Mois : juillet 2017

[Jackpot 2017] Nintendo casse la baraque…. et l’année n’est pas finie

C’est une surprise pour personne, Nintendo cartonne cette année dans le monde avec sa Switch et ses NES/SNES Mini .

Au 30 juin 2017, Nintendo a écoulé 4,7 millions de Switch dans le monde, dont 1,12 million au Japon et 1,95 million en Amérique. 13,6 millions de jeux Switch ont également été vendus.

Mais ce n’est pas tout, durant la période avril-juin 2017, la firme Nippone, déclare un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros, dont un bénéfice net de 162,9 millions d’euros. Un chiffre incroyable notamment lorsqu’on sait qu’au même moment l’année dernière, l’entreprise déclarait une perte nette de 188,2 millions d’euros.

Vous l’aurez compris, c’est une excellente année qui s’annonce pour Nintendo et même plus. En effet, avec la folie des fêtes de Noël, le solide catalogue Switch à venir (Super Mario Odyssey, Fifa Switch etc) et la SNES mini, la fin d’année sera Nintendo ou ne sera pas.

Source

[RUMEUR] La production de GTA 6 aurait bel et bien débutée

Quatre ans après la sortie de GTA V, Rockstar aurait bien débuté la production de l’épisode 6.

Alors que nous attendons avec impatience des nouvelles de Red Dead Redemption 2, voilà qu’une rumeur autour de GTA 6 (ou GTA VI) fait son apparition sur la toile. Pas d’image, de nom de ville, de héros mais juste une information technique provenant du CV d’un acteur, Tim Neff. Celui-ci indique comme référence, dans la partie motion capture, Grand Theft Auto VI et Red Dead Redemption 2.

 

Contacté par Jeuxvidéo.com, Rockstar n’a pas souhaité répondre officiellement à ces rumeurs. Encore un bonne occasion de faire monter la hype autour de l’arrivée de ses excellents titres.

 

Disenchantment : Le créateur des Simpsons va créer une nouvelle série pour Netflix

Après Les Simpsons et Futurama, Matt Groening va nous proposer une nouvelle série animée : Disenchantment.

Comment ne pas être excité par la nouvelle. Netflix et Matt Groening, le célèbre créateur des séries animées Les Simpsons et Futurama, ont annoncé leur partenariat pour la création d’une nouvelle série, nommée Disenchantment. La première saison contiendra 20 épisodes, dont 10 diffusés en 2018 sur Netflix.

L’histoire, qui se déroule dans un univers médiéval/fantasy, nous fera suivre les aventures de Bean, une jeune princesse alcoolique, de son compagnon, Elfo, un elf bagarreur et de son démon personnel, Luci. Nos héros rencontreront ainsi des ogres, des lutins, des harpies, des nains, des morses et beaucoup d’humains idiots.

Vous l’aurez compris, il est encore trop tôt et nous avons trop peu d’éléments pour savoir à quoi nous attendre. Aurons-nous droit au digne successeur des Simpsons ? Ou à une petite série sans prétention ? Seul l’avenir nous le dira.

[PS Plus] Just Cause 3 et Assassin’s Creed Freedom Cry offerts en août sur PS4

Comme chaque mois, Sony dévoile les jeux qui seront offerts aux abonnés PS Plus.

Et rien de tel pour profiter de son mois d’août qu’une ou plutôt deux belles offres. En effet, les abonnés PS plus pourront télécharger gratuitement le GTA Like complètement barré, Just Cause 3 et l’excellent standalone Assassin’s Creed Freedom Cry.

Mais ce n’est pas tout, voici la liste des jeux PlayStation disponibles avec l’abonnement PlayStation Plus, dès le 1er août prochain :

  • Just Cause 3 (PS4)
  • Assassin’s Creed: Freedom Cry (PS4)
  • That’s You – PS4 (PS4)
  • Super Motherload (PS3)
  • Snake Ball (PS3)
  • Downwell (PS Vita)
  • Level 22 (PS Vita)

Stargate fête ses 20 ans avec une nouvelle série !

C’est lors de la Comic-Con que Stargate annonce son retour pour fêter les 20 ans de la franchise

L’annonce a fait frémir plus d’un fan fébrile lors de la Comic-Con: Stargate revient en grande pompe avec Stargate Origins, une série préquelle qui reviendra sur les origines comme son nom l’indique. Seulement, nous n’en savons pas beaucoup plus pour le moment même si la MGM à coupler cette annonce avec le lancement d’un service de streaming:

Il faudra donc souscrire à ce service de streaming appelé Stargate Command qui se lancera cet automne en tant que « destination officielle pour l’univers Stargate« . Sans trop de surprises, on imagine que cette plateforme servira à diffuser la nouvelle série préquelle, sans oublier les quelques 380 épisodes des séries précédentes.
Une idée intéressante pour la MGM, en espérant que les fans ne seront pas considérés comme des vaches à lait avec un prix d’accès exorbitant… Cela nous fait penser à CBS qui s’est servie de la franchise Star Trek pour pousser son service CBS All Access, même si la MGM semble tenter le pari d’une plateforme dédiée à Stargate.

On a hâte de reprendre la porte des étoiles en compagnie de Teal’c et sa bonne humeur légendaire !

Stargate

Doom: 666 raisons d’y jouer gratuitement ce week-end

Doom version reboot 2016 prévoit d’ouvrir sa porte des enfers ce week-end pour tous les nouveaux joueurs

Doom repointe le bout de sa queue fourchue à l’occasion de sa nouvelle mise à jour 6.66, chiffre démoniaque pour une petite révolution dans le jeu. En effet, cette MAJ fait disparaître le Season Pass et veut proposer une nouvelle expérience multijoueur. En détails, ce Doom 6.66 améliore les notifications de frag et le remplacement des Modules de Hack par des Runes pouvant être équipées de manière permanente.

Tous les joueurs de Doom auront donc accès aux DLC déjà parus composés de 9 cartes, 3 armes, 3 démons jouables, de nouveaux équipements et de nouvelles armure. Sur le multi, la progression est remise à zéro mais pas d’inquiétude pour les joueurs de longue date, ils auront un badge Vétéran pour prouver leur loyauté, ainsi que la possibilité de garder certains éléments débloqués. L’honneur est sauf.

doomDans un élan de bonté et pour célébrer cette MAJ 6.66 de Doom, l’éditeur Bethesda offre une version d’essai ce week-end pour les nouveaux joueurs: les deux premiers niveaux de la campagne solo, tous les contenu du multijoueur et le mode SnapMap (éditeur de niveaux).

A titre personnel, cela me donnera l’occasion de retester le multi qui était catastrophique lors de la bêta du jeu. Une déception compte-tenu de la popularité du jeu original sur le multi alors que ce reboot 2016 propose l’un des meilleurs mode solo pour un FPS de cette génération. Osons espérer que cette refonte du multi donne à Doom, son aura d’antan !

doom

Ce week-end gratuit de Doom débute aujourd’hui à 20h pour se terminer dimanche à 20h. Voici la note complète du patch 6.66 pour les plus  curieux:

Multiplayer

  • Fixed an issue where textures appeared to glow on the player’s character.
  • Fixed an issue in Multiplayer where players would respawn frozen at the beginning of a Freeze Tag round.
  • Fixed an issue in Multiplayer where parts of the player model appeared transparent in some circumstances.
  • Fixed an issue where players would disconnect from a match under certain conditions.
  • Fixed an issue in Infernal Run where picking up the ball when out of ammo would cause problems with passing or receiving the ball.
  • Fixed an issue with the Multiplayer Challenge “Aimbot Hax” where Reaper Longshots would not count towards challenge completion.
  • Fixed an issue in Multiplayer with inconsistent power item spawns on Outbreak.

SnapMap

  • Added rotate on XYZ axis to the Grab Object manipulate controls
  • Added setting to remove network limitation on single player only maps.
  • Resolved various freeze and crash bugs.
  • Fixed various matchmaking and lobby issues.
  • Fixed visual bugs that result from combining specific HUD elements
  • Fixed various freezes and crashes with using Campaign Model.
  • Fixed coop crash with Bob and Rotate settings.
  • Fixed bug that caused AI to run into blocking volumes set to Block Demons and AI Sight.
  • Improved collision issues causing AI to partially fall into blocking volumes set to Block Demons.

[CRITIQUE] La Planète des singes Suprématie : un bijou artistique et technique

On vous donne notre avis sur La Planète des singes Suprématie. Un film truffé de référence et qui malgré son statut de  blockbuster laisse une grande place au drame. Un vrai Blockbuster intelligent !

Dans La Planète des singes Suprématie, on retrouve au casting : Andy Serkis, même si on ne s’en rend pas compte de prime abord, en tant que César, et Woody Harrelson en colonel antagoniste avec un fort complexe de dieu. Ce joli casting se retrouve sous la houlette de Matt Reeves, qui reprend du service après avoir dirigé le précédent épisode et les deux Cloverfield. Il pourrait, d’ailleurs, diriger le prochain Batman dans l’univers DC.

la-planète-des-singes-suprématie

             I’m Batman !

L’histoire se déroule dans un futur post apocalyptique, où une partie de l’humanité a été anéantie par un virus. Et c’est grâce à ce virus, que les singes sont la nouvelle espèce dominante. Effectivement, il leur a permis de développer des capacités de réflexion accrues. L’Homme est donc terrifié par César et ses hominidés. Un colonel de l’armée part alors en croisade contre les primates. Tandis que de nombreux singes sont tués, César décide de venger son espèce. Il va ainsi devoir affronter son pire ennemi (et pas forcément le colonel).

Le film est dans la droite ligne de ses prédécesseurs. En effet, il prolonge Dawn of the Planet of the Apes dans une logique clinique. Il lie, en outre, le film à la mythologie du tout premier La Planète des singes avec Charlton Heston, en plus de l’ancrer dans un sujet plus que pertinent aujourd’hui. Tout cela, à travers une épopée dramatique mais résolument humaniste. Sans compter que, le récit bénéficie du savoir faire technique de Weta Digital, et ressemble fort à un tournant, voir une petite révolution pour la performance capture.

Une performance technique et artistique

L’une des parties les plus époustouflantes du film est son aspect technique. Il suffit, pour cela, de regarder les B-roll du tournage, pour s’en rendre compte. Car, derrière les simiens en CGI (Computer Generated Image) se cache des humains. D’ailleurs, le degré de réalisme atteint sur le film est du jamais vu. A tel point, que je me suis, à plusieurs reprises, demandé si de vrais singes avaient été utilisés sur le plateau. Aujourd’hui, Weta Digital, avec la performance capture, est en mesure de transposer le jeu d’un acteur à un personnage en CGI.

la-planète-des-singes-suprématie

Une longue piste balisée par Avatar et qui, aujourd’hui, semble se transformer en boulevard. Cet exploit technique vient faire écho à l’histoire du film. En effet, les singes sont en passe de remplacer les humains. A travers cette double lecture, la technique se met au service du récit et passe de plus en plus inaperçu.

Malheureusement, il est parfois difficile d’imaginer qu’un acteur se cache derrière les CGI. C’est pourquoi, il faut souligner le travail remarquable d’Andy Serkis et de ses collègues acteurs aka singes aka CGI. Ils réalisent une véritable prouesse, puisqu’ils doivent s’imaginer dans la peau d’un singe et l’intégrer à leur jeu. C’est d’autant plus malheureux, que leurs performances n’a pas de place parmi les grandes récompenses tels que les Oscars, pour lesquels ils n’ont jamais été nominés. Alors que l’artiste en est pour beaucoup dans la création des personnages, comme César pour Andy Serkis ou Bad Ape pour Steve Zahn. En particulier le sentiment d’empathie que l’on éprouve pour eux. En effet, les singes expriment plus d’humanité que les Hommes dans le film.

Voici un article en anglais, qui développe le sujet sur la performance des acteurs qui se cache sous les CGI.

Des références mythiques

Le « ouah » des effets spéciaux dépassé, on se plonge dans le film. Là, se trouve la substantifique moelle de la saga, qui vient piocher dans de multiple univers. C’est une avalanche de références : du western, à la science-fiction en passant par le péplum biblique, le film de guerre ou encore de prison. On retrouve tous les ingrédients d’un grand film. Par exemple, le colonel est fortement inspiré du colonel Kurtz dans Apocalypse Now. Le film cite, de plus, des références comme : La grande évasion avec Steve McQueen (retrouvez notre article sur A Way Out ici), ou bien, Les dix Commandements avec Charlton Heston.

Car son histoire est fortement imbibée des récits bibliques. En effet, César doit sauver son peuple et le mener vers une terre promise. Moïse n’est pas loin. Quoi de plus naturel donc que de faire le lien avec ces grands films qui de plus, l’ancre plus profondément dans la saga. Notez que Charlton Heston est le personnage principal du premier La Planète des singes et Les dix commandements.

Il en va de même pour la musique, qui est à la fois dramatique et homérique. Elle reflète parfaitement l’esprit du film. A cet effet, Michael Giacchino a su y apporter la grandeur nécessaire pour se rapprocher des monuments filmiques cités plus haut.

Une épopée dramatique

La quête de vengeance du héros est basée sur un drame bien humain. Et c’est là que le film pioche toute sa force. En effet, il sait mettre en retrait son côté blockbuster pour venir travailler ses personnages. Il le fait, de plus, de façon plus subtile qu’à l’accoutumé. Car la plupart des séquences sont muettes, puisque les singes ne parlent pas. Cela donne un côté poétique, plus particulièrement la relation qui se crée entre une petite fille aphasique et les héros simiesques.

la-planète-des-singes-suprématie

Le film est dénué de tout manichéisme. Par exemple, on comprend les motivations du colonel, alors que le personnage est plutôt abject. Il en va de même avec la relation qui s’installe entre César et le colonel, qui  dépasse celle du combat entre le bien et le mal, car c’est avant tout une histoire de survie entre ces différents peuples. Il a du blockbuster son emphase pour le grand spectacle, et tire son côté dramatique de la relation entre les personnage et les épreuves qu’ils ont traversé.

Voilà donc un blockbuster épique et dramatique avec des pointes poétiques qui nous emmène dans l’épopée de tout un peuple qui tente le tout pour le tout afin de survivre à une guerre qu’il n’a pas déclenché. C’est à travers un exode semé d’embûches, qu’ils parviendront à trouver une terre promise. Hum je me demande ce que ça me rappelle dans l’actualité…

Bravo aux artistes derrière ce film, qui pousse toujours plus loin le cinéma. Mais ne vous inquiétez pas, il est déjà prévu une suite à La Planète des singes Suprématie.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dunkerque : Un chef d’oeuvre qui ne plaira pas à tout le monde, selon les critiques

A quelques jours de la sortie du dernier film de Christopher Nolan, Dunkerque, les critiques Américaines tombent et elles sont … excellentes.

Dunkerque

Depuis le 11 juillet dernier, les journalistes américains et britanniques peuvent librement donner leur avis sur Dunkerque, le dernier film de Christopher Nolan. Celui-ci nous conte l’histoire autour de l’Opération Dynamo, en 1940, où les troupes Françaises et Britaniques ont permis l’évacuation de plusieurs centaines de milliers de soldats alliés, en menant bataille contre l’implacable armée Nazi.

Comme vous pourrez le voir les tweets sont en majorité unanimes au sujet du film. Il est d’ailleurs conseillé d’aller voir Dunkerque en IMAX, pour profiter de l’incroyable qualité de la pellicule 70mm utilisée par Christopher Nolan.

 

 

Alicia Malone – Fandango

Dunkerque : Intense ! Trois histoires différentes, trois arcs narratifs. Presque un film muet, une bande-son incroyable. Pourra diviser. J’ai adoré ! Voyez-le en 70mm !

 

Ali Plumb – Radio 1 :

 

« Dunkerque est un film de guerre, mais pas comm ceux que vous auriez pu voir auparavant. C’est un film qui vous transporte au plus près de la situation. C’est bruyant et brutal. »

 

Erik Davis – Fandango :

« De la mise en scène au montage en passant par la photo et la musique, Christopher Nolan prouve une nouvelle fois grâce à Dunkerque qu’il est l’un des meilleurs cinéastes de notre époque. »

 

Jason Guerrasio – Business Insider :

« Dunkerque met une claque, tout en étant TRÈS différent des autres films de Nolan. À voir absolument en IMAX. Tom Hardy n’a que dix répliques, mais il est incroyable. Et Harry Styles sait jouer !!! »

 

Eric Eisenberg – Cinemablend :

« Dunkerque est excitant et beau, surtout en Imax 70 mm. Mais on ne peut pas ignorer qu’il n’y a aucun personnage qui se démarque. »

Notez que ce dernier tweet mentionne un élément qui pourrait être perçu comme un défaut. En effet, le film ne mettrait pas suffisamment en avant la personnalité de ses personnages. Ce constat colle avec le désir de base de Nolan, qui souhaitait mettre la bataille véritablement au coeur du film. Donc, peu de dialogues au programme et surtout des plans/scènes épiques. Un choix de raison mais qui, s’il n’est pas maîtrisé, peut perdre une partie des spectateurs, notamment par manque d’empathie auprès des différents protagonistes du film. Nous voilà prévenus, Dunkerque semble être une oeuvre exceptionnelle mais qui divisera sans doute les foules par ses choix artistiques (très) particuliers.

Dunkerque débarque dans nos salles obscures le 19 juillet prochain.

Le retour de Medievil et Spyro après Ratchet & Clank, Wipeout, Crash Bandicoot…?

Depuis l’année dernière, c’est un raz-de-marée de licences ère PS1 qui déferlent, pourquoi pas le retour de Medievil ou Spyro ?

On ne pense pas être les seuls à avoir été marqués par Medievil ou Spyro à l’époque de la première Playstation. On assiste à un retour d’anciennes licences de Sony depuis quelques temps avec Ratchet & Clank (2016), Wipeout (2017), Crash Bandicoot (2017) ou encore d’autres jeux disponibles sur le PSN (PaRappa The Rapper…).

On remarque surtout, une sorte de nostalgie pour le genre plate-forme qui revient à la mode:

  • Le retour de la licence Rayman depuis  2011 (Rayman Origins, Rayman Legends, Rayman Fiesta Run, Rayman Adventures…)
  • Yooka-Layle (par des anciens du studio mythique Rare, les créateurs de Banjo-Kazooie)
  • Conker’s Bad Fur Day sur la compilation Rare Replay
  • Le remake de Ratchet & Clank en 2016, très jolie et solide
  • le remake prévu de Sly Cooper dont on attend des nouvelles
  • Crash Bandicoot N.Sane Trilogy (les remakes des trois premiers Crash Bandicoot) qui fait actuellement un carton
  • La licence Sonic qui essaye de produire des épisodes depuis quelques années (disons depuis Sonic Adventures) mais dont on attend un retour de la qualité…peut être avec Sonic Mania et Sonic Forces ?

Bref, on en vient à se demander si d’autres licences des années 90 peuvent pointer le bout de leur nez. On écartera d’emblée certaines, tombées dans l’oubli (Croc, Gex, Rascal lol…), mais on repère un potentiel certain vers des licences Playstation telles que Jak & Daxter ou nos deux chouchous, Spyro et Medievil.

spyro medievil

Rappelons tout de même que Spyro est presque revenu d’outre-tombe en 2011 avec la licence Skylanders et son premier épisode  en 2011: « Skylanders: Spyro’s Adventure« . C’était une fausse joie car vous connaissez la suite, Skylanders devient un véritable carton avec son concept de jouets-jeux-vidéo qui se vend par palettes entières…. oubliant cependant notre petit dragon violet dans son monde 32 bits.

spyro
Notons au passage, que la licence Skylanders s’essouffle depuis quelques années mais pas de panique, Nintendo a pris le relai avec ses Amiibos. Opportuniste.

amiibo

Quoi qu’il en soit, si on observe le nombre de jeux estampillés Spyro depuis le premier épisode en 1998, il serait de bon ton de dire que la licence a été maintes fois souillée. On se met quand même à croire qu’un remake du premier épisode est possible. C’est Activision Blizzard qui détient les droits de la licence, sûrement en train de réfléchir à l’avenir proche de Skylanders.
Espérons que l’idée leur passe par la tête de penser au retour du jeu de plateforme, pour regoûter aux aventures de Spyro The Dragon qui fêtera ses 20 ans en 2018…Coïncidence ?
D’autant plus que le studio derrière le premier Spyro, n’est autre qu’Insomniac Games, également géniteurs de la licence Ratchet & Clank, du remake de 2016 et du retour prévu de Spider-Man sur PS4. On veut y croire !

Puis bon, y a qu’à faire un partenariat avec Games of Thrones en faisant un jeu coopératif entre Spyro et Khaalesi pour susciter de l’intérêt.

Quant au cas de Medievil, il est encore plus compliqué. Sir Daniel Fortesque n’ayant connu que 2 épisodes sur Playstation 1 et des rééditions sur PSP et PS3. Avec son ambiance Halloween piochant allègrement dans l’univers de Tim Burton et de son film « L’Etrange Noël de M. Jack » sorti en 1993, Medievil a marqué plus d’un joueur. Tout comme Spyro, Medievil est sorti en 1998, un âge d’or pour les jeux de plate-forme 3D de Sony et sa PS1 ayant enchainé les hits. Seulement, Medievil peine à atteindre le million de ventes, obligeant la licence à errer comme un damné, dans le cimetière des licences oubliées de Sony.

On se rappellera d’ailleurs, qu’il y a deux ans, nos petits coeurs meurtris de fans de Medievil se sont serrés quant ils ont vu le travail de Guillermo Moreno, s’étant « amusé » à voir ce que donnerait Medievil sous le moteur Unreal Engine 4: le résultat est formidable.
Sony, nous ne savons pas ce qu’il faut faire pour espérer faire sortir ce squelette de son placard mais nous sommes fébriles à l’idée de revoir Sir Daniels sur nos écrans HD.

Au final, le retour de la licence Spyro est plus envisageable que la licence Medievil pour les raisons exposées plus hauts. Cependant, si vous aviez le choix, qui choisiriez-vous entre Spyro et Medievil ?

Scroll to top