Mois : septembre 2019

Test de l’Oculus Quest : Rendre la VR accessible à tous !

Sorti il y a maintenant 4 mois, l’Oculus Quest est le dernier casque de réalité virtuelle d’Oculus & Facebook qui a pour ambition de rendre la VR de qualité accessible au plus grand nombre. Pari réussi ou raté, nous vous disons ça tout de suite. 

L’Oculus Quest est un casque de réalité virtuelle sans fil tout en un, fourni avec des manettes et un chargeur. Il dispose de capteurs intégrés permettant la détection des manettes Oculus Touch et de vous déplacer dans un espace défini.

La réalité virtuelle sous le signe  de l’accessibilité 

Plus

Dès la sortie de sa boite, nous avons été frappés par la simplicité d’installation de l’Oculus Quest. Pas de câble, pas de notice à lire, vous n’avez qu’à mettre le casque, l’ajuster à votre tête et l’allumer. Vous devez ensuite télécharger l’application iOS/Android pour synchroniser votre compte Oculus à votre casque. Et il ne vous restera plus qu’à télécharger & acheter vos jeux/applications depuis le casque directement ou depuis l’app mobile.

Au premier démarrage, le casque vous invite à définir votre « guardian ». Plus clairement, vous devez paramétrer votre zone de jeu virtuelle par rapport à la place dont vous disposez dans le monde réel. Ce serait dommage de s’éclater la main contre votre TV ou trébucher sur une chaise. Encore ici, Oculus simplifie les choses au maximum et il vous suffira de tracer votre espace de jeu autour de vous grâce à une de vos manettes Oculus Touch. 

Oculus Quest

Une fois celui-ci paramétré, vous aurez droit à une vidéo de présentation avant d’accéder finalement à votre salon virtuel et ainsi à vos jeux, applications et à la marketplace. 

Avant tout, un casque premium

Malgré l’absence de câble et cet aspect de simplicité que nous avons ressenti lors de l’utilisation, l’Oculus Quest reste un casque premium. 

On y retrouve les dernières technologies et nouveautés Oculus :

  • Type d’écran : OLED
  • Résolution :  1440 x 1600 per oeil, alors que l’Oculus Rift original avait 1080×1200 par oeil
  • Rafraichissement d’image : 72Hz
  • Processeur : Qualcomm Snapdragon 835, qui équipe notamment les smartphones premiums Galaxy S8, OnePlus 5, Xperia XZ Premium
  • 4GB RAM
  • Une batterie Lithium-ion de 2-3 heures d’autonomie selon le type de jeu ou app utilisé
  • 4 capteurs permettant de détecter l’environnement et les contrôleurs
  • Deux contrôleurs Oculus Touch dernière génération
  • Un poids de 571g, ce qui est plus lourd qu’un Rift qui était à  470g
Plus

Nous avons apprécié également les haut-parleurs intégrés directement dans le casque. Sans être transcendant, le son fait largement l’affaire sur la plupart des applications. On peut bien sûr ajouter des écouteurs ou casques via le port mini jack présent sur le côté du casque. 
Egalement, autre gros point positif, la possibilité de streamer très facilement ce que le joueur voit dans son casque directement sur le smartphone. En effet, il vous suffit de sélectionner l’option depuis le casque, de confirmer sur l’application Occulus et le tour est joué. Vous pouvez ensuite voir le résultat directement sur l’écran du mobile ou le brancher sur une TV pour en profiter à plusieurs. 

Niveau confort, le Quest fait bien dans le premium. Le casque s’ajuste très facilement sur la tête et au niveau des yeux. La latence est également très correcte et nous n’avons eu quasi aucun décrochage (hors durant les temps de chargement).
Cependant, la lumière sera votre meilleure amie pour une utilisation optimale. Si vous êtes dans une pièce trop sombre, le casque ne détectera pas l’environnement et surtout les Oculus Touch. Et chose étrange, nous avons eu également des problèmes dans une pièce surexposée au soleil où nous nous sommes retrouvés téléportés à deux mètres de hauteur au premier passage d’un nuage dans le jeu de combat Creed VR. Cela reste bien sûr assez rare et dans 95% du temps, dans une pièce éclairée normalement, nous n’avons eu aucun problème.

Côté jeux, nous y retrouvons de nombreux classiques tels que Super Hot, Moss, Ocean Rift, l’excellent Beat Saber, Star Wars et bien d’autres. Pour avoir pu essayer la plupart de ces titres sur d’autres casques VR, l’expérience est équivalente voire meilleure si l’on prend en compte la simplicité de mise en route et l’absence de câble.

Plus

Pour éviter toute mauvaise surprise, motion sickness ou autres, Oculus a tout prévu. Sur la fiche de chaque jeu, vous retrouvez les commentaires d’autres joueurs, ainsi que l’intensité des effets VR pouvant entrainer un certain malaise. Et même si malgré ça, le jeu ne vous convient pas après l’achat, vous pouvez vous le faire rembourser très facilement depuis l’application mobile. Nous avons d’ailleurs été agréablement surpris par la politique de remboursement plutôt claire et simple. Pour vous faire rembourser un jeu, il suffit de ne pas avoir jouer plus de deux heures dans les 14 premiers jours qui suivent l’achat. Attention à ne pas trop en abuser tout de même, nous avons pu en faire les frais au bout du 10ème remboursement d’affilé (vis ma vie de testeur :p). 

Voici la liste de la cinquantaine de jeux que vous pouvez retrouver sur l’Oculus Quest et leur prix : 

Titres Prix
Angry Birds VR: Isle of Pigs $15
Apex Construct $20
Apollo 11 $10
Bait! Free
Ballista $15
Beat Saber $30
Bigscreen Beta Free
Bogo Free
Bonfire $10
BOXVR $30*
Creed: Rise to Glory $30
Dance Central $30*
Dead and Buried II $20
Drop Dead: Duel Strike $15*
Electronauts $20
Epic Roller Coasters Free
Facebook Watch Free
Face Your Fears 2 $20
First Steps Free
Fruit Ninja $15*
Guided Tai Chi $10*
I Expect You To Die $25
Job Simulator $20
Journey of the Gods $30
Keep Talking And Nobody Explodes $15
Moss $30
National Geographic VR Explore $10
Nature Treks VR $10
Netflix Free
Ocean Rift $10*
Oculus Browser Free
Oculus First Contact Free
Oculus Gallery Free
Oculus TV Free
Oculus Video Free
Orbus VR: Reborn $40*
PokerStars VR Free
Racket Fury: Table Tennis $20
Rec Room Free
Red Bull TV Free
Robo Recall: Unplugged $30
RUSH $20
Shadow Point $20*
Skybox VR Video Player Free
Space Pirate Trainer $15
Sports Scramble $30
SUPERHOT VR $25
The Exorcist: Legion VR $25
Thumper $20
Tilt Brush $20*
Ultrawings $15
Vader Immortal: Episode I $10
Virtual Desktop $20
Virtual Virtual Reality $15
VR Karts: Sprint $15*
VRChat Free
Wander $15
YouTube VR Free

Vous l’aurez compris, on reste sur du classique pour ce qui est de VR. La plupart des titres sont des classiques présents sur la plupart des casques premium du marché. Alors oui nous sommes sur un casque tout en un, sans aucun fil mais nous aurions espéré quelques titres exclusifs qui justifieraient encore plus son acquisition. Egalement la plupart des titres intéressants et originaux sont payants et globalement chers. Le store n’étant pas encore très fourni, très peu de titres sont disponibles en démo ou en promotion. 

Egalement, nous espérons que d’autres titres arriveront bientôt car, même quatre mois après la sortie, nous faisons encore rapidement le tour des jeux disponibles sur l’Oculus Quest

Enfin, chose intéressante à noter et qui ajoute un certain intérêt pour ceux qui possèdent un PC et un compte Steam. L’Oculus Quest tournant sur une architecture de base Android, vous pouvez très facilement y installer Steam VR et ainsi profiter d’un panel énorme de jeux.

Voici le petit tuto youtube pour ceux qui souhaiteraient l’installer.

L’Oculus Quest est un excellent casque tout-en-un. Il ne dispose d’aucun câble, il est très simple à installer et encore plus simple à utiliser. Oculus réussi ici le pari de rendre la réalité virtuelle telle que nous la connaissons aujourd’hui la plus accessible possible. Une accessibilité qui a tout de même un prix, puisque vous trouverez cet Oculus à 449 euros pour son modèle 64Go et 549 euros pour le 128go.
On regrettera un store encore un peu trop léger en jeux et applications pour l’instant et un hardware qui montrera très rapidement ses limites, notamment avec l’évolution des jeux VR des prochaines années.

Apple TV+ aura-t-il la peau de Netflix ?

Ce soir avait lieu la grande messe annuelle d’Apple et comme prévu nous en avons appris plus sur le nouveau service de streaming Apple TV+. 

Alors que sa date de lancement approche, Apple a décidé de teaser sa nouvelle plateforme de streaming en dévoilant un nouveau programme exclusif : SEE. Il s’agit d’un nouveau film post-apo avec Jason Momoa, réalisé par Francis Lawrence derrière les Hunger Games et avec un scénario écrit par Steven Knight, connu pour s’être occupé de la série Peaky Blinders.

Mais le plus intéressant reste l’annonce de la date de sortie et … le prix. Apple TV+ sera disponible à partir du 1er novembre 2019. Vous ne devrez débourser que 4,99€ par mois, pour toute la famille. Cela signifie que pour cette petite somme vous disposerez d’un accès pour 6 écrans aux films et séries Apple TV+. Le tout en HD ou 4K selon votre installation. Nous sommes bien loin des 15,99€ chez Netflix, qui se retrouve être le plus cher du marché, notamment avec l’arrivée de Disney+ en 2020 pour seulement 6,99$. 

Cerise sur le gâteau, l’abonnement sera offert 1 an pour tout achat d’un iPhone, iPad, Mac ou Apple TV. 

Netflix se prépare à la tempête

Nous savons que Netflix produit de plus en plus ses propres contenus pour palier aux départs des films et séries issus d’autres studios. Sans oublier l’augmentation de la concurrence SVOD telles qu’Hulu, Amazon Prime, HBO NOW et bientôt Disney+ et AppleTV+. Les premiers effets se font déjà ressentir et le leader du streaming a pu déplorer 50% d’abonnements en moins de ce qui était prévu entre avril et juin de cette année. 

L’avenir nous dira comment le roi du streaming arrivera à gérer l’arrivée de ces nouveaux concurrents, disposant eux aussi de leurs propres contenus originaux de qualité. Ce qui est sûr ce soir, c’est qu’Apple ne fera pas de cadeau à Netlix et compte bien prendre une belle part du gâteau. 

Nintendo Switch : vers une ergonomie améliorée suite aux plaintes des joueurs ?

La Nintendo Switch fait l’objet de réflexion constante chez les japonais, notamment au sujet de l’ergonomie de ses Joy-Con qui commence à catalyser beaucoup de problèmes.

Plus de deux ans après sa sortie, la Nintendo Switch a bien roulé sa bosse, cumulant près de 35 millions de consoles vendues à travers le monde. Toutefois, tout n’est pas si rose car Nintendo est visé par le cabinet d’avocats Américain Chimicles, Schwartz Kriner & Donaldson-Smith, avec un recours collectifs de consommateurs mécontents.

La cause ? Les Joy-Con défectueux qui semblent en très grand nombre sur le parc mondial de Nintendo Switch, causant divers problèmes liés au bluetooth mais plus particulièrement le phénomène de « Joy Con Drift » (personnage ou caméra qui bougent sans action préalable du joueur sur sa manette appelé aussi « input« ).

Les Joy-Con Nintendo Switch réparés gratuitement ?

Depuis, Nintendo a déclaré que les Joy-Con incriminés par ce phénomène, qu’on peut qualifier d’accident industriel, seront réparés gratuitement…uniquement pour les Américains !
Pour ne rien vous cacher, votre serviteur prend davantage cette cause à coeur car sa Nintendo Switch et ses Joy-Con toujours soigneusement respectés, sont touchés par cette disgrâce (l’empêchant de faire les high-score habituels, c’est fâcheux).

Et en France, on fait comment si nos Joy-Con Nintendo Switch sont défectueux ?

Toutefois, Nintendo France semble en PLS sur le sujet alors que la réparation d’un Joy-Con par Nintendo vous en coûtera un devis de 45 euros (voir la grille de réparation officielle de Nintendo) — Sachant que l’achat d’une paire de deux Joy-Con coûte moins cher (la paire est vendue moins de 65 euros sur Amazon).

En parallèle, des internautes n’ont pas manqué de souligner l’apparition d’un nouveau brevet de Nintendo au Japon, concernant les fameux Joy-Con de la Nintendo Switch.

Nintendo Switch brevet nouveaux joy-cons
Nintendo Switch : brevet nouveaux joy-con

On y découvre que les angles le haut de chaque Joy-Con serait déclipsable vers le bas, de l’ordre 20 à 30 degrés. Suivant une position plus naturelle d’une main avec le pouce sur le stick, cela semble être une amélioration ergonomique.

Du rêve à la réalité : quid de ce brevet Joy-Con Nintendo Switch ?

Toutefois, on sait que les Joy-Con actuels sont déjà trop petits pour voir apparaître de telles nouveautés de manière standard. On sait aussi que les Joy-Cons de la prochaine Nintendo Switch Lite ne seront pas détachables, enlevant les vibrations HD et la motion caméra. Le système montré sur ce brevet devrait probablement sacrifier quelques fonctionnalités aussi.

nintendo switch lite

Nintendo Switch nouveaux coloris Joy-Cons

En résumé, si une telle innovation devait venir sur le marché, ce serait plutôt une manette complémentaire mais pas le nouveau standard des Joy-Con.

A l’instar des manettes au divers coloris, voir à des manettes Nintendo Switch d’autres constructeurs qu’on retrouve sur le marché, ce brevet pourrait prendre la forme d’un énième accessoire made in Nintendo.
Gageons au moins de croire, que les prochains Joy-Con mis sur le marché, ont d’ores et déjà corrigés les divers problèmes de leurs aînés, sous peine de voir de plus en plus de clients mécontents.

Scroll to top