Mois : mai 2019

[Crash Test] Beat Cop : Les flics des années 80 s’invitent sur Nintendo Switch

Dès les premières minutes, Beat Cop annonce la couleur, nous sommes clairement dans un jeu rétro faisant référence aux productions musclées des années 80-90.

Nous y incarnons un inspecteur, nommé Jack Kelly, accusé à tort d’avoir volé les bijoux du gouverneur lors d’une intervention dans le domicile de ce dernier. Rétrogradé au  poste de simple agent, vous allez être affecté aux pires quartiers de New York où règne violence et corruption. 

Vos objectifs seront multiples, vous devrez aider les habitants et les commerçants du quartier en cas de vol ou violence.

Malgré une certaine redondance dans les missions, Beat Cop séduit énormément  par ses dialogues. Drôles, vulgaires, badass et nanaresque, quasi toutes les répliques du jeu nous renvoie aux bon vieux stéréotypes des productions de l’époque.

L’ambiance graphique rétro colle parfaitement avec le style 80’s pixel-art coloré de Beat Cop. Le jeu assure une lecture claire et une fluidité à toute épreuve sur la console de Nintendo. On regrettera juste une bande son très générique et trop en retrait durant le jeu. Très classique lors des cuts scenes, elle est quasi inaudible pendant le jeu.

Egalement le gameplay est plutôt réactif, bien pensé et complet. Outre le déplacement de notre personnage classique à l’aide du stick, on retrouve les principales actions directement accessibles via les boutons. Ainsi, vous pouvez voir vos objectifs en sortant votre calepin, le temps restant avec votre montre, arrêter un criminel avec vos menottes juste en pressant les boutons dédiés.

Beat Cop est un petit jeu très plaisant qui vous rappellera de beaux souvenirs si vous étiez fans des films/séries policières des années 80. On pardonnera rapidement au titre son côté répétitif des missions quotidiennes grâce à l’ambiance et aux dialogues ultra réussis, le tout en français s’il vous plait. 

Scénario
70%
Graphismes
90%
Bande Son
20%
Durée de vie
60%
Gameplay
90%
Crash test
14.99
Prix conseillé, après le Crash Test.
Conditions de test : Code de jeu envoyé gracieusement par l'éditeur/studio 11 BIT STUDIOS. Le test a été effectué exclusivement en mode portable sur la Nintendo Switch.
popcorn game team
Drustan
Testeur

Geekopolis – escape game « Mutations », l’expérience cinématographique dont vous êtes le héros !

Installé en Seine St Denis dans les quartiers de l’Orfèvrerie, le complexe Geekopolis de 2000m2 est un temple du divertissement numérique. Notre rédaction a pu s’y rendre afin de tester l’attraction phare « Mutations« , un mélange d’escape game, de jeu de rôle grandeur nature type Murder Party aux grandes ambitions !

En chiffres, les informations importantes sur cet escape game d’un genre nouveau :

  • 8 joueurs
  • 2 heures de jeu
  • 2000m de décors cinématographique
  • Plusieurs acteurs
  • 100m2 d’espace VR
    • 60€/personne (ou 90€ si vous avez envie de rejoindre le casting d’acteurs encadrant l’expérience)

Pour des raisons évidentes de spoils, nous éviterons de rentrer dans les détails lors de ce retour d’expérience, afin de vous préserver de toutes les (très bonnes) surprises qui peuvent vous attendre sur cet escape game.

Synopsis : GXP la grand expérience – Mutations

La multinationale GXP a ouvert le complexe médical Saint Adders dans la petite ville de Derry. Des recherches y sont menées sur les possibilités de régénération humaine. Lorsque tout contact est perdu avec la base, votre groupe d’experts est envoyé pour infiltrer le complexe et récupérer des données.

Au préalable, l’équipe Geekopolis vous donne une enveloppe qui concerne la personnalité et surtout la mission du personnage que vous incarnerez. En effet, à la manière d’une « murder party » bien connu des rôlistes, chaque participant jouera un rôle et aura une mission différente. Pas d’inquiétude, il n’y a pas de pression à ressentir mais nous vous conseillons de vous immerger dans le contexte et de jouer à fond votre rôle. Cela pour votre propre bien, celui de votre groupe et tout simplement, du jeu et de son immersion.

En effet, vous êtes dans une atmosphère pesante, avec un brief militaire pour commencer. Au cours de votre aventure, vous serez amené à interagir avec de vrais acteurs (aux multiples formes…) qui étaient vraiment à fond dans leur personnage lors de notre session. Un grand hommage et bravo à eux au passage ! Rappelons tout de même une règle d’or qu’on vous rappellera au préalable : évitez tout contact physique avec eux, pour le bien de leur et votre intégrité.

L’expérience cinématographique horrifique dont vous êtes le héros

Sans trop en dévoiler, vous évoluerez dans de superbes décors de Cinéma, ambiance « complexe militaro-scientifique » où des expériences génétiques auraient mal tournées…

Profitons de ces photos pour aborder l’aspect références vidéoludiques et cinématographiques que l’on a pu personnellement ressentir lors de ces deux heures dans des décors de haute volée : Alien, Resident Evil, Silent Hill, Dead Space, The Last of Us, The Thing… Ça vous donne un aperçu !

Le travail de décoration était bluffant. Pour avoir parlé avec le chef décors à la fin de l’expérience, tout à été fait comme sur un plateau de cinéma : latex, peintures, sculptures, etc… pour un rendu particulièrement réaliste et cohérent.

Note de Kakouloukyam

Lors de votre aventure, vous disposerez par exemple d’une tablette qui vous sera utile pour glaner et consulter des informations à l’aide d’un système de réalité augmentée. En outre, on vous demandera de manipuler des objets, déjouer le système de sécurité ou encore de vous enfuir !
Et oui, vous serez potentiellement amené à être séparé, isolé, subir des situations de stress ou encore, courir, crier, rigoler…Vous passerez par toutes les émotions mais pas d’inquiétude, l’équipe vous encadrant sait parfaitement s’adapter à tous les profils.

Les différentes énigmes se rapprochaient plus d’un objet à collecter pour avancer de pièces en pièces qu’un vrai escape game avec plusieurs énigmes à la suite.

Note de Kakouloukyam

A la manière d’un jeu vidéo aux embranchements scénaristiques (Coucou Telltale Games ou encore les productions Quantic Dream) ou plus récemment des films interactifs (Coucou Netflix avec Bandersnatch et You VS Wild), il y a 12 issues possibles en fonction de vos choix et actions.

En résumé, vous évoluerez en groupe dans une ambiance stressante, sombre et glauque dans 1200m2 de décors cinématographiques allant de l’hôpital désaffecté (mais infecté) à un complexe scientifique. Dans votre aventure, vous serez amener à résoudre divers types d’énigmes, de vous engager physiquement (mais sans violence), de chanter, de crier, de courir etc…

Vous serez même amené à faire usage de la réalité virtuelle à l’aide d’un dispositif HTC Vive. Un passage du plus bel effet dans votre expérience, un passage que les fans de Call of Duty ne regretteront pas…

Cette dernière expérience nous a semblé plutôt réussi, malgré un bug de lancement et quelques modifications de volumes. Cependant nous aurions aimé que la simulation VR soit plus vers le milieu de l’expérience et non pas en conclusion, histoire de parcourir quelques derniers décors.

Note de Kakouloukyam

Pour conclure, nous accordons une mention spéciale à tous les acteurs évoluant au sein de cette expérience complète et variée qu’est Mutations de Geekopolis, ainsi qu’à l’excellent travail réalité pour ces décors impressionnants ! Nous espérons pouvoir organiser une séance d’interviews avec les diverses personnes ayant constitué cette expérience car nos brèves entretiens avec eux à la fin, nous ont donné envie d’en savoir plus.
Certes, le prix n’est pas donné mais nous trouvons que pour l’expérience globale, cela vaut vraiment le coup d’investir 60€ avec des amis pour passer par toutes les émotions et surtout s’amuser ! Pour se faire, nous vous conseillons vraiment d’adopter l’attitude « role play » (jouer un personnage) !

Aurez-vous le cran de vivre cette expérience ?

Rappel des infos pratiques :

Lieu
Geekopolis 
112 Rue Ambroise Croizat
93200 Saint Denis

Accès
Gare Saint-Denis – RER D 
St Denis – Porte de Paris – Métro 13

Tarifs
tarif par personne : 60 € 
tarif pour être acteur/mutant : 90 €

A savoir
L’expérience est interdite aux -16 ans et aux personnes cardiaques

[Crash TEST] Saint Row : The Third sur Nintendo Switch

Plus que les reboots, les portages n’arrêtent pas de fleurir ces derniers mois et la Nintendo Switch n’en est pas exempt. C’est donc au tour de la licence Saint Row de faire son entrée sur la fameuse console japonaise, avec Saint Row : The Third Full Package. Ce nouveau portage n’arrive d’ailleurs pas seul car, comme son nom l’indique, cette version contiendra l’ensemble des DLC sortis sur les plateformes d’origines. 

Saint Row c’est quoi ? 

 

Pour ceux qui ne connaissent pas cette licence, Saint Row est un GTA-like sorti à l’origine en 2006 au début de la 7ème génération de consoles. Développé par Volition (créateur notamment de Red Faction II), les premiers opus ont rencontré un certain succès, au départ grâce à l’absence de concurrence (GTA IV est sorti en 2007), puis en prenant une direction beaucoup plus fantaisiste, loufoque et … disons impertinente. Ainsi, les épisodes III et IV sortis respectivement en 2011 et 2013 ont totalement pris ce virage nanaresque pour notre plus grand plaisir.

Comme en 2006 avec la 7ème génération de consoles, Cette licence tire la première en nous proposant un premier GTA-Like sur la console hybride de Nintendo. Vous l’aurez compris, la VRAI question à laquelle ce test va répondre est : Saint Row The Third ouvre t-il la voie au GTA(-like) sur Switch ?

Saint Row the third

Saint Row : The Third vous met dans la peau du leader d’un gang de renommée internationale « Les Saints ». Vous croyant intouchable, vous vous faites capturer et voler par un gang adverse, « Le Syndicat ». Ruiné, vous êtes contraint de repartir de zéro dans la ville de Steelport. Il est intéressant de signaler que cette introduction vous est offerte à travers deux missions aussi explosives que jouissives.

Le reste du jeu nous renvoie au cycle de missions classiques des open-world du genre : Attaquer des gangs, défendre ses alliés, reprendre le contrôle de la ville et on en passe. Vous pourrez cependant améliorer votre personnage, vos armes et vos véhicules avec l’argent récolté au fur et à mesure du jeu. Un aspect convenu aujourd’hui mais qui reste toujours appréciable.

Humour gras bonjour !

Saint Row the third

N’y allons pas par quatre chemins, ce qui sauve le jeu du naufrage, même 8 ans après sa sortie, c’est bien l’humour omniprésent. Tout dans le jeu est poussé pour être un délire grossier et caricatural. Nous retrouvons cet aspect dès la personnalisation de son personnage qui est toujours aussi complète et hilarante. Pour vous donner un exemple clair : nous pouvons créer un homme musclé, au visage horrible, élégant mais au sexe à l’air, avec une voix de zombie, le tout, armé d’une matraque en forme de pénis. 

Cette version inclut d’ailleurs gratuitement l’intégralité des DLC, soit plus d’une trentaine d’objets, costumes, véhicules et d’armes bonus. Sans oublier des missions supplémentaires et surtout l’arrivée d’un mode coop online et local via deux consoles, histoire de tout casser avec ses amis.

Saint Row the third

Graphiquement, le portage de Saint Row : The Third est plutôt très correct. Attention, le jeu n’était pas une flèche en 2011 et ça reste le cas aujourd’hui avec le l’aliasing à foison, des bugs de collision, et des textures très « simples ». Cependant nous n’avons déploré que très peu de ralentissements durant nos nombreuses heures de jeu. Cela surtout en solo, car le mode horde à tendance à faire souffrir la console. Globalement, nous restons sur du 30 images par seconde à la fois en mode portable (720p) ou en mode TV en 1080p, même si ce dernier pique les yeux. Cela reste très appréciable et surtout extrêmement encourageant pour les futurs portages du genre sur la console de Nintendo. 

Saint Row the third

Saint Row : The Third est un portage plus que respectable. On y retrouve un contenu riche avec la présence de la totalité des DLC ainsi qu’un rendu graphique très correct, impressionnant en mode portable, moins en version TV.  Quoi qu’il en soit, la stabilité que nous avons pu constater ouvre une voie royale aux GTA-like sur Nintendo Switch.  Et pourquoi pas bientôt l’arrivée d’un GTA IV ou un Red dead Redemption 1 ?

Scénario
Nanar 30%
Graphismes
Corrects, notamment en version portable 80%
Multijoueur
A le mérite de défouler 60%
Bande Son
Musiques variées avec quelques classiques 80%
Durée de vie
Honorable en solo + Coop + Mode Horde 90%
Gameplay
Maniabilité joy-con et Switch Pro au poil 95%
Crash test
39.99
Prix conseillé, après le Crash Test.
Conditions de test : Jeu acheté par nos propres moyens le jour de la sortie et testé essentiellement en mode portable.
popcorn game team
Drustan
Testeur
Scroll to top