News

Assassin’s Creed fait un faux départ au Box Office US

Sorti il y a plus d’une semaine, Assassin’s Creed peine à convaincre les spectateurs américains.

Selon Forbes, Assassin’s Creed n’aurait généré que 28 millions de dollars au box-office américain depuis sa sortie le 21 décembre dernier. Plus inquiétant encore, il aurait rapporté seulement 13 millions de dollars durant le (très rentable) week-end des fêtes de Noël, du 23 au 26 décembre.

Il est bien trop tôt pour faire un quelconque bilan de ces résultats, même si cet accueil plutôt froid n’est guère encourageant pour la suite. Notamment lorsqu’on rappelle que les coûts de production et de marketing du film d’Ubisoft s’élèvent à plus de 200 millions de dollars.

Si vous hésitez encore à faire votre « saut de la foi » dans une des salles obscures autour de chez vous, vous pouvez retrouver notre critique du film ici.

Découvrez le passage du storyboard à la scène finale du film

Un film en trois étapes : de l’écriture en passant par le storyboard au résultat final.

Glass Distortion nous propose une descente dans le processus créatif d’un film : avec dans les vidéos qui suivent une comparaison entre le script, le storyboard et la version finale. Vous pouvez donc suivre le script tout en ayant le storyboard et la version finale qui défile côte à côte. On peut alors voir quelle importance représente le dessin d’une scène dans la préparation d’une production cinématographique et à quel point le réalisateur lui reste fidèle.

Mais tout le monde ne respecte pas ce processus créatif.

En effet, malgré l’avantage indéniable que représente un storyboard lors de la fabrication d’un film, certains réalisateurs trouvent qu’il amoindrit une partie du processus créatif. Car le jour du tournage plus rien n’est écrit dans le marbre. Effectivement  les aléas du monde réel (conditions météo, lieu de tournage…) donne une direction bien différente de ce qui était prévu dans le script.

En effet, des grands noms du cinéma font fi de cette règle.

On retrouve notamment Clint Eastwood qui est connu pour son peu de prise et sa rapidité d’exécution sur un tournage. Il a notamment l’habitude de filmer les répétitions et même de les garder dans le résultat final. On apprend donc qu’il n’utilise le storyboard que pour les scènes nécessitant des effets spéciaux. Le Directeur de la photographie Tom Stern nous parle du travail de Clint :

« Eastwood utilise les storyboards seulement quand des effets spéciaux entre en jeu, dans des films tels que Firefox, l’arme absolue ou encore Space Cowboys. De plus, il ne prépare pas une liste de plans. Au lieu d’avoir le film sur papier, il le garde dans sa tête. »

A contrario, des réalisateurs comme les frères Cohen sont des partisans extrêmes de cette technique de visualisation et ne se privent pas d’en abuser.

L’empire Contre Attaque (storyboard : Ivor Beddoes)

 

The Dark Knight (storyboard : Gabriel Hardman)

 

No Country for Old Men (storyboard : J. Todd Anderson)

 

Et voici une publicité pour Chanel (storyboard : Maxime Rebière)

[Critique] Assassin’s Creed : Le film qui voulait être aimé…

Apres plus d’un an d’attente, Assassin’s creed débarque dans nos salles obscures. Nous assistons à un nouveau pari pour les adaptions de jeu vidéo et à un baptême du feu pour Ubisoft Studio. Verdict ?

Revenons tout d’abord rapidement sur cette licence à succès qui marqua toute une génération de joueurs. Assassin’s Creed vit le jour en 2007 et malgré de nombreux petits défauts, reçut un accueil très chaleureux du public.

assassins-creedLe pitch du jeu est simple, on incarne un Assassin devant accomplir des missions pour son ordre et ainsi empêcher le clan ennemi, les Templiers, de récupérer une arme ultime, la Pomme d’Eden. Nous sommes alors plongés dans plusieurs époques et lieux historiques pour y accomplir nos funestes (mais foutrement stylées) missions. Il n’en fallait pas moins pour qu’Ubisoft en fasse sa vache à lait annuelle pour la décennie à venir. Connu pour son système de jeu novateur et stylé pour l’époque, Assassin’s Creed proposait surtout un scénario (simpliste et régulièrement brouillon) au cœur des grandes époques de notre histoire. Malheureusement, au fil des années, le système de jeu Ubisoft ne se renouvelant pas, le style et la technique ne suffirent plus à faire adhérer les joueurs.

C’est alors, que l’éditeur décida de lancer un de ses plus grands blockbusters au cinéma. Un pari fou, sur lequel les plus grandes licences se sont littéralement cassées les dents. Nous ne nommerons jamais assez ces dernières : Super Mario, Street Fighter, Max Payne ou encore le controversé Silent Hill. Que ce soit par les joueurs ou par les simples spectateurs (ne connaissant pas le jeu ndlr), l’accueil fut inégal mais particulièrement négatif. La tâche est réellement difficile, entre le risque de faire trop de fan service pour les joueurs et ainsi perdre le spectateur lambda, ou faire une œuvre à part entière et s’attirer les foudres des joueurs et fans de la licence.

max payne

Pourquoi parlons-nous de cela avant notre critique ? Car nous pensons que c’est cette crainte, de ne pas satisfaire spectateurs et joueurs, qui plane sur tout le film.

Tout d’abord, le scénario. Nous suivons l’histoire de Callum Lynch alias Aguilar, descendant d’une lignée d’assassins et épris de vengeance après avoir vu son père tuer sa mère dans sa jeunesse. Rapidement nous entrons dans le cheminement classique propre à la licence des jeux Assassin’s Creed. Nous suivons ainsi la quête de notre héros, qui recherche la pomme d’Eden, le tout, en voyant arriver le twist final gros comme une maison. Le reste du film est un enchaînement de (très) belles scènes d’action où l’expérience du réalisateur de Macbeth, Justin Kurzel, ont dû être d’un grand secours. Côté acteur, Michael Fassbender reste convaincant dans un personnage tiraillé entre un présent sombre et une quête dans le passé. On regrette cependant que le personnage reste antipathique tout au long du film. Marion Cotillard, quant à elle, peine à trouver sa place. Entre allure mystérieuse et discours utopistes, l’actrice française se perd très rapidement pour devenir transparente, insipide voire énervante.

11950-assassin-s-creed-

Le film Assassin’s Creed n’est pas raté même s’il flirte avec le gouffre du fan service lourdingue par moment.

Pour les joueurs, cela reste une adaptation correcte mais beaucoup trop sage. On y retrouve tous les éléments qui composent un bon opus d’Assassin’s Creed, nous donnant limite envie de prendre la manette pour jouer. Frustrant vous avez dit ?

Pour les spectateurs (profane de la licence ndlr), c’est une autre paire de manches. Assassin’s Creed se compose comme un film (trop ?) complexe de science fiction. Certes, l’introduction permet tant bien que mal de présenter  » le credo » des Assassins, mais très rapidement le rythme s’accélère pour en venir au cœur de l’histoire et la fameuse quête principale du film. Entre des scènes d’actions alternant entre présent et passé et de vagues explications (les fameux commentaires énervants du personnage interprété par Marion Cotillard), les spectateurs risquent d’être rapidement perdus. Heureusement l’arc narratif très simpliste du film, qui se résume en quelques lignes, permet de suivre et parfois même d’accrocher à l’intrigue du film.

Bilan de cette adaptation d’Assassin’s Creed : A vouloir plaire à tout le monde on ne satisfait véritablement personne.

Ubisoft nous sert ici une copie très (trop) sage de sa licence et en voulant faire un sans faute. Il nous propose ainsi une œuvre sans audace qui fera sans doute un beau score au Box Office avant d’être très rapidement oubliée.

 

Warner Bros annule un jeu vidéo Suicide Squad pour nous préparer un nouveau Batman ?

On vient d’apprendre qu’un jeu Suicide Squad était en développement mais a finalement été annulé par Warner Bros.

En effet, selon nos confrères de Kotaku, un jeu Suicide Squad aurait pu voir le jour sous la tutelle du studio interne de Warner Bros Montréal. Ce dernier nous avait d’ailleurs servit le décevant Batman Arkham Origins, bien loin des excellentes productions de Rocksteady Studios (Batman Arkham Asylum, Arkham City et Arkham Knight) et donc boudé par la majorité des joueurs. Au final, ce Suicide Squad aurait été annulé début décembre par la Warner.

Si l’on en croit les dires de trois sources fiables autour du studio, le jeu Suicide Squad devait proposer de la coopération mais n’a pas réussi à convaincre les décisionnaires de l’éditeur Warner Bros Montréal qui ont décidé d’annuler le jeu après environ deux ans de développement. Un lien de cause à effet avec la sortie du film ayant essuyé de vives critiques malgré un succès au box office ?

Pour rappel, le film Suicide Squad a généré environ 750 millions de dollars de recettes, pour s’insérer dans le top 10 des films DC Comics au cinéma :

Quand on se penche un peu plus sur cette affaire, on découvre que le studio Warner Bros Montréal connaît une crise depuis quelques mois, ayant perdu certaines têtes pensantes tels que Martin Carrier (Vice Président/Chef de studio) et Raid Schneider (Producteur exécutif) en juillet 2016.

Toutefois, Warner Bros Montréal n’est pas mort pour autant puisque, depuis fin novembre, c’est Stéphane Roy qui s’installe à la tête du studio pour un nouveau projet qui pourrait être un nouveau jeu Batman. On y incarnerait Damian, le fils de Bruce Wayne et Talia al Ghul, que l’on pouvait déjà incarner dans Batman Arkham City.

Affaire à suivre donc, surtout lorsque l’on sait que Stéphane Roy était producteur exécutif chez Eidos Montréal et Square Enix Montréal, notamment sur la licence Deux Ex. En outre, il a aussi travaillé chez Behaviour Interactif (Dirt Rally, Dishonored Definitive Edition, remastered Shadow of Mordor…) et Ubisoft Montréal (jeux Assassin’s Creed, Far Cry 3, Far Cry 4….).

En bref, un jeu coopératif Suicide Squad aurait pu être une bonne surprise, surtout si on le compare à l’énorme gâchis que représente le film. Il aurait pu rendre justice aux comics du même nom dont le traitement mature de ses personnages est infiniment plus plaisant que l’une des plus grosses déceptions de l’année 2016.

On espère plus d’informations sur ce potentiel nouveau Batman que l’on espère meilleur que le très moyen Batman Arkham Origins qui ne faisait que reproduire les productions Rocksteady, qui restent à ce jour les meilleures adaptations des aventures du Chevalier Noir en jeux vidéo.

suicide squad Harley

Late Shift : Le cinéma interactif qui veut faire de l’ombre aux jeux vidéo

Vous n’avez jamais rêvé de pouvoir modifier l’histoire du film que vous regardez et ainsi modeler votre scénario original avec votre fin ? C’est ce que propose CtrlMovie avec son film,  Late Shift.

Actuellement, lorsque vous souhaitez découvrir des scènes ou des fins alternatives, vous devez aller les chercher dans les parties bonus de vos DVD ou Blu Ray. Imaginez maintenant pouvoir choisir, pendant le visionnage du film, la suite de l’histoire. C’est le défi qu’à décider de soulever la start-up Suisse CtrlMovie avec « Late Shift ». Le film prend la forme d’un thriller « classique » où l’on suit l’histoire d’un héro qui doit prouver son innocence après avoir été forcé de participer à un hold-up d’une célèbre maison de vente aux enchères Londonienne.

late shift

Comment cela se passe t-il au juste durant la projection ? C’est très simple, les spectateurs prennent les décisions via l’application mobile « CtrlMovie » (Mobile ou Tablette) et influent en temps réel sur l’histoire sans la moindre interruption du film. Cette mise en scène dynamique offre un panel de plus de 180 choix possibles donnant lieu à 7 fins différentes, soit un total de 4 heures de film (en prenant le total des scènes ndlr).

Inédit dans le cinéma grand public, ce système est déjà bien répandu dans le jeu vidéo. De nombreuses productions l’utilisent d’ailleurs à outrance. On pense notamment à tous les jeux Telltale Games (The Walking Dead, Batman, Games of Thrones etc) ainsi que les jeux de Quantic Dream tels qu’Heavy Rain et Beyond Two Souls.

Late Shift est scénarisé par Tobias Wever et Michael R. Johnson, auteur de l’excellent « Sherlock Holmes » de Guy Ritchie, sorti en 2009. Nous y retrouvons également des acteurs prometteurs tels que Joe Sowerbutts dans le rôle principal, Haruka Abe et Lily Travers. Sans oublier Joel Basman que nous avons pu voir dans « The Monuments Men » et Richard Durden vu dans « From Paris with Love » et « Oliver Twist ».

Projeté jusqu’à présent exclusivement à Londres et dans certains cinémas suisses, nous n’avons aucune information indiquant une potentielle arrivée du film dans l’hexagone. Espérons juste que ce genre d’expérience audacieuse sera renouvelée et étendue, cette fois, dans plus de salles obscures.

 

 

Enregistrer

Lost in London : Woody Harrelson prépare un film qui sera diffusé en direct au cinéma

Woody Harrelson tente le pari fou de réaliser un film en une seule prise et en diffusion directe au cinéma, Lost in London.

Les plans-séquences sont des longues scènes intenses où la caméra suit l’action sans aucune coupure. Ils restent très complexes à réaliser, tant le moindre détail peut gâcher plusieurs dizaines d’heures de travail. Pourtant c’est que ce va entreprendre l’acteur de « Tueur Née »et « Larry Flint », Woody Harrelson, le 19 janvier prochain. Plus incroyable encore, le film sera diffusé en direct dans plus de 550 cinémas outre-Atlantique. A cela l’acteur rajoute lors de son interview à Entertainment Weekly qu’il y aura près de trente personnes au casting ainsi que quatorze lieux de tournage. Lost in London se présentera comme une comédie inspirée d’une histoire vraie vécue par l’acteur principal, Woody Harrelson, en 2002. Sans donner plus de détails, cette mésaventure lui avait coûté une nuit au poste de police après avoir notamment cassé un cendrier dans un taxi.

Ce projet fou devrait sans doute faire son entrée dans le Guiness Book des records, même s’il ne s’agit pas de la première production de ce type. Nous pouvons notamment citer le thriller Berlinois, Victoria, sorti en 2015 et qui représentait plus de 134 minutes de film sans aucune coupe. Un véritable exploit, que l’on espère voir se reproduire à travers cette comédie d’un nouveau genre, Lost in London.

[Annapurna Pictures] Quand le studio derrière Her et Zero Dark Thirty se met aux jeux vidéo

Hollywood ne cache plus son engouement pour l’industrie du jeu vidéo et de plus en plus de studios franchissent le pas vers ce nouvel art.

Récemment la société, Annapurna Pictures, à qui l’on doit l’excellent film « Her » ou encore « Zero Dark Thirty », vient de publier un communiqué de presse annonçant la création d’une nouvelle filiale : « Annapurna Interactive ». Celle-ci s’occupera de l’édition de jeux vidéo « indés ».

A la surprise générale et loin des stéréotypes qui riment avec « Hollywood », ce nouvel éditeur déclare souhaiter développer des jeux « personnels et originaux ». Comme le précise sa porte parole, Megan Ellison, le studio encouragera les productions dans ce sens afin d’explorer le maximum de possibilité dans l’univers du jeu vidéo à travers des histoires toujours plus interactives et passionnantes.
De belles déclarations, qui prennent tout leur sens, notamment lorsque l’on remarque que le Game Designer, Jenova Chen, n’est autre que l’un des fondateurs de cette nouvelle entité. Pour ceux à qui ce nom ne dit rien, il s’agit de l’auteur du magnifique et poétique Journey & Flowers, sortis sur PS3 et considérés comme de véritables petits chefs-d’œuvre.

En résumé, nous avons de belles paroles et de belles personnes aux commandes de cette nouvelle filiale vidéo-ludique. Espérons qu’elle arrivera à trouver sa place et ne sera pas qu’une simple entité cherchant uniquement à recevoir une part du beau gâteau que représente le marché du jeu vidéo aujourd’hui.

Ce nouvel éditeur n’arrive pas les mains vides puisque Annapurna Pictures nous présente déjà un jeu intrigant, prévu pour 2017 et développé par le studio indépendant Giant Sparrow : What Remains of Edith Finch.

Death Stranding : Kojima où l’art du teasing du blockbuster ultime ?

Après un premier teaser à l’E3 2016, Kojima a (encore) surpris son monde avec un « Teaser » diffusé à l’occasion des Game Awards 2016.

Un casting XXL

Née des cendres de P.T., la collaboration entre Hideo Kojima, Guillermo Del Toro et Norman Reedus, ne date pas d’hier. Ces 3 noms parlent aux fans de jeux vidéo et de Cinéma, faisant (quasiment) l’unanimité dans leur domaine respectif.
Après une énorme déception lors de l’annulation du projet P.T. / Silent Hills, Sony a flairé le bon coup en proposant à Kojima de développer sa prochaine œuvre, avec son studio indépendant Kojima Productions, en exclusivité sur PS4. Death Stranding est né, le papa de la saga Metal Gear aux manettes avec Norman Reedus en guise de (première) star sur ce projet d’envergure.

Déjà excitant il y a 6 mois, Death Stranding prend une nouvelle ampleur aujourd’hui en confirmant la présence de Guillermo Del Toro (réalisateur du Labyrinthe de Pan, Pacific Rim, Crimson Peak…) et Mads Mikkelsen (Casino Royal, Hannibal, Valhalla Rising…) fortement pressenti depuis quelques semaines si on suit leurs actualités sur les réseaux sociaux.

kojima mikkelsen reedus

Mads Mikkelsen, Norman Reedus, Hideo Kojima…

Death Stranding : un univers glauque aux multiples références

Que voit-on dans cette deuxième bande-annonce ? Le prolongement d’un univers glauque et malsain présenté dans le premier teaser. : sombre, terrain boueux avec des corps de créatures aquatiques, puis ce(s) fameux bébé(s).

On ne vous partagera pas toutes les théories plus ou moins crédibles qui tournent actuellement sur le net. Toutefois, on peut remarquer une atmosphère lugubre, apocalyptique dans un contexte de guerre. C’est aussi l’occasion de voir la modélisation (parfaite) de Guillermo Del Toro et Mads Mikkelsen qui semblera être l’opposant (grand méchant ?) principal au personnage (héros ?) de Norman Reedus. Toutefois, on sait que le personnage incarné par Guillermo Del Tero sera le personnage principal de l’aventure Death Stranding, le réalisateur mexicain prêtant son image pour le jeu mais la voix et les mouvements seront réalisés par un acteur.
death stranding mikkelsen guillermo del toro

Si on s’en tient à l’univers présenté, on peut donner des références plus ou moins notables:

  • Silent Hill(s) / Stranger Things et leurs univers parallèles glauques
  • Akira avec la puissance et le côté organique de Tetsuo
  • Univers «  David Cronenberg » (ExistenZ, La Mouche) mi technologique, mi organique
  • L’univers manga de Junji Ito

 

akira

Univers d’Akira par Katsuhiro Ōtomo

Death Stranding Junji Ito

Parallèle entre l’univers de Death Stranding (à gauche) et l’univers du mangaka Junji Ito (à droite)

En bref, Death Stranding intrigue par son univers atypique et différent de la moyenne des autres jeux vidéo. La hype est totale avec tous ces gros noms avec Kojima en  grand manitou, pouvant réaliser ses fantasmes sous l’égide de Sony qui tient là son nouvel ambassadeur créatif pour sa street cred.

Comme à l’accoutumé, Kojima incite les joueurs à retrouver tous les indices disséminés dans sa communication (tweet, artworks, trailer…) pour mieux comprendre l’intrigue et l’univers de Death Stranding.

 

Pour la partie technique et artistique, on peut d’ores et déjà vous dire que le moteur du jeu est un moteur First Party de chez Sony, le moteur « Decima » de Guerrilla Games (Killzone, Horizon Zero Dawn). C’est donc une mise en collaboration des talents de Kojima Production et Guerilla Games qui sera à l’origine de Death Stranding et des autres productions de ces 2 studios qui mettent leurs ressources en commun.

Sachez qu’on retrouve Yoji Shinkawa à la direction artistique, collaborateur de longue date d’Hideo Kojima car le monsieur pèse dans le milieu, notamment son travail sur les séries de jeux vidéo Metal Gear et Zone of the Enders. Rien que ça !

metal gear solid Yoji Shinkawa

Enfin, pour la partie sonore, on retrouve également une valeur sûre avec Ludvig Forssell, compositeur de Metal Gear Solid V et Metal Gear Solid : Ground Zero.

Un projet d’ampleur en guise de revanche

Quelle ironie quand on connaît le contexte. Vous n’êtes sûrement pas sans savoir que Kojima ne s’est pas quitté en bons termes avec son ex, Konami. C’est de manière très symbolique que Kojima a reçu le trophée « Industry Icon » lors de ces Games Awards 2016. En effet, Konami avait bloqué Kojima pour recevoir le trophée de meilleur jeu avec MGS 5 lors du précédent Game Awards 2015 . Pour couronner le tout, on a aussi appris que le japonais aurait été isolé du reste de son équipe lors des 6 derniers mois de production de Metal Gear Solid V.

Son ami Guillermo Del Toro n’y est pas allé non plus par quatre chemins pour soutenir Kojima et exprimer sa frustration :

Dans un autre tweet, le cinéaste continue d’étaler son sarcasme : « Konami qui annule Silent Hills après P.T. est l’une des choses les plus stupides dont j’ai pu être témoin »

En bref, la vengeance est un plat qui se mange froid, nul doute qu’Hideo Kojima a beaucoup de monde à sa table pour savourer sa vengeance.

Selon les dires, Death Stranding aura pour ambition ultime de brouiller les repères qui existent entre jeux vidéo et cinéma. Quant on connait l’appétence de Kojima dans ce registre, on ne peut être que très confiant et enthousiaste face à ce qui pourrait être son oeuvre ultime.

kojima-konami-tears

« Would you like a cup of tears ? »

Enregistrer

Enregistrer

Rogue One: A Star Wars Story dévoile un extrait plein de Stormtroopers

La sortie du premier spin-off de la saga Star Wars : Rogue One : A Star Wars Story, approche à grand pas. Pour faire patienter les fans une vidéo vient d’être dévoilée sur la toile.

A environ deux semaines de l’arrivée dans notre galaxie de Rogue One : A Star Wars Story, la campagne marketing se fait plus pressante. Après les différents teasers, bandes annonces et spots TV, voici aujourd’hui un extrait du film.

http://www.dailymotion.com/embed/video/x544e97?api=postMessage&autoplay=0&background=E4E2E5&highlight=F68D2D&id=dmplayer_container_x544e97&info=0&origin=http%3A%2F%2Fwww.gameblog.fr&start=0&syndication=190534

On y découvre une scène de bataille dans les rues d’une ville qui ressemble fortement à Mos Eisley. En effet, Jyn Erso, qui est interprétée par l’actrice Anglaise Felicity Jones, a maille à partir avec une bande de Stormtroopers. Vous remarquerez d’ailleurs que malgré l’action omniprésente, une petite dose d’humour vient contrebalancer le ton très sérieux de la séquence.

Pour finir, on vous rappelle que Rogue One: A Star Wars Story occupera nos salles obscures dès le 14 décembre prochain.

Star Wars Battlefront 2 verra beaucoup plus grand que le premier

Lors d’une communication auprès des investisseurs, Electronic Arts aborda le prochain opus d’une de ses plus grosses licences : Star Wars Battlefront 2.

Cette annonce s’accompagne de promesses sur le prochain opus de Battlefront qui sera, selon Blake Jorgensen le directeur financier d’EA, beaucoup grand et épique. A cela, il ajoute que les critiques des fans ont été entendues et seront prises en compte pour la suite. Nous pouvons nous attendre donc à un Star Wars Battlefront 2 plus imposant, avec des contenus provenant des Star Wars Episode VI et VIII.

Malheureusement, aucune de ces déclarations ne laissent explicitement espérer l’arrivée d’un véritable solo. Nous pouvons cependant nous attendre à ce qu’Electronic Arts offre un titre moins morcelé en petits DLC payants et globalement plus complet. De plus, nous aurons très certainement droit à un gameplay plus complexe ainsi qu’un équilibrage revu lors des grands combats en ligne.

Le solo serait, quant à lui, la cerise sur le gâteau. Mais restons réalistes, la licence « Battlefront » n’a jamais réellement brillé par ses « modes histoires ». Mais nous ne sommes pas à l’abris de quelques clins d’œil scénarisés aux derniers films de la saga.

Game of Thrones : Un trailer version Skyrim !

Le trailer de la saison 1 de Game of Thrones a été adapté dans l’univers de Skyrim.

UpIsNotJump a décidé de recréer le trailer de la saison 1 de Game of Thrones à partir du jeu Skyrim.

Créer cette vidéo dans Skyrim a demandé environ 300 mods !

                                            Le Mur de Game of Thrones

Ce ne fut pas facile. En effet, la création de la vidéo a demandé à peu près 300 mods différents dans le jeu Skyrim, qui vont des costumes à la création des personnages. De plus, le Mur a été recréé par un utilisateur du mod Nexus.

Peut-il vraiment être comparé à l’original ?

Cela fait maintenant cinq ans que nous parcourons les terres de Westeros, les yeux parfois ensanglantés et emplis de reflets lubriques. Si votre mémoire flanche, voici de quoi la rafraîchir à l’aide du trailer originel :

Quoi qu’il en soit notre ami UpIsNotJump, malgré le travail nécessaire pour accomplir ce travail, est prêt à se lancer dans la création des bandes annonces pour les saisons suivantes. Voilà ce qu’il en dit :

« Je vais surement faire tous les trailers de Game of Thrones, au fil du temps« 

Vous l’aurez sans doute remarqué, cette bande annonce a été réalisée dans la version originale de Skyrim alors que la version remastérisée est sortie il y a peu. Peut-on espérer obtenir les prochains trailers dans une version plus sexy ? En tout cas on espère fort que UpIsNotJump passera sur la dernière édition des studios Bethesda !

En outre, ce fan trailer nous laisse mélancolique, dans l’attente d’une adaptation en jeu vidéo dans un monde ouvert pour rendre honneur à cette extraordinaire épopée qu’est Game of Thrones . On pourra citer Game of Thrones: A Telltale Games Series qui est un jeu vidéo épisodique d’aventure graphique en point and click. Le jeu est développé par Telltale Games et suit le format épisodique utilisé dans d’autres titres du studio, tels que The Walking Dead, The Wolf Among Us et Retour vers le futur.

Pour être tout à fait complet, on citera aussi le jeu développé par les français de CyanideGame of Thrones : Le Trône de Fer, qui avait de bonnes idées mais n’a malheureusement pas réussi à transformer l’essai de l’adaptation avec un résultat brouillon.

 

Enregistrer

Enregistrer

C’est officiel : Ratchet & Clank est un (gros) échec commercial au cinéma

Malgré un excellent retour sur PS4, la licence Ratchet & Clank n’a pas réussi son adaptation sur grand écran.

Cette adaptation est basée sur la célèbre licence de Sony, Ratchet & Clank, apparue pour la première fois sur PS2 en 2002 et écoulée à plus de 13 millions d’exemplaires à travers le monde.

ratchet et clank
Nous retrouvons dans ce film d’animation nos deux protagonistes Ratchet et Clank qui vont ensemble s’unir pour lutter contre le maléfique Drek, qui veut détruire la galaxie. Contrairement à ce que l’on pouvait attendre de cette adaptation, l’accueil du public ainsi que les critiques furent mitigées.

Forbes l’a même placé à la 6ème place du classement des pires flops de l’année 2016, rien que ça. Le film a engrangé 11,8 millions de dollars de recette pour un budget de 20 millions soit un déficit de quasi 50%.

Voici le triste top des plus gros flops de l’année 2016, selon Forbes :

10. Masterminds (Box-Office: $22m | Budget: $25m)
9. Snowden (Box-Office: $34.3m | Budget: $40m)
8. Grimsby (Box-Office: $28.7m | Budget: $35m)
7. Whiskey Tango Foxtrot (Box-Office: $24.9m | Budget: $35m
6. Keeping Up with the Joneses (Box-Office: $26.9m | Budget: $40m)
5. Ratchet & Clank (Box-Office: $11.8m | Budget: $20m)
4. Pride and Prejudice and Zombies (Box-Office: $16.4m | Budget: $28m)
3. Popstar: Never Stop Stopping (Box-Office: $9.5m | Budget: $20m)
2. Free State of Jones (Box-Office: $23.2m | Budget: $50m)
1. Max Steel (Box-Office: $4.4m | Budget: $10m)

Le plus étonnant dans l’histoire, c’est que le très discutable Angry Birds – Le film réalisa 349 millions de dollars au box-office. Il se place d’ailleurs juste derrière une autre adaptation inspiré d’un jeu vidéo,  Warcraft : Le commencement avec 433 millions de dollars.

L’année n’est pas finie et dans quelques semaines nous saurons si le film d’Ubisoft, Assassin’s Creed, rejoindra ou non ce fameux top.

 

Watch Dogs 2 : les fonctionnalités Online enfin disponibles

Après une semaine de galères, les joueurs de Watch Dogs 2 sont heureux d’apprendre que le multijoueur est enfin complet !

A travers un communiqué de Presse, Ubisoft annonce que le multijoueur de Watch Dogs 2 est enfin remis en route. En effet, sorti la semaine dernière, Watch Dogs 2 rencontrait à priori trop de problème avec son netcode pour que ses fonctionnalités online soient complètement opérationnelles. De ce fait, Ubisoft a préféré bloquer le multijoueur dit « seamless », c’est à dire, un matchmaking transparent pour les joueurs, sans temps de chargement et de dérangement.

A l’occasion du patch 1.05 de Watch Dogs 2, l’éditeur français est donc heureux de complètement rétablir l’expérience online du jeu. Nous pouvons vous confirmer que le multijoueur rajoute cette surcouche supplémentaire de multi dans votre partie solo, proposant toujours plus de diversités et de spectacle. Cela dit, il faut avouer que l’arrivée d’autres joueurs dans votre partie, à tendance à faire chuter le framerate ce qui peut devenir handicapant.

Watch Dogs 2 n’en reste pas moins un très bon jeu qui doit faire sa place au milieu des mastodontes du moment (Battlefield 1, COD Infinite Warfare, Dishonored 2) ou à venir (Final Fantasy XV).

Si vous voulez connaître notre avis complet, nous vous invitons à écouter notre dernier épisode PopCorn Game, afin de découvrir le cash test de Watch Dogs 2, ainsi que de multiples références pour briller en dîner mondain.

Podcast Watch Dogs 2
Voici le communiqué officiel d’Ubisoft concernant l’actualité du multijoueur « seamless » de Watch Dogs 2 :

« Bonjour à tous,

L’équipe de développement de Watch_Dogs 2 a déployé la 2ème vague de réactivation du mode multijoueur seamless du jeu sur PlayStation 4 et sur Xbox One.

Les joueurs peuvent désormais avoir accès à l’expérience multijoueur seamless dans son intégralité.

– Les joueurs pourront rejoindre la partie d’un autre joueur situé aux alentours pour le chasser (mode Chasseur de primes) ou le hacker (modes Intrusions) sans avoir besoin de passer par l’Appli Multijoueur du smartphone de Marcus.

– Les joueurs pourront également rencontrer d’autres membres de DedSec amicaux, qui pourront les aider à compléter les événements DedSec qui se déclenchent à travers San Francisco. Ils peuvent également choisir de les inviter afin d’explorer la ville en coop et participer à des missions dédiées. »

Enfin, pour être tout à fait complet, il y a trois jours, Ubisoft annonçait le déploiement du Online de manière graduelle sur PS4 et Xbox One, à travers le patch 1.05 de Watch Dogs 2 :

« Nous avons le plaisir de vous informer que l’équipe de développement de Watch_Dogs 2 a réactivé le mode multijoueur seamless du jeu aujourd’hui à 17h sur PlayStation 4 et le réactivera cette nuit sur Xbox One.

Cela coïncide avec la sortie de la mise à jour 1.05 du jeu, qui contient également d’importantes corrections de crashs qui améliore la stabilité. Bien que le nombre total de joueur affectés par ces crashs ne soit pas élevé, ils étaient confronté à ce problème de manière récurrente.

Avec le mode multijoueur seamless réactivé, les joueurs pourront utiliser les fonctionnalités multijoueur suivantes via l’Appli Multijoueur: 

  • Inviter des amis en mode coop ou rechercher de nouveaux partenaires pour ce mode
  • Hacker la partie d’un autre joueur
  • Trouver des cibles ou en devenir une dans le mode Chasseur de Prime

Nous allons continuer à surveiller la stabilité en ligne des fonctionnalités multijoueur seamless et tout devrait continuer à fonctionner normalement, nous activerons alors la dernière étape du multijoueur seamless, débloquant ainsi les fonctionnalités multijoueur supplémentaires: mode chasseur sans utiliser l’appli, et rencontrer d’autres joueurs dans le monde avec qui vous pourrez compléter des missions coop et des événements DedSec.

Nous vous remercions pour votre patience et votre support pendant que nous avons travaillé afin d’implémenter les fonctionnalités multijoueur seamless du jeu. Nous continuerons à vous tenir informés de l’évolution de la situation. Nous avons hâte de voir vos créations sur ces modes multijoueur, alors n’oubliez pas de partager ! »

Monster Hunter : Le film est en développement avec le réalisateur de Resident Evil !

Le jeu Monster Hunter se voit adapté au cinéma par le réalisateur de Resident Evil.

C’est en 2012 que Paul W.S. Anderson avait révélé son intérêt d’amener la série de jeux vidéo Monster Hunter, de l’éditeur Capcom, sur grand écran. Malheureusement, nous n’avions plus de nouvelle sur sa possible implication dans un tel projet (bien qu’un producteur ait confirmé qu’un film soit en développement pendant le Tokyo Game Show). Mais dans une interview menée par Deadline, le réalisateur de Resident Evil et Mortal Kombat s’est exprimé sur le projet et espère qu’il sera son prochain film. La franchise étant aujourd’hui plus importante que celle des Resident Evil pour Capcom.

Pour rappel, la série des jeux de rôle Monster Hunter est extrêmement populaire au Japon, elle est développée et éditée par Capcom. Le fer de lance de cette série est Monster Hunter sorti sur PlayStation 2, où  le joueur incarne un chasseur de monstre dans un univers tourné vers la fantasy. Des quêtes lui sont proposées, dans lesquelles il doit chasser ou capturer des monstres. Il est aussi possible de collecter des minéraux, poissons et petits monstres. La série s’est prolongée sur PlayStation Portable, Wii, Xbox 360, PlayStation 3, Nintendo 3DS, Wii U et a même connu une adaptation pour PC dans un jeu en ligne massivement multijoueur. Le jeu est composé d’une série principale divisée en plusieurs générations ainsi que d’une série dérivée.

Une histoire de monstre !

Anderson nous révèle l’histoire en filigrane :

Pour tous les monstres, il y a un héros. Un homme ordinaire sans avenir, découvre qu’il est en fait le descendant d’un ancien héros. Il doit voyager dans un monde mystique pour s’entraîner et devenir un Monster Hunter (chasseur de monstre), avant qu’une créature mythique de ce monde ne détruise le notre.

De plus, il ajoute :

Il n’y a pas de vrai personnage principal, donc c’est comme lorsqu’on s’est attaqué à Resident Evil et que nous avons imposé notre personnage et l’histoire sur ce monde. Je pense que c’est parfait pour nous pour faire exactement la même chose. Le monde de Monster Hunter inclut ces immenses déserts qui font passer le désert de Gobi pour un bac à sable, et ils ont des navires qui naviguent à travers le sable. Ce sont des galions, mais plutôt que de naviguer sur les vagues de l’océan, ils naviguent sur des vagues de sable… Vous vous battez contre ces créatures gigantesques, aussi grosse que des pâtés de maisons. Ils vivent sous la terre en sortent dans une éruption de sable, c’est comme le meilleur de Dune. Vous avez aussi ces dragons volants, ces araignées géantes, en somme les plus merveilleuses des créatures.

Cette histoire se déroulera dans deux mondes.

Enfin, il nous révèle un gros changement qu’ils vont faire pour le film. En effet, le film prendra place dans le monde réel et celui de Monster Hunter.

L’acte final se déroulera dans notre monde et ce sera une bataille épique autour de LAX (Aéroport international de Los Angeles). Ensuite, vers la fin nous sommes soudainement confronté avec le fait que les créatures mythiques de notre monde sont revenus  se venger. Donc nous avons le second film où ce sera organisé.

 

Anderson a écrit le scénario du film, qu’il va aussi réaliser. De plus, il va produire le film avec son partenaire Impact Pictures et Jeremy Bolt. Son prochain film est Resident Evil: The Final Chapter, son quatrième dans la franchise qui en compte six. Il sortira le 27 janvier 2017.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Monument Valley: le jeu mobile inspire Doctor Strange !

Voilà qui est étrange, un jeu mobile à 4 euros qui inspire une super production de plusieurs millions d’euros.

En effet, Monument Valley est un jeu vidéo de réflexion, développé par Ustwo, sorti sur plateforme mobile iOS le 3 avril 2014 et sur Android le 14 mai. Le film reprend des paysages surréalistes et des formes géométriques impossibles, tout comme le jeu vidéo qui base son gameplay sur une géométrie impossible et des effets de perspectives incroyables.

Voici le trailer de Monument Valley pour vous donner une idée de comment le jeu a pu inspirer ce film de super héros.

De plus, on apprend en compagnie du superviseur des effets spéciaux du film Stephane Ceretti dans un article de Vulture, comment il a été influencé par le jeu. Ils ont notamment repris sa perspective forcée du mouvement, avec les fractales (Une fractale est un objet mathématique, tel une courbe ou une surface, dont la structure est invariante par changement d’échelle) et le travail de MC Escher qui est en parfaite adéquation avec l’esprit du jeu.

Pour finir, on pourra trouver ça vraiment cool qu’un jeu mobile à 4 euros ait une telle influence au vu des milliers d’autres jeux qui n’ont que peu d’intérêt. En outre, Monument Valley a joué un rôle dans la dernière saison de House of Card, ce n’est donc pas la première fois qu’il influence une production audiovisuelle. En effet, Ken Wong, le lead designer du jeu mobile, a reçu un appel de la part de la production lui demandant s’ils pouvaient utiliser le jeu dans la série. On peut donc retrouver le President Frank Underwood en train de jouer au jeu dans son appartement présidentiel et par la suite lire un extrait de la description du jeu.

Enfin une nouvelle qui réchauffe le cœur des joueurs mobile !

Allez on vous laisse avec le trailer de Dr Strange :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Invisible : Doug Liman nous propulse dans la VR

La VR a trouvé son chevalier blanc pour la lancer dans la cour des grands. On vous parle de la mini série : Invisible.

Doug Liman réalisateur de La Mémoire dans la peau (The Bourne Identity), Mr. et Mrs. Smith et Edge of Tomorrow, pour ne citer qu’eux, se lance dans l’expérience de la vidéo 360° au travers de sa mini série, Invisible, dont voici le trailer :

La série suit une riche famille, les Ashlands, dont certains membres ont le pouvoir de se rendre invisible. Lorsque le patriarche de la famille décède dans de mystérieuses conditions, sa petite fille Tatiana (Sofia Black-D’elia qui joue dans The Night Of) enquête sur cette mort mystérieuse et reprend l’entreprise familial en main.

Après avoir vu le premier épisode de cette série, qui en compte cinq, on entrevoit rapidement ce que cette nouvelle technologie peut apporter à la création d’un récit. L’histoire est immersive et dépasse amplement le simple effet « whaou ». En effet, on se retrouve face à une création qui utilise un nouveau langage en partie issu du jeu vidéo et bien entendu du cinéma. D’ailleurs, la 360 est ici parfaitement utilisée au service d’une narration prenante. L’analogie avec le jeu vidéo est encore plus prégnante lors de l’apparition de l’homme invisible, qui nous fait penser à la forme spectrale invisible que l’on arbore grâce au bonus d’invisibilité dans le FPS Halo.

Un langage en cours de formalisation !

En revanche, la comparaison s’arrête là car nous sommes passif face à ce spectacle aux multiples points de vues et qui se permet même « l’outrecuidance » d’enfoncer le clou des différentes perspectives par un split screen au sein de la 360. Outrecuidance, qui, je l’espère, fera partie de notre langage visuel dans un avenir proche, dans ce nouveau monde plein de surprise et de nouvelles techniques à découvrir.

Bien que Doug Liman ait réussi son pari, un certain balbutiement dans le récit se fait sentir, sans doute dû, d’une part à mon manque d’expérience dans cette nouvelle technologie. Il faut l’avouer ce nouveau média manque de contenu de qualité (en effet, l’application nécessaire pour visionner cette série n’est pas encore disponible en France). D’autre part, il y a un manque cruel d’uniformisation d’un langage en devenir, dû là aussi au nombre flagrant de production qui se cantonnent encore à l’effet « whaou » de cette nouvelle technologie.

En ce sens, on fera un parallèle avec le début du cinéma et en particulier avec le premier film projeté par les frères Lumière, qui surprenait, voir effrayait les spectateurs à cause du train qui fonçait droit vers l’écran ! Le langage cinématographique a depuis bien évolué et son spectateur avec lui, nul doute qu’il en sera de même avec la VR.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 

 

 

 

Minecraft : Steve Carell au casting du film

L’acteur loufoque Steve Carell serait en discussion avec Warner Bros pour intégrer le casting du film Minecraft.

MinecraftSteve Carell… Tout cela pourrait ressembler à une blague mais maintenant que les licences vidéoludiques « jeunesse » rapportent au Cinéma (Ratchet & Clank, Angry Birds…) ou plus largement le film Pixels, on ne s’étonnera plus de voir débarquer Minecraft sur grand écran.

angry birds rachet clankRevenons sur la genèse de ce projet qui a vu Warner Bros acquérir les droits de la franchise Minecraft en février dernier auprès du studio Mojang. Par la suite, le projet s’est développé avec Roy Lee et sa société de production Vertigo Entertainment, ainsi que Jill Messick en renfort. On peut se rassurer en se disant que Lee a, par exemple, produit le film LEGO qui était plutôt réussi dans son genre.
L’équipe de production en place, c’est Rob McElhenney qui est chargé de la réalisation et de l’écriture de Minecraft. Rob est surtout reconnu pour son travail dans la série Philadelphia (acteur et auteur) et plus récemment, il a aidé Jason Fuchs sur l’écriture du scénario de Wonder Woman.

En bref, on sait aussi que cette adaptation de Minecraft sera en « live action » dans un monde « multiverse où les humains peuvent entrer » selon les dires de Roy Lee. De plus, le film Minecraft devrait viser la même cible que Jurassic World. Un commentaire ?

Sachez enfin que cette adaptation de Minecraft est prévue pour le 25 mai 2019 et que la Warner n’a pas tenu à commenter le casting pour le moment.

Pour les deux du fond, on rappellera que Steve Carell est un génie comique que l’on peut (surtout) apprécier dans la série The Office ou dans les films suivants que nous vous conseillons : Anchorman 1 & 2, 40 ans toujours puceau, The Big Short ou encore Foxcatcher pour son rôle dramatique.

Rien de tel qu’une compilation de la fameuse réplique « That’s what she said » issue de The Office (oui, faut absolument voir cette série) :

Telltale Games s’attaque aux Gardiens de la Galaxie

Après Batman, The Walking Dead, Game of Thrones, les studios Telltale Games s’attaque à la licence Marvel avec les Gardiens de la Galaxie.

Selon le site Eurogamer, Telltale Games travaillerait actuellement sur leur premier jeu tiré de la licence Marvel : Les Gardiens de la Galaxie. En effet, la fuite proviendrait d’une information donnée suite à la grève des comédiens s’occupant du doublage des voix dans les jeux. Celle-ci indiquait que la production du titre en question n’en serait pas impactée.

Simple fuite ou gaffe due au climat actuel tendu ? Quoi qu’il en soit, le studio ne devrait plus tarder à dévoiler le jeu officiellement. Nous pouvons d’ailleurs nous attendre à ce que Telltale fasse son annonce lors des Game Awards, le 1er décembre prochain. Rappelez-vous, c’est à cette date précise que le studio avait dévoilé son adaptation de Batman l’année dernière et celle de Game of Thrones en 2013.
Notez pour finir que, si ces rumeurs se confirment, Les Gardiens de la Galaxie sortirait la même année que le second film, prévu également pour 2017 et réalisé par James Gunn. Dans ce cas, cette « coïncidence » soulèverait d’autres questions, notamment au niveau du scénario du jeu. Sera t-il original ? Fera t-il simplement référence aux comics ? Ou, sera t-il une composante même de son adaptation au cinéma ?

Réponse, début décembre !

 

Yakuza sera [encore] adapté en série TV

La célèbre licence Yakuza sera une nouvelle fois adaptée en série live, appelée aussi « DRAMA ».

Cette nouvelle fut annoncée par SEGA lui-même durant un stream de Yakuza 6. Sans donner plus de détail, la firme japonaise a annoncé qu’un drama est en cours de production. Nous ne savons donc pas à l’heure actuelle s’il s’agira d’un spinoff ou d’une simple adaptation de l’histoire des jeux de la franchise.
On ne peut pas dire que ce soit la première fois que nous Yakuza a droit à son adaptation live. Lors de la sortie du premier opus, une mini-série ainsi qu’un d’un film, réalisé par Takashi Miike, ont vu le jour. N’oublions pas également l’adaptation de l’opus PSP, Yakuza: Black Panther, en drama.
Il faudra rester patient avant d’avoir plus d’information à ce sujet. SEGA a tout de même annoncé qu’il en dévoilerait plus sur ce projet, lors du SEGA Fes 2016 qui aura lieu le 19 et 20 novembre prochain.

Source

Ubisoft s’offre Netflix pour produire une série

Face à la montée du groupe Vivendi dans le capital d’Ubisoft, Yves Guillemot tient tête pour rester indépendant. Pas de panique, Netflix arrive à la rescousse !

Ubisoft entend bien rester le fleuron français du jeu vidéo sans « l’aide » de personne. Ainsi, Yves Guillemot, le directeur général et président d’Ubisoft, compte bien utiliser ses licences au delà des frontières du jeu vidéo comme le sera Assassin’s Creed bientôt au Cinéma ou Prince of Persia par le passé.
Lors d’une conférence de presse, on a pu apprendre qu’Ubisoft serait en discussion avec le géant Netflix pour la production d’une série. Bien entendu, tout ceci est à mettre au crédit d’Ubisoft qui veut diversifier ses contenus pour faire du cross-média et éviter une prise de contrôle opportuniste…

Au passage, rappelez-vous que le concurrent principal de Netflix est le groupe Canal détenu par M.Bolloré… beau pied de nez non ?

Seulement, pas de détails à se mettre sous la dent concernant la licence ou les univers utilisés, le format de la série etc… On se doute quand même qu’Ubisoft capitalisera sur ses licences déjà bien ancrées dans la culture populaire moderne, notamment avec la sortie prochaine du film Assassin’s Creed en décembre. Il serait opportun de profiter d’un film qui lance la licence dans le grand bain pour ensuite rassasier ses fans par le biais d’une série. L’univers d’Assassin’s Creed s’y prêterait à merveille avec une production à la Peaky Blinders par exemple ou Daredevil/Luke Cage si l’on veut rester chez Netflix.

serie netflixBref, on espère en savoir plus bientôt, il pourrait tout aussi bien s’agir d’une autre itération des Lapins Crétins sur petit écran…

Quoi qu’il en soit, Ubisoft attend maintenant l’accueil de la presse et des joueurs concernant ses prochaines grosses sorties (Watch Dogs 2, For Honor, Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands). Il y a de belles promesses dans ces titres mais il faudra voir si les ventes suivent pour rassurer Ubisoft dans sa stratégie.

Gare au loup Vivendi qui rode, grappillant mois après mois quelques précieux pourcentages du capital d’Ubisoft qui devra prouver à ses actionnaires que le navire breton tient le cap !

Uwe Boll jette l’éponge : Le cinéma perd un de ses plus mauvais réalisateurs

Le cinéma perd l’un de ses plus grand génie de la série Z à très petit budget. En effet, Uwe Boll l’homme qui est considéré comme l’un des plus mauvais réalisateur à ce jour et créateur de film tel que Blubberella où il incarne Hitler, se retire de la production cinématographique.

Uwe Boll n’est pas connu pour ses grands films mais plutôt pour ses adaptations de jeux vidéo à petits budgets comme House of the Dead, BloodRayne, Dungeon Siege, le très violent Postal ou encore Far Cry. Cette liste non exhaustive de notre réalisateur est tout à fait représentative du bas niveau de ses productions qui sont en plus de véritables tortures pour les fans de jeux vidéo que nous sommes. Mais ce ne sont pas les fans des jeux vidéo qu’il a passé à la moulinette, ou encore les mauvaises critiques qui l’ont fait abandonner le monde du cinéma. En réalité, Uwe Boll pense que le marché pour ses petites productions est mort.

Effectivement, Rampage: President Down sera son « chant du cygne » et voilà ce qu’il dit sur son départ de l’industrie :

« Rampage sera visible sur Netflix, en DVD, ou sur Itunes ou où vous voulez. Ils disent « c’est un film merveilleux ! J’ai aimé blah, blah, blah » et ensuite ils regardent Avengers. Avec le streaming partout il y a des tonnes de films et vous n’avez pas d’impact. Le marché est mort. Vous ne faites plus d’argent sur les films car le marché mondial des DVD et Blu-ray est tombé de 80% ces trois dernières années. C’est la vrai raison; je n’ai plus les moyens de faire des films. Je ne peux pas retourner à la réalisation de film étudiant car j’ai fait tellement de film dans ma vie, et je ne peux pas faire des films de moins en moins cher à mon âge. C’est une honte. Je serais heureux de continuer à faire des films mais ce n’est financièrement pas profitable. »

Raging Boll un homme tout terrain !

On le surnomme Raging Boll  depuis qu’il a mis quatre journalistes KO sur un ring de boxe (un crochet par critique négative). Mais ce champion catégorie Z ne va pas se relever de si tôt au vu du flop de ses deux derniers films. En effet, il auto finance ses films depuis plus de dix ans :

« J’ai utilisé mon argent depuis 2005 et si je n’avais pas fait ces stupides films basés sur des jeux vidéo, je n’aurais jamais fusionné mon capital et donc je pourrais dire : « faisons le film sur le Darfur ». Je n’ai pas besoin d’une Ferrari ou d’un yacht. J’ai investi dans mes films et j’ai perdu de l’argent. »

Boll a donc perdu son argent sur ses deux derniers films réalistes Attack on Darfur et Assault on Wall Street. Malgré tout, il pense sincèrement que son film sur Wall Street est meilleur que la suite d’Oliver Stone : Wall Street 2. Malheureusement, pour lui son problème est qu’il ne peut obtenir de star tel que Michael Douglas pour ses films.

On vous laisse avec la bande annonce de son dernier film Rampage. De quoi vous faire un avis sur la qualité de ses productions, et qui sait, peut être que sa reconversion sera une réussite. On imagine facilement le retrouver sur un ring à l’instar de Mickey Rourke qui était passé d’acteur à boxer dans les années 90. Mais pour le moment il va simplement s’occuper de son restaurant le Bauhaus à Vancouver qui a de très bonne critique culinaire. Comme quoi on peut être mauvais au cinéma et bon en cuisine, ça donne de l’espoir.


 

Tim Miller échange Deadpool contre Sonic

Après avoir jeté l’éponge sur la réalisation de Deadpool 2, Tim Miller se console en rejoignant l’équipe qui dirigera le film Sonic en live action. En effet, pour des divergences créatives au sujet de la suite de Deadpool, Ryan Reynolds et Tim Miller ont pris des chemins différents.

Pour être plus précis, il a signé chez Sony Pictures en tant que Producteur Exécutif pour encadrer certaines sorties dont l’adaptation de Sonic. Difficile d’imaginer la « direction artistique » de ce film même si on sait que Jeff Fowler accompagnera Tim Miller, les deux étant collaborateur de longue date avec leur boîte de production commune Blur Studio.

deadpoolJusqu’ici, on sait que l’ambition est de proposer un « hybride CGI/live action, film familial ». C’est Hajime Satomi, le président de Sega Sammy Holdings Inc qui annonçait cette adaptation surprise en 2014  :  » Le groupe Sega Sammy travaille actuellement avec Sony Pictures pour créer un film hybride ‘Sonic the Hedgehog’ mêlant prises de vue réelles et animation, prévu pour une sortie en 2018. Comme cette production en images de synthèse, nous aimerions étendre notre business vers d’autres domaines du monde du divertissement, au-delà de ce dans quoi nous sommes déjà investis ».

En résumé, on espère un film d’animation à la sauce Warcraft/Le Livre de la Jungle, pour comparer à des productions récentes mais attendons de voir les premières images. Depuis quelques années avec Sonic (& his shitty friends), on est habitué au pire comme au meil…(On me rappelle l’existence de Sonic Boom et une flopée de titres Sonic calamiteuse depuis trop d’années). Rendons à César ce qui lui appartient, Sonic a bercé les années 90 en proposant un scrolling horizontal prodigieux à l’époque, pour ensuite accoucher de quelques bons jeux (Sonic Adventure, Sonic All Star Racing) mais c’est à peu prêt tout en toute objectivité…

Il faudra attendre le 19 octobre 20sonic hello kitty18 d’après Sony qui produit le projet, ironique lorsque l’on sait que le hérisson bleu appartient à SEGA. Cela dit, ça fait bien longtemps que Sonic est devenu cette vieille mascotte piétinée par ses géniteurs pendant que sa communauté l’a maintient en vie avec de beaux projets (Green Hill Paradise Act 2, Sonic 4…). Qui sait, peut être que l’adaptation de Sonic sur grand écran donnera vie à une formidable réflexion sur sa condition et son ancienne gloire à la Birdman…ou plutôt un résultat proche de Ratchet & Clank avec Squeezie pour doubler Sonic. (Malheureusement nous parions plus sur cette dernière).

Pour ne pas vous laissez sur votre faim, nous vous proposons une douceur musicale qui berçait les fans du hérisson bleu dans les années 90 :

 

UNCHARTED : L’Indiana Jones des jeux vidéo a trouvé son réalisateur

Le réalisateur d’Uncharted vient d’être choisi, la production du film s’accélère.

Sony Pictures a enfin trouvé son réalisateur pour Uncharted ! Selon Deadline, le studio a engagé Shawn Levy (Réalisateur de Stranger ThingsNight at the Museum, Real Steel) pour diriger l’adaptation du jeu vidéo. Il sera accompagné de Joe Carnahan (NarcThe Grey) à l’écriture. Ce choix tardif explique sans doute pourquoi le film a récemment été retiré du catalogue des sorties du studio, précédemment prévu pour une sortie le 30 juin 2017. Aucune nouvelle date de sortie n’a, pour l’instant, été communiquée.

Basé sur le jeu vidéo d’action-aventure Uncharted: Drake’s Fortune de Naughty Dog et Sony Interactive, l’histoire suit un descendant de l’explorateur Sir Francis Drake, un chasseur de trésor du nom de Nathan Drake. Celui-ci part en quête de l’emplacement de l’El Dorado, la fameuse cité d’or perdue des Incas. Vous l’aurez deviné, son chemin sera parsemé d’embûches avec l’arrivée de créatures mutantes, de descendants Espagnols et Nazis qui rechercheront également à connaitre l’emplacement de cette cité d’or.

Il y a eu trois suites à Drake’s Fortune, avec la dernière en date, Uncharted 4: A Thief’s End, qui est sorti en mai 2016.

Uncharted est une production Arad/Atlas Entertainment, avec Charles Roven, Avi Arad, Alex Gartner, et Ari Arad à la production.

JoeyStarr grogne dans TITANFALL 2

En plus de l’arrivée d’un solo, Titanfall 2 s’est offert la voix de JoeyStarr pour sa version française.

C’est dans une des plus grosses productions de cette fin d’année que JoeyStarr a décidé d’offrir son timbre de voix. Le rappeur et acteur donnera sa voix à un personnage de TitanFall 2 : Kuben Blisk. Celui-ci tient le rôle du Commandant du groupe de mercenaires Interstellar Manufacturing Corporation (IMC).

Au delà d’offrir sa voix et ses talents d’acteur, JoeyStarr a vraiment été séduit par le personnage qu’il interprète, comme il le déclare lui-même :

« Le personnage de Blisk est vraiment intéressant : il est déterminé et sa personnalité transpire bien à travers ses répliques, il participe vraiment à l’ambiance du jeu. C’est pour cette raison que j’ai accepté ce projet, nouveau pour moi. J’ai vraiment adoré contribuer au rythme du jeu en doublant ce personnage. »

Côté scénario, Titanfall 2 se concentrera sur le fameux lien unique entre un pilote et son Titan, tout au long de l’aventure et surtout à travers un grand nombre de situations explosives. Espérons cependant qu’il ne se résumera pas, comme son trailer, en deux minutes.

Titanfall 2 sera disponible le 28 octobre sur PS4, Xbox One et PC.
Notez qu’une série télé serait également en développement chez LionGate. Malheureusement, étant donné l’absence de nouvelle information, nous pouvons imaginer que le projet a été abandonné, notamment face aux coûts très élevés d’une telle production.

Westworld: la chasse aux Easter eggs de Bioshock

En complément de notre réflexion sur la série Westworld et les rapports qu’elle entretient avec les jeux vidéo, nous vous proposons d’en découvrir plus sur ces « étranges » similitudes. En effet, il y a quelques jours, Jonathan Nolan, producteur exécutif de Westworld était à la Comic Con de New York et a confié que la série était inspirée par les jeux vidéo, notamment GTA et Bioshock. En tant que fan du jeu et admirateur du génial Ken Levine, grand manitou de Bioshock, il semblerait que Nolan et son équipe aient pu rendre quelques hommages vidéoludiques à travers Wesworld.

En effet, l’analyse de certains fans a permis de détecter des Easter eggs (clin d’œil) au sein de Westworld, cachés en arrière-plan pour les Sherlock en herbe. Pour preuve, la comparaison entre une tête de mannequin et Sander Cohen, personnage bien connu du premier Bioshock. On remarque une ressemblance certaine, même sans la moustache.

bioshock sander cohen
westword bioshock head

Une théorie qui a du sens quand on prend en compte que Nolan admire Bioshock et aime glisser des références pour les observateurs avertis. En effet, outre le fait d’avoir déclarer que Bioshock était pour lui « le divertissement le plus instruit et le plus réfléchi de ces 10 dernières années » (Alléluia !), Nolan a aussi confié à Entertainment Weekly que Westworld contiendra des Easter eggs du film original.

Pour le moment, ce ne serait que le seul Easter egg détecté par la communauté mais nul doute que d’autres références se cachent dans la série. N’hésitez pas à nous dire si vous aussi, vous avez pu remarquer les « glitchs » qui peuvent se cacher dans les prochains épisodes de Westworld.

Qui sait, peut être que Rockstar vont eux aussi glisser un easter egg dans Red Dead Remption 2 ?

Westworld : Et si Red Dead Redemption était un parc d’attraction ?

Westworld est sans conteste la série à ne pas louper de cette fin d’année. Véritable projet pharaonique de plus de 100 millions de dollars, que vaut exactement la série qui veut détrôner Game of Thrones ?

Westworld est une série américaine de science fiction/western créée par Jonathan Nolan et Lisa Joy et produite par J. J. Abrams et Bryan Burk. Diffusée depuis le 2 octobre dernier sur HBO, elle s’inspire du film Mondwest (Westworld), sortie en 1973, écrit et réalisé par Michael Crichton.

westworld
Côté histoire, on retrouve une intrigue du genre assez classique sur le papier, mais diablement efficace une fois à l’écran. Westworld est un parc d’attraction dans un futur « proche » permettant aux visiteurs (appelés « nouveaux venus ») de passer une journée dans un Ouest Américain du XIX siècle plus vrai que nature. Ce monde ouvert, ou plutôt cet immense parc, est peuplé d’humanoïdes (appelés « hôtes ») disposant de taches quotidiennes définies par un scénario bien précis. Le shérif vous proposera d’aller chasser les bandits, vous pourrez aller faire un duel avec un cowboy après une partie de Poker endiablée ou encore passer du bon temps avec les femmes de joie. Ainsi, les visiteurs sont lâchés dans ce monde et peuvent faire ce qu’ils veulent, suivre des scénarios classiques ou laisser libre cours à leurs envies les plus extrêmes. Le tout sans aucune conséquence. Mais suite à une mise à jour, les humanoïdes vont subir de nombreux bugs et autres glitches ….
N’en disons pas plus pour ne pas vous gâcher ou plutôt altérer chaque minute que vous allez passer devant cette série. Car, en plus d’être un excellent divertissement, Westworld offre une véritable réflexion métaphysique à la fois cynique et mélancolique.

 « Etes-vous vraie ? – Quelle importance, si vous ne pouvez pas voir la différence ? »

Et si un parc d’attraction Red Dead Redemption existait vraiment, que ferions-nous ?

Et si nous transposions Westworld à travers une expérience de réalité virtuelle/ augmentée dans un open-world tels qu’un GTA ou plus particulièrement un Red Dead Redemption ? Imaginez-vous entrer dans un parc de ce type, avec toute la liberté que cela induit. A cela, rappelez-vous les misères que vous pouviez faire aux PNJ (personnages non joueurs) que vous croisiez. Tuer un passant par là, poignarder un innocent par ici est anodin, car vous êtes convaincus que vous ne faites réellement de mal à personnes. En résumé, tout ce qui n’est pas « limité » dans le jeu est potentiellement perçu comme un divertissement. Et à ce compte là, de nombreuses choses peuvent être faites par chacun de nous. Certains iront s’amuser au poker ou partiront à la chasse pour revendre du gibier pendant que d’autres iront tuer de pauvres passants ou leur feront d’autres atrocités. Pourquoi ? Car ils ne représentent rien de réel, ils ne sont pas humains à nos yeux. Mais si on pousse le réalisme jusqu’au bout, qu’est ce qui nous prouve qu’ils n’existent pas, qu’ils n’éprouvent rien. En clair, si nous transposons notre comportement dans un potentiel Westworld, la plupart d’entre nous seraient de véritables monstres sans état d’âme.

westworld

Hasard ou clin d’œil ? L’acteur prêtant ses traits à Trevor dans GTA V, interprète un « hôte » dans Westworld

Tout cela pour en venir au fait qu’au delà de son scénario classique sur le papier, Westworld vous inspirera une véritable réflexion personnelle sur notre société et ses potentielles dérives. Ce résultat est d’ailleurs possible grâce à sa mise en scène soignée, son excellente bande originale (mention spéciale pour Paint it Black du London Symphony Orchestra) et ses décors grandioses. Sans oublier la cerise sur le gâteau, la distribution 5 étoiles à laquelle nous avons droit : Anthony Hopkins, Ed Harris, James Marsden (XMen), Jeffrey Wright (Casino Royale) et bien d’autres. 

westworld
Si vous voulez vous lancer dans une nouvelle série qui va vous scotcher, ne cherchez plus Westworld est faite pour vous. Vous pouvez d’ailleurs la retrouver sur OCS en H+24 tous les lundis soir. Le rendez-vous est pris de notre côté.

Assassin’s Creed : nouveau trailer du film avec Fassbender et son ancêtre

Chose promise, chose due ! Hier, la 20 Century Fox teasait l’arrivée d’un nouveau trailer pour le film Assassin’s Creed. A deux mois de la sortie du long métrage, Ubisoft bande une nouvelle fois les muscles.

Pas de jeu vidéo Assassin’s Creed cette année (ouf !), Ubisoft préfère repenser sa licence phare en termes de gameplay mais ne va pas pour autant l’abandonner au profit d’un long métrage. Au programme, une nouvelle ère historique pour la série car c’est la période de l’Inquisition espagnole qui est choisie. De plus, c’est un nouvel héros qui fait son apparition, Callum Lynch incarné à l’écran par l’immense Michael Fassbender qui est aussi producteur du film.

Callum Lynch est un condamné à mort qui sera détenu par la société Abstergo, bien connue des joueurs d’Assassin’s Creed. Cette dernière va utiliser l’Animus pour envoyer Lynch pendant l’Inquisition espagnole au XVème siècle, découvrir les traces de son ancêtre assassin nommé Aguilar. Comme chaque époque à ses grands méchants, il faudra ici faire face à l’Ordre des Templiers à l’instar des jeux vidéo Assassin’s Creed.

Cette nouvelle bande-annonce présente un peu plus en détail l’Animus et son fonctionnement, l’implication de Callum Lynch et beaucoup de scènes d’actions augurant un film à grand spectacle.

Rappelons que c’est le réalisateur Justin Kurzel qui s’occupe du projet, après avoir réalisé Mac Beth auquel il emprunte ses deux stars : Michael Fassbender et Marion Cotillard. En espérant qu’elle n’est pas voué à mourir dans Assassin’s Creed (coucou Batman Dark Knight Rises), Marion Cotillard devrait incarner Sophia, la fille d’Alan Rikkin déjà aperçu dans les jeux. Ce dernier est un dirigeant d’Abstergo, responsable de l’image publique et de la sécurité de ses informations confidentielles. Nous éviterons tout spoil autour de ce personnage mais sachez qu’il sera incarné à l’écran par Jeremy Irons, ce qui vous donne un indice sur son importance dans la saga.

Rendez-vous le 21 décembre prochain dans les salles obscures pour savoir ce que vaut cette nouvelle adaptation de licence vidéoludique au Cinéma. On se montre confiant avec Assassin’s Creed en film !

Rockstar enflamme le web avec Red Dead Redemption 2

Après la publication d’un tweet mystérieux, Rockstar Games lache enfin le morceau sur sa future grosse production : Red Dead Redemption 2.

Cette dernière publication confirmerait-elle le grand retour de la licence Red Dead sur consoles next-gen ? En effet, des rumeurs, dévoilées par nos confrères de IGN France, laissaient entendre qu’une préquelle serait en préparation. L’image mise à part, l’évident hommage fait au film les 7 mercenaires nous rappelle le passé trouble de John Marston qui, avant sa Redemption, faisait parti d’un gang. Ce teasing révèlerait peut être une préquelle à Red Dead Redemption avec John Marston et son gang ?

Notez que Red Dead Redemption est l’épisode qui a le plus marqué les esprits, au point où l’on oublie parfois qu’il s’agit du « second opus » de la saga Red Dead, débutée en 2004 sur PS2 et Xbox avec Red Dead Revolver.

Pour ce qui est du contenu du jeu, l’avenir nous dira ce que l’équipe de Rockstar nous réserve mais nous pouvons d’ores et déjà leur tirer nos chapeaux pour ce qui est du teasing. En conclusion, nous pouvons dire qu’après le remake des 7 mercenaires d’Antoine Fuqua, le western fait bel et bien son retour en force sur nos écrans, petits et grands.

Warner sur le point de s’offrir Machinima ?

Selon The information, les studios Warner seraient en passe d’acheter le réseau de chaines spécialisés dans les jeux vidéo, Machinima.

Créé en 2000, le site regroupe de nombreuses vidéos « Machinima », autrement dit, un genre cinématographique usant de séquences tirées de jeux vidéo. Ainsi de nombreux films ont pu être réalisés à travers les moteurs de jeux de renom tels que Les Sims 2, Halo, Doom, WOW, Minecraft et bien d’autres.

Déjà présent dans leur capital depuis quelques années, Warner aurait été séduit par les dernières orientations de Machinima qui, en 2014, a signé de nombreux partenariats eSport. Si la transaction se concrétise, elle pourrait s’évaluer entre 100 et 150 millions de dollars soit le double de son CA annuel de 2016 (75 millions de dollars ndlr).

Notez qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, rien ne confirme cette transaction et aucune des deux parties n’a confirmé ou commenté ces rumeurs.

Firewatch sera adapté au Cinéma

On profite de la récente sortie de Firewatch sur Xbox One (précédemment sur PS4/PC/Mac) pour rappeler que le jeu du studio Campo Santo sera adapté au Cinéma. En effet, ce studio composé d’anciens vétérans du jeu narratif (The Walking Dead, Tales of Monkey Island, Sam & Max….) va collaborer avec la maison de production Good Universe en vu d’une adaptation de Firewatch sur grand écran.

On rappelle tout de même le pitch du jeu qui a conquis et surpris beaucoup de joueurs : Vous incarnez Henry, un homme ayant besoin d’une catharsis pour oublier ses tracas, une libération qu’il trouvera en devenant garde forestier dans le Wyoming. La particularité de Firewatch, outre sa magnifique direction artistique, se situe dans sa narration s’articulant autour de Henry et son employeuse, Delilah qui communiquent à l’aide de talkie-walkie. Ambiance garantie !

Pour le moment, pas plus d’infos à se mettre sous la dent mais sachez que Firewatch est l’une des belles réussites sur le secteur des jeux indépendants en 2016, ayant déjà dépassé le million d’exemplaires, sans parler de la version Xbox One sortie il y a peu.

On peut cependant vous partager l’enthousiasme de Sean Vanaman, fondateur du studio Campo Santo : « Quand on a rencontré Good Universe, nous étions étonnés par la manière dont ils reconnaissent, cultivent et produisent d’incroyables histoires. On a hâte de voir ce qu’on l’on fera ensemble ! ».

Cependant, beaucoup de joueurs remettent en cause la nécessité d’un film Firewatch, tant le jeu vidéo devrait se suffire à lui même grâce à sa narration, son ambiance et bien entendu, l’implication du joueur dans ses décisions. Toutefois, d’autres joueurs soulignent aussi que Firewatch aurait dû être un film dès le début, c’est un long débat qui touche la tendance des « Walking Simulator » tels que SOMA, Ether One, Everybody’s Gone to the Rapture ou encore l’inclassable The Stanley Parable.

Firewatch peut diviser sur le sujet mais il fera peut être partie de notre prochain podcast avec notre « A voir, A jouer, A jeter » pour en débattre ?

Scroll to top