Latest News

#interview Léo Dieleman – l’art des consoles retro gaming custom à la peinture

Nous avons pu avoir l’occasion de poser quelques questions à Léo Dieleman, un artiste qui par passion, s’est lancé dans la personnalisation de consoles retro gaming (Gameboy, Playstation…) pour un résultat du plus bel effet !

1 – Peux-tu nous présenter ton rapport aux jeux vidéo et au cinéma ?

J’ai commencé à m’intéresser aux Jeux Vidéo vers l’âge de 8 ans, lorsque mon frère m’a donné sa PS1 avec Rayman, Crash Team Racing, Destruction Derby 2 et Wipeout 2097. Merci frérot ! Je ne comprenais absolument rien (surtout Wipeout, qu’est ce que j’étais naze à ce jeu), mais j’adorais les couleurs, les ambiances, et surtout “tou kassé” dans Destruction Derby et Burnout 2 sur PS2. Que veux tu, j’étais impressionné du haut de mes 8 ans ! 

Ensuite j’ai découvert Pokémon de la même manière que la plupart des enfants à l’époque: à la récré.
Ah la nostalgie ! Les cartes qui rendaient fou, autant enfants que parents. Et ça ne s’est pas arrangé par la suite avec la sortie de Pokémon Bleu et Rouge sur Game Boy

Pokémon rouge & bleu

Au moment où j’ai posé mes mains sur ma première Game Boy Color avec Pokémon Rouge, j’ai été subjugué. La simplicité de cette petite brique colorée, la musique Chiptune, le fait de pouvoir jouer où tu voulais (du moment que tu avais une source de lumière externe), c’est là qu’est vraiment née ma passion pour le jeu vidéo !

Pour le cinéma c’est un peu plus vague, mais le premier film qui m’a émerveillé était Le Roi et l’Oiseau de Paul Grimault. Je ne m’y connais pas du tout en cinéma, mais je reste tout autant fasciné par des films (et films d’animation) comme The Garden of Words, Vice-Versa (plus où moins la totalité de la filmographie Pixar d’ailleurs), Blade Runner (l’original et 2049), Joker (courrez le voir si ce n’est pas déjà fait), Lost in Translation, Spider-Man Into the Spider Verse, etc. 

Résultat de recherche d'images pour "Spider-Man Into the Spiderverse"
Spider-Man Into the Spider Verse


2 – Peux-tu nous présenter ton rapport à l’art ?

Mon père était photographe de natures mortes et ma mère a repris le flambeau à sa mort, donc disons que je suis né dans un milieu assez artistique ! J’ai appris à observer le monde comme un photographe dès mon plus jeune âge. Très jeune j’essayais sans grand succès de recopier des cases de comics de Spiderman, ou des cartoons comme Tom & Jerry ou ceux de Tex Avery.
Plus tard j’ai eu ma période dessin de mangas, puis vers l’âge de 18 ans j’ai découvert le Street Art. Ah cette claque !! Cette idée de liberté qu’il y a dans les œuvres de ces Street Artists, peindre en énorme sur un mur d’immeuble, ou juste un petit carré à côté d’une plaque de rue à Paris, autorisé ou non, sur un panneau de signalisation, dans un terrain vague, de la peinture, du pochoir, du collage ou de la sculpture, du détournement, n’importe où mais pas sur du papier.

Je pourrais citer des artistes absolument bluffant comme Augustine Kofie et ses mondes Abstraits, 36RECYCLAB et ses collages futuristes, Invader et ses envahisseurs venus d’ailleurs, les mondes très colorés de Kenor, Zosen, H101, Göla ou encore, l’exubérance d’Alëxone Dizac.

Résultat de recherche d'images pour "Alëxone Dizac"
exemples de créations artistiques d’Alëxone Dizac

Après ça j’ai découvert des gens comme le peintre Zdzisław Beksiński et sa mythologie apocalyptique, le maître Gustave Doré, le néofuturiste Syd Mead, le dessinateur François Schuiten, le photographe Irving Penn, etc.

Il y a tellement de belles œuvres partout, ça donne le tournis ! Tous ces gens là m’inspirent énormément à créer, sortir des idées et concepts de mon imagination. 

3 – Quelle est la genèse de ce projet de peinture sur consoles retro gaming ?

C’est parti du moment où j’ai découvert le groupe Boucle Infinie, avec Rémi Gallego qui est aussi à l’origine de The Algorithm. Je suis tombé amoureux de cet album ainsi que de l’illustration faite par l’excellent Adrien Bousson (qui a travaillé pour Nightbringer, Khonsu, Archspire, Septicflesh, Saint Vitus, The Algorithm, etc). J’ai donc décidé de réinterpréter cette illustration à ma façon, sur une Game Boy.

boucle infinie
Album  » 直線移動 » du groupe Boucle Infinie (à gauche)
VS
La Game Boy réalisée par Léo (à droite)

Je suis extrêmement fan du mouvement artistique Vaporwave qui est en partie caractérisé par cette fascination pour la culture rétro des années 80-90, et je me suis dit qu’une illustration d’un groupe de Synthwave sur un monument du mouvement Vaporwave serait intéressant à faire. C’est à ce moment la que j’ai fait ma première console custom !
Ensuite je me suis un peu plus intéressé au sujet des consoles retro gaming et j’ai découvert le monde merveilleux du Console Modding… A partir de là j’étais définitivement captivé, 14 autres consoles ont suivi et ce n’est que le début ! 

4 – Quel est le futur de ce projet ? (Autres consoles, un business à venir ?)

J’ai bien sûr prévu de m’attaquer à d’autres consoles et d’autres supports. En ce moment j’ai une PS1 classique, une manette et deux cartes mémoires de Dreamcast, une Famicom, un vieil iMac cassé que j’ai trouvé à l’abandon et une antenne parabolique qui attendent sagement leur tour…
Ce que j’aime par dessus tout, c’est vraiment de donner une deuxième vie à des objets en partance pour la décharge, des technologies passées obsolètes, des choses qui traînent dans nos garages, caves et greniers, des machines oubliées (ou pas d’ailleurs).

Illustrer quelque chose sur un objet à l’abandon ou que plus personne ne veut, c’est lui donner un vrai sens. Et puis si je peux aider la planète en faisant du recyclage à ma manière c’est tout bénef !

Pour le moment j’aimerais donc amasser un certain nombre de consoles et d’objets afin d’avoir de la matière dans le but de démarcher des conventions de jeux vidéo ou des galeries. 

5 – Y a t-il d’autres projets du genre à venir autour du JV/Ciné ?

Evidemment je suis illustrateur non-exclusif aux consoles, je fais aussi du dessin traditionnel au feutre à encre et de l’acrylique sur toile. J’ai réalisé pour le moment 3 pochettes d’album et je travaille en ce moment sur mon second design de teeshirt pour un groupe, donc j’aimerais bien continuer dans cette voie ! Car étant aussi musicien c’est un milieu que j’affectionne tout particulièrement, avec un style graphique très fort.

J’aimerais aussi me remettre à la peinture à la bombe sur des murs autorisés dans Paris. J’aime beaucoup le côté éphémère du street art, qu’une oeuvre se fasse recouvrir par une autre. Un jour au détour d’une petite rue ,tu vois un dessin magnifique, et tu sais très probablement que c’est la première et dernière fois que tes yeux se poseront sur celle ci. C’est beau !

Nous espérons que cette interview vous aura autant donner envie que nous de découvrir le merveilleux travail de Léo et de vous plongez dans les multiples références qui l’ont inspirées. Notamment, d’un point de vu musical car tout comme Léo qui est un ami, je suis très proche du milieu Metal et je ne peux qu’adouber les groupes cités dans cette interview (Foncez sur Vektor ou Archspire !).

Nous lui souhaitons une très bonne continuation, notamment dans ses projets artistiques de manière globale et nous vous incitons également à suivre l’actualité de ses groupes (Promethean [Black/Death Metal Symphonique], Griffon [Black Metal] et Guttural Deepthroat [Slam Death] ) pour avoir l’opportunité de le rencontrer lors de ses concerts à venir 😉

Son site pour rappel : https://leodieleman.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Scroll to top