News

[PGW 2017] DETROIT Become Human – Nos impressions sur cette première démo grand public

Après des passages remarqués à l’E3 2016/2017 et un nouveau trailer musclé durant la conférence Sony de la Paris Games Week 2017, DETROIT Become Human est enfin accessible au grand public. Nous avons donc pu avoir la chance de mettre la main dessus.

Voici, en bref, nos impressions sur la démo présente sur le stand Playstation de cette
Paris Games Week 2017.

En bref

Pour ceux qui ne le connaissent pas du tout, DETROIT : Become Human place le joueur aux commandes de différents personnages qu’il faudra guider à travers un scénario complexe. Ainsi, chacune de vos actions aura une influence sur le personnages que vous contrôlez et donc sur le fil narratif de l’histoire. Le titre est développé par le studio de David Cage, Quantic Dream, connu également pour Beyond Two Souls et Heavy Rain. 

La démo présente à la Paris Games Week 2017 vous met dans la peau de Connor, un androïde négociateur envoyé sur la prise d’otage d’une petite fille par son robot domestique. Visiblement très hostile, il tient la jeune fille en joue sur le balcon et risque à tout moment de l’abattre ou sauter dans le vide avec elle. Une fois dans l’appartement, plusieurs choix s’offrent à vous :

  • Vous pouvez récolter le maximum d’indices sur la victime et le preneur d’otage, prendre le temps de reconstituer l’ensemble des événements qui ont conduit à cette situation terrible.
  • Ou, aller directement négocier avec l’intéressé sans en savoir plus sur le pourquoi du comment.

Vous l’aurez compris, l’histoire et le destin de chaque personnage présent autour de vous dépend de vos choix. Si vous prenez le temps d’étudier la scène de crime avant de rentrer en contact avec le preneur d’otage, vous maximisez vos chances de succès. Chaque indice ouvre d’ailleurs une option supplémentaire lors des négociations. Par exemple, en regardant une vidéo sur la tablette de la victime, vous apprendrez le nom du robot déviant. Ainsi vous pourrez plus facilement entamer un dialogue avec lui, en l’appelant par son prénom.
Cependant, le temps que vous perdez dans vos investigations risque d’être fatal aux différents policiers présents sur place et qui tentent de maitriser le forcené. Inversement, aller directement dans la gueule du loup diminue grandement vos chances de succès et rend la négociation plus difficile et quelque part, moins intéressante.

Les mécaniques de gameplay semblent très proches de celles présentes sur Heavy Rain et Beyond Two Souls. Couplée avec une direction artistique très cinématographique, elles permettent de mettre en avant la narration tout en étant extrêmement accessibles. Malheureusement, comme dans les jeux cités plus haut, nous craignons que l’aventure se résume à un simple enchaînement de QTE mêlé à un arbre décisionnel. En somme, un film interactif. Ce dernier point noir, n’est pas une nouveauté et il s’agit encore aujourd’hui d’un des principaux reproches fait aux productions de David Cage. Cependant, nous ne pouvons pas donner notre avis, sur ce point, à ce stade.

Nous avons également apprécié la fonction Mind Palace. Celle-ci rappelle énormément les phases d’enquête présentes dans les différents Batman Arkahm. Elle nous permet de reproduire la scène de crime et ainsi y découvrir des indices et d’autres subtilités optimisant vos chances de succès. Malgré une mise en scène de qualité, nous déplorons que là aussi le gameplay reste simplifié au maximum.

Aussi, nous avons pu constater la présence d’une jauge présentant, en temps réel, nos chances de succès des négociations. Celle-ci évolue positivement ou négativement en fonction des indices récoltés et des interactions avec le preneur d’otage. Très appréciable, elle fait office de fil rouge quant aux remplissages des objectifs. Même si elle n’est pas garante d’un succès final, partir négocier avec une jauge à 90% rendra cette seconde phase de jeu plus facile et surtout plus intéressante à jouer.

Enfin, terminons sur ce qui nous a le plus sauté aux yeux, les graphismes. Cette démo de DETROIT : Become Human est visuellement très propre et parfaitement fluide. Les angles de caméras couplées aux magnifiques effets de lumières offrent une dimension cinématographique très immersive. Aussi, nous avons apprécié le mapping (projection/incrustation ndlr) des instructions de jeu dans le décor. Vous pouvez voir cela dans la démo au moment où nous souhaitons avancer dans le jeu sans s’être, au préalable, présenté au responsable des forces de l’ordre. Très propres, ces instructions permettent d’aiguiller le joueur tout en accompagnant la narration. Espérons juste que cela ne soit pas augure d’un jeu extrêmement linéaire.

DETROIT Become Human débarquera sur Playstation 4 au printemps 2018.

Notre indice d'attente

 

Voici pour finir, notre petite session de DETROIT : Become Human sur le stand Sony.

 L’équipe PopCornGame et moi-même s’excusons pour la qualité de son moyenne ainsi que les commentaires très légers du jeu. Nous espérions une meilleure captation du son du jeu. Nous ferons une nouvelle vidéo gameplay de meilleure qualité très prochainement. 

Enregistrer

[PGW 2017] Dragon Ball FighterZ: nos premières impressions

Cela fait quelques mois que l’on attendait Dragon Ball FighterZ, la Paris Games Week 2017 était l’occasion de s’y essayer pour la première fois

VOICI, EN BREF, NOS IMPRESSIONS SUR LA DÉMO PRÉSENTE SUR LE STAND BANDAI NAMCO DE CETTE PARIS GAMES WEEK 2017

En brefVous le savez probablement déjà mais Dragon Ball FighterZ s’apparente au jeu rêvé pour les fans de Dragon Ball Z. Plus particulièrement pour les générations s’étant frottées aux productions des années 90 sur NES/SNES, avec Dragon Ball Z : Hyper Dimension en guise de tête d’affiche.

Dragon Ball Z - Hyper Dimension Depuis son annonce lors de l’E3 2017 a la conférence Microsoft, Dragon Ball FighterZ ne cesse de faire monter la fièvre chez tous les fans de DBZ. Cette Paris Games Week 2017 nous auras (enfin) permis de s’y essayer avec une petite vidéo à l’appui, où le skill est grand mais le son est faible. Il fallait choisir.

  • Equipe 1 (Drustan): Sangoku, Cell, Vegeta
  • Equipe 2 (HeadAche): Sangohan Trunks, Piccolo

D’emblée, on peut remarquer que cette version/démo de Dragon Ball FighterZ propose 11 personnages à la sélection de son équipe constituée de 3 combattants. Par conséquent, sur les 16 combattants annoncés pour la sortie du jeu, il manquait Yamcha,Ten Shin HanC-21, Nappa et Ginyu (sans parler des versions blue de Goku et Vegeta). Ces deux derniers ayant été fraichement annoncés il y a deux semaines environ. Grosso modo, il s’agit du même roster que l’on a pu retrouver lors des sessions bêta ou dans les divers salons où le jeu été présent depuis son annonce à l’E3 2017 en juin dernier.

dragon ball fighterz - choix des personnagesPour être tout à fait exact, on sait aussi qu’il y aura un « Pass FighterZ » qui proposera de récupérer 8 nouveaux personnages après le lancement du jeu, au fur et à mesure de leur arrivée. Sans passer sous silence l’arrivée en DLC de l’ost des animés, sans que l’on sache vraiment de quelle version il s’agit (sic). Bref, c’est une autre histoire qui nous fait divaguer.

Pour revenir au gameplay, précisons que c’était notre première prise en main, ça a son importance. En effet, Dragon Ball FighterZ est un jeu développé par Arc System Works, le studio derrière les jeux et séries de combats Guilty Gear et BlazBlue. Ça vous pose un CV en termes de gameplay profond et de patte artistique à décrocher la mâchoire

Guilty Gear

Guilty Gear Xrd

Blazblue

BlazBlue

En confiant sa licence à ce studio, Bandai Namco avait l’assurance de retranscrire l’animé Dragon Ball Z comme pouvait le rêver les fans mais encore ne fallait-il pas les frustrer avec un gameplay trop exigeant. Je pense que c’est par ce principe qu’est né Dragon Ball FighterZ, allier le savoir-faire artistique d’Arc System Works avec un savant équilibre de gameplay (et de personnages). Pour citer la philosophie de jeu à la Blizzard, ce Dragon Ball FighterZ est clairement « easy to play, hard to master » (ndlr: « facile à jouer, difficile à maîtriser).

A travers cette vidéo, vous verrez deux novices prendre le jeu en main, essayant des combinaisons de touches aléatoires, un peu comme quand on joue à Tekken, Soul Calibur ou Marvel VS Capcom 3 pour citer un jeu en 2D (avec un système de combat à 3 persos). A l’instar de ces trois licences, ce DBZ permet de sortir des coups visuellement impressionnants à l’écran mais peut être déroutant aux premiers abords. En effet, lors des premiers combats, on admire la beauté des chorégraphies à l’écran, sans que l’on sache trop comment on y est arrivé. Entre les coups spéciaux, les dash, les cancels, les changements de persos etc…on se rend compte qu’il y a beaucoup de paramètres à gérer pour maîtriser ses personnages et leurs combos pour ne pas prendre des fessées en ligne ou en tournoi. C’est un challenge, autant pour les de jeux de combats que les fans de DBZ car le titre donne envie de s’y investir.

dragon ball fighterz

Nous attendrons d’avoir le jeu entre les mains pendant plusieurs heures avant de se prononcer sur sa qualité finale. Cela dit, en dehors de sa politique commerciale, Dragon Ball FighterZ semble vraiment se prédestiner à devenir un indispensable pour les fans de jeux de combat Dragon Ball, voir des amateurs de jeu de combat tout court. A voir si la scène eSport suit, mais l’engouement semble bien présent.

Beaucoup de promesses, de fantasmes qui semblent petit à petit se concrétiser, jusqu’à la sortie du jeu le 26 janvier 2018. On a hâte !

PS: désolé pour la piètre qualité sonore de la vidéo, les conditions du salon à ce moment n’étaient pas au mieux pour nous.

Enregistrer

[PGW 2017] Une petite conférence Sony au grand coeur

A l’occasion de sa conférence PWG 2017, Sony a réussi à marquer les esprits avec de nouveaux titres et de beaux trailers

C’est la deuxième fois que Sony profite de la Paris Games Week pour proposer sa conférence maison et les japonais avaient des choses intéressantes à montrer. On a bien entendu eu droit au retour de grosses licences exclusives dont on connaissait déjà l’existence (God of War, Spider Man, Detroit…) et de belles surprises (Shadow of the Colossus, The Last of Us 2, Ghost of Tsushima…). On oubliera pas de citer les 2 perles indies qui reviennent (Guacamelee 2, Spelunky 2).

Voici notre sélection illustrée par leur trailer respectif:

1) PGW 2017 Sony – Ghost of Tsushima – Onimusha x Tenchu x Nioh

Il s’agit de la grosse annonce de cette conférence. On l’attendait cette annonce du nouveau jeu du studio first party Sucker Punch, connu pour ses licences Sly et Infamous. Ghost of Tsushima fait furieusement penser à Onimusha au premier coup d’oeil même si on peut percevoir du Tenchu et du Nioh. Quoi qu’il en soit, cette nouvelle exclusivité PS4 fait méchamment saliver !

2) PGW 2017 Sony –  God of War – Kratos en congé de paternité

On pouvait en douter mais pourtant, nous avons bien eu des nouvelles de la part de God of War PS4 avec ce nouveau trailer. Malheureusement, rien de très neuf à se mettre sous la dent, on y voit toujours Kratos prendre en charge l’enseignement de son garçon…à coup de grosse hache magique et de flèches. On veut mettre la main dessus pour se forger un avis. Qui sait, peut être en coop lors de la PGW 2017 ? (Laissez nous rêver)

3) PGW 2017 Sony – Detroit Become Human – Avez-vous passé le test Turing ?

On s’y attendait un peu plus, le retour de Detroit, nouvelle production Quantic DreamDavid Cage questionne les joueurs sur les rapports entre êtres humains et androïdes (coucou Blade Runner). Dans ce nouveau trailer, on s’attarde sur les choix et conséquences des actions, leimotiv du studio depuis ses débuts. On soulignera toujours l’incroyable niveau technique des productions Quantic Dream qui veut pousser encore plus loin la transmission des émotions par le virtuel. Le contexte choisi semble parfait pour ça (des androïdes donc effet d’uncanny valley pertinent).

4) PGW 2017 Sony – Shadow of the Colossus Remastered – Onirisme quand tu nous tiens

Le retour du roi ! Ce remake/remastered de Shadow of the Colossus décroche la mâchoire, tant par la direction artistique de la Team Ico et le charme poétique qui leur est propre que par la qualité technique. En effet, Shadow of the Colossus semble enfin bénéficier des moyens nécessaires pour proposer une aventure magnifique dans de bonnes conditions. On se rappellera d’une technique en deca à l’époque sur PS2/PS3, beaucoup de baisses de framerate, d’aliasing…
Merci au moteur de The Last Guardian qui fait des merveilles et nous promet de (re)découvrir ce chef d’oeuvre sur PS4.

5) PGW 2017 Sony – The Last of Us 2 – la claque made in Naughty Dog

On finira par cette belle surprise car le très attendu The Last of Us 2 s’est illustré avec une vidéo d’environ 5 minutes ! Alors qu’on s’attendait à revoir Days Gone, on était loin de se douter que Sony allait dégainer la cartouche The Last of Us 2. Que dire à part que Naughty Dog semble maîtriser son sujet comme jamais ? Le studio confirme son expertise technique pour tirer au mieux de la PS4 (ces modélisations !) et étale sa science de la mise en scène de manière impressionnante même si on comprend qu’ils ont bien digéré la série The Walking Dead. Futur hit prévu en 2018.

 

[CRA$H TEST] Super Mario Odyssey : Un jeu presque parfait ?

Comme de nombreux joueurs, nous attendions de pied ferme le retour du plombier moustachu le plus célèbre du monde. Dire que Super Mario Odyssey était attendu est un doux euphémisme. Avec lui, Nintendo retenait sa respiration pour savoir si l’essai serait transformé pour les fêtes de fin d’année. Avant même d’aborder ce Crash Test, nous pouvons déjà vous dire que, OUI le pari est gagné pour Nintendo et sa Switch. Ce nouveau Super Mario Odyssey confirme que l’année 2017 est bien l’année de Nintendo et qu’un nouveau vent de fraicheur s’abat sur le marché du jeu vidéo. Enfin, cela fait partie de nos habitudes mais nous tenons à vous préciser que ce test est garanti sans aucun spoil.

Plus classique que ça tu …

Ce n’est pas là que l’on attendait ce nouveau Super Mario. L’histoire reste classique à souhait, Bowser a kidnappé notre chère princesse Peach et met une tannée à Mario, détruisant par la même occasion sa célèbre casquette. Notre héros se retrouve rapidement un nouveau chapeau, Cappy, devenant également son nouveau compagnon de route. Tout deux sont guidés par le même objectif, retrouver le grand méchant pour récupérer leurs bien aimées respectives.

Ce nouveau couvre chef, Cappy, est d’ailleurs LA grande nouveauté de cet opus. Il apporte avec lui d’innombrables nouveautés de gameplay et ainsi permet d’attaquer, récupérer des bonus et le plus intéressant prendre le contrôle des ennemis et éléments du décor. Nous y reviendrons un peu plus bas dans ce Crash Test.

Pour retrouver Bowser et la princesse Peach, vous devrez explorer de nombreux mondes à l’aide d’un vaisseau, l’Odyssée, et de Lunes en guise de carburant. Vous l’aurez compris, il vous faudra retrouver un certain nombre de Lunes dans chaque monde pour passer au suivant. Chaque niveau n’est pas linéaire et vous permet donc une certaine liberté d’exploration. Votre objectif principal étant de récupérer toutes les lunes, ou au moins suffisamment pour passer au monde suivant. Vous pouvez ainsi vous déplacer librement sur les différents niveaux, les découvrir de fond en comble pour en récolter le maximum de Lunes. De nombreux checkpoints sont également disséminés un peu partout pour en faciliter l’exploration.

Vous l’aurez compris, la récupération totale des Lunes n’est pas une obligation pour terminer le scénario principal, qui compte une bonne dizaine d’heures. C’est tout me direz-vous ? Bien loin de là. Vous apprenez à la fin de votre quête principale que vous n’avez fait qu’effleurer l’ensemble des mondes et de leurs innombrables surprises. Ainsi tout ce que vous avez pu collecter tout au long de l’histoire ne représente qu’une petite partie de tout ce que le jeu a à vous offrir, un tiers pour être précis. Libre à vous donc d’explorer tous les niveaux, d’en essorer l’ensemble des coins et recoins pour y récupérer toutes les Lunes. Et croyez-nous, contrairement à la plupart des jeux, il y a un véritable intérêt pour le joueur à continuer le jeu après la fin.

Cappy, le véritable héros du jeu

Thug Life mod activated !

Cappy, votre casquette magique, représente le véritable coeur du jeu, voire même le principal intérêt. Elle décuple la richesse de level design & game design du jeu et rend l’exploration prenante et extrêmement originale. Grace à elle, nous découvrons sans cesse de nouvelles possibilités de gameplay, des passages secrets et d’autres incroyables surprises made in Nintendo. Ainsi Cappy vous permettra de prendre le contrôle de tout et n’importe quoi, des Goomba au T-Rex en passant par les Bullet Bill et d’autres éléments du décor surprenants telle qu’une bouche d’égout. Comptez une cinquantaine de transformations possibles. Nous sommes sans arrêt surpris par l’imagination et le génie que les développeurs ont placé au coeur du jeu.

8-bit mon amour

Lorsque l’on pense à Super Mario, la plupart des joueurs ont en tête les cultissimes jeux des années 80/90. Nintendo le sait et ne pouvait décidément pas passer à côté. Mais pas question ici de faire un simple hommage et ce retour aux sources servira le gameplay dans tous les niveaux. Sans trop dévoiler ces phases de jeu, nous retrouvons, dans ce mariage de la 2D/3D, tout le génie de Nintendo et un véritable hommage aux jeux de plateforme de ces 30 dernières années.

Côté gameplay, Super Mario Odyssey fait un quasi sans faute. Même si la prise en main au départ semble un peu brouillonne, on s’habitue très rapidement à la maniabilité de Mario et de sa fidèle casquette. Notez que le jeu vous encourage à jouer avec les deux Joy-Con détachés pour profiter au maximum de toutes les subtilités de gameplay. Cela vous permet notamment de contrôler plus efficacement votre casquette et ainsi atteindre plus facilement ennemis et bonus aux alentours.

Seule véritable ombre au tableau, le multijoueur. Vous pouvez jouer à deux, l’un des joueurs prenant le contrôle de Mario et l’autre de Cappy. Anecdotique, ce mode présente un intérêt plutôt limité, notamment pour le joueur contrôlant la casquette. Egalement la caméra à tendance à se placer naturellement dans des angles tordus, rendant le jeu très difficile à jouer. Vous pouvez la replacer correctement mais vous ne pourrez pas vous déplacer en même temps.

Globalement, Super Mario Odyssey est beau. Le titre tourne en 720p en mode portable et en 900p en mode télévision, le tout avec une bonne fluidité. Malheureusement, l’aliasing et quelques petits ralentissements s’invite régulièrement à la fête. On notera également que quelques textures font clairement la tête, notamment en mode portable. Nous pensons, par exemple, à l’herbe qui dans certains niveaux piquent sérieusement les yeux. Passé ces petits défauts, le jeu présente des graphismes colorés, dévoilant des décors magnifiques et d’une originalité à vous en décrocher la mâchoire.

Super Mario OdysseyPour finir sur une bonne note (bonne blague ndlr), Super Mario Odyssey fait un sans faute en nous proposant une bande-son excellente sur fond de Jazz/Broadway. Chaque niveau possède son thème musical qui, toujours agréable à l’oreille, nous accompagne même dans les phases 8bits. Un détail de plus qui plonge le joueur dans la magie de ce Super Mario.

 

Super Mario Odyssey fait un véritable carton plein et devient à ce jour l’un des meilleurs jeu de la Switch et de l’année. Cela devient une habitude pour Nintendo qui, après un Zelda Breath of the Wild quasi parfait, remet une couche pour notre plus grand bonheur. Alors non, le jeu parfait n’existe pas et comme vous avez pu le lire plus haut, de nombreux petits défauts titilleront certains joueurs sans véritablement les rebuter. Passé les petites imperfections techniques, nous avons là une véritable perle vidéoludique. Un concentré de surprises, d’hommages et d’ingéniosité qui transporteront l’ensemble des joueurs dans une aventure hors du commun. Une leçon de jeu vidéo, plus de trente ans après la sortie du premier opus.

A combien estimons-nous le prix du billet à bord de l’Odyssée ?

Crash test

La note du Crash Test de Super Mario Odyssey sur Nintendo Switch est de 44,90€

Super Mario Odyssey

Mais qu’est ce qu’un Crash Test ? Contrairement aux nombreux tests que l’on peut trouver, la note finale est donnée à travers un prix d’achat conseillé. Partant du prix de vente neuf constaté (44,99€ dans le cas de Super Mario Odyssey), Crash Test tacle là où ça fait mal et vous donne la véritable valeur d’un jeu. Pourquoi payer trop cher ses jeux vidéo ?

 

Xbox Originale : Les 13 premiers jeux retrocompatibles se dévoilent

Comme annoncé lors de l’E3 2017, les jeux Xbox première du nom font leur entrée sur les Xbox ONE S & X.

Vous pouvez dès aujourd’hui retrouver les 13 jeux Xbox suivants sur votre Xbox One :

  • Black
  • BloodRayne 2
  • Crimson Skies : High Road to Revenge
  • Dead to Rights
  • Fuzion Frenzy
  • Grabbed by the Ghoulies
  • Ninja Gaiden Black
  • Prince of Persia : The Sands of Time
  • Psychonauts
  • Red Faction II
  • Sid Meier’s Pirates!
  • Star Wars : Knights of the Old Republic
  • The King of Fighters Neowave

Vous avez, bien sûr, la possibilité d’y jouer via la version boite originale ou de payer le doux(loureux) prix de 9,99€ sur le marketplace Xbox.

Côté technique, ces jeux ont bien sûr été remis à jour et proposeront du 1080p avec des framerates acceptables pour nos beaux yeux. Cependant, aucun multijoueur en ligne ne sera possible, les serveurs ayant été fermés depuis belle lurette. Mais les amoureux des soirées LAN (Local Area Network ou Réseau Local en bon français ndlr) seront ravis d’apprendre qu’il sera possible de connecter plusieurs consoles en réseau local pour jouer entre amis… à l’ancienne.

Quels jeux d’Xbox attendez-vous le plus ? JetSetRadio Future ? Top Spin ?

[CRA$H TEST] Fifa 18 Switch : Vrai jeu ou vulgaire adaptation portable ?

Comme tous les ans, EA nous délivre sa nouvelle édition annuelle de Fifa sur PS4, Xbox One, PC, PS3, Xbox 360 et grande nouveauté… sur Nintendo Switch.

Vous l’aurez compris, cette année une nouvelle version de Fifa 18 fait son entrée. Elle est très attendue pour deux raisons. La première, il s’agit du premier Fifa de la Nintendo Switch. Et la seconde, celle-ci promet les sensations et la qualité de jeu d’une console de salon, en mode portable. Alors, pari réussi pour Fifa 18 Switch ?

Fifa 18 Nintendo Switch

Petit mais costaud !

Commençons par ce qui nous saute aux yeux, aussi la chose que l’on appréhendait le plus : les graphismes. Etant donné la puissance de la console de Nintendo, le nouveau moteur Frostbite s’est vu remplacer par « l’ancien » Ignite engine. Cela se ressent notamment au niveau des textures, des effets de lumière et surtout de l’animation des joueurs. Passé cela, cette version est plutôt propre, les joueurs sont bien modélisés, les gestes sont, certes, plus hachés mais restent très convaincants. On retrouve toutes les sensations que l’on attend d’un Fifa, malgré un fort arrière goût d’Old Gen (Xbox 360, PS3 ndlr). L’IA (intelligence artificielle ndlr) est proche, voire identique, de celle que l’on peut retrouver sur les versions PS4 et ONEs. Comme dans ces dernières, la réaction des gardiens reste apathique face aux attaquants. Une récente mise à jour devait régler cela mais nous n’avons pas pu en constater les effets, autant sur PS4, Xbox ONE et malheureusement sur Switch.

Trop léger ?

Côté mode de jeu, l’essentiel est là. Nous retrouvons avec plaisir le mode Carrière, Ultimate Team et Saisons qui vont sans doute nous tenir en haleine de longues heures. Malheureusement on déplore également de (gros) absents tels que les modes Aventure et Clubs pro. Aussi, il vous est impossible de lancer une Saisons Coop en ligne et pire, vous ne pouvez pas jouer avec vos amis en ligne. Un énorme point noir qui dessert le jeu et surtout le mode online de la Nintendo Switch qui doit encore faire ses preuves.

fifa 18 switch Condamné à jouer contre des inconnus, une autre désagréable surprise nous attend, la stabilité des matchs en ligne. Tout ceux qui ont déjà fait des matchs de saison en ligne bourrés de ralentissements savent à quel point il est pénible, voire impossible, de jouer dans ces conditions. Lors de nos tests, nous avons rencontré des difficultés à trouver un adversaire et à finir un match sans le moindre ralenti. Notez que nous avons fait des parties en wifi en mode portable et en mode console de salon. Espérons qu’une prochaine mise à jour améliore cela. En attendant, privilégiez la connexion par câble lorsque vous jouez depuis le dock.

fifa 18 switch Bonne surprise côté gameplay, qui offre les sensations que l’on attend d’un jeu Fifa. Vous pourrez ainsi aisément caler vos gestes techniques ou encore faire vos tirs en finesse en pleine lucarne. Cette version Switch permet également de jouer à plusieurs en utilisant un JoyCon pour chaque joueur. Néanmoins, avec seulement un stick et deux gâchettes ce dispositif assure le strict minimum,  mais reste globalement jouable et fun. Il sera donc préférable d’avoir plusieurs manettes pour jouer avec ses amis dans les meilleures conditions.

En conclusion, Fifa 18 Switch offre le strict minimum de ce que l’on peut attendre d’un jeu de simulation de football en 2017. Loin d’être à la hauteur des versions de salon, il a le mérite d’être le meilleur Fifa sur console portable.  Nous avons droit à des sensations de jeu excellentes, des graphismes largement acceptables et surtout une fluidité exceptionnelle. Mais le manque de modes de jeu et les limitations en ligne nous rappellent que nous sommes sur une version très allégée. Nous sommes donc très loin des versions PS4 et Xbox One et malheureusement de la promesse de la Switch.

Malgré ses nombreux défauts, Fifa 18 Switch marque LE vrai grand retour de la franchise chez Nintendo, tout en devenant LA référence de jeu de foot sur console portable.

La note du Crash Test de Fifa 18 sur Nintendo Switch est de 29,90€

Mais qu’est ce qu’un Crash Test ? Contrairement aux nombreux tests que l’on peut trouver, la note finale est donnée à travers un prix d’achat conseillé. Partant du prix de vente neuf constaté (51,99€ dans le cas de Fifa 18 Switch), Crash Test tacle là où ça fait mal et vous donne la véritable valeur d’un jeu. Pourquoi payer trop cher ses jeux vidéo ?

Paris Games Week: une édition 2017 toujours plus riche en contenu

La 8ème édition de la Paris Games Week approche à grand pas, elle ouvrira ses portes du 1er au 5 novembre prochains

Depuis sa création en 2010, le salon Paris Games Week est devenu l’événement incontournable en France pour tous les aficionados de jeux vidéo. On peut même parler d’E3 français, multipliant les records d’affluence chaque année, l’édition 2016 ayant connu son pic de popularité avec environ 310 000 personnes.

La Paris Games Week 2017 s’offrant même le luxe de proposer, pour la première fois de son histoire, un événement qui aura lieu hors du parc des expos situé à Porte de Versailles. En effet, l’intérêt et le succès des événements musicaux (pour la plupart symphoniques) liés aux jeux vidéo est grandissant depuis quelques années. A cet effet, la Paris Games Week propose le concert Paris Games Week Symphonic qui se déroulera le 1er novembre au Grand Rex.

Paris Games Week Symphonic : Les plus grandes musiques de jeux vidéo dans un concert symphonique

En outre, on retrouvera également la deuxième édition d’IndieCade Europe, le festival des jeux indépendants qui aura lieu les 30 et 31 octobre prochains au Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris. On a souvent tendance à le comparer au festival Sundance présentant des films indépendants dans le domaine du Cinéma, l’IndieCade mettant l’accent sur les créateurs indépendants. En effet, vous pourrez découvrir des jeux et créations aux concepts innovants et expérimentaux, cassant la routine des gameplay « classiques » proposés par les jeux AAA ne pouvant pas se permettre autant de risques.

indicade

Enfin, sachez pour que la seconde fois, Sony a décidé de tenir leur conférence européenne Playstation à l’occasion de la Paris Games Week. Cela prouve encore une fois, l’influence grandissante du salon français à l’échelle internationale, cette conférence Playstation étant très prestigieuse, surtout au vu de la domination de la PS4 sur le marché mondial par rapport à ses concurrents directs.

Rendez-vous sur le stand Sony le 30 Octobre à 17h ou sur votre streaming préféré pour suivre la conférence Playstation

Conférence Sony Paris Games Week

Informations pratiques
Date : 1er au 5 novembre 2017
Horaires : 8h30 – 18h30. Fermeture à 18h dimanche 5 novembre.
Lieu : Paris Expo – Porte de Versailles / halls 1, 2.1, 2.2 et 3. Game
Connection, hall 2.1.

Nintendo nous préparerait-il une réédition de sa GameBoy pour 2018 ?

Nintendo ne semble pas vouloir lâcher le filon de la nostalgie de si tôt et nous préparerait déjà une GameBoy « classic ».

Après l’incroyable succès de la version miniature des NES et SNES Mini, Nintendo semble vouloir poursuivre son culte à la nostalgie chez les joueurs avec une réédition de la GameBoy Classic.

La société vient en effet de faire un dépôt d’une nouvelle marque, dont le format correspondrait à sa légendaire console portable. On peut donc imaginer l’arrivée prochaine d’une GameBoy, non pas mini mais remasterisée pour l’occasion. Écran rétro-éclairé, jeux cultes pré-installés, le tout avec le choix de jouer en couleurs ou en noir et blanc.

Game Boy

Bien sûr, aucune déclaration pour l’instant chez Nintendo. Si cette rumeur se précise, nous devrions avoir une annonce plus officielle courant 2018 pour une sortie fin d’année.

Pensez-vous craquer si cette « GameBoy Classic » débarque l’année prochaine ?

[Sony] PlayStation lance sa propre carte bleue : Quels avantages ?

Sony lance sa carte bleue Playstation, pour l’instant, uniquement aux Etats-unis.

Sony s’est associée avec Capital One pour proposer une carte bleue aux couleurs de Playstation. En plus de plaire aux (grands) fans de la marque, elle permettra de cumuler des points en effectuant vos achats. Ensuite l’ensemble de vos points seront échangeables contre des bons d’achat sur le Playstation Store.

playstationA l’instar des cartes American Express, l’ensemble de vos achats vous permettront de gagner et d’accumuler des points. Et bien sûr, les produits Sony vous rapporteront jusqu’à 5 fois plus de points.  Enfin, vous pourrez gagner un bon d’achat Playstation Store de 50 dollars, si vous effectuez votre premier achat 90 jours après la réception de la carte.

Actuellement déployée en exclusivité aux Etats-Unis, la carte bleue Playstation arrivera sans doute dans nos contrées si le succès est au rendez-vous. Celle-ci peut se montrer très intéressante, notamment pour les gros consommateurs de jeux et produits tech Sony.

 

La Nintendo Switch vient-elle (encore) de bouleverser le marché du jeu vidéo ?

Alors qu’elle n’est pas terminée, nous pouvons d’ores et déjà dire que 2017 est l’année de Nintendo et plus particulièrement de la Nintendo Switch. Plus fort encore, la firme japonaise s’apprête à révolutionner bousculer à nouveau le marché du jeu vidéo.

Plus rien n’arrête la Nintendo Switch, qui devrait atteindre les 10 millions d’unités d’ici mars 2018. Encore plus fort, selon la dernière analyse du Crédit Suisse, la console devrait s’écouler à plus de 130 millions d’unités à horizon 2022. Un chiffre battant ainsi les records de la première GameBoy, sortie en 1989, qui s’était vendue à 118 millions ou encore la Wii, vendue à plus de 101 millions d’exemplaires. Encore une fois, il semblerait que la magie Nintendo ait à nouveau charmé le monde du jeu vidéo, comme la Wii à son époque.

Nintendo veut encore dire « Wii » au succès !

Rappelez-vous, nous étions en 2006 et Nintendo lançais la console de salon la moins puissante du marché. Face à elle, deux mastodontes de puissance dominaient le marché, Sony avec sa PS3 et Microsoft avec sa flamboyante Xbox 360. Contre toute attente, ce fut un véritable succès et donc le jackpot pour la firme nipponne.
Son principal secret ? Le motion gaming. Pour ceux qui dorment au fond, la Wii avait la particularité de proposer des manettes dotées d’un accéléromètre qui, avec l’aide d’un capteur placé sur la TV, permettait de détecter la position, l’orientation et les mouvements dans l’espace. Vous n’étiez donc plus scotchés à votre canapé et vous deviez bouger pour pouvoir jouer.
Couplez cela avec un marketing ciblant tous les membres de la famille et une bibliothèque de jeux made in Nintendo, vous obtenez un des produits culturels les plus célèbres et vendus de la dernière décennie.

Un tel succès ne pouvait pas laisser indifférentSony et Microsoft, limites ringardisés par cette nouvelle petite console. Ainsi quatre ans plus tard, en 2010, nous avons eu droit au Kinect et au Playstation Move. Tout deux reprenaient le même principe de motion gaming avec quelques légères différences. Le Kinect de Microsoft détectait votre corps directement via son boitier, contenant caméra et capteurs de mouvements. Alors que Sony, avec son PSmove, reprenait le standard des manettes de Wii en y combinant une lumière et une caméra pour plus de précision. Le mal étant fait, nous avons eu droit durant une quasi décennie à une flopée de jeux tiers usant de cette technologie. Et, il faut se l’avouer, la majorité étaient très mauvais. Mais qu’à cela ne tienne, Sony et Microsoft se couvraient au maximum face au séisme du motion gaming lancé par la Wii de Nintendo.

sony-playstation-move-microsoft-xbox-kinect110 ans plus tard, on remet ça ?

Aujourd’hui, le motion gaming est complètement passé de mode. Nintendo le sait avec l’échec de sa Wii U, Microsoft le sait avec le meurtre de son Kinect 2 et Sony l’a toujours su mais sauve les meubles en recyclant son PSmove avec la réalité virtuelle.
En mars 2017, la Nintendo Switch est lancée. Sa promesse : exceller en tant que console portable et console de salon. Alors que les deux concurrents rivaux crapahutent autour du 60 fps (images par seconde ndlr) et de la réalité virtuelle, l’outsider de toujours vient de battre à nouveau les cartes.

La Nintendo Switch n’est pas puissante, il n’y a qu’à regarder ses caractéristiques techniques. Elle n’est pas non plus révolutionnaire en soi, Nvidia proposait une expérience similaire avec sa Shield (et beaucoup d’autres tablettes iOS et Android). Pour finir, elle a de nombreux défauts, hardware et software. MAIS elle séduit le grand public en proposant un produit cohérent, parfaitement assumé et appuyé par une communication haute en couleurs. Une véritable bouffée d’air frais pour le grand public et autres joueurs las de la course à la puissance entre Microsoft et Sony.

Une nouvelle recette qui fait mouche chez les joueurs et fait pâlir la concurrence.

Comme la Wii à son époque, la Nintendo Switch cartonne partout dans le monde avec 4,7 millions d’exemplaires écoulés, au 30 juin 2017 et 13,6 millions de jeux vendus à date. Critiquée au lancement à cause de sa (trop) petite bibliothèque, on n’ose même pas imaginer le nombre de consoles écoulées d’ici Noël. Surtout avec l’aide de mastodontes comme Super Mario Odyssey, Splatoon 2, Mario Kart, Fifa Switch ou encore Skyrim.

Qui veut la part de gateau ?

On est donc en droit de s’attendre à une réponse de Sony dans les prochains mois et pourquoi pas voir débarquer une version portable de la PS4 en succession d’une PSVita mourante. Côté Microsoft, nous avons un peu plus de doute, même si la firme de Redmond a largement les ressources techniques pour cela. Nous savons, en effet, qu’ils travaillent énormément sur une technologie de réalité mixte (combinant réalité virtuelle & augmentée) dont pourrait bientôt profiter les joueurs.

Encore une fois ce ne sont que des spéculations mais les faits sont là, la recette de Nintendo avec sa console hybride fait mouche et l’idée de voir des jeux triple A sous format portable reste un fantasme pour énormément de joueurs. Et il serait très étonnant que les autres principaux acteurs du marché ne s’engouffre pas dans cette brèche béante, très bientôt.

Qu’en pensez-vous ? Bientôt une PSP.HD  ou une Xbox One NX ? 

Paris Games Week Symphonic : Les plus grandes musiques de jeux vidéo dans un concert symphonique

Découvrez les plus grandes musiques de jeux vidéo jouées par un orchestre symphonique, avec le Paris Games Week Symphonic, au Grand Rex.

Durant le Paris Games Week, les fans de jeux vidéo auront la possibilité de retrouver les plus grandes musiques du jeu vidéo, interprétés par l’orchestre symphonique professionnel Sinfonia Pop Orchestra, dans la magnifique salle du Grand REX.
Au programme du Paris Games Week Symphonic, une sélection de musiques de jeux rétros cultes, avant de passer à des morceaux de jeux plus contemporains. Le tout servi par plus de 60 musiciens dirigés par Constantin Rouits, chef de l‘Opéra de Massy. Ainsi, vous aurez droit à de l’Assassin’s Creed II, Age of Empire III, Vampyr, Injustice, Resident Evil, Mass Effect, The Witcher 3, Skyrim et bien d’autres.

« Pour la première fois, Paris Games Week propose un événement hors des murs du salon. Paris Games Week Symphonic se veut à l’image du salon : une expérience unique liée au jeu vidéo. Les joueurs auront plaisir à se remémorer leurs souvenirs d’expérience de jeu au rythme des meilleures bandes originales dont certaines sont devenues de véritables standards. Paris Games Week Symphonic sera aussi l’occasion pour de nouveaux publics de venir découvrir un autre versant du jeu vidéo et de s’ouvrir à toute la richesse de la création vidéoludique. Ce spectacle promet d’être riche en émotions ! » Julie Chalmette, Présidente du SELL.

Le Paris Games Week Symphonic aura lieu le 1er novembre 2017 à 20h30 au Grand Rex. Les tarifs vont de 34,90€ jusqu’à 109,90€ TTC, selon la catégorie, pour un concert de 2 heures. Notez que ces billets offrent également un accès à la Paris Games Week. Ainsi, pour un billet de catégorie 1 vous aurez 2 accès/1 journée offerts et pour un billet de catégories 2 et 3, vous aurez 1 accès/1 journée offert.

Downsizing : Matt Damon a une idée de taille pour sauver la planète

Découvrez Downsizing une comédie dramatique qui présente une façon bien particulière de palier à la surpopulation.

Et si la prévention et la sauvegarde de nos ressources n’étaient pas les seules solutions pour sauver notre planète ? Et si les êtres humains prenaient tout simplement moins de place ? C’est autour de cette reflexion que Downsizing, le nouveau film d’Alexander Payne (réalisateur de The Descendants), s’est construit.

Il nous propose de suivre l’histoire de Paul Safranek (Matt Damon) et sa femme (Kristen Wiig), un couple américain moyen décidant de faire leur entrée dans une nouvelle forme de société peuplée de personnes faisant à peine 12cm. Pour cela il vont devoir passer par un processus de miniaturisation, le Downsizing. Leurs avantages ? Un niveau de vie beaucoup plus élevé et le sentiment de participer à la sauvegarde de la planète, en pleine crise de surpopulation.

Mais ce n’est pas pour ce synopsis « très science-fiction » que Downsizing a retenu notre attention. C’est pour les nombreuses questions humaines et sociales qu’il pose. Comment vivrions-nous ce nouveau mode de vie ? Serions-nous prêts à renier notre condition d’être humain pour cela ? Comment pouvons-nous en arriver là ?

Downsizing débarquera dans nos salles obscures le 18 janvier 2018.

Pourquoi faut-il aller voir The Disaster Artist, le film de James Franco sur le tournage de The Room

James Franco nous présente le tournage d’un des plus grands (vrais) nanars de ces 15 dernières années dans The Disaster Artist.

Le film revient sur le tournage de The Room, un film dramatique sorti en 2003 et dont l’interprète principal, Tommy Wiseau, en était également producteur, réalisateur et scénariste. Ne tournons pas plus que ça autour du pot, le film original était un véritable et magnifique nanar. Côté scénario, nous avions le droit à l’histoire d’un triangle amoureux très (très) classique. Jugez en vous-même : « Johnny est très amoureux de sa fiancée Lisa, qu’il a l’intention d’épouser. Mais cette dernière ne l’aime plus vraiment et le trompe avec Mark, son meilleur ami ». Avec le temps, ce film très médiocre fut élevé au rang de film culte tant tout ce qui le compose est mauvais.

the Room

Mais qu’est qu’un nanar ? Il s’agit d’un mauvais film, disposant d’un mauvais scénario, de mauvais acteurs, d’une mauvaise réalisation et généralement d’un petit budget. Mais ce n’est pas tout. L’oeuvre accumule tellement de défauts qu’elle en devient hilarante et même touchante tant l’on ressent que ses géniteurs souhaitaient faire un bon film … Oh Hi Mark ! A ne pas confondre avec le navet, qui est certes raté mais surtout ennuyeux et sans intérêt. Vous pouvez également retirer les différents Sharknado et ses dérivés qui surfent sur l’engouement autour de cette catégorie de films. Enfin, les nanars peuvent faire office de guide sur les choses à ne pas faire lorsque l’on souhaite se lancer dans le 7ème art. Et The Room en est le parfait spécimen, en voici la preuve en image :

The Disaster Artist nous présente les coulisses du tournage chaotique de The Room, avec à sa tête un James Franco saisissant dans le rôle de Tommy Wiseau. Nous y retrouverons aussi l’acteur Seth Rogen ainsi que son frère, Dave Franco. Réalisé par James Franco, ce long métrage s’appuie également sur le livre The Disaster Artist: My Life Inside The Room, the Greatest Bad Movie Ever Made, écrit par Greg Sestero, l’un des acteurs principaux de The Room.

Nous espérons que la fine équipe de James Franco parviendra à rendre un bel (et juste) hommage à The Room ainsi qu’aux oeuvres du genre. Ce n’est pas le premier film d’hommage aux nanars, Tim Burton nous avait servi en 1994 l’excellente biographie du plus mauvais réalisateur de tous les temps, EdWood, interprété par Johnny Deep.

The Disaster Artist débarquera dans les salles obscures américaines le 1er décembre. Pour l’instant, aucune date n’a été donné pour une sortie dans l’hexagone.

Voici un petit cadeau pour conclure cet article. En devenant culte The Room a eu droit à une flopée de vidéos YouTube d’hommages, de critiques, de détournements et autres. Voici celle qui nous a fait le plus rire…. Oh Hi Mark !

 

 

Enregistrer

[Critique] Le remake de « Ça » tient-il ses promesses ?

Voici notre critique de « Ça » à la suite d’une projection au Max Linder. Pour la mise en contexte, sachez que je n’ai pas vu les 2 téléfilms originaux, ni lu les livres de Stephen King. Cela dit, l’univers de Pennywise AKA Grippe-Sou en VF, ne m’était pas inconnu.

Avec cette version 2017 qui affiche ces ambitions, on a le droit à un remake des films des années 80 réalisés par Tommy Lee Wallace (alors petit protégé de John Carpenter), remis au goût du jour. En effet, « Ça » s’inscrit dans le regain de popularité des films d’horreur qui a lieu depuis quelques années, le grand public aimant s’adonner à ce frisson en salle (parfois pour le meilleur, comme pour le pire). Pour ce remake, on a droit à Andrés Muschietti derrière la caméra, soit le réalisateur de Mama, un thriller horrifique intéressant. Ce choix semble cohérent et l’Argentin semble accepter le poids de sa mission de réinventer le mythe de Stephen King qui a traumatisé une génération dans les 80’s

Ca

D’ailleurs la vague nostalgique des années 80 déferle depuis quelques années, dans la musique (retro synthwave), dans le jeu vidéo (coucou la NES et SNES mini) ou encore le cinéma (les remakes, Super 8 et surtout Stranger Things). Le remake de « Ça » s’inscrit clairement dans cette tendance, ne se gênant pas pour disséminer plein de clin d’oeil en guise de références dans le film (Gremlins, Anthrax, Supercopter, Metallica…). Si on doit faire un rapprochement étrangement voyant, on aurait tendance à dire que « Ça » a un très gros feeling « à la Stranger Things ». On poussera même le vice à préciser que l’un des jeunes acteurs du film, Finn Wolfhard, est également présent dans le casting principal de Stranger Things.

Finn Wolfhard ca stranger thingsOn reviendra plus tard sur cette similitude mais « Ça » procure beaucoup de feeling Spielbergien, surtout l’époque des années 80 et ses projets mettant en scène des enfants ( Les Goonies, E.T, Gremlins…). Seulement, ce remake propose des scènes assez gores mais cohérentes avec l’esprit malsain (mais pas trop) qui se dégage de la vision du film. En effet, le film prend le temps d’exposer ses thématiques, avec un long métrage d’environ 2h20. Ces thématiques propres à l’œuvre de base (la peur, les angoisses de l’enfance, l’amour, le passage à l’âge adulte, la pédophilie…) sont plutôt bien abordées mais sont parfois sapées par le rythme et le montage du film. En effet, certaines tensions dramatiques sont désamorcées par un humour omniprésent dans ce remake, un humour qui aère le film mais qui dessert parfois ses propos.

« Ça » est souvent drôle à ses dépens et c’est dommage. En effet, le film a de véritables idées de mise en scène ingénieuses mais alterne avec une structure prévisible et classique de films d’horreurs. Sans parler des fameuses scènes « drôles » qui sont souvent celles où une bande son rock/metal intervient (Anthrax – Antisocial par exemple), cassants trop souvent l’immersion horrifique. Au delà de ce faux pas, la réalisation d’Andrés Muschietti est très propre, mention spéciale à la photographie et les plans du film, très soignés.

Ca

Ca

En ce qui concerne les effets spéciaux, le film s’en sort bien malgré quelques scènes, notamment avec Pennywise/Grippe-Sou qui aurait mérité un poil plus de travail pour ne rien avoir à dire sur ce volet là. Au passage, on soulignera le superbe travail de maquillage Pennywise. Puisque l’on parle du clown maléfique, on soulignera l’excellente prestation de Bill Skarsgård (de la famille « cinématographique » Skarsgård dont l’un des frères joue Loki dans Vikings) qui n’a pas été choisi au hasard. Jugez plutôt ce post instagram où l’acteur suédois dévoile son sourire de Joker ! (une idée d’acteur pour le futur film consacré au Némésis de Batman ?)

Le casting des enfants s’avère également très crédible. On se prend d’affection pour cette bande de gamins qui va devoir affronter cette horreur. On évitera pas la comparaison avec Stranger Things, notamment par la structure du groupe composé d’une bande de garçons accompagnée par une fille. Petite mention au jeune acteur Jaeden Lieberher qui s’en sort très bien, l’arc narratif de son personnage étant bien équilibré, entre looser bégayant et sa progression en tant que leader parmi ses amis.

Au final, ce « Ça » 2017 est globalement une réussite, alternant entre le très bon (le casting, des scènes mémorables, ses thématiques) mais aussi le moins bon (narration, structure trop classique du genre, des scènes trop légères qui cassent l’immersion). Les puristes de l’œuvre originale (littéraire) ne semblent pas tout à fait conquis mais en tant qu’entité cinématographique, nous avons là le droit à un très bon remake dont plusieurs questions restent en suspens mais qui trouveront réponse plus tard. En effet, la suite prendra la forme d’un deuxième chapitre où les enfants seront (normalement) projetés 27 ans plus tard, donc adultes, pour continuer le combat. La boucle est bouclée car cette suite semble suivre la structure mise en place par les deux téléfilms des années 80. Osons le « Ça s’en va et Ça reviendra ! », en espérant que la suite viendra gommer les imperfections de ce remake intéressant à plus d’un titre.

ca pennywise

[South Park L’Annale du Destin] privé des voix FR officielles, un flop annoncé ?

C’est officiel, le prochain jeu South Park L’Annale du Destin n’aura pas le droit aux voix officielles françaises

Les fans de South Park bondissaient de joie en 2016 lorsqu’Ubisoft annonçait que le deuxième jeu allait avoir les voix officielles françaises contrairement au premier jeu South Park Le Bâton de la vérité. Pourtant, aujourd’hui, coup de théâtre: Ubisoft annonce sur son blog et twitter, finalement que les voix françaises officielles ne seront pas de la partie comme précédemment annoncé.

south parksouth parkEn effet, c’est par l’intermédiaire d’un communiqué officiel qu’Ubisoft annonce ne pas avoir trouvé d’accord avec les doubleurs officiels de South Park. En cause, les multiples reports de South Park L’Annale du Destin qui ont occasionné des réécritures de scènes donc des doublages par conséquence. A ce stade, on ne sait pas si ce sont les doubleurs qui demandent un cachet trop important ou Ubisoft qui ne daigne pas les payer comme il se doit.

Pour apporter un élément de réponse à cette affaire, sachez que South Park L’Annale du Destin sera bien doublé en anglais, italien, allemand, espagnol,  et portugais brésilien avec les voix historiques de la série pour les autres localisations internationales. Cela dit, Ubisoft a tout de même annoncé que des voix françaises seront bien incluses dans le jeu mais qu’il ne s’agira donc pas du casting « officiel ». Enfin, sur ce volet de localisation, on précisera toutefois que la VOSTFR sera disponible, à l’instar du premier épisode.

Au final, on retiendra le regret pour les joueurs et fans de South Park qui se faisaient un plaisir d’avoir enfin les voix de Thierry Wermuth (Stan), Christophe Lemoine (Cartman) ou encore William Coryn (Kyle). D’autant plus que la version françaises de la série est considérée, à juste titre, comme étant meilleure que la version originale, notamment pour la qualité et la diversité de ses voix. Une chose très rare à être soulignée, tout comme d’autres séries telles que Malcolm ou encore Les Simpsons.

Quoi qu’il en soit, on souhaite bien du courage à Ubisoft et surtout aux nouvelles voix françaises qui risquent de se prendre une volée de bois vert sur cette sombre affaire. D’autant plus que South Park L’Annale du Destin doit (enfin ?!?) sortir dans un mois, soit le 17 octobre prochain sur PS4, Xbox One et PC.

Ubisoft en PLS, obligé de faire appel à Servietsky pour se détendre ? Affaire à suivre !

south park servietsky

La fièvre SNES: Capcom ressort Street Fighter 2 en cartouche

Capcom compte bien surfer sur la vague SNES en ressortant des cartouches « à l’ancienne » de Street Fighter 2

La folie SNES n’en finit plus, à croire qu’on vit une boucle temporelle du début des 90’s. La SNES Mini n’est même pas encore sortie (ndlr: 29 septembre) qu’on voit déjà fleurir des produits retrogaming made in Super Nintendo, quelques peu opportunistes.

Capcom a bien flairé le filon, une habitude, ricaneront certains. En effet, la boîte japonaise est coutumière des pratiques commerciales opportunistes et franchement critiquables à bien des égards (DLC scandaleux, rééditions, Super Street Fighter  X Giga Edition Ultimate etc…).

SNES Street Fighter 2 Capcom

SNES Street Fighter 2 Collector Opaque Ryu Red

Du coup, l’éditeur japonais va (re)ressortir Street Fighter 2 comme un jeu d’époque donc au format cartouche. C’est un produit fait en collaboration avec iam8bit mais on notera que Nintendo n’est pas partenaire de cette initiative. Les plus observateurs remarqueront donc qu’il n’y a pas le fameux « Seal of quality Nintendo« , label jeux vidéo de l’époque qui contrôlait et validait un jeu tierce sur consoles Nintendo.

nintendo seal of quality

Revenons à notre Street Fighter 2 collector qui coûtera 100 $ et sera, bien entendu, en édition limitée, plusieurs couleurs etc…
Dans le détail, il y aura deux couleurs, la première, qui sera la plus commune, étant la « Opaque Ryu Red » (voir image plus haut) et la seconde, plus rare, la « Translucent Glow-in-the-Dark Blanka Green« .

SNES Street Fighter 2

SNES Street Fighter 2 Collector Translucent Glow-in-the-Dark Blanka Green

En effet, cette édition collector sera tirée à 5500 exemplaires au total, dont 1000 seulement, seront des  »  Translucent Glow-in-the-Dark Blanka Green ». La subtilité intervient ici car Capcom et iam8bit, ingénieux, ont annoncé que ces 1000 exemplaires seront distribués aléatoirement ! Et hop, voici comment on te fait une version « ultra uber collector » qui fera chavirer des fans quelques années plus tard sur Ebay. N’empêche, avec ce système de couleur et d’édition limitée, on se croirait dans un jeu Hack’n Slash à la Diablo 2 avec du loot rare, épique…

Afin d’être tout à fait précis, ce collector contiendra également des goodies (jolie boîte, manuel collector, poster…)

SNES Super Street Fighter 2

Bref, cette réédition collector de Super Street Fighter 2 SNES est d’ores et déjà précommandable et sera livrée en novembre.

Ce n’est pas tout car Iam8bit compte bien exploiter cette faille nostalgique car ils ont annoncé que cette initiative n’est que la première sortie d’une « Legacy Cartridge Collection« , soit le premier produit cartouche SNES qui en verra plein d’autres derrière. On remarquera que ce « Legacy Cartridge Collection » singe celui de Nintendo dont nous vous parlions plus haut, la boucle est bouclée. D’autant plus que Nintendo ne doit pas trop aimer ce genre d’initiative et ne collaborera sûrement pas avec Iam8bit. A contrario, Capcom sera peut être gourmand. Il faudra observer quels seront les autres éditeurs qui emboîteront le pas.

La frénésie nostalgique n’en n’est qu’à ses débuts, fuyez pauvres fous !

Halo : Le Master Chief arrive en réalité virtuelle

Vous avez toujours rêvé de revêtir l’armure du Master Chief ? Eh bien Microsoft et 343 Industries ont décidé de le faire dans la réalité… virtuelle.

Halo était à l’époque de la Xbox le fer de lance avec lequel Microsoft a su piquer au vif  tous les joueurs. Et c’est encore vrai aujourd’hui. Plus particulièrement avec l’annonce de 343 Industries, qui a révélé travailler sur des expériences de réalité mixte pour Halo. Pas plus d’information à ce stade. Mais, on peut imaginer que ces offres  fonctionneront sur des casques Windows Mixed Reality.

Entre cette annonce et le support Windows Mixed Reality chez Steam, il est évident que Microsoft veut sa part du marché VR. Les joueurs constituent une grande partie des premiers utilisateurs VR comme nous le montre le Playstation VR vendu à plus d’un million d’exemplaires. Microsoft a besoin de cette base de joueurs pour s’attaquer aux grands tels que HTC ou Oculus. C’est tout naturellement, qu’Halo se retrouve en première ligne pour attirer le chaland. Comme il a su le faire au tout début de la Xbox.

 

Game of Thrones: le jeu Bethesda refait surface

A peine la saison 7 de Game of Thrones terminée,  la rumeur d’un jeu Bethesda refait surface

Vous avez terminé la saison 7 de Game of Thrones mais vous pensez que l’attente va être interminable avant la saison finale ?

C’était sans compter la rumeur d’un jeu Game of Thrones développé par Bethesda que refait parler d’elle. En effet, c’est sur l’incontournable Neogaf que ça se passe, un forumeur ayant remarqué une page faisant mention d’un jeu Game of Thrones édité par l’éditeur américain sous la mention « Bethesda : Game of Thrones ».

Game of thrones bethesda target

On est d’accord, c’est une rumeur qui est faible et presque infondée sauf quand on sait que Bethesda travaille actuellement sur deux projets d’ampleur. On sait d’ores et déjà que ces deux projets ne concernent pas la saga Elder Scrolls mais on connait déjà l’un d’eux qui sera un RPG spatial répondant au nom de code « Starfield ».

Jusqu’ici, pas d’indices sur la teneur du deuxième gros projet mais la rumeur d’un Game of Thrones à la sauce Bethesda prend de l’ampleur dans le cœur des fans. C’est d’autant plus crédible quand on se rappelle que Todd Howards, PDG de Bethesda a été approché pour adapter Game of Thrones en 2011. Cependant, le studio a botté en touche pour privilégier le développement d’un certains Skyrim !

Skyrim

Des dragons dans Skyrim…comme dans Game of Thrones dis-donc !

L’ADN de Bethesda pourrait correspondre à une telle adaptation où on s’imagine bien l’envergure d’un Skyrim transposé dans le royaume de Westeros, voir d’un univers à la Elder Scrolls Online en tant que MMORPG Game of Thrones qui sait ?

Voir le trailer de Game of Thrones version Skyrim

On peut aussi faire le rapprochement avec des titres « RPG Medievaux » tels que Mount & Blade et Kingdom Come, des productions aux ambitions et aux concepts vertigineux. On espère que la rumeur est fondée et va accoucher d’une réponse de la part de Bethesda.

En attendant, on ne peut que conseiller aux fans de Game of Thrones qui rongent leur frein, de laisser sa chance à l’adaptation vidéoludique proposée par le studio français Cyanide en 2012, sobrement intitulée « Game of Thrones : Le Trône de fer ». Certes le jeu était très criticable sur la forme (graphisme, bugs…) mais sur le fond, il s’agissait d’une bonne adaptation, très fidèle à l’esprit des bouquins. Pour être tout à fait complet, on ne peut pas passer sous licence l’adaptation vidéoludique Game of Thrones : A Telltale Games Series par Telltale Games, un jeu pas assez original mais qui peut compenser une attente.

Vous voilà avertis avant l’hiver qui se prépare !

Star Wars 8 : les plus grosses explosions de la saga

Rian Johnson, réalisateur de Star Wars 8, a teasé la plus grosse explosion qu’on ait pu voir dans la saga

Par l’intermédiaire de son Instagram, le réalisateur de Star Wars 8, Rian Johnson vient de teaser ce qui semble être la plus grosse explosion qu’on ait pu voir dans cette Guerre des Etoiles. En effet, on se souvient de certaines scènes mythiques d’explosions, telles que l’Etoile Noire, la base Starkiller ou encore l’explosion d’un Destroyer Stellaire.

Pourtant ici, on est au delà de ces échelles à travers cette image diffusée. Rappelons que le titre de Star Wars 8 est « les Derniers Jedis », ce qui impliquerait de scènes à gros budgets pour appuyer le côté spectaculaire de cette déchéance. Rian Johnson jouerait-il avec les nerfs des fans, avec cette explosion qui serait la métaphore de l’implosion des Jedis à venir ? Nul doute que le personnage Rey qui a directement eu une grande importance dans Star Wars 7 (trop vite pourrait-on dire), sera la protagoniste principale pour contrecarrer ce sombre dessein.

Star Wars 7 Rey

On peut même supposer que cette explosion, en noir et blanc pour le moment, puisse être aussi un teasing d’un futur trailer à venir à la rentrée ? Imaginez le résultat en couleur ! Quoi qu’il en soit, on espère sincèrement que ce Star Wars 8 prendra des risques, autres que des caméos des princes Harry et William, mais fera les choses en grand, comme cette explosion.

Verdict final le 13 décembre prochain lors de sa sortie en salle, un an après Star Wars Rogue One à qui nous avions consacré un podcast.

star wars podcast

Daniel Craig accepte finalement de revenir pour un nouveau James Bond

Finalement, Daniel Craig revêtira une ultime fois le costume de James Bond.

Alors que l’acteur britannique avait fait coulé beaucoup d’encre après avoir déclaré qu’il préférait mourir plutôt que de reprendre le rôle de James Bond au cinéma. Une déclaration quelque peu choquante et résultant surtout de la fatigue physique et morale de l’acteur suite aux tournages de Skyfall et Spectre.
Ceci étant désormais passé, Daniel Craig vient de confirmer devant l’animateur du The Late Show, Stephen Colbert, qu’il incarnera à nouveau le célèbre Agent 007 au cinéma. Cela sera donc le 25ème film de la franchise de Ian Fleming ainsi que la dernière prestation de Daniel Craig dans ce rôle.

Malgré cette bonne nouvelle, nous ne savons toujours pas qui sera derrière la caméra et succèdera ainsi à Sam Mendes. Pourquoi pas un Matthew Vaughn, réalisateur de l’excellent Kingsman, qui nous fait regretter la folie des James Bond d’antan.

Le prochain film James Bond sortira en salles le 8 novembre 2019.

La Planète des Singes: le jeu vidéo annoncé sur PS4, Xbox One et PC

Après la trilogie au cinéma, La Planète des Singes va avoir le droit à son jeu vidéo

Par l’intermédiaire des studios Imaginati, la nouvelle division jeu vidéo du studio Londoniens baptisée « Imaginarium » vient d’annoncer le jeu video « Planet of Apes: Last Frontier ». Pour rappel, Imaginati n’est autre que le studio derrière la bluffante performance capture de la récente trilogie La Planète des Singes.

la planète des singes performance captureLa Planète des Singes: Last Frontier sera un jeu vidéo d’aventure cinématique, prenant place entre les événements de « La Planète des singes : L’Affrontement » (deuxième film de la trilogie) et « La Planète des singes : Suprématie » (le troisième actuellement en salle, lire notre critique).

Planet of the Apes: Last Frontier reprendra la même technologie de performance capture utilisée pour cette trilogie reboot orchestrée par Imaginarium Prouctions. Prenant donc place, un an après La Planète des singes : L’Affrontement, l’intrigue se concentrera sur la rupture d’une faction de singes ayant pris refuge dans les « Rock Mountains » en pleine guerre contre les humains. Cependant, ils seront contraints de descendre de la vallée où sont les humains car l’hiver approche et les vivres se font de plus en plus rares. On nous promet une histoire qui n’est pas manichéenne, où les décisions ne seront pas « noires » ou « blanches », sans réels héros ou méchants. Les pistes sont brouillées.

Les joueurs auront l’opportunité de contrôler les deux camps, singes et humains, tout en sachant qu’il s’agira de personnages originaux, qui pourront vivre ou mourir en fonction de la décision du joueur et de ses actions. Par conséquent, le jeu proposera plusieurs fins en fonction des actions survenues.

On a déjà entendu tout ça, il ne reste plus qu’à voir le résultat de ce « Planet of Apes: Last Frontier » prévu sur PS4, Xbox One et PC pour cet automne 2017.

Comme on est pas des bêtes, on vous laisse avec le trailer du jeu, ainsi qu’une vidéo de gameplay !

Disney va retirer tous ses films de Netflix

Alors que Netflix dépasse le palier des 100 millions d’abonnés, Disney décide d’y retirer toutes ses productions.

Disney vient d’annoncer officiellement, dans un communiqué datant du 8 août, son intention de retirer l’ensemble de ses films et dessins animés de la célèbre plateforme de streaming, Netflix.

Films disney

La raison de cette décision est simple, la firme souhaite se lancer officiellement dans le streaming en créant sa propre plateforme. Les relations entre Disney et Netflix restent d’ailleurs très courtoises et nous devrions pouvoir profiter des productions Disney jusqu’en 2018. Notez que les films Marvel (studio Disney ndlr) resteront bien sur Netflix.

De son côté, Disney prévoit de lancer son offre de streaming en 2019 aux Etats-Unis et plus tard dans le reste du monde.

Une stratégie logique ?

Comment reprocher à Disney sa décision. Notamment lorsque l’on déplore les ventes de DVD et Blu-ray qui, selon le Centre national du cinéma, ont chuté de 15,8 % en 2016 en France. Le studio souhaite donc compenser la perte de vitesse de ses ventes « physiques » vers le streaming, tout en gardant son autonomie.

Source

Gearbox : un nouveau jeu en plus de Borderlands 3

En marge de Bordelands 3, le studio Gearbox vient d’annoncer un nouveau jeu « Project 1v1 »

Depuis 2009, le studio Gearbox Software brille par sa franchise Borderlands, un mix habile de FPS et de RPG matinée d’éléments de loot, le tout en cel-shading. Seulement, le studio a aussi quelques loupés à son actif (Duke Nukem Forever et surtout Battleborn).

gearbox bordelandsAujourd’hui, les américains viennent d’annoncer un nouveau jeu alors que la plupart des joueurs attendent des nouvelles concernant Borderlands 3. A défaut, ce projet répond au doux nom de « Project 1v1 », un nom de code assez explicite car il proposera un FPS avec des joutes en 1 VS 1 et des éléments…de cartes à jouer tels que Hearthstone ou Gwent (The Witcher) !

« Project 1v1 est le nom de code d’un jeu compétitif à la première personne top secret de Gearbox, combinant l’action d’un fast FPS en 1v1 avec le metagame stratégique d’un jeu de cartes à collectionner »

On espère sincèrement que Gearbox va réussir à transformer son essai, après l’échec cuisant de Battleborn qui a essayé de survivre en tant que jeu de FPS/MOBA face à l’ogre Overwatch qui cartonne.

Si vous voulez suivre ce pari audacieux, ce Project 1v1 sera accessible cet été à travers un « Closed Technical Test » dont voici le lien d’inscription. Il s’agira pour Gearbox, de tester son infrastructure réseau et d’avoir le retour des joueurs pour améliorer les futurs développements. A noter que ce test aura lieu sur des serveurs Américains donc les joueurs internationaux outre Atlantique, pourront rencontrer quelques ralentissements.

Enfin, sachez que Project 1v1 proposera 3 modes de jeu :

  • Ranked : des matchs classés compétitifs avec un système de classement
  • Arena : des défis pour affronter un champion et prendre sa place (Coucou Nagui)
  • Challenge : des matchs amicaux sans classement mais sûrement avec un système de loot

On vous laisse avec quelques concepts arts présentant l’univers du jeu qui semble installer un univers futuriste sci-fi :

Final Fantasy Dissidia : un personnage de Final Fantasy X en approche

Final Fantasy Dissidia va enregistrer l’arrivée d’un nouveau personnage jouable en Arcade, avec Jecht de Final Fantasy X

Pour rappel, Final Fantasy Dissidia est le jeu de combat en arène de la licence Final Fantasy, développé par la Team Ninja (Dead or Alive, Ninja Gaiden, Nioh…) sorti initialement sur PSP fin 2009. Vu le faible parc installé de PSP, Square Enix (l’éditeur) a jugé bon de porter son « Super Smash Bros like » sur borne d’Arcade fin 2015.

final fantasy dissidia

C’est en juin 2017, juste avant l’E3 que Square Enix a annoncé que le jeu bénéficiera d’un portage PS4, prévu pour début 2018 et répondant au doux nom de « Dissidia Final Fantasy NT »

Dissidia Final Fantasy NT

A l’occasion de son dernier live stream « Final Fantasy Dissidia », Square Enix vient draguer les fans de la licence, annonçant l’arrivée du personnage Jecht en provenance de Final Fantasy X. Cela tombe à pic avec la récente réédition de Final Fantasy X d’ores et déjà disponible sur le PSN

Jecht devrait être disponible en arcade courant août !

[Funimation] Sony s’offre Dragon Ball Z, One Piece et bien d’autres.

Sony Picture est en train de s'offrir Funimation, le distributeur d'animés tels que Dragon Ball Z et One Piece.

Après un semblant de partenariat entre les deux sociétés dans le but de créer un service de streaming. Sony a tout simplement décidé d'acheter le Funimation à hauteur de 95%. Un achat de 143 millions de dollars, qui place ainsi la valeur du distributeur à 150 millions de dollars.

Funimation est un site de streaming proposant plus de 400 titres tels que les excellents Dragon Ball Z, Cowboy Bebop, One Piece et Attack on Titan. La société continuait également de distribuer ses titres sous forme de DVD et merchandising.

Sony complète ainsi ses précédentes acquisitions telles que ANIMAX, un réseau qui diffuse des animés dans plus de 23 pays et AXN, une chaîne de TV proposant des animes, films et sports. Vous l'aurez compris, avec l'achat de Funimation, l'entreprise japonaise se place comme un concurrent très sérieux de Netflix et Hulu, notamment sur le terrain de l'animé. Des intentions confirmées par, Andy Kaplan, le Président de Sony Picture Television :

"Dans le monde entier, les réseaux de Sony ont été des acteurs majeurs de l'animé depuis près de deux décennies, et ces dernières années, nous avons rapidement augmenté les offres globales et numériques de nos réseaux aux consommateurs. Avec l'acquisition de Funimation, L'IP combinée d'ANIMAX, KIDS STATION et Funimation nous permet de livrer les meilleurs animés aux fans sur tous les écrans et plates-formes ".

Dragon Ball FighterZ : 9 personnages pour la bêta

Dragon Ball FighterZ n’en finit pas de déchaîner les passions, avec la publication partielle de son casting et des infos sur la bêta à venir

Soyons clair, Dragon Ball FighterZ est le projet DBZ le plus fidèle et le plus attendu des fans de la série, sous la houlette du studio Arc System Works (Guilty Gear, BlazBlue). Le hypomètre est à son maximum, surtout quand Bandai Namco, conscient de l’attente, fait languir les joueurs en diffusant par petites salves, les informations sur le jeu.

Aujourd’hui, on vous reparle de Dragon Ball FighterZ car nous avons la liste (partielle) des personnages, tout du moins, de ceux qui seront inclus dans la prochaine bêta en septembre :

• Goku
• Vegeta
• Gohan ado
• Trunks ado (Trunks du futur)
• Piccolo
• Krilin
• Freezer
• Cell
• Majin Boo (le gros, pote d’Hercule)

Voilà une belle première liste, Bandai Namco s’étant bien gardé de dire le nombre de personnages qui composeront le roster final. Doit-on attendre des DLC avec persos supplémentaires, skins… ? L’avenir nous le dira mais cela semble plutôt logique, tant le potentiel de DLC est énorme sur un jeu attendu comme celui-ci.

Dragon Ball FighterZ
Concernant la bêta, elle se déroulera du 16 au 18 septembre prochain mais nous ne connaissons pas encore les modalités d’inscription pour les européens et américains, seulement pour les japonais. On sait notamment que cette bêta japonaise devrait concerner environ 10 000 joueurs, ce qui est assez limité.

En attendant, sachez que Dragon Ball FighterZ est toujours prévu pour début 2018 sur PS4, Xbox One et PC avec des améliorations sur PS4 Pro et Xbox One X.

Dragon Ball FighterZ

Microsoft proposerait des packs TV 4K pour mieux imposer sa Xbox One X

Une Xbox One X sans une télévision adaptée n’a pas vraiment d’intérêt. Microsoft aurait la solution à travers des Bundles 4K ?

Après avoir dévoilé sa nouvelle Xbox One X boostée pour la 4K, Microsoft doit trouver un moyen de la vendre. Une question épineuse tant le taux d’équipement reste encore limité chez les utilisateurs.

Pourquoi ne pas les aider alors en proposant un pack incluant une TV 4K et la fameuse consoles de salon ? C’est bien ce que compte faire Microsoft, comme le confirme les déclarations du directeur de la division Xbox, Phil Spencer, sur Twitter.

Il répondait alors que comme avec la S (Xbox One S ndlr), des packs Xbox One X / TV 4K verraient le jour. Une aubaine pour les utilisateurs souhaitant franchir le pas vers la ultra haute définition. Dans ce cas, il sera sans doute possible d’en trouver un aux environs de 1000/1500€, la console valant d’ores et déjà 499€ à elle seule. Nous ne savons pas, à l’heure actuelle, quels packs nous réserve Microsoft et surtout s’il s’agira d’offres exclusivement américaines ou également européennes.

Suivre la tendance du marché pour faire décoller sa console

À travers cette manœuvre, Microsoft souhaiterait placer sa console au cœur de la transition 4K auprès du grand public. Une technique qui a fait ses preuves, chez Sony, avec la PS2 et le DVD ou encore avec la PS3 et le Blu Ray.

Quoi qu’il en soit, malgré la qualité d’une telle stratégie commerciale, la partie est loin d’être gagnée pour la firme de Redmond. Rappelons que la Xbox One accuse d’un retard important par rapport à sa rivale nipponne (PS4 ndlr) et l’arrivée de sa dernière version n’affole pas vraiment les foules, malgré sa puissance.

xbox one x

[Jackpot 2017] Nintendo casse la baraque…. et l’année n’est pas finie

C’est une surprise pour personne, Nintendo cartonne cette année dans le monde avec sa Switch et ses NES/SNES Mini .

Au 30 juin 2017, Nintendo a écoulé 4,7 millions de Switch dans le monde, dont 1,12 million au Japon et 1,95 million en Amérique. 13,6 millions de jeux Switch ont également été vendus.

Mais ce n’est pas tout, durant la période avril-juin 2017, la firme Nippone, déclare un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros, dont un bénéfice net de 162,9 millions d’euros. Un chiffre incroyable notamment lorsqu’on sait qu’au même moment l’année dernière, l’entreprise déclarait une perte nette de 188,2 millions d’euros.

Vous l’aurez compris, c’est une excellente année qui s’annonce pour Nintendo et même plus. En effet, avec la folie des fêtes de Noël, le solide catalogue Switch à venir (Super Mario Odyssey, Fifa Switch etc) et la SNES mini, la fin d’année sera Nintendo ou ne sera pas.

Source

[RUMEUR] La production de GTA 6 aurait bel et bien débutée

Quatre ans après la sortie de GTA V, Rockstar aurait bien débuté la production de l’épisode 6.

Alors que nous attendons avec impatience des nouvelles de Red Dead Redemption 2, voilà qu’une rumeur autour de GTA 6 (ou GTA VI) fait son apparition sur la toile. Pas d’image, de nom de ville, de héros mais juste une information technique provenant du CV d’un acteur, Tim Neff. Celui-ci indique comme référence, dans la partie motion capture, Grand Theft Auto VI et Red Dead Redemption 2.

 

Contacté par Jeuxvidéo.com, Rockstar n’a pas souhaité répondre officiellement à ces rumeurs. Encore un bonne occasion de faire monter la hype autour de l’arrivée de ses excellents titres.

 

Disenchantment : Le créateur des Simpsons va créer une nouvelle série pour Netflix

Après Les Simpsons et Futurama, Matt Groening va nous proposer une nouvelle série animée : Disenchantment.

Comment ne pas être excité par la nouvelle. Netflix et Matt Groening, le célèbre créateur des séries animées Les Simpsons et Futurama, ont annoncé leur partenariat pour la création d’une nouvelle série, nommée Disenchantment. La première saison contiendra 20 épisodes, dont 10 diffusés en 2018 sur Netflix.

L’histoire, qui se déroule dans un univers médiéval/fantasy, nous fera suivre les aventures de Bean, une jeune princesse alcoolique, de son compagnon, Elfo, un elf bagarreur et de son démon personnel, Luci. Nos héros rencontreront ainsi des ogres, des lutins, des harpies, des nains, des morses et beaucoup d’humains idiots.

Vous l’aurez compris, il est encore trop tôt et nous avons trop peu d’éléments pour savoir à quoi nous attendre. Aurons-nous droit au digne successeur des Simpsons ? Ou à une petite série sans prétention ? Seul l’avenir nous le dira.

Scroll to top