qui est le plus coupable, celui qui agit ou celui qui en profite hypocritement ? Qui serait prêt à abandonner sa qualité de vie ? Pas eux, pas nous ? 

Le réalisateur prépare deux autres films: ceux qui combattent et ceux qui prient.

Apple TV+ aura-t-il la peau de Netflix ?

Ce soir avait lieu la grande messe annuelle d’Apple et comme prévu nous en avons appris plus sur le nouveau service de streaming Apple TV+. 

Alors que sa date de lancement approche, Apple a décidé de teaser sa nouvelle plateforme de streaming en dévoilant un nouveau programme exclusif : SEE. Il s’agit d’un nouveau film post-apo avec Jason Momoa, réalisé par Francis Lawrence derrière les Hunger Games et avec un scénario écrit par Steven Knight, connu pour s’être occupé de la série Peaky Blinders.

Mais le plus intéressant reste l’annonce de la date de sortie et … le prix. Apple TV+ sera disponible à partir du 1er novembre 2019. Vous ne devrez débourser que 4,99€ par mois, pour toute la famille. Cela signifie que pour cette petite somme vous disposerez d’un accès pour 6 écrans aux films et séries Apple TV+. Le tout en HD ou 4K selon votre installation. Nous sommes bien loin des 15,99€ chez Netflix, qui se retrouve être le plus cher du marché, notamment avec l’arrivée de Disney+ en 2020 pour seulement 6,99$. 

Cerise sur le gâteau, l’abonnement sera offert 1 an pour tout achat d’un iPhone, iPad, Mac ou Apple TV. 

Netflix se prépare à la tempête

Nous savons que Netflix produit de plus en plus ses propres contenus pour palier aux départs des films et séries issus d’autres studios. Sans oublier l’augmentation de la concurrence SVOD telles qu’Hulu, Amazon Prime, HBO NOW et bientôt Disney+ et AppleTV+. Les premiers effets se font déjà ressentir et le leader du streaming a pu déplorer 50% d’abonnements en moins de ce qui était prévu entre avril et juin de cette année. 

L’avenir nous dira comment le roi du streaming arrivera à gérer l’arrivée de ces nouveaux concurrents, disposant eux aussi de leurs propres contenus originaux de qualité. Ce qui est sûr ce soir, c’est qu’Apple ne fera pas de cadeau à Netlix et compte bien prendre une belle part du gâteau. 

Nintendo Switch : vers une ergonomie améliorée suite aux plaintes des joueurs ?

La Nintendo Switch fait l’objet de réflexion constante chez les japonais, notamment au sujet de l’ergonomie de ses Joy-Con qui commence à catalyser beaucoup de problèmes.

Plus de deux ans après sa sortie, la Nintendo Switch a bien roulé sa bosse, cumulant près de 35 millions de consoles vendues à travers le monde. Toutefois, tout n’est pas si rose car Nintendo est visé par le cabinet d’avocats Américain Chimicles, Schwartz Kriner & Donaldson-Smith, avec un recours collectifs de consommateurs mécontents.

La cause ? Les Joy-Con défectueux qui semblent en très grand nombre sur le parc mondial de Nintendo Switch, causant divers problèmes liés au bluetooth mais plus particulièrement le phénomène de « Joy Con Drift » (personnage ou caméra qui bougent sans action préalable du joueur sur sa manette appelé aussi « input« ).

Les Joy-Con Nintendo Switch réparés gratuitement ?

Depuis, Nintendo a déclaré que les Joy-Con incriminés par ce phénomène, qu’on peut qualifier d’accident industriel, seront réparés gratuitement…uniquement pour les Américains !
Pour ne rien vous cacher, votre serviteur prend davantage cette cause à coeur car sa Nintendo Switch et ses Joy-Con toujours soigneusement respectés, sont touchés par cette disgrâce (l’empêchant de faire les high-score habituels, c’est fâcheux).

Et en France, on fait comment si nos Joy-Con Nintendo Switch sont défectueux ?

Toutefois, Nintendo France semble en PLS sur le sujet alors que la réparation d’un Joy-Con par Nintendo vous en coûtera un devis de 45 euros (voir la grille de réparation officielle de Nintendo) — Sachant que l’achat d’une paire de deux Joy-Con coûte moins cher (la paire est vendue moins de 65 euros sur Amazon).

En parallèle, des internautes n’ont pas manqué de souligner l’apparition d’un nouveau brevet de Nintendo au Japon, concernant les fameux Joy-Con de la Nintendo Switch.

Nintendo Switch brevet nouveaux joy-cons
Nintendo Switch : brevet nouveaux joy-con

On y découvre que les angles le haut de chaque Joy-Con serait déclipsable vers le bas, de l’ordre 20 à 30 degrés. Suivant une position plus naturelle d’une main avec le pouce sur le stick, cela semble être une amélioration ergonomique.

Du rêve à la réalité : quid de ce brevet Joy-Con Nintendo Switch ?

Toutefois, on sait que les Joy-Con actuels sont déjà trop petits pour voir apparaître de telles nouveautés de manière standard. On sait aussi que les Joy-Cons de la prochaine Nintendo Switch Lite ne seront pas détachables, enlevant les vibrations HD et la motion caméra. Le système montré sur ce brevet devrait probablement sacrifier quelques fonctionnalités aussi.

nintendo switch lite

Nintendo Switch nouveaux coloris Joy-Cons

En résumé, si une telle innovation devait venir sur le marché, ce serait plutôt une manette complémentaire mais pas le nouveau standard des Joy-Con.

A l’instar des manettes au divers coloris, voir à des manettes Nintendo Switch d’autres constructeurs qu’on retrouve sur le marché, ce brevet pourrait prendre la forme d’un énième accessoire made in Nintendo.
Gageons au moins de croire, que les prochains Joy-Con mis sur le marché, ont d’ores et déjà corrigés les divers problèmes de leurs aînés, sous peine de voir de plus en plus de clients mécontents.

Nintendo Switch 1.5 : Comment être sûr d’acheter la dernière version ?

Alors que la dernière mise à jour hardware de la Nintendo Switch arrive bientôt dans nos boutiques, comment s’assurer de prendre la dernière et bonne version de la console ? 

Après avoir dévoilé, il y a quelques semaines, une nouvelle déclinaison plus portable de sa console phare, Nintendo a annoncé que sa Switch « classique » bénéficierait aussi d’une mise à jour hardware. 

Plus exactement, cette nouvelle version disposerait d’un processeur plus efficace, permettant une augmentation importante de la durée de vie de la batterie, tout en assurant les mêmes performances. Le résultat n’est pas si anecdotique que ça, puisque cela nous ferait passer de 2,5/6,5 heures de jeu actuellement à 4,5 à 9h de jeu avec cette version mise à jour. 

Le problème est que, mis à part cela, il est quasi impossible de faire la différence entre le nouveau et l’ancien modèle. Les deux sont vendus au même prix, ils ont la même forme, même écran etc. Un comble pour un acheteur potentiel qui souhaiterait bénéficier des dernières évolutions techniques et autres correctifs. 

Voici donc quelques petites astuces pour vous assurer que vous achetez bien le dernier modèle de Nintendo Switch :

Achetez en magasin physique plus qu’en ligne 

Ne connaissant pas l’état des stocks des vendeurs sur les marketplaces ou des sites spécialisés en ligne, il sera très difficile voire impossible de vérifier quelle version va nous être envoyée (sauf si le vendeur le précise clairement).  En boutiques physiques il est possible de s’assurer aisément d’avoir la dernière Nintendo Switch. Comment l’identifier ? On vous explique tout, en dessous.

Regardez la boîte

Voici le nouveau packaging de cette Nintendo Switch 1.5 ! Pas vraiment discret, vous pourrez l’identifier facilement en magasin par sa couleur rouge et surtout le différencier de la première version qui a un fond blanc. Simple et efficace ! 

nintendo switch new

Si vous n’êtes pas rassuré, d’autres détails changent tels que l’absence de main qui saisit la console et le Joy-Con droit qui est en partie sorti. 

Regardez le numéro de série 

Dans le cas où vous êtes TRÈS méticuleux ou que vous achetez votre console d’occasion (notamment sans boite), il est possible de vérifier très facilement de quelle version il s’agit.
Pour cela, regardez le numéro de série sous la console : s’il commence par XKW vous avez le dernier modèle, par contre s’il commence par XAW vous aurez la première version de la Nintendo Switch. 

[Trailer] 1917 : Le film plan-séquence de Sam Mendes se dévoile

La bande annonce de 1917, le nouveau film de Sam Mendes sur la première guerre mondiale est arrivée et elle va vous faire frissonner. 

Dès les premières secondes du trailer, la tension se fait ressentir. À l’instar de Dunkerque (de Christopher Nolan ndlr), Sam Mendes nous présente une vraie course contre la montre où l’on suivra les aventures de deux jeunes soldats, Blake et Schofield, en pleine « Grande Guerre ». Ces derniers auront la périlleuse mission de délivrer un message afin d’éviter le massacre de plus de 1600 soldats. 

Autre fait assez notable : le film a été entièrement tourné en un seul plan séquence. Dans la théorie, cela signifie que nous suivrons l’aventure de nos deux héros dans une parfaite immersion, sans une coupure, avec de nombreuses scènes « caméra à l’épaule ». Un véritable challenge, notamment sur les scènes d’action avec un grand nombre de personnes à l’écran.

2017 actors

Côté casting, il y a également de quoi se réjouir car nous retrouverons Colin Firth, Benedict Cumberbatch, Mark Strong ou encore Andrew Scott. Les deux protagonistes principaux seront interprétés par George MacKay, vu dans l’excellent Captain Fantastic et Dean-Charles Chapman vu quant à lui dans Game of Thrones

1917 sortira dans nos salles obscures le 15 janvier 2020. 

Malcolm, Les Simpsons, Star Wars ou Toy Story : Disney+ dévoile la liste de ses films et séries prévues au lancement

A quelques mois du lancement de sa plateforme de streaming, Disney dévoile enfin la liste des films, séries, émissions et autres documentaires qui seront disponibles. Attention il y a du lourd !

Disney+ nous offrira 7500 épisodes de séries, 400 films, et 100 longs métrages récents et inédits dès son lancement, le 12 novembre prochain (Aux Etats-Unis et en 2020 en France ndlr). Avant de vous présenter la liste, rappelons le prix de ce fameux service qui est annoncé pour seulement 6,99$/mois. Un prix bien en deçà du roi du streaming Netflix avec en plus un contenu de très grande qualité, comme vous pouvez le découvrir en dessous :

WALT DISNEY

  • Les 101 Dalmatiens
  • Dingo et Max
  • Dingo et Max 2 : les Sportifs de l’extrême
  • Bambi
  • Nés en Chine
  • Fantasia
  • Free Solo
  • La Reine des Neiges
  • Coquin de printemps
  • Hercules
  • High School Musical
  • Chérie, j’ai rétréci les gosses
  • Lilo & Stitch
  • La Belle et le Clochard (reboot)
  • Mary Poppins
  • Mickey, Donald, Dingo : Les Trois Mousquetaires
  • Moana
  • Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl
  • Le Plus Beau des combats
  • La Belle au bois dormant
  • Blanche-Neige et les Sept Nains
  • Steamboat Willie
  • Le Voyage d’Arlo
  • La petite sirène
  • La Fiancée de papa
  • Le Prince et le Pauvre
  • Princesse malgré elle
  • Les Aventures de Rocketeer
  • L’Apprenti sorcier
  • Merlin l’Enchanteur
  • Les Trois Caballeros
  • Thor : Le Monde des ténèbres
  • Tron

PIXAR

  • Toy Story
  • Toy Story 2
  • Toy Story 3

MARVEL

  • Captain Marvel
  • Iron Man
  • Iron Man 3
  • Thor : Le Monde des ténèbres

LUCASFILM

  • Star Wars I : La Menace Fantôme
  • Star Wars II : L’Attaque des Clones
  • Star Wars III : La Revanche des Siths
  • Star Wars IV : Un Nouvel Espoir
  • Star Wars V : L’Empire Contre Attaque
  • Star Wars VI : Le Retour du Jedi
  • Star Wars VII : Le Réveil de la Force
  • Star Wars VIII : Les Derniers Jedi

SÉRIES / ÉMISSIONS / DOCUMENTAIRES

  • Amazing Planet
  • Andi
  • Incorrigible Cory
  • Brain Games
  • César Millan
  • K’s Exotic Animals
  • Oakley Yukon Vet
  • Drain the Ocean
  • La Bande à Picsou
  • Earth Live
  • Encore!
  • Forky Asks a Question
  • Goof Troop
  • Great Migrations
  • High School Musical: The Musical: The Series
  • Howie Mandel’s Animals Doing Things
  • Kim Possible
  • Malcolm
  • Les Gardiens de la Galaxie
  • Marvel’s Hero Project
  • Ultimate Spider-Man
  • Mickey et ses amis : Top Départ !
  • La Maison de Mickey
  • Mickey Mouse
  • One Strange Rock
  • Raven
  • Rocky Mountain Animal Rescue
  • SparkShorts
  • Star Wars Rebels
  • Star Wars : The Clone Wars
  • Phénomène Raven
  • L’incroyable Dr Pol
  • The Mandalorian
  • Les Simpson
  • Jeff Goldblum
  • Unlikely Animal Friends
  • Wicked Tuna

Comme vous pouvez le voir, il y a de tout, pour tous les âges et tous les goûts. Sans oublier les classiques de Disney qui raviront l’enfant qui sommeille en chacun de nous.
La seule réserve que nous avons quant à cette nouvelle offre de streaming reste son intérêt dans le temps. Certes, Disney proposera dès son lancement un contenu (très) intéressant, mais qu’en sera t-il par la suite ? Aurons-nous droit à un renouvellement de films/séries toujours aussi intéressant ? Des contenus exclusifs à la plateforme Disney+ comme le fait Netflix avec ses créations originales ? Contrairement à Netflix, Disney tire énormément de profits de ses sorties cinéma. Quelle sera sa position dans le temps ?

Tant de questions qui trouveront très certainement des réponses dans les prochains mois. En attendant, Disney+ nous offrira des centaines d’heures de bonheur et de nostalgie dès le 12 novembre 2019 aux États-Unis (Début 2020 en France ndlr), pour 6,99$.

Découvrez la bande son de dingue du jeu My Friend Pedro !

En plus d’être complétement barré, My Friend Pedro une offre une bande son musclée qui ravira les fan de musique électro.

Sorti le 20 juin dernier, ce jeu indépendant a déjà conquis plus de 250 000 joueurs en moins d’une semaine. Plus impressionnant, son éditeur, Devolver, annonce qu’il s’agit de leur meilleur lancement sur Nintendo Switch à ce jour. Un bel exploit qui résulte aussi d’une belle aventure pour son unique créateur, développeur, Victor Agren.

Cliquez ici pour
découvrir l’histoire folle derrière la création de My Friend Pedro dans notre Podcast #26
🎤🎮🎧

Revenons à nos moutons, voici la playlist de la bande son du jeu sur les différentes plateformes de streaming musical :

iTunes

Spotify

Youtube

Deezer

Uplay+ : Découvrez tous les jeux inclus dans l’offre d’Ubisoft

Annoncée lors de sa conférence E3 2019, l’offre d’abonnement Uplay+ dévoile enfin la liste complète de ses jeux proposés.

Suivant la mode des abonnements illimités, Ubisoft proposera dès le 3 septembre prochain l’Uplay+. Pour ceux qui l’ignorent encore, il s’agit d’une offre d’abonnement mensuel donnant accès à plus de 100 jeux provenant exclusivement du catalogue de l’éditeur français. Celui-ci sera disponible uniquement pour les joueurs PC et Google Stadia pour la belle somme de 14,99€ par mois.

Alors que la date de sortie approche, Ubisoft lâche des informations sur le nombre de jeux ainsi que les licences qu’inclura l’Uplay+.

Comme vous pouvez le voir sur la vidéo et sur le site de l’éditeur, nous retrouvons avec plaisir de belles licences tels que les Splinter Cell, Rainbow Six, Assassin’s Creed, Prince of Persia, Far Cry, Rayman et bien d’autres. À cela, nous aurons droit à la version Gold de la plupart des titres avec les contenus additionnels, bonus et autres DLC, pour notre plus grand plaisir.

Uplay+ débarque le 3 septembre 2019 sur PC et dès la sortie de la Google Stadia (novembre 2019 pour les premiers ndlr)

Nintendo Switch Lite se dévoile : Tout ce qu’il faut savoir

Après plusieurs mois d’intenses rumeurs, Nintendo vient de dévoiler sa nouvelle déclinaisons de la Switch : La Nintendo Switch Lite. Cette nouvelle console sera plus petite, disponible en plusieurs couleurs et elle sera vendue 100 euros de moins que sa grande soeur. 

Mais ce n’est pas tout car elle ne permet plus de détacher les Joy-con et ainsi de pouvoir se mettre en mode TV.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo de présentation ci-dessus, d’autres petites différences avec le modèle original sont à noter. La durée de jeu sur batterie est légèrement plus importante grâce à une architecture interne plus optimisée. Les couleurs disponibles à la sortie seront le jaune, gris et turquoise; sans oublier un modèle de gris spécial pour la sortie des deux jeux Pokémon Épée et Pokémon Bouclier en fin d’année. 

Sans que cela semble gênant, l’écran est légèrement plus petit (5,5 pouces au lieu de 6,2 ndlr) mais profite toujours d’un affichage en 720p. 

Vous pourrez jouer à tous les jeux Nintendo Switch classiques compatibles avec le mode portable. Pour cela il suffit de vous référer aux informations sur le dos des emballages des jeux. Egalement, vous vous en doutez mais, vous pourrez jouer entre joueurs possédant la version classique et portable de la Switch. À noter également qu’il n’y a aucune différence de performances entre ces dernières. Ainsi la version Lite supporte les Joy-Con, la manette Switch Pro ou encore la Poké Ball Plus. Elle dispose également toujours du Wi-Fi, Bluetooth, NFC et d’un Gyroscope pour les mouvements.

Nintendo Switch Lite sortira le 20 septembre pour 199€ et la version Pokémon sera disponible le 8 novembre pour le même prix.

[JAPAN EXPO] Voici la liste des jeux Nintendo qui seront jouables

A quelques jours du coup d’envoi de cette nouvelle édition de la JAPAN EXPO, Nintendo fait grimper l’attente en dévoilant la liste de tous ses jeux jouables sur le salon.

  • A Hat in Time
  • Sayonara Wild Hearts
  • Disney TSUM TSUM Festival
  • A.O.T. 2 Final Battle
  • Resident Evil 5

La bonne nouvelle est qu’hormis certains titres déjà sortis, les visiteurs de la Japan Expo pourront aussi jouer aux très attendus Pokémon Épée, Pokémon Bouclier, Luigi’s Mansion 3 ou encore The Legend of Zelda: Link’s Awakening.

Rendez-vous à la Japan Expo du 04 au 07 juillet au Parc des Expositions de Paris-Nord Villepinte.

[E3 2019] Nintendo Direct : Une avalanche d’annonces avec une (très) belle conclusion

Diffusé ce soir, le Nintendo Direct de cette année a tout simplement été un sans faute pour la firme japonaise. Des beaux jeux à venir, une Switch qui n’en finit pas de mettre tout le monde d’accord et un final tout simplement divin pour les joueurs.

Retrouvez ici notre (très large) sélection d’annonces marquantes :

Super Smash Bros. Ultimate

La bête de course de Nintendo en a encore beaucoup en réserve, comme nous le montre l’arrivée de nouveaux combattants. Dès cet été, vous y retrouverez les personnages du RPG Dragon Quest XI et Banjo Kazooie arriveront également plus tard, cet automne.

Luigi’s Mansion 3 – Fin 2019

Le frère de Mario va encore se trouver en galère dans un dans un grand hôtel peuplé de fantômes. Au programme, nouvelles possibilités de vous débarrasser de ces nuisibles, nouveau personnage jouable – Gluigi – et mode coopération à huit. Toujours prévu pour cette fin d’année.

DOOM, Spyro, Alien, les éditeurs tiers sont au rendez-vous

Voici les quelques dates à retenir pour les jeux d’éditeurs tiers :

  • Dead by Daylight – automne
  • Stranger Things 3: The Game (Netflix) – 4 juillet 2019
  • Spyro Reignited Trilogy 3 septembre 2019
  • Alien: Isolation 2019
  • Wolfenstein: Youngblood – 26 juillet 2019
  • DOOM Eternal – Bientôt disponible
  • The Elder Scrolls: Blades – Automne

Dragon Quest XI S – 27 septembre 2019

The Legend of Zelda: Link’s Awakening – 20 septembre 2019

TRIALS of MANA – Début 2020

Collection of Mana – Dès aujourd’hui

Résident Evil 5 & 6 – Automne 2019

The Witcher 3: Wild Hunt – 2019

Fire Emblem Three Houses – 26 juillet 2019

No More Heroes III – 2020

Contra Rogue Cops – 26 septembre 2019

Une belle annonce qui s’accompagne d’une autre bonne nouvelle, avec Contra Anniversary Collection qui est disponible dès maintenant.

Deamon X Machina – 13 septembre 2019

Panzer Dragoon – Fin 2019

Pokémon Épée / Bouclier – 15 novembre 2019

Astral Chain – 30 août 2019

Empire of Sin – 2020

Animal Crossing : New Horizons  – 20 mars 2020

Marvel Ultimate Alliance 3 – 19 juillet 2019

Cadence of Hyrule – 13 juin 2019

Mario & Sonic aux Jeux Olympiques – Novembre 2019

The Legend of Zelda: Breath of the Wild « 2 » – En développement

Rien de tel que le grand Zelda pour conclure ce Nintendo Direct très bien rempli. Et pas n’importe lequel, on parle ici de la suite d’un des plus grand jeu vidéo de ces dernières années : la suite de The Legend of Zelda: Breath of the Wild.

Vous l’aurez remarqué, ce Nintendo Direct n’était pas avare en annonces de jeux. Il nous rappelle que Nintendo est en pleine forme et qu’avec sa Switch qui fait l’unanimité, plus rien ne peut l’arrêter. On leur pardonnerait presque le retard d’Animal Crossing et la « disparition » de Metroid Prime 4…. les petits saligauds.

[E3 2019] Ubisoft : Une belle conférence … sans surprise

Voici notre sélection des annonces & trailers qu’il ne fallait pas louper :

Watchdogs Legion

Comme cela avait fuité il y a quelques jours, le nouveau Watchdogs se passera à Londres et vous permettra de jouer quasi tous les personnages présents dans le jeu. Ainsi, certaines personnes que l’on croise au hasard dans la rue font partie de la « résistance » et sont donc potentiellement jouables. Même si le principe est plutôt séduisant, nous attendons d’en (sa)voir plus pour nous prononcer. Watchdogs Legion sera disponible le 6 mars 2020 sur PS4, Xbox One, PC et … Stadia (nouvelle console de Google)

Uplay+

Ubisoft dévoile sa nouvelle nouvelle plateforme de jeu permettant aux joueurs PC d’avoir d’accès à l’ensemble du catalogue de l’éditeur (100 jeux + toutes les sorties). Le tout, pour la somme de 14,99€/ mois. Pour ceux qui s’inscrivent entre le 10 juin et le 15 août bénéficieront d’un accès gratuit à Uplay + du 3 au 30 septembre.
Uplay + sera disponible en septembre 2019 sur PC et Stadia

Rainbow Six SIEGE fait le plein de mises à jour

Nouvelle mise à jour de Rainbow 6 Siege : Phantom Sight, débarque demain pour le plus grand bonheur des joueurs. Elle apportera notamment les nouveaux personnages : Warden et Nokk.

En plus de cela nous découvrons un nouveau chapitre avec un mode coop, nommé Quarantine. Nous devrons collaborer pour lutter contre un parasite extra-terrestre qui contamine les êtres humains et l’environnement. Disponible en 2020 sur PS4, Xbox One, PC et Uplay+.

Roller Champions

Enfin, nous retrouvons avec plaisir une nouvelle licence « sportive », présentée comme un jeu de sport PVP compétitif mais amical. Et, comme vous pouvez le voir sur la vidéo, tous les coups sont permis pour la beauté du spectacle.
L’ensemble a l’air sympathique, reste à voir les sensations une fois la manette en main.
La démo E3 gratuite de Roller Champions sera disponible 4 jours en téléchargement du 10 au 14 Juin 15h. Pour les autres il faudra attendre 2020.

GhostRecon Breakpoint

Tom Clancy’s Elite Squad

Présentation d’un jeu mobile permettant de s’affronter à l’aide des personnages issus des jeux de la licence Tom Clancy’s. On retrouve notamment Sam Fisher ou encore les attaquants et défenseurs de Rainbow 6 Siege.

Gods & Monsters

[E3 2019] Devolver : Une « Conférence » totalement barrée

Bon autant vous le dire tout de suite, il ne s’agit pas d’une conférence de presse à proprement parler. Pas de public présent mais un enchainement de présentations de jeux entrecoupées de sketchs tous aussi drôles que … gores. On aura d’ailleurs noté des références à Robocop, Alien et bien d’autres. Sans oublier l’originalité des jeux présentés qui, comme d’habitude, apportent un petit vent de fraicheur au marché vidéoludique.

Un ton décalé, une équipe aussi folle que créative, n’attendez plus et regardez par vous-même la « conférence » ici :

En résumé (et pour ceux qui ont la flemme de regarder la vidéo), voici les annonces faites par Devolver Digital :

  • Fall Guys prévu pour début 2020 sur PlayStation 4 et PC.
  • Carrion qui sortira le 1er juin 2020.
  • Enter the Gungeon: House of the Gundead qui débarquera prochainement, sur bornes d’arcade.
  • The Messenger: Picnic Panic une extension gratuite sera disponible le 11 juillet prochain.
  • My Friend Pedro qui dévoile sa dernière bande annonce avant sa sortie sur PC et Nintendo Switch, le 20 juin prochain.

[E3 2019] Conférence Xbox : Les annonces qu’il faut retenir

Plus de 60 jeux furent présentés et sans compter les services, guests et autres surprises. Voici tout ce qu’il ne fallait pas manquer lors de cette conférence.

Cyberpunk 2077

Cyberpunk 2077 s’est dévoilé à travers un trailer décoiffant et avec une grosse surprise en conclusion. Cette surprise n’est autre que Keanu Reeves qui sera présent dans le jeu et qui a pu faire le show sur la scène lors de la conférence. Grand moment pour les fans (que nous sommes).

Xbox Games Pass Ultimate et PC

Xbox Games Pass recevra de nouveaux jeux dont les excellents Batman Arkham Knight, Metro Exodus et Borderlands Handsome Collection. En plus de cela, Microsoft dévoile enfin le Xbox Games Pass sur PC dont la Beta démarre aujourd’hui.
Enfin, l’offre Xbox Games Pass Ultimate se dévoile, elle contiendra l’abonnement au Xbox Games Pass et au Xbox Live pour 12,99€ par mois. Et, E3 oblige, une promotion est disponible dès aujourd’hui pour y accéder à 1 euros.

Welcome Double Fine

Officialisation de l’achat du studio indépendant Double Fine. Bonne nouvelle pour les joueurs Xbox qui pourront jouer aux excellents Grim Fandango et Psychonauts.
Tim Schafer, créateur du studio, a d’ailleurs pu faire son entrée sur scène pour présenter le prochain Psychonauts 2.

Dragon Ball Z Kakarot

The Outer Worlds

Flight Simulator

12 minutes

Le curieux jeu « 12 minutes » se dévoile à travers un trailer très intéressant. On y retrouve un appartement vu du haut, où se joue plusieurs fois la même scène mais de façon différente. Véritable thriller temporel, il nous tarde d’en savoir plus sur ce jeu original.

Gears 5

Bien qu’attendu, Gears 5 se montre dans un magnifique trailer d’intro. Il sera disponible le 10 septembre prochain et un test technique multijoueur sera ouvert le 17 juillet.
Cerise sur le gâteau, il sera inclus dans le Xbox Games Pass Ultimate.
Le show était aux rendez-vous puisque nous avons pu voir la scène s’ouvrir , dévoilant une salle sous l’emprise du parasite. Ensuite, nous avons pu découvrir un des nouveaux modes du jeu, Escape.

Le principe ne semble pas révolutionnaire : vous devez survivre aux vagues d’assauts ennemis pour avancer dans le niveau.

La manette Elite fait peau neuve

Voici la nouvelle manette Elite « Serie 2 », avec une batterie intégrée d’au moins 40 heures de jeu et équipée des nouvelles technologies Bluetooth. Disponible en précommande dès maintenant.

Blair Witch

Dying Light 2

State of Decay 2 Heartland

Elden Ring

Crossfire

Tales of Arise

Borderlands 3

Gearbox est venu en remettre une couche avec son très attendu Borderlands 3.
Rendez-vous le 13 septembre pour mettre enfin la main dessus.

Elden Ring

Project xCloud

Le Project xCloud est enfin présenté et sera disponible dès octobre prochain. Il vous permettra de streamer vos jeux depuis votre console Xbox One ou votre bibliothèque de jeu directement depuis les serveurs Microsoft pour jouer partout. Phil Spencer, Directeur de la division Xbox, met bien l’accent sur le fait que ce choix sera donné au joueur.

Project Scarlett & Halo Infinite

Présentation du « Project Scarlett » avec la précision de Phil Spencer, Directeur de la division Xbox, qu’ils avaient « entendu » les joueurs. Performance et puissance sont les maitres mots qui définissent Scarlett. Ainsi elle promet d’être 4 fois plus puissante que la Xbox One X, permettant ainsi d’afficher des graphismes 8K en 120fps.

Cerise sur le gâteau, Project Scarlett sera lancé avec Halo Infinite comme premier jeu. Tout un symbole, pour ce qui se présente comme une renaissance pour la Xbox. Tout cela arrivera l’année prochaine avec pour simple précision de date : « Holiday 2020 ».

C’est sur cette belle (mais frustrante) annonce que se termine la conférence Xbox E3 2019. Beaucoup de jeux ont été présentés, même si au final très peu de gros titres exclusifs Xbox. Microsoft tente ici de briller par l’accessibilité poussée aux gros titres du moment et son catalogue de jeux indépendants. Quoi qu’il en soit, nous attendons d’en savoir plus sur le Projet Scarlett avec beaucoup impatience.

E3 2019 : Dates et heures des conférences

À l’approche de cette 24 ème édition de l’Electronic Entertainment Expo (E3 2019), revenons sur les conférences qu’il ne faut pas louper.

Bien que les dates de l’événement soient du 11 au 14 juin à Los Angeles, les conférences & annonces de jeu débutent dès aujourd’hui.

EA PLAY

L’événement d’Electronic Arts se cantonnera à la diffusion simple de vidéos lives de jeux. Rendez-vous ce samedi 8 juin, à partir de 18h15 pour voir :

  • Star Wars Jedi: Fallen Order
  • Apex Legends
  • Battlefield V
  • Fifa
  • EA Sports Madden NFL
  • Les Sims 4

Microsoft – Xbox

Véritable conférence d’ouverture de cet E3 2019 que vous pourrez découvrir dès dimanche 9 juin à 22h. Nous n’avons pas encore de certitude sur ce qui va être présenté mais voici les possibles annonces :

  • Nouvelle Xbox Scarlet
  • Service xCloud
  • Gears 5
  • Halo Infinite
  • Forza
  • Et d’autres

Ubisoft

La conférence de l’éditeur français se tiendra le 10 juin à 21h. Voici les quelques fuites et rumeurs qui pourraient y être présentées :

  • Watch Dogs Legion
  • Splinter Cell
  • Rainbow Six
  • Roller Champions
  • Beyond Good & Evil 2
  • Ghost Recon Breakpoint
  • Pass Premium Ubisoft
  • Et d’autres

Nintendo

Nintendo clôturera l’E3 2019 avec une conférence qui aura lieu le 11 juin à 18h. Comme la firme japonaise l’a précisé, beaucoup de jeux seront présentés :

  • Pokémon Épée et Bouclier
  • Luigi’s Mansion 3
  • Link’s Awakening
  • Marvel Ultimate Alliance 3: The Black Order
  • Et bien d’autres

Pour finir voici les horaires des autres conférences de l’E3 2019 :

  • Bethesda – le lundi 10 juin à 2h30 (heure française)
  • Devolver – le lundi 10 juin à 4h (heure française)
  • PC Gaming Show – le lundi 10 juin à 18h (heure française)
  • Square Enix – le mardi 11 juin à 3h (heure française)

Google Stadia : Révolution dans le Game … ou pas ?

Ce soir avait lieu une la présentation de la console ou plus exactement de l’offre Google Stadia. Pour ceux qui n’en ont encore jamais entendu parlé, il s’agit d’une offre permettant de jouer à un panel de jeux vidéo jusqu’en 4K /60 images par seconde et cela sur toutes les plateformes de votre choix (TV, PC/MAC, Smartphone).

Alors que la première conférence, il y a deux mois, nous avait laissé sur notre faim, ici Google lâche toutes les infos (ou presque) de son offre STADIA.

Payer pour attendre novembre ou attendre simplement 2020

Deux offres ont été dévoilées aujourd’hui : Tout d’abord la Founder’s Edition ou encore Stadia Pro qui fait office, à date, de version premium limitée dans le temps (et en quantité).

Cette version « Pro » comprend également la manette officielle ainsi qu’un Chromecast Ultra (4K) et permettra d’avoir accès à la plateforme dès novembre 2019. Pour cela, il vous faudra débourser 129€, puis un abonnement de 9,99€ par mois (dont 3 mois offerts).

Puis, nous retrouvons une version classique, appelée Stadia Base. Ici pas de chichi c’est gratuit ! Par contre, pas de manette, pas de Chromecast et donc un accès à la plateforme en 2020.

Notez que quoi qu’il arrive et mis à part Destiny qui est inclus dans l’offre Pro, les jeux seront à acheter séparément, très certainement sur une marketplace dédiée comme Steam ou d’autres. Aussi, les jeux achetés en Pro fonctionneront également si votre compte devient Base et inversement.

Google Stadia : Une console virtuelle à la carte ?

Comme vous pouvez le voir sur les descriptions des deux offres, Stadia vise large avec deux offres adaptées aux différents types de joueurs. Les plus équipés qui désirent une expérience optimale partiront sur l’offre Pro avec ses graphismes en 4K, un son Surround 5.1, alors que les autres pourront jouer sur la version Base, bridée à 1080p en stéréo.

Bien qu’il soit encore trop tôt pour juger de cela, nous ne comprenons pas encore ce qui peut justifier un abonnement de 9,99€ par mois sur la version Pro. Hormis Destiny 2 (et les « réductions » promises) les jeux seront vendus au prix fort, au même titre que sur l’offre gratuite de Base. Alors oui, Google justifie cette différence par le confort de jeu qu’offrira Stadia Pro. Mais cela signifie qu’un joueur ayant déboursé la même somme dans un même jeu, n’aura pas droit à la même qualité d’expérience. Ou encore, dans le cas d’un passage de l’offre Pro vers Base, que celle-ci sera dégradée sur un jeu qui lui appartient s’il ne s’affranchit pas de ses 10€ par mois.
Pire encore, ceux qui disposent d’une connexion internet irrégulière selon leur support de jeu (avec un réseau câblé très haut débit dans le salon mais Wi-Fi plus lent dans la chambre, par exemple) payeront un abonnement premium pour au final n’en profiter qu’en partie.

Nous ne connaissons pas encore les prix auxquels seront vendus la trentaine de jeux disponibles au lancement de Stadia. Même si nous retrouvons d’excellents titres, nous nous attendions à plus de grosses licences et à des exclus. Mais il reste du temps avant novembre. Notez qu’une connexion permanente sera obligatoire pour jouer, autant en solo qu’en multi.

Comment savoir si vous pouvez profiter de l’offre Stadia ? Faites le test !

Avant de précommander ou/et vous abonner à Stadia, n’hésitez pas à tester votre connexion. Car c’est de celle-ci que dépendra votre qualité de jeu.

En conclusion, Google Stadia ouvre (petit à petit) la porte au futur du jeu vidéo. Se voulant universelle et économiquement viable, nous déplorons une politique tarifaire qui peine encore à se justifier.
Cependant, par son accessibilité très prometteuse, Google ne nous offre pas un Netflix du jeu vidéo mais une véritable nouvelle façon de consommer ce média.
Même s’il est encore trop tôt pour appeler ça une révolution, un véritable bouleversement du marché est enclenché.

Rendez-vous en novembre 2019…. 2020 pour connaitre la réponse !

Apple TV désormais compatible avec les Manettes de PS4 et XBOX ONE S

Pour ceux qui l’ignore encore, OUI il est possible de jouer sur son Apple TV. Pour cela vous avez juste besoin de la télécommande fournie de base (mais pas très adaptée au gaming) ou vous pouvez aussi utiliser les onéreuses manettes MFi (Made for iOS).

Désormais, l’Apple tvOS s’enrichie d’une compatibilité qui va faire plaisir à tous les gamers qui liront ces lignes. Vous pourrez, très bientôt, utiliser votre manette de PS4, ainsi que votre manette d’Xbox ONE S pour jouer à vos jeux sur Apple TV. Notez que la précision du type de manette Xbox (ONE S vs ONE) a son importance. En effet, le Bluetooth présent sur les premières manettes de la console de Microsoft n’assure pas une aussi bonne compatibilité que sur les derniers modèles.

Pour finir voici une petite liste de jeux qui vous permettront de redécouvrir votre Apple TV avec vos manettes préférées :

Riptide
oceanhorn-1.jpg
real-racing-ios.jpg
AG DRIVE

Beyond Good and Evil 2 : vers une sortie exclusive sur Google Stadia ?

Beyond Good and Evil 2 se concrétise de plus en plus à travers Yves Guillemot et Michel Ancel ! Par le biais de Google Stadia ? Voici notre avis

Une gestation compliquée

Beyond Good and Evil 2 c’est avant tout l’histoire d’une arlésienne commencée en 2010, sachant que le premier opus est sorti en 2003. C’est donc environ 10 ans plus tard qu’une vidéo a vu le jour sur le net, présentée comme un “leak” de Beyond Good and Evil 2 alors qu’au final, elle ne semblait qu’être une sorte de “proof of concept” qui a fait salivé les fans à l’époque :

Depuis, le projet a été officialisé via un teaser aux UbiDays 2008 sous la houlette du grand manitou Michel Ancel. S’en suit une période assez longue de doute et de remise en question avant que le projet ne soit réellement concret lors de l’E3 2017. En effet, la conférence Ubisoft a permis à Beyond Good and Evil 2 d’afficher ses ambitions via à un magnifique trailer présentant son univers :

Sur les deux années qui ont suivi, le projet s’est montré en pre alpha, hands on avec Michel Ancel mais pas beaucoup plus. Toutefois, il y a eu les sollicitations communautaires qui ont germées en parallèle :

Beyond Good and evil 2 space monkey program
Space Monkey Program de BGE 2
  • Le Space Monkey Program : plateforme communautaire qui recense les actualités du jeu et instaure le dialogue entre les équipes de développement et les joueurs.
Beyond Good and evil 2 hit records
  • Hit Record : plateforme de collaboration communautaire, rétribuant la communauté qui soumet de contenu validé par les équipes d’Ubisoft pour l’élaboration du jeu (musiques, artworks…)

Pas de nouvelles bonne nouvelles ?

Cependant, depuis quelques mois, il n’y a pas eu de communications officielles autour de Beyond Good and Evil 2 jusqu’à cette récente déclaration :

« J’en ai parlé à Michel la semaine dernière pour voir où il en était, et de quelle manière nous devrions évoluer dans une direction ou une autre. Nous voyons que le potentiel de cet univers est fantastique, et Michel en est vraiment passionné. Je pense qu’il sera fantastique. »

Yves Guillemot, PDG d’Ubisoft lors d’une interview pour IGN
michel ancel et yves guillemot
Michel Ancel (gauche) et Yves Guilelmot (droite)

On y apprend donc qu’Ubisoft et son PDG supporte totalement Beyond Good and Evil 2 et son créateur fétiche Michel Ancel, malgré la complexité et l’ambition du projet. En effet, le grand manitou de la saga Rayman aime tout contrôler, animer par le perfectionnisme. Ce projet doit être son plus ambitieux donc celui qui le tient le plus à coeur, avec la bienveillance des têtes pensantes historiques tels que Serge Hascoët, directeur créatif en chef de la firme française.

Beyond Good And Evil 2

En bref, Michel Ancel semble avoir carte blanche pour Beyond Good & Evil 2 et possède de fortes ambitions à son égards, tant en termes de fond (profondeur de l’univers, de gameplay, multijoueur, open world…) que de forme (grosse composante multijoueurs, monde ouvert, bijou technologique…).

Beyond Good and Evil 2 : sous quelle forme ?


A ce stade « d’analyse », il semblerait que ce projet titanesque ne trouve pas l’écrin pour l’accueillir. Les consoles de cette génération sont limitées, par le hardware évidemment et menacer par l’avenir plus ou moins proche.

En effet, 2019 marque l’arrivée officielle d’un bousculement industriel annoncé depuis quelques années : le streaming de jeu vidéo !


Les firmes historiques que sont Microsoft ou Sony y travaillent depuis quelques années (Xcloud, rachat de Gakai pour le PS Now…) sans jamais en faire une force de frappe majeure.
Toutefois, Google a récemment tapé du poing sur la table afin de s’insérer dans l’industrie du jeu vidéo via la niche du streaming qui ne cesse de grandir sous nos yeux.

google stadia
Google Stadia

Il y a aussi Apple qui fait la drague au milieu mais leur offre semble peut être plus « grand public/casual » quant Google vise la communauté « core gamer« .

Apple Arcade
Apple Arcade Games


Google Stadia possède des partenaires de renoms pour draguer cette frange de joueurs exigeantes (Tequila Works, ID Software, Unreal Engine, Havok, CryEngine, Unity…)

Google Stadia Partenaires

Il y a bien entendu Phil Harrison en chef d’orchestre pour apporter son expérience et du crédit à ce projet gigantesque mais c’est surtout le nom de Jade Raymond qui a attiré notre attention. Son arrivée sur scène marquait l’officialisation de son rôle majeur en tant que directrice de Stadia Games and Entertainment, studio de développement et d’édition du géant Google.

Jade Raymond Google Stadia

Jade Raymond + Michel Ancel = duo gagnant pour Ubisoft et Google Stadia ?

Pourquoi souligner cette nomination me diriez-vous ? Tout simplement pour faire le rapprochement avec son passé chez Ubisoft en tant que productrice émérite d’Assassins’s Creed ou en tant que dirigeante du studio Ubisoft Toronto, excusez du peu.
Quant on sait qu’Ubisoft est un partenaire privilégié par Google pour le projet Stadia, preuve en est avec Assassin’s Creed comme « proof of concept » depuis la genèse du projet, on se dit qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Michel Ancel et ses équipes, soutenus par Yves Guillemot, n’ont jamais caché leurs ambitions et ont toujours déclaré la technologie suffisante pour réaliser Beyond Good and Evil 2.

Beyond Good and Evil 2 trailer


Et si Stadia n’était par la plateforme idéale pour concrétiser ce rêve ? Tant Ubisoft que Google aurait à gagner mais si le prix à payer était de rendre Beyond Good and Evil 2 exclusive à la plateforme Google Stadia avec une mise en avant et une force de frappe marketing qu’on s’imagine énorme ?

C’est un risque que l’on voudrait voir si cela permet à Beyond Good and Evil 2 d’arriver à atteindre ses objectifs sans décevoir les joueurs mais surtout ses équipes qui doivent grandement s’investir sous la houlette de Michel Ancel.

Ça serait une belle histoire que de voir Ubisoft dévoiler cette collaboration exclusive avec Google et Jade Raymond montant sur scène avec Michel Ancel lors de l’E3 2019 non ?

Beyond Good and Evil 2 Ubisoft E3 2019

✔ Ajouté à l’agenda : #UbiE3 pic.twitter.com/Z1YH4N6TLp— Ubisoft FR (@UbisoftFR) 27 mars 2019

Quoi qu’il en soit, on espère qu’Ubisoft montrera à minima plus de gameplay de Beyond Good and Evil 2 à sa conférence E3 2019 même si on voudrait secrètement que ce fantasme décrit au fil de cet article, se concrétisera pour le bien de tous…

Nintendo Switch : Nos dernières infos sur les nouvelles consoles

Alors que la rumeur courait depuis quelques mois, le Wall Street Journal vient de confirmer que Nintendo lancerait bien deux nouvelles déclinaisons de sa console hybride d’ici l’été 2019. Nous pouvons donc nous attendre à une annonce lors de l’E3 2019 pour une sortie en fin d’année. A noter que le WSJ, s’appuie sur l’ensemble des informations qu’ils ont pu recueillir depuis différentes personnes travaillant pour la marque et ayant eu accès aux prototypes des consoles.

Une Switch pour tous !

Nous aurions donc droit à deux nouvelles consoles légèrement différentes, une petite, plus orientée portable, dont les joysticks ne seraient pas amovibles et ne disposeraient pas des fonctionnalités de vibrations HD. Nous sommes d’ailleurs en droit de penser qu’il s’agirait également d’une remplaçante de la 3DS, sortie il y a plus de 8 ans.
Cette Switch Lite serait proposée aux alentours des 200€.

Nintendo Switch

L’autre modèle serait une version améliorée de la Nintendo Switch actuelle, avec un meilleur écran, un processeur beaucoup plus musclé et donc un prix plus élevé.

Il nous reste plus qu’à prendre notre mal en patience jusqu’à l’E3 2019 pour découvrir ces deux nouvelles consoles Nintendo dont, selon le Wall Street Journal, le design va « nous surprendre« . On a hâte !

Suivez en direct le FIA Gran Turismo Championship 2019

Paris accueillera l’ouverture des Series du FIA Gran Turismo Championship 2019 (voir notre test)

Paris accueille cette année l’ouverture des Series du FIA Gran Turismo Championship 2019. Vous pourrez dès ce soir suivre en direct les premières courses depuis le Pavillon Gabriel à Paris.

Rendez-vous ce soir à partir de 18h pour suivre en direct les MANUFACTURER SERIES 

Suivez ici en direct la NATIONS CUP, le dimanche 17 mars à 14h00 :

Et si Sony sonnait la fin de l’E3 ?

Après avoir annoncé, il y a plusieurs mois, son absence à l’E3 2019, Sony justifie sa décision symbolique. Comme un grand nombre de joueurs, nous pensions que la firme japonaise n’avait pas suffisamment d’éléments pour faire une présentation digne de ce nom. Où encore plus excitant, que nous aurons droit en parallèle à une présentation « surprise » de la PS5, made in Sony.

Nous découvrons alors, une raison beaucoup plus profonde et mûrie que nous pensions. C’est lors d’une interview pour CNET que le président de Sony Interactive Entertainment Worldwide Studios, Shawn Layden, s’est exprimé sur l’absence de la firme à l’E3. En voici l’extrait :

Quand nous avons décidé de sortir les jeux du CES en 1995 à l’époque de la PlayStation, l’E3 était utile pour deux groupes de personnes : les revendeurs et les journalistes.
Les revendeurs arrivaient et vous rencontriez des gens qui vous disaient « je travaille pour Sears (une chaîne de magasins américaine, ndlr) et je m’occupe de Hot Wheels, Barbie, les VHS et les jeux vidéo. Que proposez-vous ? » La partie éducative (au sens éduquer les revendeurs sur l’offre de PlayStation, ndlr) était énorme. Et en plus de ça vous aviez les journalistes qui avaient des magazines avec des délais de parution spécifiques et des batailles pour obtenir des places sur la couverture. Et Internet n’existait pas encore vraiment (au sens médiatique, ndlr). Un salon professionnel à cette époque de l’année pour cette industrie naissante était exactement ce que nous avions besoin de créer.

Nous disposons désormais d’un événement en février appelé Destination PlayStation. Nous y faisons venir tous les revendeurs et nos partenaires tiers afin de leur expliquer notre stratégie pour l’année. Ils prennent leurs décisions d’achat en février. Le mois de juin est désormais trop tard dans l’année pour avoir des discussions au sujet de Noël avec les revendeurs.

Donc la partie rencontre avec les revendeurs de l’E3 a vraiment diminué. Et Internet et le fait qu’il y ait des news 24h sur 24h et 7 jours sur 7 font que l’E3 a perdu de son impact pour les journalistes également.
Le salon professionnel est donc devenu un salon professionnel avec peu d’activité professionnelles. Le monde a changé et l’E3 n’a pas nécessairement changé en même temps que lui.

De plus, notre décision de proposer moins de jeux, mais de plus gros jeux, sur des périodes de temps plus longues, fait que nous en sommes arrivés à un point qui faisait que juin 2019 n’est pas le moment pour nous d’avoir de nouvelles choses à dire. Et nous pensons que si nous sonnons la cloche et que nous faisons venir les gens en force ici, les gens vont se dire « oh ils vont nous montrer quelque chose (de nouveau). »

Source traduction

L’E3 juste un salon comme les autres ?

Cette intervention met en avant une décision qui irait beaucoup plus loin que l’édition 2019. Sony ne semble plus trouver l’intérêt de mettre toutes ses billes dans la messe annuelle du jeu vidéo qu’est l’E3. Plus inquiétant encore, la firme en a conclu que celle-ci n’est désormais plus adaptée à la réalité du marché et de ses objectifs.

C’est vrai qu’entre 1995 et 2019, les façons dont les entreprises du secteur communiquent ont radicalement changé. On pense notamment à l’avalanche d’informations permanente et le « tribunal public » qu’offrent les réseaux sociaux aux joueurs après chaque annonce. Aujourd’hui une annonce faite trop tôt ou d’une mauvaise façon peut avoir des effets extrêmement négatifs sur l’avenir du produit associé. Et cela encore plus sur un événement aussi important (et attendu) qu’est l’E3.

La fin de l’intervention du président de Sony confirme d’ailleurs ce parti-pris. En effet, Layden rappelle que l’année 2019 sera trop pauvre en (véritables) nouveautés et que faire un événement avec trop peu de nouvelles choses à présenter risque de décevoir la majorité. Une mauvaise pub dont la marque se passerait bien, alors que sa PS5 commence à se faire attendre.

Quel avenir pour ce salon emblématique ? Simple année d’absence ou abandon total de l’E3 pour SONY ?
Nous attendons avec impatience le cru 2019 de cet E3 pour nous prononcer, en espérant qu’il ne sera pas avare en bonnes surprises et nouveautés. Rendez-vous le 11, 12, 13 juin prochain pour en avoir le coeur net.

Apex Legends : Le jeu qui fait trembler FORTNITE

Vous ne le connaissez surement pas encore, Apex Legends est un nouveau jeu Battle Royale proposé par Electronic Arts. Et il ne laisse pas indifférent les joueurs de Fortnite.

Sorti le 5 février, Apex Legends est devenu, en moins de 48 heures, un petit phénomène faisant même de l’ombre à l’indétrônable Fortnite. Le jeu a déjà séduit plus de 2 millions de joueurs, dont 1 million les 8 premières heures.

Derrière ce jeu gratuit nous trouvons, l’équipe de Respawn Entertainment qui nous ont déjà servi les excellents Titanfall (1 & 2) et les (techniquement impeccables) Star Wars.

Cela explique pourquoi Apex Legends prend la forme d’un FPS (jeu de tir à la première personne ndlr) plutôt qu’un TPS (jeu de tir à la troisième personne ndlr) comme son concurrent, Fortnite. L’expérience du studio nous garantie également un gameplay vif avec une exploitation dynamique des environnements et une verticalité de jeu poussée.

Apex legends vs fortnite

Pour revenir au coeur du jeu, vous devrez choisir entre 8 personnages ou « légendes » disposant aptitudes bien spécifiques (protections, armes, etc) et prendre place dans une escouade 3 personnes. Ensuite vous êtes catapultés sur une île pouvant accueillir 60 joueurs maximum.

Avant tout, un combat médiatique

Les streamers professionnels semblent aussi avoir été séduits par cette nouvelle licence EA. Plus intéressant encore, de nombreux streamers Fortnite ont basculé de nombreuses heures sur Apex Legends. Selon la plateforme de streaming Twitch, après les 24 premières heures de sa sortie, le jeu regroupait plus de 130 000 spectateurs contre « seulement » 51 000 pour le titre d’Epic Games.

Il est bien sûr beaucoup trop tôt pour dire si Apex Legends détrônera Fortnite, mais le titre d’EA dispose d’excellents arguments. D’ailleurs Epic Games prend l’arrivée de ce nouveau concurrent très au sérieux et a même acheté les mots clés « Apex Legends » sur Google. Une manoeuvre claire pour contrer la viralité potentielle de son rival.

GOOGLE APEX LEGENDS
Pour EPIC, la meilleure défense c’est l’attaque !

Seul l’avenir nous dira si Apex Legends sera le phénomène vidéo-ludique 2019 ou juste un simple challenger de plus à entrer dans la course des Battle$ Royale$. En attendant, vous pouvez le retrouvez gratuitement sur PC, PS4 et Xbox One. Nous on y retourne …

Scroll to top