fbpx

Latest News

Doom Eternal – Preview – notre sanglant avis (avec vidéo gameplay)

Doom Eternal était jouable lors de la Paris Games Week 2019, pour le plaisir de tout amateur de FPS, de brutalité bref, de la licence Doom. Avec une vidéo de gameplay de 30 minutes, voici notre avis sur cette preview de Doom Eternal.

Plus brutal, plus viscéral, plus varié : toujours plus ! Voici comment on peut simplement qualifier ce Doom Eternal qui est la suite logique du reboot de la licence opéré en 2016.
Nous sommes un grand nombre à considérer ce renouveau de Doom comme l’un des meilleurs FPS de ces dernières années car il ne s’embarrasse pas d’artifices (spoiler alert : on n’y joue pas pour son scénario, quoi que le côté série B assumé à son charme), il propose un gameplay viscéral avec une musique qui tabasse.

Toutefois, sachez que ce Doom Eternal proposera une narration plus développée, un scénario plus présent mais pas de quoi s’inquiéter, on ne devrait pas avoir à réfléchir pour comprendre les enjeux (étonnant non ?).

Avec Doom Eternal, on retrouve exactement la même formule qu’en 2016 avec toutes ses spécificités poussées encore plus loin. Mick Gordon à l’OST fait toujours des merveilles(écoutable par ici), la fluidité du jeu est encore améliorée avec ses dashs, doubles-sauts, l’ajout d’un grappin, des movesets plus nombreux (glory kill, les pans de murs à accrocher…en bref, l’animation du jeu en général), des décors plus variés (tout en gardant une DA teintée « chaude/enfer », faut pas déconner) ou encore, un bestiaire plus développé.

Par contre, comme vous pourrez le voir dans notre vidéo maison ci-dessous, Doom Eternal veut se diversifier dans son approche du démembrement de démons, en vous incitant à changer d’armes fréquemment et à privilégier le combat au corps à corps pour effectuer les glory kill et ainsi, récupérer de la vie, des munitions etc…
Dans le même ordre d’idée, les développeurs d’id Software veulent insister sur la diversité des environnements donc par extension, du level design, en rajoutant des phases de plateformes qui ne plairont pas à tout le monde. En effet, il sera plus ou moins fréquent de mourir lors des ces moments car il faut bien lire le level design sous peine de rater un dash qui vous fera recommencer à zéro…rageant.

Doom Eternal

On ne va pas se mentir, c’était un régal d’avoir pu démembrer du démon en pagaille, je n’avais pas vu autant de ripailles depuis ma participation à la foire à la saucisse en 2016. Une boucherie.
Plus sérieusement, la version démo présentée lors de cette PGW 2019 était clairement au point, le jeu semblait tourner en 60 FPS, pas de bugs à déclarer et les chargements étaient par exemple, assez rapides (c’est tout à fait observable sur la vidéo).
Doom Eternal semble peut être un poil plus difficile que son aîné (même si je n’ai pas pris le temps de vérifier la difficulté appliquée lors de ma session) mais la frénésie qui fait rentrer dans « la zone » (cet état de transe que l’on peut avoir dans un Hotline Miami par exemple), est intacte.

Comme une vidéo de gameplay (avec quelques commentaires au début et à la fin) est meilleure qu’un long discours, on vous laisse visionner notre session de démembrements avec l’OST de Doom en fond sonore.

Vous aurez toutefois compris qu’on est totalement conquis par Doom Eternal qu’on a hâte de retrouver le 20 mars 2020 pour s’exercer au tir aux démons et évacuer notre rage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Scroll to top